Economie Positive

408 0

Pour en finir avec l’OMC

Economie Positive

En matière de politique internationale, le ridicule ne tue pas, surtout quand il est au service des plus forts. La récente décision de partager le mandat de directeur général de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) entre les deux candidats restés en lice, (un Néo-Zélandais, candidat des Américains, et un Thaïlandais, soutenu par l’Asie), qui l’exerceront chacun pendant trois ans, pourrait faire rire. En réalité, après le précédent de la Banque centrale européenne, voilà le second responsable d’une institution internationale nommé à mi-temps. C’est-à-dire incapable de définir une stratégie à long terme ni de lancer un projet qui lui soit propre. Pour la plus grande joie de ceux qui l’ont nommé.

602 0

Internet, pour une nouvelle économie française

Economie Positive

MALGRÉ tous les discours, la France est très loin d’avoir pris la mesure du formidable bouleversement social, économique et culturel qu’entraînera Internet, la plus grande révolution technologique depuis l’invention de l’imprimerie. Engourdie dans des siècles de centralisme et de conservatisme, crispée sur la défense d’intérêts souvent archaïques, plus que jamais satisfaite des apparences, elle se laisse mourir. Mourir guérie.

472 0

La surclasse

Economie Positive

LA mode est au défaitisme. Si l’on en croit ce qui court de colloque en revue, l’Europe serait irréversiblement balayée par la mondialisation, où triompheraient politiquement l’Amérique et économiquement l’Asie. C’est ne rien comprendre à ce qui se passe : ce qui est balayé, ce n’est pas l’Europe mais une certaine façon de penser l’ordre social. Les Etats-Unis, pas plus que l’Asie, n’en tireront profit : car, à voir l’évolution américaine d’aujourd’hui, un tout nouveau capitalisme est en train de surgir, qui bouleversera aussi celui des autres pays développés. Un capitalisme global qui modifiera profondément le rôle des Etats et des nations dans le monde.

661 0

Le « Titanic », le Mondial et nous

Economie Positive

TROIS films ont marqué leur époque plus qu’aucun autre, par leur succès commercial comme par leur impact sur l’imaginaire, même s’ils ne sont pas, et de loin, les meilleurs films de l’histoire du cinéma. De fait, Autant en emporte le vent, Ben Hur et Titanic racontent tous les trois la même histoire : celle d’un amour impossible dans une société en décadence pendant la naissance d’une autre. La fin du Sud, de l’Empire romain, du Titanic.

493 0

Economie de la panique

Economie Positive

DE nouveau, nous passons comme au bord d’un gouffre : l’économie mondiale, au coeur de la plus forte croissance de l’Histoire, aurait pu, pourrait encore, basculer dans une récession planétaire dont la démocratie, dans plusieurs pays, aurait pu, pourrait encore, être la principale victime. Car la crise en Asie ne fait que commencer. Une leçon doit en être tirée avant qu’il ne soit trop tard : notre société est régie par les lois de la panique, et pas seulement dans les moments de crise.

1016 0

Le septième continent

Economie Positive

QUAND l’Europe se réveillera-t-elle ? Quand comprendra-t-elle qu’Internet est un nouveau continent, où il est urgent de débarquer sous peine de laisser ses immenses trésors à d’autres ? Combien faudra-t-il de bulletins de victoire américains pour que l’Europe s’intéresse enfin à cet enjeu ?

574 0

Des idées ? en voici !

Economie Positive

PARTOUT en Occident, une révolution a commencé. Elle balaiera toutes les élites administratives, politiques et économiques, unies dans le même désaveu, solidaires d’un même échec. Parce qu’elles n’auront pas réussi à justifier leurs privilèges par la création d’une société de plein emploi et d’épanouissement collectif.

670 0

Les labyrinthes de l’information

Economie Positive

QUICONQUE a essayé un jour d’entrer dans Internet sait qu’il ne faudrait pas parler d’« autoroutes » de l’information mais plutôt de labyrinthes : gigantesque enchevêtrement de ruelles et d’impasses, de bibliothèques et de cafés, le réseau se compose de mille chemins qui souvent se terminent en impasses. Internet ressemble plus au labyrinthe d’une ville médiévale, sans véritable architecte, qu’au bel ordonnancement d’une autoroute.

Close