Bien pire que le Médiator : le Tabac

Paru dans L'Express | Publié dans Social - 6 février 2011

Le scandale du Médiator, au cœur d’un nœud de conflits d’intérêt, est exemplaire d’une inquiétante dérive de notre système de santé. Il a déjà eu deux effets positifs en conduisant à mieux surveiller une longue liste de médicaments aux effets secondaires incertains et à mieux contrôler les relations entre les experts qui autorisent la mise sur le marché de médicaments et les laboratoires qui les produisent.

Mais, ce qui est ahurissant, c’est que personne, absolument personne, ne se demande pourquoi on ne traite pas avec la même sévérité un produit totalement inutile, à la nocivité aujourd’hui avérée, consommé chaque jour par 1,3 milliards de personnes dans le monde et qui fait chaque année 5 millions de morts, soit plus que le sida et le paludisme réunis. La consommation de ce produit entraine d’immenses dépenses de santé et réduit partout la productivité des entreprises qui doivent laisser à leurs employés des pauses pour s’empoisonner en toute légalité. Et pourtant, on le laisse produire et vendre partout dans le monde. Et presque partout, faire de la publicité.

Ce produit, c’est le tabac. 5500 milliards de cigarettes sont fumées chaque année. Une personne en meurt toutes les six secondes. Il a tué 100 millions de personnes au 20ème siècle, soit le double de la deuxième guerre mondiale. A ce rythme, selon l’OMS, il en tuera 1 milliard au 21ème siècle.

Certes, des mesures sont prises pour en réduire l’usage, dans les lieux publics, et pour en réduire la visibilité médiatique. Mais elles ne servent à rien. Les jeunes fument de plus en plus : en France, 25% de la population fume ; et les ventes de cigarettes ont progressé de 2,6% en 2009 par rapport à 2008. De 2005 à 2010, la part des fumeurs quotidiens chez les 15-75 ans a progressé 26,9% à 28,7% ; la hausse est particulièrement forte chez les femmes de 45 à 64 ans, de 16 à 22,5%.

Mais on ne l’interdit pas. Pourquoi ? Parce qu’il rapporte beaucoup d’argent aux Etats. En France, il a rapporté en 2009, 10 milliards d’euros de taxe et 3 milliards de TVA. On prétend en réduire l’usage par la hausse des prix. Hypocrisie : la hausse des prix ne fait qu’augmenter les profits des compagnies et les revenus des Etats, coupables de complicité d’empoisonnement. Hypocrisie encore : on ose parler de principe de précaution alors qu’on ne l’applique pas dans ce cas indiscutable.

Mieux, ou pire, on parle d’une taxe mondiale sur le tabac : une taxe de 0,05$ sur chaque paquet dans les pays riches et de 0,01$ pour les pays pauvres rapporterait 7,7 Milliards de dollars qu’on pense utiliser pour soigner le Sida. Ironie : tuer d’une main pour soigner de l’autre.

Il ne faut plus tergiverser. Tout est clair désormais : il faut interdire la production, la distribution et la consommation de tabac.  On remettrait en cause quelques emplois ; les Etats perdraient quelques recettes ; on encouragerait pour un temps le marché noir ; on devrait faire quelques dépenses pour désintoxiquer ceux qui le sont. Mais on gagnerait tant en qualité et en espérance de vie que le bilan, même économique, serait évidemment partout positif.

C’est aujourd’hui un combat d’évidence. Et pour ma part, j’attendrai avec intérêt la réponse des candidats à l’élection présidentielle à cette question simple : allez-vous interdire le tabac ?

| More

Consulter les commentaires (739)

  • Christophe Narbonne le 6 février 2011

    Cette démarche serait dangereuse. Le peuple se sent infantilisé par les politiciens. Que ce soit de par les radars sur les routes, de par l’HADOPI, de par la censure de l’internet…

    Comme vous le dites, il y a beaucoup de fumeurs mais que ce passera-t’il si on interdit la distribution et la ventes de cigarettes. il n’y a plus de contrôles aux doines, il y aura nécessairement des trafics et l’argent n’ira pas forcément dans des meilleures poches…

    Pour ma part, je suis non fumeur, je trouve que l’idée est pleine de bons sentiments mais devra-t’on interdire au cadre de fumer 2/3 cigares par ans? aux touristes de se rappeler avec nostalgie de leur vacances en Tunisie avec un narguilé?

    Rendre un telle part de la population coutumière de trafics est aussi un risque…

    Idée défendable et crédible si on regarde les chiffres seulement. Mais après on serait presque obligé d’interdire l’alcool par la suite et pour le coup les inérets économiques affecté seraient plus locaux.

    Réponse de alex le

    le tabac a rapporté 10 milliards d’euros de taxe et 3 milliards de TV et vous nous dites que l’idée est défendable et crédible ??
    a qui faites vous payer ce trou ou plutôt devrai-je dire ce gouffre dans les caisses de l’état ?..ah oui laissé moi deviner ! aux « petits français » comme d’habitude ou pour parler politiquement correct à la classe moyenne qui se tue au travail pour payer des idées plus stupides les unes que les autres .
    Entre la TVA de COPE et JACOB l’interdiction du tabac par ATTALI (donc l’émérgence du trafic c’est inévitable ) moi je propose quelque chose de plus radical pour nous sauver tous, puisque prendre soin de nous c’est s’assurer des rentrer d’impôts sur le long terme ,et d’encore plus stupide : « donnons nos salaires en intégralité à l’état ainsi que tout nos biens en échange d’un repas équilibré le midi que nous pourrions manger tous ensemble dans des cantines d’état  » abat la démocratie vive l’esclavage et l’infantilisation des peuples !!

    Réponse de François le

    Les coûts de tous les dommages collatéraux liés au tabac dépasse allègrement les recettes perçues, si tant est que l’on donne quelque crédit à une vie humaine.
    Et quand bien même, pourquoi tenter de mettre en balance de la finance et des millions de vies humaines ?
    Comme pour le sombre avenir de l’évolution de notre espèce, le syndrome du Titanic, décidément bien ancré dans la nature humaine, en fait déraisonner le plus grand nombre. Quand on aura reculé d’un milliard d’années en terme d’évolution, la nature pourra repartir d’un bon pied en s’étant affranchie de cette grossière erreur que nous sommes.

    Réponse de Pierre D'HALLUIN le

    Merci à Alex de nous dire ce que coute les cancers des fumeurs à la secu …
    Cette économie serait-elle négligeable ?

    Réponse de Paul le

    Et pourquoi pas interdire les véhicules tant qu’on y est ? Ça fait beaucoup de morts par an ça aussi… Ça doit peser dans les dépenses de la sécu. Allez dire a un fumeur que c’est inutile de fumer! Le tabac c’est mauvais et tout le monde le sait. Les fumeurs en profite quand même, c’est leur choix, on appelle ça la liberté.
    L’argument de la rentabilité en entreprise est quelque peu puant. Je suis fumeur occasionnel et je travail pour vivre, une bonne clope et un bon verre de temps en temps, je ne vis pas pour travailler.
    L’argument des dépenses de santé c’est autre chose et j’espere (doux utopiste que je suis) que nos énarques de dirigeants sont assez intelligents pour nous proposer autre chose que l’interdiction pure et simple. Effectivement, nous ne sommes pas des enfants…

    Réponse de lydia le

    tout à fait d’accord avec ton analyse !

    Réponse de ppezet le

    La liberté dans le suicide et la dépendance (aux drogues) Quelle belle société que cette société rêvée par Paul!
    Vous n’avez,tant mieux pour vous ,pas partagé comme moi, médecin, l’agonie des victimes du tabac.C’est au nom de ces victimes que je vous parle : arrêtons le génocide des fumeurs!

    Réponse de leakim d. le

    il aurait peut être été plus judicieux de prescrire le médiator aux fumeur atteint d’un cancer … ?

    Réponse de debitant en colere le

    MAIS COMMENT ALLONS NOUS FAIRE POUR VIVRE
    SI ON NOUS INTERDIT DE VENDRE LA MORT !!!!!!

    si je ferme mon debit de tabac il ne me restera pour vivre que mes actions dans les pompes funebres et la aussi l activite baissera

    Réponse de Chevalier G le

    L’interdiction de la vente du tabac aura un impact en terme d’emploie et effectivement les débitants de tabac seront les premiers pénalisés, mais franchement le jeu en vaut la chandelle.
    Mais rassurez vous :
    -Les débitants de tabac sont contre pour ne pas perdre d’ARGENT.
    -L’état est contre car il gagne beaucoup d’ARGENT avec la vente du tabac.
    -Le fumeur est contre car il devra payer des cigarettes sur le marché noir et cela lui coutera beaucoup d’ARGENT.
    Bref le nerf de la guerre c’est l’ARGENT donc vous pourrez continuer à vous Gaver et vous Goinfrer en vendant votre M…

    Chevalier

    Réponse de delerce le

    c’est ça, alors surtout ne faisons rien !

    Réponse de Andrée B. le

    Il y a un sens dans l’histoire, malgré tout. Nous observons, certes, des horreurs, mais nous les observons, nous les voyons comme horreurs, c’est le signe que notre conscience s’affine, se développe. Les êtres humains sont de plus en plus conscients.
    De plus en plus de personnes s’arrêtent de fumer, et parmi les jeunes, principalement. En Europe en tout cas. Je l’observe autour de moi.
    Il se pourrait que les campagnes anti tabac et la restriction des espaces fumeurs en faveur du respect des non fumeurs y soient pour quelque chose, il se pourraient aussi que la peur de la maladie et de la souffrance motive.
    Il y a beaucoup de choses qu’il faudrait interdire : la construction de centrales nucléaires en priorité ..
    et bien d’autres calamités. Ensuite on verrait à supprimer le tabac du peuple, mais qu’on se rassure les drogues qui étaient réservées aux riches se démocratisent, paraît-il. Pourtant elles sont très interdites mais très médiatisées et banalisées à l’extrême : film, feuilletons, discours quasi officiels des animateurs télé, interview, témoignages, télé réalité, pas un jour sans qu’on ne nous en parle un peu ..
    Mais en ce qui me concerne et malgré tous les efforts déployés par le système économique mondial pour nous rendre toxico dépendants de toutes sortes de choses lucratives pour lui, je reste intimement convaincue que nous sommes plus intelligents que ..stupides.
    Ce n’est pas la peine d’interdire ce qui va cesser.
    Il y a longtemps que je ne fume plus, je ne bois pas, et je ne me drogue pas. Mais ça va très bien quand même.. et la plupart des gens sont comme moi, à part dans les statistiques.
    Peut-être faudrait-il interdire les statistiques..:))

    Réponse de Chevalier G le

    Idem , je ne fume pas, je ne bois pas, je ne me drogue pas et je n’y vois que des avantages, quand je suis stressé je fais du sport cela procure une sensation de plaisir ( liberation de dopamine) et en plus cela entretien la forme, bref plus je me fais plaisir plus je suis en forme, contrairement à un fumeur.
    Mais il est très difficile d’integrer notre club archi elitiste, celui des gens aux habitudes saines.

    Réponse de Pierre le

    Bravo!!!
    Tu fais du sport!!!!
    Tu as des habitudes saines, je te félicite, tu fais partie de l’élite… Celle des gens aux habitudes saines mais aux pensées extrémistes et stupides. Drogué à la dopamine… T’as pas honte de publier ça…
    Nous sommes quelque par tous drogués à quelque chose! Laisse aux gens leur liberté : celle d’être enchainés à la cigarette comme toi d’être enchainé au sport.
    Après dans le fond tu as raison, la cigarette c’est pas bon pour la santé, mais pire encore le stress. Ton discours me stresse car il ne s’interresse pas à la masse mais qu’à « ton club archi elististe » et ça me fait peur. Tu as des habitudes saines, mes tes pensées et ton esprit sont malsains, c’est lui qu’il faut soigner : Fais des footings!!! Ne change rien
    Tu as des habitudes saines, tu n’as que des habitudes, là je suis sans voix! Ne change rien surtout…

    Pierre : Fumeur.

    Réponse de belsha le

    C’est vrai que face à des pareils « élitistes », on a une drôle d’envie de faire partie de la plèbe, de la racaille, des prolos, des misérables, des ratés, de l’écume, de la poubelle, et oui, du cendrier de la société!

    Mais t’inquiètes, cher chevalier des dopamines, il y aura une belle place pour toi dans la société à venir, tu auras une belle uniforme, un beau képi, et peut-être même une belle matraque encore plus grosse que ta bite « saine » et en « pleine forme » ! La SA, la SS, les GESTAPO dans le passé se serait ravi de tes services, avec tes potes « anti-tabac » vous pourriez peut-être faire revivre les années de gloire de ces belles institutions, et je n’en doute pas, un avenir glorieux t’attend, toi avec tes « ‘habitudes saines » !

    Réponse de Alice le

    Laissez les donc ces toxico de la clopes ils sont irrécuperables de toute façon, et la je suis reste polie.

  • MC Amelot le 7 février 2011

    C’est tellement vrai, mais s’il semble normal que l’usage du cannabis soit répréhensible, rien de légal n’est envisagé pour diminuer la consommation du tabac. La loi interdisant le tabagisme dans les lieux publics aura au moins permis aux non fumeurs de pouvoir s’installer dans les cafés ou restaurant sans être incommodés, mais dorénavant, c’est insupportable en terrasse ! Pour influencer la population jeune, peut-être serait-il bon de lancer de vastes campagnes anti-tabac présentées par leurs idoles ?

    Réponse de C. Bonobud le

    Justement, il serait souhaitable de distinguer les deux substances, cannabis et tabac, vis à vis de cette remarque.
    Le tabac contient des substances toxiques et cancérigènes bien connues, que ce soit au niveau de la nicotine que des goudrons produits lors de la combustion, véritable explosion de synthèse chimique à haute température. D’autres substances addictologènes volontairement ajoutées amplifient la dépendance, ce qui empêche de nombreuses personnes d’arrêter la consommation. Je crois d’ailleurs que c’est surtout la réaction de ces personnes dépendantes que redoutent les pouvoirs publics plus que la perte de revenus, car le rapport perte/gain parle de lui-même sur le plan financier.
    De plus, la fumée disperse son action délétère vers des personnes qui ne peuvent que le subir, par exemple les enfants dans les voitures, qui resteront des lieux privés…
    Le seul effet néfaste connu sur la santé dans la consommation de cannabis est lié, en fait, d’une part à l’adjonction de ce tabac et d’autre part à l’inhalation des goudrons de la combustion, cela d’autant plus que la fumée est inhalée plus ou moins sans filtre et que le cannabis est coupé de produit plus ou moins nocif par les dealers… donc directement à cause de la prohibition. Il se trouve que de plus en plus de consommateurs utilisent la technique de la vaporisation directe de la plante pure, sans mélange à du tabac et qui ne libère aucun goudron. Cette technique est très efficace pour arrêter de fumer car nombre de consommateurs de cannabis n’utilisent plus le tabac qu’à cette occasion… Le prix du matériel est vite compensé justement par cet arrêt de consommation tabagique.
    Les psychiatres spécialisés s’accordent pour reconnaitre que le cannabis ne génère pas de maladie telle que la schizophrénie : elle peut seulement placer le sujet dans un contexte qui va favoriser le déclenchement (c’est facile à comprendre…) mais il aurait eu lieu certainement plus tard. Beaucoup d’autres stress de la vie moderne peuvent aussi y contribuer, de même qu’à de nombreux maux du même ordre (dépression puis suicide par exemple), ce n’est pas pour cela que l’on songe à les interdire ! Le football produit une puissante dépendance psychologique (allez priver de match un supporter, juste pour voir…), des troubles du comportement et à l’ordre public chez certains, des dépenses (et fortunes) déraisonnables… mais il n’est pas interdit, lui !
    Il ne reste donc que les effets produit sur un conducteur, du reste souvent puissamment associés et amplifiés par la fatigue ou de l’alcool. Il s’agit donc de conditions de consommation particulières qui ne concernent pas le particulier adulte à son domicile, voire même celui qui va à un spectacle sans conduire. Là, il n’y a pas plus de raison de l’interdire que le téléphone portable, la prise de médicaments hypnotiques, le manque de sommeil, le jeu ou le sport compulsif, le banal apéritif, etc.
    Ceci posé, cette interdiction sans nuance du cannabis représente donc une atteinte à la vie privée, d’autant que des effets bénéfiques pour supporter certains traitements (chimio, trithérapie) sont maintenant connus, à comparer avec les nombreux « médicaments » dont on parle tant en ce moment et qui sont à l’inverse, avec pas ou peu d’effets bénéfiques mais des effets secondaires négatifs repérés…

    Réponse de Chevalier le

    J’ai bien rigolé en lisant vos réponses de dégoutés, et oui je suis aussi extremistes que les fumeurs qui répétent sans cesse qu’ils sont libre de gêner les autres avec leur fumée de merde,
    Oui je suis anti-tabac car j’associe le tabac a des evennements tragiques dans ma famille, oui je lutte surtout contre l’égoisme des fumeurs qui ne pensent qu’a sucer leurs petits batons ignorant totalement leur entourage proche,
    Il faut continuer à fumer dans vos voitures avec vos enfants, il faut continuer à fumer chez vous afin de permettre à vos conjoints de profiter pleinement de cette belle substance,
    Oui si il y avait eu une brigade anti tabac, j’en aurais fait partie et je me demande combien de vie j’aurais pu ainsi sauver…

    Réponse de sylvain le

    Comment peut on etre aussi fasciste ! les gens choisisent quoi faire de leur vie dans un pays libre. Heureusement que les gens qui sont mort dans ta famille n ait pas ete tué par un noir ou un juif sinon je vois tres bien quel genre de brigade tu creerais.
    Hygieniste=faciste

    J ajouterais que si tu savais lire, tu lirais les etudes sur le tabagisme passif et ou tu decouvrirais (avec de la bonne fois cela s entend) que le tabagisme passif est une chimere.

    Réponse de Martinot le

    Le tabagisme passif est une réalité, c’est une chimere pour ceux qui veulent le croire.
    Quand un non fumeur est à proximité d’un fumeur il inhale de la fumée, non? vous n’allez pas avoir le culot de dire que cette fumée est non toxique? des études disent aussi que la fumée rejetée par le fumeur est encore plus toxique que la fumée dégagé par une cigarette, bref les études montrent et démontrent.

    Réponse de Chevalier le

    Oui je suis un vrai fasciste et je vais vite revetir ma chemise noire, ou rouge , ou verte je ne sais plus, comme je ne sais pas lire vous ne m’en voudrez pas.
    D’ailleurs j’applique avec rigueur ce que Mussolini m’a enseigné en personne dans le domaine de la lutte contre le tabac et ses conséquences.
    J’adore les gens qui crient au scandale, au fascisme à la dictature dès qu’une personne à le malheur de souhaiter une INTERDICTION.
    C’est justement grace à toute ses interdictions que vous êtes dans un pays libre, un petit tour sur le contrat social de Rousseau ne vous ferais pas de mal.

    Réponse de Chevalier le

    Bravo aussi à vous, Pierre et Belsha ne changez rien vous êtes « parfait » en fumeur.
    Par contre concernant la Gestapo il y a peu de chance que je puisse integrer une institution aussi horrible, je suis plutot enclin à sauver des vies ( surtout dans mon métier).
    J’aurais tant aimé que vous fassiez parti un jour de notre club hyper elitiste mais bon je vois que vous n’avez pas envie de prendre votre carte d’adherent, qu’est ce qui vous rebute le tarif? c’est bon marché pourtant,
    Votre pouvoir d’achat augmente de 150 euros/mois,
    Bon je vous laisse j’en peu plus, faut que j’aille prendre ma dose de dopamine,

    Réponse de belsha le

    Vous ne vous rendez pas compte, mais la Gestapo s’imaginait aussi sauver des vies, ils croyaient même « sauver l’humanité ». Ils étaient en plus persuadés d’êtres hyper sains, sans même parler de l’élite « aryenne », et que tous les autres, leurs victimes, justement, étaient des malades, des dégénéres, des décadents.

    Allez vous droguer donc à la dopamine… J’avoue que c’est une très bonne drogue, autant que le tabac, l’alcool, le sexe, le cannabis, la littérature… j’en abuse parfois aussi! Bienvenue au club!

    Réponse de Chevalier G le

    Je le répète c’est le coté egoiste du fumeur qui me gène, la gêne pour l’entourage et les conséquences dramatiques pour la famille, c’est tout, le reste m’importe peu , un fumeur seul et sans famille dans son appartement et qui veut fumer 300 cigarettes par jour, pourquoi pas, si il fait bien attention de ne pas mettre le feu à son divan.

  • Philippe le 7 février 2011

    Bonjour,

    Pourquoi avant l’interdiction total de la vente de tabac, ne pas dans un premier temps interdire l’ajout de tout ces produits nocifs (Nicotine, goudron, acide…) dans le tabac ? comme on a interdit le plomb dans les canalisation, l’amiante dans les constructions…

    cdlt,
    Philippe.

    Réponse de Barnabé le

    Ajout de produits nocifs dans le tabac ? Quelle méconnaissance du sujet ! La nicotine et les goudrons sont des composants naturels (et néanmoins très nocifs) du tabac. Certes l’industrie ajoute des additifs pour accélérer l’accoutumance des fumeurs, et réduire l’âpreté du produit pour qu’elle ne rebute pas les plus jeunes, mais la nocivité vient du tabac lui-même.

    Réponse de C. Bonobud le

    Non, il y a de véritables produits qui ne sont ajoutés QUE pour augmenter l’addiction, par exemple l’ammoniac. Ce fait a été la raison qui a poussé l’industrie américaine a payer une somme énorme aux associations qui la poursuivait, de manière à éviter les poursuites et amendes.
    La nicotine est produite par le plant de tabac mais il est techniquement toujours possible de sélectionner des variétés à teneur extrêmement faible dans une substance non indispensable à la plante, comme la nicotine. D’ailleurs, le chanvre (= cannabis, en latin) lui-même utilisé pour la pâte à papier des billets (qui donne ce craquant caractéristique) ne contient que des traces de THC sans intérêt.
    Quant aux goudrons, ils ne sont pas contenus dans le tabac mais produit par la combustion. Ils n’interviennent donc pas lorsqu’il est chiqué ou prisé par exemple.

    Réponse de Philippe le

    Merci pour la méconnaissance ;)

    Si certains produits dangereux sont « naturellement dans le tabac » alors proposons de les en extraire… on fait bien du café sans caféine, du sucre sans sucre (même si c’est très mauvais).

    L’idée principale étant de laisser:
    le « plaisir » aux fumeurs de fumer,
    les emplois au cigarettier,
    les taxes aux états,
    Réduire les coûts des soins aux malades et Réduire les drames dus aux différent cancer et autres maladie cardiovasculaire.

    Philippe.

    Réponse de CphilD le

    Chouette un autre Philippe disant des choses senssées …C.Phil.D

    Réponse de Philippe le

    ;) c’est de nature !

    Réponse de Joujou la Loutre le

    C’est cool les dauphins :) !

  • Franklof le 7 février 2011

    Je suis d’accord sur le constat. Les solutions me paraissent inapplicables…Dans la même logique, il faut interdire la vente d’alcool, mais je suppose que M.ATTALI, comme beaucoup d’élites, est « ammateur de bon vin ». L’alcoolisme, combien de morts par an, sans parler de la route et des conséquences sociales (isolement, violences,…)?

    Réponse de CphilD le

    C’est bien dit …
    Je n’ai pas consomé la moindre goutte d’alcool depuis + 3 ans ,c’est un choix volontaire et c’est une chance pour les piétons ,sauf que j’ai la fumée de mes cigarios qui me piquent parfois les yeux en conduisant ;mais ce sera bientôt interdit au train ou vont les choses…C.Phil.D.

    Réponse de C. Bonobud le

    Hum… Le vin consommé avec modération n’a aucun effet nuisible sur la santé, au contraire : cf. « french paradox ». On pourrait dire la même chose pour les feuilles de coca mâchées par les Amérindiens depuis « toujours », qui l’utilisent dans leurs rituels (à comparer avec le vin de messe…) et pour résister à leurs conditions de vie : rien à voir avec la drogue dangereuse qu’est la cocaïne et son dérivé, le crack !
    On pourrait comparer au sucre : indispensable en cas de manque, utile en cas de besoin et nuisible voire mortel en cas d’abus.
    Dans la fumée de tabac, aucun effet bénéfique ne peut compenser, et de loin, les effets négatifs !

  • Gilles le 7 février 2011

    Sur le fond, 100% d’accord.
    Sur le calcul des sommes rapportees aux Etats, en particulier en France, il me semble que vous oubliez dans la colonne « credit » le total des retraites qui ne sont pas payees aux fumeurs decedant prematurement suite a leur consommation. Montant certainement encore significatif.

  • Souf le 7 février 2011

    …chaque jour par 1,3 milliards de personnes dans le monde… 5500 milliards de cigarettes sont fumées chaque jour…
    Soit 4230 cigarettes par personnes en moyennes par jour?
    Me tromperais-je dans mes calcul?

    Réponse de Souf le

    …chaque jour par 1,3 milliards de personnes dans le monde… 5500 milliards de cigarettes sont fumées chaque jour…
    Soit 4230 cigarettes par personne en moyenne par jour?
    Me tromperais-je dans mes calculs?

    Réponse de Elodie le

    Quand on sait que certaines personnes peuvent aller jusqu’à deux paquets/ jour donc 5000cigarettes jour par personne sur le milliard et quelques qui fume il suffit qu’il n’y ait que 1000 000 qui fument 2 paquets par jours , c’est largement faisable

    Réponse de yann le

    Des paquets de 5000 clopes, sans doute…

    Réponse de jemesensétrange le

    Vous non, mais monsieur Attali, la grande intelligence que le monde entier nous a envié avent de le renvoyer ici, oui …

  • Bob le renard le 7 février 2011

    Bravo Monsieur Attali.Pour une fois ce n’est pas de la langue de bois !

  • Bob le renard le 7 février 2011

    Bravo M Atalli ! Pour une fois ce n’est pas de la langue de bois .

  • Nicolas le 7 février 2011

    Monsieur le Président,

    Je pense qu’il existe une mesure alternative qui permettrait d’aboutir à une interdiction totale du tabac qui ne serait pas vécue par les fumeurs comme une atteinte à leur liberté.

    Il s’agirait d’empêcher l’apparition de nouveaux fumeurs par la création d’un « permis de fumer ».

    Le « permis de fumer » serait délivré à toute personne majeure qui en ferait la demande avant le 31 décembre 2011 (par exemple). A compter du 1er janvier 2012, la vente de tabac serait interdite à toute personne qui ne serait pas titulaire d’un « permis de fumer ».

    Progressivement, la vente de tabac diminuerait jusqu’à s’éteindre puisqu’il n’y aurait plus de nouveaux fumeurs.

    Pour les fumeurs qui ne parviennent pas à s’arrêter, rien de plus simple : il leur suffira de ne pas solliciter de permis.

    Quant à ceux qui souhaiteraient s’arrêter par la suite, il leur suffirait de détruire leur permis.

    On me dira qu’une telle mesure risque d’entraîner un trafic de permis, voire de la contrebande. C’est sûrement vrai, mais cela resterait marginal.

    Bien à vous,

    Réponse de Elodie le

    Il faudrait simplement supprimer les depenses inutiles tels que les salaires des politiques et les remboursements des depenses de ceux cis pourquoi le peulple n’a t-il pas une vue sur ce qui se passe avec SON argent ?????

    Réponse de Serge Rivron le

    On nage en plein délire, là. Est-ce de l’humour ? Il est vrai qu’on se pose la même question à la lecture du texte de Jacques Attali.

    Réponse de C. Bonobud le

    Très bonne idée !
    Il existait autrefois un droit de chauffe qui permettait à certaines personnes de distiller leur vin pour produire des eaux-de-vie comme le cognac ou l’armagnac. Ce droit était transmissible jusqu’à une date récente : progressivement la pratique s’est éteinte au fur et à mesure de la disparition des titulaires. La même chose pourrait exister au niveau des débits de tabac : impossible de revendre ce droit ! Évidemment, la diffusion du tabac devrait être interdite en dehors des magasins spécialisés, de manière à la réduire tout la concentrant sur des établissements qui en dépendent encore trop. Du reste, il ne serait pas idiot de remplacer le commerce du tabac, si néfaste, par un commerce règlementé du cannabis, qui n’a pas d’effet négatif en lui-même en dehors d’une petite réserve développée précédemment dans cette page, à savoir la consommation juste avant l’utilisation d’un véhicule. (Ramené aux millions de consommateurs, cela reste marginal, d’autant qu’objectivement il faudrait comparer avec le nombre de conducteurs qui ont consommés MAIS n’ont pas eu d’accident. Autrement dit… 95 % des accidents mortels impliquent des gens qui ont bu de l’eau dans la journée, ce n’est pas pour cela que c’est la cause.)
    Au bout de 20 ou 30 ans le tabac deviendrait introuvable et il n’y aurait plus guère que quelques graves intoxiqués qui poursuivraient, à la manière des anciens amateurs d’absinthe, disparus !

  • pomme le 7 février 2011

    Et en plus vous avaez tout à fait raison.

  • Patrice Rou le 7 février 2011

    Bonjour Mr ATTALI
    Vos suggestions sont judicieuses concernant la santé. Mais vos propositions rélèvent plus du despotisme que de la réalité. Laissez les gens vivre leur vie, sans vous en occuper. Que diriez-vous , si on vous interdisait de faire quelque chose qui vous tient à coeur. C’est grâce à des gens comme vous, que l’Inquisition est née, que des peuplades d’Amérique ont été décimées au nom du progrès etc…
    Je sais que votre seul but est la polémique et que l’on parle de vous ( but atteint ), seriez vous en baisse d’audition
    Je vous salue Monsieur

    Réponse de chipoteur le

    Oui, laissons les gens se tuer et tuer leur entourage avec la fumée de cigarette (tabagisme passif), au nom du sacro-saint principe de liberté individuelle… que chacn fasse ce qu’il veut, et tant pis pour les autres !
    Comparer l’interdiction du tabac avec l’inquisition, c’est stupide. Avec le génocide des Indiens d’Amérique, c’est encore plus inapproprié.

    Réponse de alexandre le

    En gros, l’idée générale et de forcer les gens à faire ou ne pas faire quelque chose selon son propre point de vue en écrasant les opinions divergentes.

    C’est un peu le jeu du « c’est moi qui est raison et pas toi, point barre ». D’accord pour ne pas toucher à la santé des non-fumeurs mais ils faut savoir penser à tout le monde…fumeurs compris.

    Et je doute que monsieur Attali soit prêt à se passer d’alcool…

    Réponse de M le

    Le tabagisme passif n’existe pas statistiquement, voir les études.

    Le professeur Robert Molimard, Tabacologue à l’Hôpital Paul-Guiraud à Villejuif, il a fondé en 1983 la Société de tabacologie, destinée à promouvoir la recherche scientifique sur le tabac

    Réponse de C. Bonobud le

    Soyons sérieux ! Même lorsque je fumais il y a fort longtemps j’étais incommodé par la fumée de certains endroits au point que je ne pouvais rester ! Les yeux me piquaient, j’étouffais et souvent je ne revenait plus jamais… Qui peut croire que vivre 20 ans dans ces conditions serait anodin ?
    « Tabagisme passif » cela veut dire « tabagisme » i.e. « intoxication spécifique au tabac avec addiction, etc. ». Peut-on imaginer un non-fumeur qui aurait besoin d’aller respirer l’air d’un « fumoir », par manque ? En ce sens, il n’est pas choquant de nier l’existence du tabagisme passif sensus stricto.

    Prétendre que la fumée inhalée dans l’air n’entraine aucune nuisance est aussi absurde que dire que la poussière d’amiante est inoffensive : il y a des milliers de composants donc beaucoup sont mal connus mais des dizaines sont cancérigènes, aussi surement que les fibres d’amiante sont retrouvées nombreuses au fond des poumons et peuvent léser les cellules. Tout comme pour le réchauffement climatique : personne ne peut prouver rigoureusement que la libération d’une substance nocive dans l’air va forcément produire l’effet craint, mais quand il y a de nombreuses corrélations entre les quantités mesurés et l’effet en question ET une explication de bon sens qui les lient… eh bien le même bon sens oblige à agir en conséquence… sous réserve de la preuve du contraire, évidemment !

    Réponse de M le

    Je ne dis pas que ce n’est pas incommodant, je dis que statistiquement ça n’existe pas. La toxicité est plus que majoritairement prise par l’inhaleur. La nuisance est réelle pour l’entourage, la toxicité n’est pas prouvé.

    Et pour le réchauffement climatique, on peut mesurer les conséquences de l’action des hommes sur l’environnement mais on ne sait pas tout. (Notamment la pollution toxique engendrée par l’éruption d’un volcan est beaucoup plus polluante, entre autre exemple…). Au temps de Louis XIV il y a eu une énorme période de canicule, et il n’y avait pas encore d’usine, ou de transport polluant…

    Réponse de Chevalier G le

    Le problème c’est que le fait de fumer gêne les non fumeurs et en tue aussi une partie qui eux aussi aurait voulu avoir la liberté de vivre leur vie ( environ 3000/an en france).
    Ce qui compte c’est pouvoir fumer votre sacro-sainte cigarette en toute LIBERTE vous n’avez que faire des conséquences.
    Pour les fumeurs j’ai de la pitié vu leur futur programme (essouflement, fatigue, maladie diverses, pontage coronarien à 50 ans , petit crachat du matin , etc).
    Mais la encore vous continuerez à fumer peu importe ce que pourront subir vos proches.
    « Maman pourquoi papa il est mort ? car c’était un homme libre ma chérie… »

    M. Chevalier

  • David Bataille le 7 février 2011

    Et l’alcool aussi !!! Quand au jugement sur l’inutilité du tabac, je vous renvoie a la préface de Melle de Maupin, de Gautier, ou il clame que ce qui « est utile est laid », laquelle permettra peut etre de sortir de votre pret-a-penser polémique.

    Réponse de Chevalier G le

    Vous avez raison l’alcool est aussi à supprimer.
    Oups je n’aurais pas du dire cela, les débitants de boissons ils se retrouveront sans le sous ce n’est donc pas possible.
    C’est plus simple que les gens continuent à s’empoisonner et à empoisonner les autres.

    Chevalier.

    Réponse de Chevalier le

    Vous avez oubliez la fin de la citation « car c’est l’expression de quelque besoin, et ceux de l’homme sont ignobles et dégoûtants, comme sa pauvre et infirme nature »,
    Et votre réference n’est pas adapté au contexte, la citation fait aborde plutot l’utilité du beau.
    la cigarette n’est ni belle ni laide son utilité est effective pour les fumeurs, l’inutilité du tabac réside dans le fait que l’on pourrait facilement le remplacer par autre chose,
    Inutile aussi car l’organisme n’est pas fait pour absorber en masse tout ces poisons,
    Il suffit aussi d’immaginer en profondeur ce que serait un monde sans tabac pour effectivement comprendre que le tabac est inutile,
    Maintenant je ne suis pas cloitré dans un raisonnement, si vous m’exposez vos arguments je suis prêt à les recevoir, le forum est fait pour ca.

  • pomme le 7 février 2011

    Et en plus vous avez toutà fait raison.

  • nicole le 7 février 2011

    La prohibition a en effet été une réussite claire, en son temps… pour Al Capone. Allez-y, la mafia se frotte déjà les mains !

  • Midazire le 7 février 2011

    C’est une excellente idée dans la droite ligne d’Alphone Allais (ou de Tristand Bernard, je ne sais plus) qui demandait de maintenir la peine de mort tant que les assassins n’arrêteraient pas de tuer les premiers.

    On pourrait aussi interdire beaucoup d’autres activités auxquelles J.A. n’a pas pensé (neurones affaiblis ??): la production de voitures car elles tuent collatéralement des innocents, les armes (du fusil au missile en passant par les mitraillettes et autres joyeuses grenades), le vin et tous les alcools.

    Mais surtout on devrait sérieusement se poser la question, puisque J.A. parle d’inutilité du tabac (qu’est-ce qu’une chose ou une activité « utile »??? c’est aussi costaud que le concept de Dieu -utile ou pas d’ailleurs, la question se pose!!)de savoir si « la vie de l’Homme est « utile » et si oui en quoi en fonction des époques, des cultures et des latitudes et … longitudes (les éternelles oubliées du dicton populaire).
    En cas de réponse négative, il faudrait donc en tirer la conclusion et INTERDIRE LA VIE SUR TERRE, ce qui ferait un nouveau chantier de taille pour J.A. qui, devenant alors le « dernier des Mohicans » ou « le dernier des inutiles » se fera hara-kiri sans plus personne pour l’applaudir!!!
    Rions donc, mes biens chers frères, devant la proposition de J.A. qui a au moins le mérite de faire parler de lui ET de nous faire rire à nous en mordre les oreilles et ce jusqu’à Yaoundé!

    Michel (ni fumeur ni buveur)
    Yaoundé

    Réponse de Patrice Rou le

    Bravo
    Car la seule chose qui fasse vivre Mr ATTALI, c’est que l’on parle de lui, autrement : il ne sert à rien !!!

    Réponse de C. Bonobud le

    Franchement, chacun peut écrire dans un blog ses idées et l’on peut les contester ou les nuancer avec un minimum d’arguments, mais je ne pense pas que J. A. est le moindre besoin de faire parler de lui ! Simplement il est très loin de se soucier du politiquement correct, cela dérange assurément…
    Si vous pensez qu’il ne sert à rien… contentez-vous de penser qu’il ne vous sert à rien à VOUS et passez donc votre chemin ! C’est tout de même un comble de venir ici lire gratuitement des textes pour dire ensuite que cela ne sert à rien de les lire, sans même le début du commencement d’un raisonnement.
    Idem pour ceux qui critiquent le « grand économiste » qui ne verrait que l’économie : il ne parle pas pour l’instant de diverses conséquences, voilà tout, ce n’est pas pour ça qu’elles sont rédhibitoires !

    Réponse de Pinzutu le

    Bravo encore.

    Mais nous avons affaire là à un grand économiste, conseiller de présidents.

    Mais en tant que grand économiste, M. Attali n’a point à se soucier du réel, des effets pervers aux législations.
    Il n’a pas à s’intéresser à la nature humaine, comment les gens réagissent en cas de prohibition.

    Non, tout cela n’est définitivement pas du ressort d’un économiste digne de ce nom.

    Il est également vrai qu’il n’y a pas d’exemples dans le passé qui ont prouvé la nocivité de telles interdictions.

    Volstead act, Ring a bell ?

    L’économiste n’est-il également pas censé être en partir historien ? Mouarf.

    Non, aujourd’hui un des plus influents économistes de France s’en tient à des voeux pieux dignes d’un enfant de sept ans.

    Que ce genre de propos dépasse le café du commerce, qu’on le retrouve chez des personnes « écoutées », médiatiquement connues, est absolument démentiel.

    Réponse de Val le

    Mais c’est ça le pire!! C’est que de telles propositions sont faites par un éminent conseiller et économiste que nos chefs d’État écoutent!!!

    Réponse de Val le

    Et la libération de la Croissance Française!! Oh mon Dieu!!

  • Lemailg le 7 février 2011

    Cher Jacques, je m’étonne que quelqu’un aussi intelligent que vous ne se souvienne pas que depuis la nuit des temps les hommes se soient toujours débrouillés pour avoir de quoi boire et de quoi fumer. Dois je vous rappeler l’échec brillant de la prohibition aux USA? Et d’ailleurs, à ce sujet, pourquoi ne demandez vous pas l’interdiction totale de l’alcool? Très dangereux aussi… Commençons par interdire la consommation d’alcool dans les bars! Plus sérieusement, fumeur de cigares, j’ai déjà pris mes précautions, je fais pousser mon propre tabac. C’est beaucoup moins cher. Je n’en suis pas à la qualité Havane, mais cela viendra.
    Cher Jacques, vous perdez votre temps. Oubliez nous et dites moi qui a touché l’argent des frégate de Taiwan. Voici un sujet sérieux.
    Gérard Le Mail

  • MMR le 7 février 2011

    Remarque on ne peut plus stupide… Jusqu’à preuve du contraire, le tabac n’est pas présenté comme un médicament…

    Vous avez encore perdu une occasion de vous taire monsieur Attali…

  • Nicolas DET le 7 février 2011

    L’interdiction a cours terme est exagérée. Les gens sont bien trop dépendant.

    Par contre, il faudrait une vrai politique contre le tabagisme:
    - Augmentation des prix de minimum 10% *par an*, et au niveau européen.
    - Interdiction de toute publicite
    - Vrai politique de prévention dans les écoles. Par exemple, emmener tous les collégiens dans un centre de cancérologie pour qu’il vois se qui leur arrivera s’il fume.
    - Non remboursement par la SECU des frais de sante lie au tabagisme.

    Au revoir
    Nico

  • Jean-Michel le 7 février 2011

    Moi la seule question que je poserais aux candidats c’est: quand légaliserez-vous toutes les drogues?
    Une société où chacun pourrait faire ce que bon lui semble sans finir en prison (remplies de personnes liés au traffic de drogues) et qui serait nettoyée de tous ces traffique et traffiquants glauques me fait plus rêver qu’une où notre seule liberté serait de nous abêtir au travail pour engraisser quelques déjà gras cochons… sans boire sans fumer, sans rien, mon Dieu, quel programme palpitant!
    Ca me fait peur de lire ce genre de choses. Mais vraiment.

    Réponse de Val le

    Vous n’avez donc pas lu « le paradoxe de Marks » Monsieur Attali ?!

  • Antoine le 7 février 2011

    Je suis un fumeur régulier. La différence avec le médiator : Nous sommes informés de la nocivités du tabac, nous en connaissons les risques. Pour le médiator aucune des personnes défuntes à la suite de la prise du médicament n’avait été informé des dangers du médicaments. Et à la différence du tabac ce médicament était censé soigner les gens.
    L’interdiction permettrait d’allonger l’espérance de vie. Qu’importe de vivre longtemps si c’est pour subir, de tous les côtés, des interdictions multiples. Interdiction de manger salé, de manger gras, de boire et maintenant… de fumer ? Malgré les différentes influences que le jeune fumeur a pu subir il y a un fait : Il a choisi de fumer. Pour diverses manières. Pourquoi je fume ? Je ne peux l’expliquer. Je n’ai pas essayé de « frimer » avec les potes.
    M. Attali, le Tabac ne fait aucune victime, ce sont les gens qui se tuent. Les gens qui se pourrissent la santé ! Alors oui, je suis pour que l’on continue les diverses campagnes de sensibilisations au près des jeunes dans les collèges et lycées. Il faut trouver d’autre moyens de faire ces campagnes. Les campagnes faites aujourd’hui, sur le risque de cancer notamment ne touchent pas les jeunes.
    Je suis dans un pays libre, et, si je veux pourrir ma vie et bien j’ai le droit de le faire, tant que je n’impose à personne d’autre la présence de mes fumées toxiques.
    L’interdiction du tabac n’entraînerait pas la création d’un marché noir du tabac qui ne durerait pas longtemps. Non au même titre que le cannabis il en résulterait un marché noir durable, incontrôlé, et les d’autres gens, de manière moins légales se feraient plein d’argent, et ce serait comme actuellement pour le cannabis les petits consommateurs qui s’en prendraient plein la gueule ! Je préfère encore un marché contrôlé même s’il génère plein d’argent.
    Que l’Etat commence par contrôler les choses qui sont nuisibles à l’homme et que l’homme ne veut pas (pauvreté, chômage, inégalités…). Qu’il sanctionne ceux qui fraudent, ceux qui vont en Suisse. Mais que bordel il laisse libre les petits gens qui ont fait le choix de fumer, et surtout celui de continuer, car oui on peut arrêter de fumer, et malgré la propagande débile que l’on diffuse il suffit d’avoir la volonté d’arrêter de fumer.
    Sinon qu’il interdise l’alcool, le sucre et le sel, qu’il nous mette dans une cage, qu’il la décore, nous rallonge la vie jusqu’à 80 ans et dise : voici la vie !

    Réponse de yoann le

    Antoine a raison sur tout.

    Au lieu de nous enquiquiné sur le tabac occupé vous de probleme sérieux (pauvreté, chômage, inégalités…).
    Tout les jours une partie de nos liberté s’envole.

    LA VIE SANS CETTE POLITIQUE A LA CON SERRAI TELLEMENT MIEUX!!!!

    la france de jours en jours donne le dégouts.

    Réponse de Chevalier G le

    C’est bien français comme réponse, « au lieu de faire ca vous devriez plutot vous occupez de ceci ».
    Normal que l’on avance pas avec des mentalités de badernes.
    IL faut bien commencer par quelque et ne pas tout melanger , chomage, immigration, la on parle de santé publique, du tabac qui ne sert à RIEN sinon à décimer des millions d’humains.
    Il faut lutter contre le tabagisme sans négliger les autres problèmes.

    Réponse de Kiliam le

    Je suis d’accord avec vous sur le fait qu’il serait idiot d’interdire le tabac (= développement du marché noir ect…).

    Je suis d’accord sur le fait qu’on ne peut pas aller continuellement contres les libertés des citoyens (boire, fumer).

    Mais une personne libre (de ses choix et de ses actes) doit assumer les conséquences de ses actes.
    Le tabac est un problème de santé public (= mort + coûts pesant sur la collectivité).

    Les personnes libres (qui fument) doivent assumer les conséquences et prendre en charge eux même les frais engendrés par leur cancer.

    Dans une vingtaine d’années, les assurances privées se développeront au profit de l’assurance maladie collective.
    Votre assureur vous fera faire chaque année un check up pour évaluer vos comportements (alimentaire, sport, boisson, drogue) et donc évaluer les risques. Le montant de votre police d’assurance en dépendra.
    Bref, les gens seront enfin responsabilisé et libre.

  • weibel le 7 février 2011

    Vous devriez, monsieur le polytechnicien, avoir honte d’avancer sans les nuancer de tels chiffres.

    Vous avez probablement raison d’écrire que le tabagisme fait dans le monde un mort toutes les dix secondes. Wikipédia ne donne pas ce chiffre, mais par recoupement, j’arrive au même chiffre. Wikipédia permet d’en obtenir un autre; un enfant meurt de faim toutes les 16 secondes.

    Les enfants meurent, M. Attali, avant l’âge de, disons 16 ans. Les victimes du tabagisme, soit qu’elles fument elles-mêmes soit qu’elles subissent la fumée des autres, ont-elles aussi moins de 16 ans ? Toutes ? Je peux vous répondre, M. Attali: Ce n’est pas le cas: Je connais dans mon entourage immédiat plusieurs personnes qui fument et ont 65 ans ou plus. Pour mettre les points sur les i, je ne connais pas d’enfant de 65 ans.

    Si vous vous emportez contre le tabagisme, que ne vous emportez-vous bien plus contre la faim dont sont victimes les enfants? J’admets, c’est une hypothèse, chacun peut en faire une autre, que le tabac fauche les hommes en moyenne à l’âge de 58 ans, alors que la faim fauche les enfants en moyenne à l’âge de 8 ans. J’admets aussi que l’espérance moyenne de vie est de 68 ans. Avec ces hypothèses, la faim des enfants fauche 50 ans de vie de chacune de ses victimes, tandis que le tabagisme n’en fauche que 8. Ce sont des ordres de grandeur qu’un Polytechnicien devrait pouvoir contrôler.

    Vous parlez d’argent, vous vous intéressez à ça. Les vies fauchées à l’âge de 8 ans n’ont encore rien « produit », celles qui sont fauchées par le tabagisme ont fini, ou sont en passe de finir de « produire ». Pensez-y lorsque vous donnez des conseils d’efficacité à la France.

    La mort à 85 ans d’un homme ou d’une femme qui a vécu avec le plaisir du tabac peut-elle être comparée avec celle d’une enfant mort de faim ? La statistique vous permet de l’affirmer. L’humanité, non. Non seulement votre raisonnement est-il indigne d’un polytechnicien, il est surtout indigne d’un homme.

    rodolphe weibel

    Réponse de Val le

    Monsieur Attali, parlez-vous en votre nom ? Ou parlez-vous pour ceux qui vous payent ?!

    Réponse de AM le

    Bien dit !
    Le silence est d’or !

    Qui parlait d’euthanasie des plus de 65 ans ? alors je m’arrête là ou je continue.

    Réponse de C. Bonobud le

    Petite nuance : l’interdiction du tabac (pas forcément brutale) aurait un effet direct sur la mortalité liées à sa consommation, cela ne fait aucun doute.
    En revanche, pour continuer votre comparaison, envisageriez-vous d’interdire la faim dans le monde ?
    De plus, votre calcul avec les années d’espérance de vie est assez fantaisiste. Vous pourriez compter de la même manière 85 ans d’espérance de vie en moins pour tous les enfants jamais nés… à cause de l’avortement ! Non ,le tabac a de très nombreuses conséquences négatives et très peu de conséquences positives – et celles-ci peuvent être obtenues autrement. La mortalité augmentée n’est qu’un indice permettant d’apprécier l’amplitude de ces conséquences négatives mais est très loin de représenter le niveau qualitatif. La fumée entraine globalement de nombreux effets pervers incalculables comme toute pollution de l’air, on peut demander des ménagements pour permettre aux accrocs de supporter le choc (ceci étant bien révélateur) et surtout interdire toute nouvelle addiction à ce produit mais pas balayer l’idée d’un revers de main.

    Réponse de Chevalier G le

    Quel beau combat que celui engagé par M. ATTALI, je suis de son coté à 100% ( et oui encore un chiffre que vous allez pouvoir discuter).
    Le tabac est inutile et entraine une baisse de la qualité de vie, la gêne est réelle au quotidien pour des millions de personnes exposées involontairement à la fumée.
    Je le répète le monde ne souffrira pas d’un monde sans tabac.
    Pour ne pas balayer l’idée d’un revers de main,effectivement on pourrait créer des établissements ou les gens pourraient continuer à grouiller et s’empoisonner en toute LIBERTE ( les fumeurs aiment ce mot).
    Bravo encore à M. ATTALI qui viens d’engager un combat contre les défenseurs de l’inutile.

  • tarik le 7 février 2011

    Enfin un homme de bon sens qui pense pour l’ensemble de la nation et qui n’est pas intéressé!
    moi de puis l’âge de 12 ans j’y pense!

    Réponse de Val le

    Penser pour « l’ensemble de la Nation » est un outrage à la DÉMOCRATIE.

    Réponse de tarik le

    ??? inutile de déformer les propos, vous aviez très bien compris, une greffe de cerveau me paraît urgente avec une petite dose de nicotine peut-être?

    Réponse de Chevalier G le

    Ah les démocrates du dimanche…ils utilisent les mots « Démocratie », « Liberté » 1789 fois par jour, mais sans être constructif.
    Je rigole souvent quand je lis ce genre de message :)
    Heureusement qu’il y a des gens qui « pensent » à la place de ceux qui ne pensent pas , M. ATTALI viens d’aborder un sujet qui est latent dans l’esprit de million de personne,
    Un monde sans tabac, moi aussi j’y pense depuis que je suis petit , des années que je suis emm…. par la fummée,
    Quel bonheur de pouvoir se faire un restaurant dans un air sans tabac, que d’aller danser dans une salle sans tabac,
    Un rêve pour moi un monde sans tabac,

    Réponse de AM le

    Il faut arrêter de regarder la star ac

    Réponse de tarik le

    HORS SUJET!

  • geo le 7 février 2011

    Et foutre la paix aux gens, est ce que l’état y a pensé aussi ?

  • Milo le 7 février 2011

    Complètement d’accord avec vous M. Attali !!!!
    Je suis fumeur.
    Je suis un drogué.
    Je m’intoxique et je me détruit.
    Au départ je l’ai bien voulu.
    Mais maintenant j’ai toutes les peines du monde à m’arreter, et même à diminuer ma consommation.
    N’en déplaise à ceux qui vont forcémment m’enfoncer : personne n’est égal devant la dépendance, que ce soit l’alcool, le tabac, les jeux, internet etc … si bien que certains seront peu sensibles au manque alors que d’autres le vivront très mal (énervosité, dépression etc …).
    Ce produit est un poison, et en ce sens il devrait être interdit.
    Bravo pour le courage de vos propos Mr. Attali.

    Réponse de lambda le

    Je me demande s’il existe un seul pays sur cette terre où fumer est interdit.

    Réponse de Chevalier G le

    Alors la bravo M. Milo, j’admire votre franchise et la sincérité de vos propos.
    L’interdiction du tabac pourrait permettre à de nombreuse personne de tomber dans le piège.
    Je vous souhaite beaucoup de courage si un jour vous décidiez d’arrêter.

    Cordialement,

  • Nathan le 7 février 2011

    Commencez-donc par trouver une solution pour endiguer le marché noir du cannabis – autre que la régulation de la vente.
    Alors, vous pourrez avoir l’air plus crédible dans vos lubies liberticides.

  • jaggerone le 7 février 2011

    Ah Mr Attali !!.sans doute non fumeur.!!mais savez vous qu’il y a plus de morts en voiture que de fumeurs décédés .;arrétons totalement l’alcool, la voiture .;et l’avion n’en parlons méme pas cet engin ne servant qu’aux élites pour assister à telle ou telle conférence inutile..stopons les baignades ,l’alpinisme…les guerres ,les attentats .;etc etc .;en un mot , ne venons méme plus sur terre !
    100 millions au vingtiéme siécle de morts .;et plus haut 5 millions par an ??..les chiffres et la vérité !!

  • Zorg le 7 février 2011

    Bonjour

    Je pense que l’interdiction totale du tabac est une aberration, le seul effet sera d’augmenter les revenus des mafias et autres bandes.

    On peut agir autrement. Pourquoi ne pas présenter la note aux compagnies productrices de tabac. Chaque année les maladies liées au tabac coutent tant d’argent à la sécurité sociale et bien Messieurs Malboro, Gitane… à vous de rembourser la sécu au prorata de votre chiffre d’affaires en France !
    Ou plus dissuasif pour les fumeurs : vous avez un cancer du poumon, vous n’avez pas arrêté de fumer alors que vous étiez au courant des risques et bien la sécurité sociale ne vous rembourse pas . A vous d’emprunter sur 20a pour payer les soins…

  • Vurca le 7 février 2011

    Bravo pour cet article, tellement vrai, tellement resplendissant !

    Je pense que dès qu’une législation interdisant le transport, la vente, la possession et même la consommation verra le jour, les forces de l’ordre pourront enfin traquer les jeunes, durant les soirées, durant leurs sorties nocturnes pour les prendre la main dans le sac ! Je pense même nos braves représentants de l’ordre pourront enfoncer les portes à 6h du matin (heure légale d’arrestation et de perquisition) afin de menotter le dealer, devant sa femme et ses enfants ! S’ensuivra ensuite une comparution immédiate où le juge, dépité, devra condamner l’homme, responsable d’avoir exporté et revendu à ses potes des cigarettes en provenance d’Espagne.

    Franchement, un bel avenir que voilà !

    Ajoutons y également qu’une telle prohibition (eh oui, c’en est une !) mènera à la mort des buralistes, à l’hégémonie du trafic à grand échelle (déjà que les vente de cocaïne et de cannabis battent leur plein !), à l’assèchement des caisses de l’Etat…

    Je suis âgé de 20 ans, je fume depuis l’âge de 14 ans et laissez moi vous dire, M. Attali, que je suis majeur et capable et que je suis le seul responsable de mes poumons.

    Merci !

    Réponse de peache01 le

    seul responsable, donc seul payeur de vos soins quand les problemes arriveront?….

    Réponse de migel le

    Mais si un fumeur meurt prématurément, il ne coûtera pas plus cher en soins qu’un vieillard qui ira d’hôpital en hôpital: l’argument économique est nul.
    D’autant plus que les vieillards en bonne santé, ils coûteront cher en retraite!

    Réponse de Pierre le

    Enfin un qui a les yeux ouverts…
    Je te félicite !!!

    Réponse de chipoteur le

    Le seul irresponsable de vos poumons, plutôt…

    Réponse de Chevalier G le

    L’interdiction du tabac n’entrainera pas la mort des buralistes, mais seulement une baisse considérable de leur revenu, maintenant un vendeur de produit toxique transformé un vendeur de confiserie, l’idée me plait.
    Quoi qu’il en soit cela pourra permettre à des gamins de 14 ans de tomber bêtement dans le piège.
    Cela rendra aussi la vie meilleurs à beaucoup de personne,
    Je n’ai jamais fumée, j’ai vécu dans un village ou il y avait peu de fumeur, je n’ai pas été soumis à la tentation, peut être que moi aussi j’aurais été stupide.

  • Renarde le 7 février 2011

    tout n’est pas entièrement faux mais bon chacun est libre de choisir sa mort … et si l’état interdit le tabac les grands fumeurs pourront toujours se fournir par le biais de la contrebande !

  • Baurelyre le 7 février 2011

    La passion d’interdire est une bien triste marotte, et les esprits qui s’y abandonnent cessent bientôt de paraître supérieurs.

    Réponse de Chevalier G le

    J’imagine un monde sans interdiction, je pourrais le matin écouter ma musique à fond, si mon voisin frappe à ma porte pour contester, je le pourrais le tuer, ensuite j’irais m’occuper de sa femme.
    Je continuerais la journée en roulant à 200 km/h renversant ci et la quelques passants qui n’auront qu’a se résigner,
    J’irais faire mes courses gratos, puis si je tombe en panne d’essence je prendrais la voiture de Baurelyre qui protestera en citant Montaigne ou Rousseau,
    Pour finir la journée je pourrais tranquillement rentrer chez moi ou chez une autre personne puisque rien n’est interdit.
    Vivement un monde sans interdiction ou la loi du plus fort serait la meilleurs.

    Réponse de Baurelyre le

    La belle rhétorique. Toute liberté serait donc susceptible d’être bannie selon la mode du moment, au prétexte qu’une civilisation ne peut manquer de s’appuyer sur des interdits axiologiques ?

    Et le tenancier de ce blog entend fonder une civilisation nouvelle sur l’interdiction de pétuner, peut-être ?

    Votre indiscernement est puéril.

    Réponse de Chevalier G le

    Beaucoup de mots savants, de citations, mais vos solutions M. Baurelyre, vos solutions…?!!!

  • Kevin le 7 février 2011

    vous pouvez tous polémiquer pendant des heures, cracher votre venin,… mais constatez que le tabac entraine d’innombrables maladies pour d’innombrables personnes.

    2 questions :

    Combien de personnes dépendantes à l’alcool ?

    Combien de personnes dépendantes au tabac ?
    = la moitié des français environ

    alors arrêter votre parallèle avec l’alcool.

    Réponse de Wanner le

    C’est une blague ?

    Réponse de MICHEL le

    STOP A LA CONNERIE TABAC INTERDISONT TOUS ET RETOURNONT DANS NOS CAVERNE CAR A VOUS ECOUTER TOUS ET MAUVAIS POUR LA SANTE

  • Daniel Irondelle le 7 février 2011

    c’est vrai le tabac est tellement dangereux que l’armée devrait interdire l’accès des bureaux de tabac, si par malheur une épidémie de grippe H1N1 faisait ne serait ce que 10000 morts, l’armée interdirait la sortie des villes en quarantaine, ce chiffre est pourtant bien inférieur aux 60000 morts annuels liés au tabac en France.
    dans une autre vie j’étais chirurgien permettez moi de vous suggérer une autre méthode moins radicale mais contraignante et responsable.
    de 12 à 18 ans prélèvement chaque année à chaque adolescent d’un cheveu, s’il n’y a pas de nicotine versement d’une prime de 300 €
    si la nicotine est présente les parents devront payer beaucoup plus pour l’assurance maladie entre 500 et 1000 € par mois
    les adultes seraient bien sûr soumis aux même contrôles et cotisations
    pour 6 € le paquet de cigarette des économistes américains ont calculé que sur une vie durant le coût réel est de 40 € le paquet payés en grande partie par les non fumeurs

  • elie-lefebvre le 7 février 2011

    Quitte à etre courageux et vouloir sauver des vies innocentes,proposez d’abord la meme chose pour l’alccol sous toutes ses formes.
    Evidemment ce srerait s’attaquer à des lobbys autrement plus puissants mais Mendes France en son temps a eu ce courage, a eu raison et a réussi (à supprimer les boullieurs de cru individuels)
    L’alccolisme passif fait infiniment plus de dégats.
    La propositon serait tout aussi utopique mais plus conforme a vos objectifs, donc plus intelligente
    On vous a connu plus innovant .. il y a trente ans
    NEL

    Réponse de Chevalier G le

    Il faut s’occuper du tabac et de l’alcool,
    Deux produits inutiles et générateurs de bien des malheurs.

    Réponse de belsha le

    De bien de bonheurs, aussi…
    Oh, si vous saviez!

  • Patrice Rou le 7 février 2011

    je cite  » On remettrait en cause quelques emplois ;  »
    je n’ai qu’un seul conseil à vous donner, faite une réunion avec les personnes intéressées par les  » quelques emplois  »
    vous pourrez toujours leur dire :
     » Messieurs vous êtes au chômage , pour le bien-être de la société et l’espérance de vie de tous « .
    Mais qui leur donnera de quoi vivre, VOUS ???
    Les conseilleurs ne sont jamais les payeurs !!!!

  • C’est quand même bête le 7 février 2011

    Avec quelle impatience j’attend votre victoire contre le tabac !

    Une fois que ce sera terminé, que je ne serais enfin plus fumeur et que la population sera suffisament réduite, on pourra s’attaquer à d’autres fléaux avec les mêmes armes.

    Et quelle belle première cible que ce qui provoque belle quantité de maladie : la nourriture grasse.

    D’abord, rappeler régulièrement à quelqu’un à quel point son comportement est nocif pour lui même et son entourage.

    « Crétin de gros, arrete de bouffer ! » « Tu te détruis ta santé ! » « Faut vraiment être con pour bouffer » « Tu vois l’exemple que tu montres à tes gosses, t’es irresponsable! » « Madame, ne bouffez pas autant, c’est nocif pour vos enfants » « Monsieur, mangez va réduire votre virilité » etc etc.

    Ensuite, on leur en ote tout plaisir.

    On marque en gros sur la bouffe « manger rend gros » « manger tue » « si vous mangez, vous nuisez à votre entourage dans le métro en collant votre graisse à eux » « manger provoque des sudations et des odeurs désagréables voir nocives pour votre entourage »

    Jusqu’à ce qu’ils se sentent mal.

    Ensuite, on les vire dehors, dans le froid, pour bouffer, ou on les parque dans des enclos.

    Ah, vivement que je puisse faire subir à d’autres ce que je subis moi même tous les jours !

    Malheureusement pour moi, je ne suis qu’un fumeur. Un peu une sous race de l’humanité que l’on se fait un devoir de soigner ou de sauver. Mais une fois cela fait, il faudra penser à autre chose… Nourriture, sexualité, alcool, tant de plaisirs nuisibles !

    Faisons leur bien à tous, même s’ils doivent en souffrir ! Dieu nous le rendra !

    Réponse de christine le

    et oui !

  • Seb Per le 7 février 2011

    Bonjour

    Vous savez bien qu’une telle décision déclenchera ipso facto l’agissement concerté des lobbies qui ont intéret au statu quo.

    Et si au grand jamais, on parvenait a reellement interdire le tabac, on devrait investir dans la lutte contre la contrebande qui ne manquerait pas de foisonner et dans la repression/prevention de l’usage prohibé.

    Et cette interdiction ferait le bonheur ( en dollars) de certains :

    Quelqu’un ( je ne me souviens plus) a dit un jour : « le meilleur moyen d’exploiter le marché d’un produit, c’est d’en faire controler par la force publique la distribution, et ce jusqu’à l’impensable : l’interdire purement et simplement. Alors se trouvent les marges de 10 000%. »

    Regardez du coté du marché des drogues. C’est le parfait exemple … à ne pas suivre.

  • Fab le 7 février 2011

    Et puis on interdit l’alcool qui donne des cirrhose, le chocolat qui attaque le foie, les armes qui tuent et blablabla. Mr Attali, un objet n’est mauvais que si l’on s’en sert mal. Au lieu d’infantiliser en interdisant, il vaudrait mieux aider au développement des consciences, ce que vous faites en général bien avec vos livres, restez dans ce créneau svp.

    Pour info, le tabac fait partie de cultures ancestrales, et si certaines de ses propriétés médicinales sont encore mal connues, nous savons par contre que additifs rajoutés par les fabricants de cigarettes sont extrêmement nuisibles, ce qui n’est pas du tabac.

    Enfin, ne tenez pas rigueur de ce commentaire car il ne reflète uniquement l’étonnement d’une personne sensible à vos travaux mais dubitatif sur cette sortie tellement légère et « one-sided » et qui donc ne vous sied pas.

  • Maxxi le 7 février 2011

    Je vous admire beaucoup JA, mais là franchement vous venez d’écrire des conneries … et vous le savez très bien, alors je me demande pourquoi ?

  • jbdepradines le 7 février 2011

    On est habitué aux inventions parfois sensées parfois délirantes de Jacques Attali. Il est un Géotrouvetout du Tout et N’importe quoi… Mais là li dépasse toutes les bornes: le tabac est certes un poison, mais ni plus ni moins que l’alcool, la feuille de coca, le sucre, le cannabis, le sel, le potage… si l’on en abuse…. Pourquoi vouloir s’acharner sur le tabac, qui est sans doute bien moins dangereux que ne le disent les statistiques tripatoullées : on a appris récemment d’un grand ponte de la médecine, le Professeur Even, que l’idée d’une dangerosité du « tabagisme passif » était une billevesée… Dieu sait pourtant qu’on nous a bassinés avec cette trouvaille de communication… Le tabac, Monsieur Attali, apporte du plaisir. Faut-il le nier? Etes-vous opposé au plaisir ? Sur quel autre plaisir allez vous appliquer bientôt vos ciseaux d’Anastasie? Le sexe, la lecture, le vin… ?

  • DominiqueA le 7 février 2011

    Mon cher ami, vous avez trop fumé la moquette : ce que feront les interdits de tabac…
    Voyez les bénéfices que tirent les trafiquants de la drogue pourtant interdite ; la guerre des narcotrafiquants dans certains pays ; il en serait de même pour le tabac, mais à bien plus grande échelle. Votre proposition est une subvention aux maffias ! Je précise que je ne fume pas et que j’ai horreur du tabac qui menace des proches qui fument.

  • isuoi le 7 février 2011

    Encore un que l’on paye pour rien faire !
    qu il prenne sa retraite

    Réponse de Val le

    Attali au pilori !!!

    Réponse de François le

    Bravo pour ce commentaire très constructif qui favorise le débat. Vous êtes déjà à la retraite ?

  • jbdepradines le 7 février 2011

    Laisser aux autres le droit de savourer leur plaisir est une bénédiction qui vous échappe. Sans doute ne fumez-vous pas… Comment voulez vous savoir de quoi il s’agit… Vous devez ne boire que de l’eau et ne faire l’amour qu’avec parcimonie. Épargnez nous vos démonstrations foireuses… Merci.

  • H. le 7 février 2011

    « L’État aussi est soumis à la loi malthusienne. Il tend à dépasser le niveau de ses moyens d’existence, il grossit en proportion de ces moyens, et ce qui le fait exister, c’est la substance des peuples. Malheur donc aux peuples qui ne savent pas limiter la sphère d’action de l’Etat. Liberté, activité privée, richesse, bien-être, indépendance, dignité, tout y passera. » Frédéric Bastiat (1801-1850).

    On ne peut pas trouver meilleure illustration de cette prophétie que votre post.

  • Ichu le 7 février 2011

    Mr Attali,

    Pouvons-nous espérer un jour ne plus avoir à subir votre avis sur tous les sujets ?

    En vous remerciant par avance,

    Réponse de François le

    Mais arrêtez donc de les lire

  • baz le 7 février 2011

    Ouais, et après ça, la prohibition ? Parce que bon, l’alcool aussi c’est dangereux. Sinon, comme je n’ai rien d’constructif à ajouter, je m’en irai en citant (approximativement) Los Angeles 2013 :
    « Les Etats-Unis sont une nation de non-fumeurs. Pas d’alcool, pas de cigarettes, pas de drogue pas de femme… à moins bien sûr d’être marié. Pas d’armes, pas de langage grossier, pas de viande rouge.
    - Une terre de liberté. »

  • Simon-P le 7 février 2011

    Allons bon ! Monsieur Attali ne sait plus quoi inventer pour faire parler de lui. Interdire le tabac, et si on va par là, pourquoi pas les voitures et les passages piétons ? Je suis heureux de savoir que Monsieur Attali ne fume pas et qu’il pourra donc encore longtemps nous offrir ses bons conseils. Il faut vraiment avoir fait de hautes études pour pondre une idée aussi irresponsable et absurde, ce n’est pas la peine d’être un intellectuel si c’est pour pondre des idées coercitives. Laissez les gens vivre en paix.

  • hmb le 7 février 2011

    À suivre ce raisonnement :

    - la pollution générée par auto engendre aussi des dépenses de Sécu. Or la voiture n’est pas indispensable; donc il faut interdire la voiture (au moins dans son usage loisir)

    - le ski : le sport qui coûte le plus cher à la sécu (fractures diverses) : interdisons le ski; en plus les montagnes ne subiront plus de préjudice esthétique dû aux remontées mécaniques

    personnellement je suis favorable à ces deux interdictions mais pas sûr que tout le monde soit de cet avis

    quant à la clope, je ne fume pas mais toutes ces prohibitions me donnent parfois une furieuse envie d’en griller une

    on a toujours un excellent prétexte pour interdire à l’autre ce qu’on ne pratique pas soi-même : au nom de la liberté bien sûr!

  • said le 7 février 2011

    BRAVO!!!!!
    Je suis moi meme fumeur et regrette d’avoir un jour commencé!
    je pense au jeunes à qui on devrait montrer le « bon exemple!!! »
    En tout cas bravo pour cette initiative!!!

  • non fumeur le 7 février 2011

    C’est bien connu que la prohibition est efficace. On se souvient avec nostalgie de l’exemple américain (prohibition de l’alcool) et de son cortège de traffic et de criminalité. Pas besoin de faire appel a la mémoire, il suffit de regarder l’efficacité de la politique actuelle de prohibition du canabis…

    Si le but est de faire en sorte que le tabac tue encore plus qu’aujourd’hui, et coute encore plus cher à la société, effectivement, Mr Attali, la meilleure solution est de l’interdire…

  • PY le 7 février 2011

    Approche louable. Je suis moi même non fumeur. De parents fumeurs, j’ai essayé pour comprendre ce que les copains pouvaient bien lui trouver et suis resté sur ma faim.

    Cependant plutôt qu’une approche répressive, pourquoi ne pas prendre une approche de marché. Investir dans la recherche et trouver un produit qui apporterait une valeur supérieure aux consommateurs, et viendrait naturellement ou soutenu par un marketing adapté le remplacer avec à terme des bénéfices, des emplois et une prédominance mondiale pour celui (état ou entrepreneur) qui aura trouvé LE produit… et remplacerait de facto le marché du tabac et tous ses acteurs.

  • fk622 le 7 février 2011

    Juste quelques FAITS évidents mais dont personne ne tient compte :
    - le tabac est consmmé depuis des milliers d’années
    - il ne cause de problèmes de santé importants que depuis l’invention des cigarettes industrielles, il ya en gros 150 ans.
    - les problèmes de santé liés au tabac sont liés à l’usage du tabac fumé, particulièrement sous forme de cigarette et sont quasi inexistants avec le tabac prisé, chiqué, etc. particulièrement s’il n’a pas été torréfié. la dépendance nicotinique est également beaucoup plus faible par ces moyens d’absorption.

    Sans compter qu’on attribue au tabac fumé des effets nocifs qui viennent de la pollution industrielle, mais là, pas question de prendre des mesures massives, la « croissance » avant tout !

    beaucoup d’huystérie et de simplisme manipulateur, mais un prétexte supplémentaire pour surveiller les gens et réglementer leur mode de vie, ça n’a pas de prix par les temps qui courent…

    Par ailleurs, les commentaires haineux qui dénient aux victimes du tabac (imposé par l’état durant de dizaines d’années, à l’armée, par exemple) le droit de bénéficier de la sécurité sociale, qu’ils ont financé par les taxes exorbitantes auxquels ils ont été assujetis sont proprement scandaleux et justrifieraient des poursuites s’ils n’étaient pas ciblés sur une catégorie de sous-citoyens à rééduquer de force, et pourquoi pas à exterminer si nécessaire…

  • florent le 7 février 2011

    biensur qu’il faut interdire le tabac !!
    c’est une honte que l’état puisse mettre en vente partout de la drogue et tout le monde trouve ça normal !!
    Tout l’agent que gagne l’état devrait être reverser aux malades du tabac..
    j’ai arreté de fumer (prise de conscience) il y a 1 an avec une méthode naturelle (maltapuff)
    Fumeurs, faites en autant, c’est le seul moyen d’anéantir ce virus…

  • belsha le 7 février 2011

    M. Attali, je pense que cet article est une blague, une provocation dans le but d’attirer l’attention sur l’aberration des politiques liberticides anti-tabac déja en place. Sinon, vous êtes quelqu’un d’extrêmement dangereux, d’extrêment bête aussi. A l’heure ou tous les spéciaistes sérieux se prononcent pour leur légalisation de toutes les drogues, prôner la prohibition du tabac est un contresens absolu.

    Votre comparaison avec le Mediator est absurde: vous dites que le tabac est « inutile » Et ben non! Que cela vous plaise ou non, ces 1,3 milliards de fumeurs prennent énormement de PLAISIR de savourer une cigarette. Ce qui n’est pas le cas de la prise de Mediator… Et surtout, ils ont choisi de ne pas sevrer de leur addiction en toute connaissance de cause, malgré tous les messages de santé public dont ils sont abbreuvé tous les jours. Et oui — cela vous étonne — on peut préférer un plaisir quotidien pendant plusieurs décennies à l’espérance de vivre quelques années de plus… Que cela vous déplaise ou non, c’est un choix rationnel.

    Ensuite, votre comparaison avec les morts du paludisme et du sida ne tien pas debout, car ces fleaux tuent en règle générale à un age beaucoup plus jeune.

    Le pire c’est se désir déconcertant d’interdire à tout va, apparemment juste par plaisir de manifester son pouvoir, de brandir ses muscles. De plus en plus de jeunes fument. ET ALORS?????? Pourquoi voulez-vous leur gacher le plaisir? Ce manque de respect du pouvoir pour les choix et les désirs d’une grande partie de la population est accablant. Je respecte vos choix de vie, vos valeurs, vos désirs; et même si certains vous déplaisent il ne me viendrait pas à l’idée de vouloir les « interdire ». S’il vous plaît faites preuve du même respect.

    Réponse de chipoteur le

    « De plus en plus de jeunes fument. ET ALORS?????? Pourquoi voulez-vous leur gacher le plaisir? »

    Le plaisir d’avoir un cancer dans quelques années. Super ! Respectons les jeunes, donnons leur carrément du tabac à l’école !

    Réponse de belsha le

    Les jeunes sont parfaitement informés des dangers du tabac. Ils sont aussi informés des dangers du motocyclisme, du ski hors-piste, de la plongée, du cannabis, de la cocaïne, des graisses animales, etc. etc.

  • fabrice noel le 7 février 2011

    interdire le tabac, et pq pas les pesticides, le sexe, l’alcool, l’eau, la bouffe etc etc
    vous devriez Mossieur Atila, vous auto interdire de dire des conneries plus grosses que vous
    Pour votre information le tabac ferait peu ou prou 60 000 morts par an alors que dans le même temps les micros particules de diesel génèrent près de 48 000 morts et là rien n’est fait par vos (des…) potes du gouvernement
    Je tiens sur ce sujet des informations
    Bien à vous
    Fabrice

  • philippe b le 7 février 2011

    M. A

    Ce qui est amusant, et pourtant vous vous targuez d’être aussi économiste, c’est l’absurdité économique que vous dîtes, que vous répétez plutôt car souvent, comme dans vos livres, vous chipez ailleurs vos idées.
    Oui un cancéreux coûte cher. Mais la plupart des hommes et femmes qui atteignent un certain âge aussi, fumeur, ou non, ils impliquent des frais, puisque plus de 50 % des frais médicaux d’un homme ou femme en France est impliqué par les dernières années de sa vie.
    Oui le fumeur avec ses cancers coûtent chers, mais les non-fumeurs aussi, d’autant plus qu’ils vivent plus longtemps.

    L’argument économique ne tient plus depuis longtemps, dès lors que l’on considère l’ensembel des interactions impliquées au niveau d’une population.

    Ensuite, comme l’a dit un très bon commentaire, la différence avec le médiator, tien au fait qu’il y ait dissimulation pour celui-ci alors que pour le tabac, depuis au moins les lois Evin, est reconnu et explicité sa nocivité au niveau des populations. Le fumeur sait qu’il s’empoisonne.

    Pour poursuivre : la question de la quantité de vie ne détermine pas la qualité de vie. Un fumeur vous dira qu’il y a un confort dans sa cigarette, qu’elle lui apporte. Certes c’est subjectif, mais c’est cette subjectivité qui détermine et constitue ce que l’on nomme une satisfaction. Aucune quantification pourra vous conduire à apprécier l’existence. Seule la qualification.

    Pour finir, le travailleur qui fait sa pause, oui, il a un coût. Mais, est-ce à dire que l’humain soit une machine, et que c’est sa mécanisation qui fait sa compétence. Combien d’idées sont nées de moments de pause, que ne lisiez vous Bergson, vous qui vous prétendez aussi philosophe, ou au moins essayiste. L’association d’idées, la créativité n’est pas dans la productivité, mais dans des parcours plus souples, qui sont issus dit-on en science cognitive de possibilité de plasticité.

    Vous ne faîtes que confirmer ce que beaucoup gens des cercles auxquels j’appartiens, pensent : un fumeux penseur. C’est à mon sens plus dangereux que le tabac, car cela implique des politiques, des idéologies, dont nous avons peine toujours à nous débarrasser.

  • DiosAnthos le 7 février 2011

    Ben biensur, et tous ce qui est « totalement inutile, à la nocivité aujourd’hui avérée… » devrait être INTERDIT!!!
    Alors, l’alcool, le saut en parachute, l’alpinisme amateur, la moto, la baignade, le marathon,…
    C’est tout à votre honneur de défendre ces pauvres gens qui ne savent gérer leur santé et qui font tout dans l’excès, mais gardez en tête la notion de PLAISIR et de LIBERTE!! Sinon menez ce combat dans sa globalité, en y intégrant l’alcool, les colorants alimentaires, l’aluminium (en papier alimentaire), les graisse hydrogénées…. et comme vous dites tout ce qui est « totalement inutile, à la nocivité aujourd’hui avérée »

  • Henry Eynard le 7 février 2011

    Bonne idée ! Mais pourquoi s’en tenir là ? Pourquoi ne pas interdire aussi le suicide (+ de 10 mille morts/an en France) : les 200 000/an qui se manquent se verraient punis d’une amende de Xmille euros assortie d’une peine de prison incompressible, par exemple. Hein ?

  • ooma le 7 février 2011

    Il faut evidemment s’attaquer aussi à l’alcool, M. attali, et une fois que cela aura été accompli (deo gratias), l’étape suivante serait peut être de rendre la messe obligatoire avec confession publique et de créer des camps d’internement pour les délinquants (ceux qui fument, boivent des coups, ne vont pas à la messe et ont moins de 10 de moyenne dans au moins deux matières au collège, mineurs compris, il faut tuer les oeufs). La qualité de vie en serait grandement améliorée.
    non ?

  • Tryph le 7 février 2011

    Visiblement, l’auteur a un soucis avec les fumeurs qui s’empoisonnent et qui – pire – payent pour ça. soit… le tabac est une drogue, légale certes, mais pas moins drogue. c’est inutile, ça coute cher, ça rend malade, on est d’accord.
    savez vous quelle autre drogue légale est inutile, chère et dangereuse pour la santé? l’alcool!
    une différence de poids cependant, la cigarette n’altère pas le jugement, la perception de la vitesse et des distance et n’est que très rarement (jamais?) en cause dans les accidents de la circulation.
    alors pourquoi toujours s’en prendre à la cigarette sans jamais remettre en cause l’alcool…?
    puisque vous avez mon e-mail, je serai curieux de recevoir votre réponse par ce biais puisque je ne repasserai pas sans doute pas par ici.
    bref, je suis un (ex) fumeur (ex entre parenthèse parce que je pourrait reprendre un jour) mais je ne comprends vraiment pas cet acharnement systématique contre le tabac. cette espèce d’hypocrisie qui vise a incriminer un mal tout en acceptant les autres. une façon de se donner bonne conscience…?

    enfin, merci de vérifier vos chiffres. dans ce billet, il est écrit:
    « 5500 milliards de cigarettes sont fumées chaque jour. »
    faisons un petit calcul:
    nous sommes environ 7 milliards sur la planète, disons 8 pour être large puisque je ne connais pas le nombre exact.
    5500 / 8 = 687,5
    cela voudrait dire qu’un moyenne, chacun dans le monde fume plus de 687 cigarettes CHAQUE JOUR… les vieux, les jeunes, les enfants et même les nouveaux-nés…

    effectivement, ça donne à réfléchir x:

  • Kevin Biger le 7 février 2011

    Le racourci intellectuel se basant sur le mediator me parait abhérant, celui-ci offrait la promesse d’une guérison falacieuse, alors que le tabac ne promet rien en terme de guérison, bien au contraire.
    Certes, on peut essayer de supprimer tous les vecteurs mortels, penchez-vous dès-lors également sur l’alcool, voir sur l’âge qui est le plus grand risque, ne pas en prendre est un combat de tous les instants.

  • Pour info le 7 février 2011

    http://www.youtube.com/watch?v=LBdEkaf4xho

    L’avis d’un spécialiste sur la question…

  • Barnabé le 7 février 2011

    Naturellement c’est avant tout l’effet « pavé dans la mare » qui est recherché, mais si on parle sérieusement il convient de prendre en compte le phénomène de la dépendance. Les fumeurs sont entrés légalement dans le tabagisme, la plupart d’entre eux ne pourront pas arrêter même si le tabac devenait interdit. Donc ils n’auront pas d’autre vrai choix que d’entrer dans l’illégalité.

    Faire de l’industrie du tabac une industrie tout à fait à part, étroitement contrôlée par l’État pour l’empêcher de mener des campagnes de promotion de ses produits, tout à fait d’accord. Promouvoir des paquets normalisés pour contrecarrer le marketing des fabricants, parfait. Mais l’interdiction proposée n’est pas la bonne réponse.

  • Visitorq le 7 février 2011

    Comparer le tabac et le médiator l’un remboursé par la sécurité sociale et dont les médecins vendaient un effet positif sur la santé et le tabac dont on sait qu’il nuit à la santé mais non remboursé par la sécu, c’est un peu osé!
    Peut être devrait-on interdire les hommes politiques qui nuisent à la santé ? Ceux qui touchent de l’argent de l’Angola pour des missions sur le micro crédit alors que c’est un régime corrompu? Ces conseillers qui ne font que vendre du vent et des coups de com’ pour exister! Bien joué pour ce dernier pétard!
    A ce train là il faut tout interdire ce qui peut nuire à la santé: l’alcool comme certain l’ont noté, la voiture ? l’avion ? les pesticides? donc le pétrole ? le nucléaire aussi ? Vivre c’est mourir, autant choisir de le faire comme on veut, c’est « la condition humaine »!

  • Julien le 7 février 2011

    Ce n’est pas si simple que ça … Ma réponse (un peu plus réaliste je pense) se trouve ici : http://paris-berlin.tumblr.com/post/3163264168/interdire-le-tabac-lidee-etrange-dattali

  • Auguste le 7 février 2011

    Cher Jacques,

    Bravo pour cette proposition et pour le courage de la question que vous poserez à nos candidats. Enfin une solution digne de ce nom pour un problème brûlant.

    Et bravo pour cet argumentaire! Ajoutez à votre démonstration que l’émission de gaz à effets de serre en sera sensiblement amoindrie, et que la pauvreté disparaîtra mécaniquement, puisque chacun sait que les pauvres sont les premières victimes de ce poison.
    Notons cependant qu’il serait plus juste et plus direct d’interdire les pauvres.

    Enfin, allons plus loin, et proposons aussi l’interdiction de l’alcool, des livres à contenus idéologiques douteux et de l’automobile dans nos villes et nos campagnes.

    Par avance, et pour la France,
    Merci.

  • Cassandre le 7 février 2011

    Vous avez mille fois raison, le tabac (une plante) est pire que le Mediator (médicament).

    Et quand vous dites « [...]pourquoi on ne traite pas avec la même sévérité un produit totalement inutile, à la nocivité aujourd’hui avérée, consommé chaque jour par [...] milliards de personnes dans le monde et qui fait chaque année [...] millions de morts » j’ai eu peur.

    Mais là, je suis soulagée car j’ai cru un instant qu’il s’agissait de l’alcool.

    Vous ne voudriez tout de même pas interdire l’alcool, une si bonne substance cangérigène, mutagène, tératogène, foetotoxique qui induit une accoutumance, une très forte dépendance, une altération de la vigilance avec des comportements dangereux, pouvant même provoquer le coma ?

  • Vincent le 7 février 2011

    Ma liberté s’arrête là où commence celle des autres. Les mesures de Santé Publique bafouant ce principe sont un frein au développement, au progrès, à la croissance, à ce qu’on voudra.

    Mr Attali, vous incarnez « l’élite », la fausse, celle des « sachants ». Rejoignez la vraie, celle des sages, de ceux qui savent qu’ils ne savent pas, de ceux qui ne pensent pas pour le peuple ni en son nom mais depuis le peuple.

    Responsabilisons-nous, cessez de nous infantiliser.

    Réponse de Neda DENYS le

    Oui, responsabilisons-nous. A quand la fin de ce spectacle affligeant de ces mères qui fument en direction des poumons de leurs jeunes enfants ? Ces petits êtres ont-ils décidé de leur sort ? C’est trop facile de se voiler la face en se persuadant que cela ne nous concerne pas.

  • lexonarkz le 7 février 2011

    Les clopes sont pas remboursées par la sécu et c’est pas un médicament, quand on mélange n’importe quoi on se dit que la retraite s’impose !

  • manu le 7 février 2011

    Mr Attali….
    On vous paie pour ça ?

  • Yannick le 7 février 2011

    Pour ma part je vois là une belle démagogie.

    De plus en plus le pouvoir en France traite ses citoyens qui sont en théorie dans une démocratie les garants du pouvoir et de l’équilibre comme des enfants en tentant de décider ce qui est bien ou mal pour eux.

    Au sujet du tabac (et d’ailleurs pas uniquement en ce domaine), ce sont les lobbys qu’il faut combattre.

    Le concept de Liberté qui est pourtant en première place dans la devise française est entaché par ce genre d’attitude.
    Les personnes responsables le sont de leur santé et de leur vie, ils ont bien le droit si ils le souhaitent de se pourrir à coup de tabac, cela tant qu’il est fait sans atteindre au droit d’autrui ne regarde en rien le gouvernement.

    Derrière ce sujet qui se veut de bonne volonté, se cache les symptômes classiques d’un discours menant à la tyrannie, à savoir « nous savons ce qui est bon pour vous et nous vous forcerons à agir en ce sens ».

    A ce compte là, puisque tout le monde cotise, il faudrait interdire aux Français de pratiquer des sports à risque ou bien encore de conduire leur voiture, de consommer la moindre goutte d’alcool, mettre en place des couvres feu pour éviter les agressions.

    Non vraiment je vous le dit, ce genre de discours aussi faussement teinté de bonne volonté, n’a pas sa place dans une pays démocratique qui base un de ses principes fondamentaux sur la Liberté.

  • Saotome le 7 février 2011

    Il est réconfortant de voir comment peu à peu l’homme a réussi à donner libre cours à sa liberté d’interdire.

    Quino !

    C’est juste sur le principe, mais excessif dans se démonstration.
    Les voitures tuent : on interdit les voitures ?
    Le coca fait des obèses : on interdit le Coca ?
    Le Mac Do n’est pas bon pour la santé : on interdit les mac do ?
    Le bronzage sur la plage on interdit ? Les barbecues et la viande trop grillée, on interdit ? Et le Vin, le wisky la bière on interdit ? Les rayons de bonbon ? Le poisson au mercure ? Tous cela rapport de l’argent et en cout et n’est pas inhérent à la vie de l’homme. Donc on interdit.

    Précision : je ne fume pas et n’ai rien à défendre ici, si ce n’est la liberté. Aussi absurde soit elle.

  • Guillaume le 7 février 2011

    Cher monsieur Attali,

    Prohiber de front tous les produits tabagiques serait très radical mais totalement inapplicable.

    Plus envisageable et plus efficace le mieux ne serait t’il pas selon un planning scientifiquement et légalement défini, de sevrer progressivement tous les fumeurs en diminuant/éradiquant/légiférant tous les additifs contenus dans les cigarettes, connus comme étant particulièrement nocifs et favorisant grandement la dépendance tabagique?

    En attaquant le marché de manière progressive, on limiterai l’impact en terme social, fiscal mais aussi et surtout la création de marché parrallèle avec toutes les dérives qui en découleraient.

    Guillaume

  • Pierre Nantes le 7 février 2011

    Je pensais comme beaucoup d’entre vous qu’on devait laisser une certaine liberté et que pouvait fumer qui voulait.

    Ceux qui fument pensent toujours que le pire n’arrive qu’aux autres ou que le pire arrivera à un âge avancé de la vie. Mais on ne fait que passer entre les gouttes et certains se font rattraper par le crabe pervers bien avant l’heure…

    Je viens de perdre mon frère de 29 ans (cancer) il y a 12 semaines et je vous garantis que depuis le terrible diagnostic et les mois d’atroces souffrances qui ont suivi ce dernier, je ne veux plus entendre parler de vos cigarettes et de votre tabac.

    Le jour où il faudra passer au scanner ou au PETSCAN, il n’y aura plus de malins à proclamer la liberté de se détruire la santé. Je vous le garantis.

  • Gabymaman le 7 février 2011

    Que vous arrive t-il M. Attali ?

    Seriez-vous tomber dans la facilité des discours racoleurs, que vous savez impossible à mettre en place et qui relève plus de l’utopie que de l’idée de génie. Je cite « On remettrait en cause quelques emplois ; les Etats perdraient quelques recettes ; on encouragerait pour un temps le marché noir ; on devrait faire quelques dépenses pour désintoxiquer ceux qui le sont. » Pourriez-vous s’il vous plait qualifier les occurrences du mot « quelques » en ce qui concerne les emplois, les recettes et la désintox ?
    De plus pensez-vous qu’il soit intelligent dans une période telle que celle que nous vivons de restreindre encore un peu plus les libertés ?
    Pour conclure, je dirai qu’en suivant votre raisonnement il serait judicieux d’interdire tout ce qui nuit ou comporte un risque pour notre santé, et la liste est longue.

    Alors M. Attali lors de la rédaction de votre prochain billet essayez d’avoir une vision globale des impactes de vos interventions.

    A bon entendeur…

  • Tryphon le 7 février 2011

    Je me rappelle une conversation entre actuaires sur le tabac.
    D’après les données de l’époque en notre possession, le coût en assurance santé des fumeurs était de dix fois inférieur au gain en assurance vieillesse.
    Autrement dit, un fumeur meurt plus jeune qu’un non fumeur, il a été plus malade que les autres, mais le surcoût de sa maladie est largement compensé par le fait qu’on lui versera sa retraite moins longtemps.
    Il me semble que l’on peut en conclure que la libéralisation du tabac serait bonne pour la croissance économique.

  • yves belaubre le 7 février 2011

    Quand on n’a rien à dire, les bassesses démagogiques sont là. Monsieur Atali bouffeur à tous les rateliers ne se demande pas comment vivent les gens qui n’ont pas ses 8 pièces chauffées et si le tabac n’est pas un petit plaisir qui reste pour ceux qui ne sont pas vendus comme lui à tous les robinets. Taper sur le tabac est la seule façon dont les néo-cons de toute espèce bottent en touche quand leur inepties politiques et sociales ne sont plus rentables et quand le peuple abruti comme toujours n’envisage plus rien d’autre que de leur claquer les fesses. On savait que les intellectuels français étaient des lâches et des vendus, on ignorait qu’ils étaient les chantres des interdits et de la bêtise de bonne conscience à peu de frais. Heureusement, il y a des niveaux d’incapacité intellectuelle et morale qui disqualifient pour toujours les crétins qui s’y adonnent.
    En mourant, ne donnez pas votre cerveau à la médecine car il n’y aura rien à en tirer.
    Avec mon mépris.

  • Theo le 7 février 2011

    Vous voulez donc accélérer l’avènement de ce monde terrifiant dominé par les assurances, et en particulier les assurances-santé, que vous nous décriviez dans « une brève histoire de l’avenir »? Ce monde des « surveilleurs » mis en place par des compagnies privées de sécurité, travaillant elles-mêmes pour des sociétés d’assurance privées qui veilleraient à la régulation des comportements individuels? Ainsi puisque vous l’avez prédit, autant accélérer le mouvement, c’est cela? Ou, pour éviter que les compagnies privées ne s’en emparent, autant que l’Etat prenne les devants? Mais quelle vision d’horreur. Je précise que je suis un ex-fumeur, que je suis très heureux d’avoir arrêté cette saloperie, mais que ce genre de proposition est selon moi bien plus dangereuse que le tabac lui-même

  • Damien Planchais le 7 février 2011

    Mr Attali, vous ne respectez pas le libre arbitre a un tel point que maintenant vous voulez forcer la France entière à arrêter de fumer?
    Je ne fume pas mais je considère que si une personne veut fumer elle en a le droit.
    Et vous de quel droit pensez vous pouvoir contrôler la vie de millions (milliards?) d’individus
    Laissez les gens décider de ce qui est bon ou mauvais pour eux et allez vous occuper d’affaires autrement plus grave que de fouiner dans la vie privée des français!

    Réponse de Neda DENYS le

    N’importe quoi ! Et à quand la fin de ce spectacle affligeant de ces mères qui fument en direction des poumons de leurs jeunes enfants ? Ces petits êtres ont-ils décidé de leur sort ? C’est trop facile de se voiler la face en se persuadant que cela ne nous concerne pas.

  • Nelsonito le 7 février 2011

    Ce qu’il faut interdire c’est la liberté. Elle tue, la preuve en Tunisie, en Egypte, le 14 juillet 1789, partout dans le monde. C’est la liberté de fumer qui tue les gens. C’est la liberté de conduire qui fait des accidents.
    Pourquoi ne pas construire une démocratie qui régule la vie des gens et les oblige à vivre le plus longtemps possible? Une dictature en quelque sorte…

    Interdire le tabac, c’est interdire aux gens de vivre comme ils l’entendent. La comparaison avec l’alcool n’est pas, à mes yeux, la bonne, car l’alcool n’est généralement pas consommé en si grande quantité que le tabac (ou en tout cas régulièrement). Le café, par contre, est un fléau au même titre que la clope. Il affaiblit le coeur, mais lui, ne tue pas directement, et est consommé par beaucoup beaucoup de gens.
    Et l’informatique? Les « geeks » se pourrissent la santé à rester sur leur ordinateur toute la journée. Pourquoi ne pas interdire les jeux?
    Et l’amour? L’amour tue ! Combien de suicides sont dus à un déboire amoureux? Il faut l’interdire, Monsieur Attali.

    Je ne cherche pas à montrer que tout doit être autorisé (car c’était du second degrès…), mais qu’une société libre, comme la notre devrait l’être, est une société RESPONSABLE qui laisse les gens être eux-même responsables de leur vie, de ce qu’ils souhaitent en faire. Tant qu’ils n’empiètent pas (trop) sur celle des autres, je ne vois pas en quoi on pourrait leur en vouloir.
    Pour exemple : Je suis un fumeur de cannabis depuis quelques années (j’ai 21 ans). Je fume, je suis défoncé environ 2 jours par semaine (essentiellement le week-end) car je sais que l’herbe peut être nuisible à trop haute dose. Donc je fume rarement. Est-ce que j’embête les gens? D’autant moins, car quand je fume je suis bien plus cool, bien plus ouvert d’esprit. Je risque cependant de me retrouver en prison, pour avoir voulu vivre ma vie.
    Mais non, vous les politiques, vous préférez interdire aux gens d’être libre, d’être responsables, de vivre leur vie comme ils l’entendent, parce que bon, être politique c’est bien, diriger la vie des gens, c’est mieux.
    Je finirai sur une idée idiote mais tellement vraie : vivre tue, et c’est bien le pire fléau de l’humanité…

  • F.C le 7 février 2011

    Tiens, c’est curieux. Je ne vous voyais pas lancer ce genre de campagne, pour l’interdiction du tabac. Elle pose le même problème que toute interdiction, à savoir sa légitimité face aux libertés individuelles.
    En l’occurrence, du moment que je respecte la liberté des autres, et que je ne les importune pas avec ma fumée, je ne sais pas de quel droit l’Etat m’interdirait quelque chose, sauf à considérer :
    1. sauf à considérer : que je ne suis pas assez responsable pour connaître les risques que j’encours (le danger est pourtant inscrit sur tous les paquets…). Mais dans ce cas, si le citoyen est considéré comme irresponsable sur un choix aussi simple, il faut, d’urgence, lui retirer le droit de vote (qui est un choix autrement plus complexe).
    2. sauf à considérer : que ma vie ne m’appartient pas, mais appartient à l’Etat, à la nation ou à Dieu; et que je ne peux donc pas en disposer à ma guise. Ce qui suppose que la France adopte les lois de certains Etats américains, qui pénalisent le suicide (ceux qui en réchappent pouvant être condamnés). Et ce qui s’apparente, selon moi, à un totalitarisme civil et/ou religieux.
    3. sauf à considérer : la grippe tuant plus que le tabac, il serait dès lors, et pour être cohérent, interdit de dormir sans bonnet de nuit – avec bien sûr un droit de sanction dévolu aux forces de police, ainsi que des possibilités de contrôles inopinés, de nuit à domicile.
    Il en est de même, par exemple, pour le non-port du casque en 2 roues, qui ne me rend nullement plus dangereux pour les autres; et ne devrait donc pas être pénalisé, sauf à considérer, encore une fois, que le citoyen n’a pas le droit de disposer de sa propre vie, au nom de considérations plus financières que morales; ce qui, encore une fois, s’apparente pour moi à une pensée conduisant à l’infantilisation du citoyen, et comme telle, totalitaire à terme.
    Cela n’a rien à voir, bien sûr, avec le scandale du Médiator : le citoyen n’ayant pas eu le choix de prendre ou non un risque en se gavant de Médiator, par omission d’informations sérieuses sur les conséquences du produit.
    Après l’interdiction du tabac, la prochaine étape, alors, pourrait être, si l’on veut être cohérent, et : outre le port du bonnet de nuit, l’interdiction de toutes les activités à risque (alpinisme, voile, moto, etc.), qui sont tout aussi « inutiles » que le tabac; voire de tout risque.
    Ce qui me paraîtrait conduire à une société terrible.
    Encore une fois, je suis d’autant plus étonné de cette prise de position, et que vous vous inscriviez dans cette logique, alors que vous avez récemment critiqué le principe de précaution.
    Très cordialement.

  • jojo le 7 février 2011

    Mmmm, bien que l’idée tient surement plus de l’utopie qu’autre chose, sachez M.Attali qu’il est dans la nature de l’homme et ce depuis les débuts de l’humanité, que cette dernière a toujours eu le don de se défoncer à n’importe quel truc pour échapper à son quotidien: le tabac, l’alcool, la bouffe, le sexe, les drogues douces et dures, le travail, les jeux d’argent, les jeux vidéos…bref la liste pourrait s’allonger sans fin, d’ici les années et les siècles à venir, c’est comme ça, et vous n’y pourrez rien. Et oui, l’excès tue chaque jour qui passe, mais quand on ramène ça à l’échelle de notre planète, n’est-ce pas futile de vouloir interdire le tabac ?

    Doit-on rappeler que des objets banals, voir même la société actuelle de consommation dans laquelle on vit aujourd’hui, mènent des gens à la mort indirectement ou pas? Oh que c’est beau de se payer un V12 6 cylindres si c’est pour écraser un enfant qui traverse la route! Oh qu’il est bien joli de se payer le smartphone dernier cri, fabriqué par ce que j’appellerais des esclaves des temps modernes sous payés au point de se suicider dans leur usine ? N’est-il pas merveilleux de se payer de l’essence raffinée par nos belles multinationales qui ne font que piller la planète au mépris de la vie tout court ?

    Ne peut-on tout simplement pas laisser vivre mais également laisser mourir les gens comme ils l’entendent ?(à condition qu’ils soient parfaitement lucides) Cette manie de vouloir préserver la vie au mépris de la liberté des gens est un non-sens à mes yeux. C’est bien joli de dire que, olala, le tabac fera plus de morts, au final, que toutes les guerres de l’histoire de l’humanité, mais vous pensez un peu à notre petite planète des fois ? Heureusement qu’il y a le tabac, l’alcool, les guerres, les maladies, les cancers, les accidents, les catastrophes pour réguler notre population, dans un monde si idyllique que vous prônez M.Attali, on serait pas 6 ou 7 milliards actuellement, mais surement 50….imaginez un peu cette réalité si l’homme n’aurait plus le droit de se tuer à sa manière.

    Bon évidemment, je veux bien admettre que ces propos peuvent choquer(surtout pour les guerres), la vie est un don précieux, et il est normal de vouloir la préserver, mais je trouve trop qu’on fait une fixation sur la mort, bou c’est pas bien ! Parce que même si la médecine, le progrès, ou la modernité rallonge notre espérance de vie, il faudrait peut être ouvrir les yeux et se dirent, que l’espérance de la planète, elle, est très loin d’augmenter….donc celle de l’humanité par conséquent.

    L’idéal étant de trouver un juste milieux entre la cupidité et la bêtise humaine, et le respect de notre planète….mais bon, c’est tout utopique que de vouloir interdire le tabac!

    Réponse de phlogiston le

    « à condition qu’ils soient parfaitement lucides »
    Un fumeur est chimiquement accro a une puissante drogue , donc non lucide par définition.

    Réponse de belsha le

    Vous avez tout à fait raison. Et puisque les fumeurs sont non-lucides par définition, il faudrait immédiatement:

    — Mettre tous les fumeurs sous tutelle, par manque de lucidité ils ne peuvent pas être responsables de leur vie

    — Interdire l’acces aux concours de la fonction publique aux fumeurs, et en exclure immédiatement les fumeurs déjà fonctionnaires.

    — Interdire aux fumeurs d’écrire et de publier des livres, ils risquent d’avoir une mauvaise influence à propos de pleins d’autres sujets. L’option d’un collant « ce livre nuit gravement à votre santé » n’est pas valable, car ils apprendrait aux foules que certains auteurs fort populaires étaient ou sont fumeurs. Il vaut mieux les interdire tout court.

    — Par conséquent, il faudrait aussi expurger les livres d’histoire, les encyclopédies, les manuels scolaires de la moindre référence à des personnalités fumeurs. Afin que les cours d’histoire sur la deuxième guerre mondiale n’aient pas d’effets nocifs sur nos collégiens, on ne parlerait que de Hitler (à 100% politiquement correct) , mais évidemment pas de Roosevelt et de Churchill, trop dangereux, ils pourraient leur donner l’envie de fumer.

    — On reservera aux fumeurs des emplois manuels, en plein air (pour que leur productivité ne soit pas trop diminué par les pauses cigarettes), et de préférence loin des villes. Arbeit macht frei!

    Réponse de belsha le

    Pour les manuels d’histoire, une alternative serait d’utiliser Photoshop non seulement pour effacer les cigares de Churchhill et Roosevelt (comme on l’a déjà fait pour Sartre), mais surtout d’ajouter une cigarette à Hitler.

    Comme ça nos têtes blondes sauront sans ambiguités ce qui est bien et ce qui est mal!

  • So le 7 février 2011

    Vive la démocratie ! Est-ce qu’on pourra planter du tabac dans son jardin ? Pour info il y a des personnes qui aiment fumer, manger des trucs gras, boirent de l’alcool ou des sodas toxiques, des trucs bons ou dégueulasses, etc. Faut arrêter le délire chacun fait ce qu’il veut de son corps qui n’est pas propriété de l’Etat ou des marchés que je sache !

  • Sachiko le 7 février 2011

    « [...] et réduit partout la productivité des entreprises qui doivent laisser à leurs employés des pauses pour s’empoisonner en toute légalité. »

    Vous auriez pu arrêter votre phrase à « pause », c’eût été moins hypocrite.

    C’est incroyable, cette manie de vouloir transformer chaque humain de ce pays en une machine au service de l’économie et de la production industrielle. Il y a certes des arguments à opposer à la diffusion de masse du tabac dans nos sociétés, mais vous n’avez à la bouche que chiffres et prohibition.

    Réponse de hallahpecheauxmoules le

    je ne suis vraiment pas surpris que ce vieux donneur de leçon tiennent ce genre propos totalement stupides. Vive la France le pays de la liberté où l’interdiction est à présent la réponse à tout. Et votre parallele entre le mediator est absurde; on parle de gens malades voulant se soigner mais ayant eut accès pour cela à un poison sans le savoir tout cela pour enrichir un ami de ce président minable; les fumeurs eux savent que c’est mauvais mais preferent ne pas forcément devenir vieux dans une société pourrie.
    stéphane.

  • patrick le 7 février 2011

    allez tio biloute faut interdire aussi l alcool ça fait aussi des ravages et non des moindres.

  • bernard le 7 février 2011

    Je parlerai du fond:augmenter l’espérance de vie.
    Mais ne croyez vous pas que ce soit aux gens de décider,et non pas à vous?
    Il ne faut pas fumer,pas boire,pas manger trop sucré,trop salé,trop gras,etc…
    Allez,je vais être un peu méchant mais tellement réaliste:comparez l’espérance de vie d’un ouvrier d’usine et d’un personnage publique comme vous….et là,la cigarette n’a rien à voir.
    Prenez en compte le fait que des personnes ne sont pas du tout intéressées de vivre jusqu’à 90ans.
    Et puis,pour terminer,le coût pour la sécu..ne croyez vous pas que ce sont les tarifs monstrueux des laboratoires pour leurs médicaments anti cancer qui sont à montrer du doigt?

  • Tom le 7 février 2011

    Même si je suis le premier à dire qu’on devrait se débarrasser du tabac, comment pouvez vous comparer un produit dont la nocivité est bien connu de ses consommateurs à un produit vendu comme remède mais qui s’est avérer nocif ?! Soyons sérieux ce n’est pas comparable et votre titre ressemble plus à un titre de presse à scandale qu’autre chose.

  • manurein le 7 février 2011

    5500 milliards de cigarettes fumées chaque jour.
    Voyons, calculons : admettons que TOUS les êtres humains fument (y compris les enfants)- il y a 6 milliards d’êtres humains, cela nous fait donc une consommation moyenne de 5500 / 6 = 916,66 cigarettes par jour et par être humain, y compris les enfants …
    Ce chiffre n’est-il pas légèrement exagéré ? Et tous les autres chiffres de cet article sont)ils aussi réalistes ?
    Un peu de sérieux Monsieur Attali !

    Réponse de Tom le

    C’est encore pire d’après M. Attali il y aurait 1,3 milliard de fumeur.

    « [...]consommé chaque jour par 1,3 milliards de personnes dans le monde « 

  • jmf le 7 février 2011

    c’est marrant, je me méfie toujours un peu des gens qui veulent à tout prix mon bien…

  • ooma le 7 février 2011

    Je resume vite fait tous les commentaires :
    Jacques, tu as perdu une bonne occasion de te taire.

  • Alexandre le 7 février 2011

    Je comprends cette démarche vu le nombre alarmant de mort causés par le tabac, cependant je voudrais rappeller deux faits :

    - En France, plus on fume et plus on risque d’attrapper une maladie associée au tabac, or les taxes sont appliquées sur la quantité de tabac acheté, donc on peut considérer qu’une partie (qui serait à évaluer) des dépenses de santé engendrées par le tabac sont récupérées en taxes tabac. Cela revient à privatiser partiellement le risque de santé lié au tabac on donc à le sortir de la solidarité nationale.

    - Si l’on s’attaque au tabac on ne peut pas ne pas s’attaquer à l’alcool qui lui, produit en plus de problèmes de santé de nombreux désastres familiaux (divorces etc…).

    Tabac et alcool peuvent être assimilés à des drogues douces légales. Si le curseur a été placé à ce niveau depuis longtemps c’est aussi parce que cela assure une paix sociale acceptable en réalisant un tampon avec les aléas de la vie que chacun d’entre nous sont susceptibles de croiser.

  • Daniel François le 7 février 2011

    J’adooore ce genre de prise de position qui font réagir les populations d’internautes. 90 % des commentaires sont pleins de bon sens et montrent que nos élites ne sont vraiment pas à la hauteur. Comme je crois cependant que JA est une personne intelligente je me demande bien quelle peut être la finalité de ce blog, je m’interroge, quelqu’un a-t-il des éléments de réponses ? Je précise quand même que j’ai un fort ressentiment contre le tabac, que j’apprécie la bonne bouffe et le bon vin et que cela ne m’empêche pas de pratiquer différentes activités physiques (certains diront sports mais je reste modeste dans mes performances !)

  • Paul CARCASSONNE le 7 février 2011

    le combat va être long

  • Drouvroy le 7 février 2011

    Bonjour,

    Vous n’avez trouvé que ça pour faire de l’audimate, ce n’est pas sérieux franchement !

    Il est vrai que vu le prix des cigarettes cela redonnerait du pouvoir d’achat à ceux qui n’en ont plus ou pour ainsi dire plus vu l’état dans laquelle l’économie est ! Cela ne ferait que repousser un peu plus loin l’échéance du naufrage du radeau de la méduse !!

    100 ans de dévaluation du $ voilà ce que cela donne.

    Et le pire c’est qu’il y a encore des gens pour parler d’économie. J’appelle ça ne l’inefficacité.

    Réponse de Drouvroy le

    Léon Schwartzenberg n’aurait t-il pas dit que si l’on interdisait la cigarette il n’y aurait pas assez de place dans les asiles.
    Entre Vallium et cigarette je préfère la cigarette au moins j’ai pas l’air d’un zombie et je n’engraisse pas les groupes pharmaceutiques.
    Mais il est vrai que dans la démarche la société préfère avoir des zombies car ils ne réagissent plus.
    Le fumeur a encore toute sa tête.
    Attention aux fumeurs ce sont des contestataires en puissance.

    Bien à vous

  • Adrien le 7 février 2011

    « 1,3 milliard de personnes » fumant dans le monde.
    « 5500 milliards de cigarettes sont fumées chaque jour ».
    Ainsi, un fumeur consomme en moyenne 4230 cigarettes par jour, soit 211 paquets, soit 21 cartouches, soit..

  • denunciator’s Eye le 7 février 2011

    Seul un fasciste ou quelqu’un incroyablement stupide ferait de tels propos sur l’interdiction du tabac, Monsieur Attali. Et pourtant je suis un non fumeur. Mais je pensent aux pauvres qui n’ont que cela comme réconfort dans ce monde pourri que des hommes comme vous avez créé

  • Alex le 7 février 2011

    Le tabac est économiquement rentable à plus d’un titre : non seulement il rapporte des taxes obscènes, mais c’est un excitant dont l’effet se traduit par une meilleure productivité, ce qui doit plaire à notre « génial économiste ».
    Mais surtout, il présente un avantage énorme : en écourtant la vie des jeunes retraités, il fait faire des économies substantielles aux caisses de retraite, et il permet d’éviter d’euthanasier les retraités, comme le proposait judicieusement il y a quelques années un « humaniste » du nom de … Jacques Attali.
    Il est évident que taxer et interdire sont des solutions beaucoup plus intelligentes que chercher à comprendre les raisons du stress de notre jeunesse, qui l’entraînent vers les drogues, dont le tabac est en effet l’une des plus répandues.
    Mais on risquerait être amené à aborder des sujets peu attaliquement corrects, comme la globalisation, les délocalisations, les actions néfastes des grands organismes financiers, etc.
    Il vaut mieux donc taxer et interdire…

  • fabrice le 7 février 2011

    allez vous interdire la connerie?
    cordialement

  • Nicolas781 le 7 février 2011

    « Mais on ne l’interdit pas. Pourquoi ? » Parce que c’est une liberté pour le type qui bosse 35 heures par semaine pour une misère de pouvoir fumer sa clope ? Non mais c’est fou ça… On interdira le vin demain ? Je suis dans les 25% de fumeurs en France. On est quoi nous ? De la merde ? Ah les emplois… Ahh l’état et ses recettes… Et le fumeur c’est le pauvre abruti qui n’est pas capable de penser par lui même ?

    Vous auriez du plagier cette article (ou vérifier vos sources) sur un autre, cela vous aurez évité d’avoir l’air ridicule… Une fois de plus.

  • pascal le 7 février 2011

    Cher Frere Jacques
    Je veux bien tout comme vous etre rénuméré 10000€ par mois pour écrire des inepties comme celle ci.Avez vous au moins songer a l’impact de ce que vous écrivez ??? je pense que oui…. enfin j ‘espere.
    Si Francois M vous entendait,je pense qu’il dirait IMBECILE
    Aller bonne retraite , n’y avez vous pas songer??

  • KOO le 7 février 2011

    totalement inutile ???
    ce n’est pas ce que pensent les millions de fumeurs…

  • François le 7 février 2011

    Bravo ! Enfin une prise de position claire et ô combien pertinente.
    Ancien fumeur, se battant depuis 2009 contre un cancer du poumon (bilobectomie, chimio, récidive et thoracoscopie), je me demande ce que les fabricants de mort vont faire pour moi. La réponse est RIEN. C’est devant la justice qu’il faut les traîner!

    Réponse de alexandre le

    Faut pas venir se plaindre lorsqu’on est fumeur et qu’on attrape un cancer ! Ceux qui porte plainte contre les fabricants ne sont que des hypocrites qui rejettent la faute sur un tiers sans se regarder dans le miroir.

    Quand on fait un choix, il faut savoir l’assumer jusqu’au bout, malade ou pas !

    Pour info: mon père est décédé d’un cancer des poumons après 30ans à fumer et je ne l’ai jamais entendu dire que c’était la fautes des autres.

    Réponse de François le

    Belle preuve d’empathie, merci! Je dis que la prévention contre un poison mortel a été bien trop tardive. Je dis que les fabricants de tabac connaissent parfaitement la nocivité de leur produit, je dis que l’Etat a laissé faire au nom de la raison économique.

    Réponse de alexandre le

    Effectivement, les fabriquant connaissent la nocivité de leur produits….comme tout le monde!

  • Rober le 7 février 2011

    Argumentaire puant: comparer les morts du tabac à ceux de la WWII…
    les fumeurs sont conscients des risques et savent ce qu’ils risquent et décident de fumer, les morts de la seconde guerre mondiale n’ont pas eu cette chance.
    Il y aurait encore bcp de chose à ajouter à ce sujet mais Attali ne fait ça que pour faire parler de lui, je ne gâcherais plus mon temps à ça.
    Une question néanmoins: pensez-vous que tout le monde ne souhaite que mourir de vieillesse?

  • Fedra le 7 février 2011

    De l’art de faire du buzz…

  • PATRICK le 7 février 2011

    alors Jacquouille si j interdis l alcool tu est pret a faire des gueuletons l eau .c est pas bon de vieillir .

  • ambroise MEJEAN le 7 février 2011

    Bonjour,
    Je suis tout à fait d’accord avec cette réflexion, je remercie Jacques Attali pour sa clairvoyance. Il est un des seuls qui n’a pas peur de le dire : le tabac est un poison pour la santé et la société ! Les candidats à la présidentielle devront effectivement se prononcer sur ce sujet.
    Cordialement,
    AM

  • Jérôme le 7 février 2011

    Vous n’avez rien d’autres à penser… Vous nous emmerdez avec vos réflexions gratuites qui ne mènent à rien, alors que le monde vit des jours ô combien importants. Faîtes preuve d’intelligence et de dignité ou dégagez comme Ben Ali et Moubarak et les autres à venir… Marre de cette pseudo classe d’intellos politicos de gauche comme de droite donneuse de leçons et rentière de son nombrilisme. Venez vivre un peu dans la rue avec un vrai travail et un vrai logement (un studio) et de vrais problèmes de fin de mois. Bref atterrissez dans la vraie vie. Après vous pourrez vous permettre de disserter. Je vais fumer avec plaisir une clope. J
    Ps : les guerres et les vendeurs d’armes sont tout aussi nocifs et inutiles. Des réflexions?

  • Guerandal le 7 février 2011

    J’aime bien que l’Etat, donc des politiciens, s’occupe de moi, décide ce que je dois faire, quand, comment, avec qui et éventuellement pourquoi (mais là c’est le début de la réflexion, donc de la contestation et ça devient vite la chienlit).

    Nous pouvons tous nous rendre compte du bien que fait la prohibition des drogues (hors tabac et alcool).

    Cela permet de créer des jobs de trafiquants, cela nourrit la corruption, surtout de ces mêmes politiciens qui ne veulent que notre bonheur.

    OUi, vraiment M. Attali, la prohibition, c’est la meilleure chose que l’homme a créée pour permettre tous les trafics et tous les crimes.

    Et puis, ce n’est pas du tout contradictoire avec vos propositions pour libérer l’économie française.

    Auriez-vous une autre bonne idée comme celle là, M. Attali ?

  • Fred le 7 février 2011

    Interdisons la voiture, ça cause des accidents. Prohibons les vacances à l’étranger, ça cause des déplacements, et l’émission subséquente de divers monoxydes dangereux pour la santé et l’environnement. Interdisons le gras qui cause de l’obésité et des dépenses de santé faramineuse. Interdisons Sarkozy à la télé aux heures de grande écoute, il m’irrite, c’est mauvais pour ma pression sanguine. Interdisons le sexe hors mariage, c’est parfaitement inutile quand on a déjà une femme à la maison qui peut aussi faire office de maîtresse si l’on fournit un effort (parfois immense) d’imagination. Interdisons la lecture d’ouvrages subversifs (Monsieur Attali nous en fournira la liste), le peuple pourrait avoir des idées peu conformes à un présent apaisé. Interdisons les Sudoku ; personnellement, je suis devenu accro. Interdisons la plongée sous-marine, le saut en parachute, le kite-surf, le golf, la pétanque et toutes ces ânneries absurdement attentatoires à la vie. Interdisons à des cons comme moi l’accès à un ordinateur pour donner leur avis, je perds mon temps, je ferais mieux de bosser pour gagner plus

    Réponse de Massai le

    Vraiment génial! j’en pleur encore de rire! x)

  • Véronique LE CLEZIO le 7 février 2011

    L’Ile Maurice est prète à relever le défi:

    ITC Wave II: 96% of Mauritians surveyed are now in favour of a total ban on tobacco products…
    The fruit is ripe.
    Let’s work together NOW to free Mauritius from the scourge of tobacco by offering adequate cessation services as required!

    MAURITIUS NATIONAL REPORT
    International Tobacco Control Survey Project- Mauritius
    2010

    Wave 1: May 2010
    The large majority of smokers (85%) and non-smokers (96%) agreed that they would support A TOTAL BAN on tobacco products within 10 years, if the government provided assistance such as cessation clinics to help smokers quit.
    Wave 2: November 2010
    6.2 Support for Cessation Services
    At Wave 2, the majority of smokers (94%), and virtually all quitters (99%) and non-smokers (99%) agreed or strongly agreed that the Government of Mauritius should do more to help smokers quit smoking. In fact, the large majority of smokers (88%), all quitters (100%), and virtually all non-smokers (99%) agreed that they would support A TOTAL BAN on tobacco products within 10 years, if the government provided assistance such as cessation clinics to help smokers quit.

  • Aurélien le 7 février 2011

    Interdire la consommation de tabac est un peu illusoire mais ne pas rembourser les frais de santé directement imputables au tabac est déjà plus simple…

    Réponse de belsha le

    Oui, vous avez raison. Je propose aussi, dans la même ligne d’esprit:

    De ne pas rembourser les frais de santé directement lié à la viellesse.

    Car moi, ayant le mérite de fumer, espère bien ne jamais devenir vieux. Pourquoi payerais-je pour toutes les afflictions des grabataires et leurs retraites, qui ait moi l’élégance de partir plus tôt et d’ainsi coûter moins à la collectivité?

    Réponse de Aurélien le

    Tout simplement parce que le tabac est une cause que l’on peut éviter, je pense qu’il faut laisser la liberté aux fumeurs (ayant été moi même fumeur) mais vous vous trompez en disant que vous avez l’élégance de partir en coutant moins. En réalité, à moins d’un infarctus bien propre et massif, la fin de vie d’un fumeur et bien comparable à celle d’un petit vieux en terme de prix.
    Les couts des traitements anticancéreux sont à des années lumières d’un hébergement simple en maison de retraite.

    En un mot, défendons les libertés de chacun mais à partir du moment ou le fléau est connu, concentrons les dépenses sur d’autres maladies et soignons en priorité ceux qui n’ont rien demandé.

    Ps: la question de la vieillesse que vous soulevez est bonne mais c’est un autre débat :)

    Réponse de belsha le

    Il y a des études chiffrées très précises sur la question (une néerlandaise, notamment) Ceux qui coûtent le moins cher sont les fumeurs, ensuite les obèses. Les plus chers sont les non-fumeurs minces.

    Réponse de belsha le

    La viellesse aussi est une cause qu’on peut éviter…

  • Michel Rongione le 7 février 2011

    que ne ferait-on pas pour faire parler de soi

  • Fred le 7 février 2011

    Je réalise subitement que ça doit être génial, ça, d’ouvrir un blog et d’annôner des tas de conneries pour faire parler de soi ! Ah, lorsque le faire-savoir supplante le savoir-faire, Internet est décidément un bel outil. Vive le deux point je-ne-sais-pas-quoi

  • vassereau le 7 février 2011

    J’approuve totalement la démarche de monsieur ATTALI ; d’ailleurs, dans les lieux (publics) où on ne peux plus fumer, et celà depuis quelques années, tout le monde s’y est plié.

    Réponse de Fred le

    Dans tous les pays où la presse a été muselée, l’opposition étouffée, le peuple tenu sous étroite surveillance policière et les élections non honorées, ça marche mon ami ! Tout le monde s’y plie toujours, c’est ça qui est absolument génial dans les idées totalitaires : ça marche ! Pour que la Loi puisse être remise en question, il faudrait des esprits libres et indépendants. Plus particulièrement, concernant l’interdiction totale de la cigarette dans les lieux publics, pourquoi n’avoir pas opté pour un système un peu plus libéral dans lequel chaque cafetier et chaque client serait libre de choisir l’endroit qu’il tient ou celui dans lequel il se rend ? Ca emmerderait qui, la Liberté ? Vous ?

  • choureau le 7 février 2011

    c pitoyable pourquoi s’accharné comme ca apres les fumeurs pourquoi pas non plus sur les alcolique car bizzarement je ne suis pas scientifique mais je pense que les degat lié a l’alcool sont pire que ceux causé par le tabac ,bizarement on en entand moins parlé pas d’augmentation pas d’interdiction et puis apres tout ne somme nous pas dans le pays « de la liberté » et ben elle est belle la liberté , nous ne pouvont deja plus roulé librement fumer tranquillement au final je pense que ce qui ferai du bien au pays c’est une bonne revolution car on ce croirai revenu a l’epoque de louis 16,au lieu de vous en prendre au fumeur et de vouloir aider des pays etranger vous devrier deja vous occupé de ceux qui creve de faim en france car nous somme de plus en plus nombreux ,a bon entendeur salut

  • moreno le 7 février 2011

    Avec votre tête d’avoir été élevé chez les curés vous me fatiguez. Moi je fume pour mourir et qu’on ne me dise jamais d’arrêter. On devrait plutôt vous interdire de faire de la politique. Vous ne savez même pas que les cancérologues laissent fumer leurs malades cancer du poumon en phase terminale!
    j’ai envie de vous insulter mais vous seriez bien capable de m’envoyer les flics!!!!!!!!!!

  • naccache le 7 février 2011

    bonjour,
    voilà que de jour en jour vous nous étonnez avec des réflexions et des débats posés hors du temps.
    A l’instar des « y a qu’à-faut qu’on » vous proposer des solutions qui me semblent voler au raz des paquerettes.
    En effet comment comparer un produit tel que le médiator, vendu comme un médicament, donc pour faire du bien, au tabac vendu depuis un certain temps avec l’information sur sa nocivité.
    Ce que l’on reproche au médiator ce n’est pas sa nocivité, mais le fait qu’il soit vendu, avec les autorisations administratives et donc l’assentiment des pouvoirs publics, comme nous apportant du mieux, du bien être.
    Alors la question que j’aurai envie de poser est la suivante, si il faut interdir tout les produits dangereux, ne faut-il pas commencer par interdir les prétendants à la représentation nationale(hommes politiques, experts en tout genres, etc…)comte tenu de la nocivité averrée qu’ils exercent sur les esprits les plus faibles.
    Je pense, mais à ma charge sans analyse scientifique, que nous approchons quelques millions de morts sous l’effet des politiques à travers le monde.
    Alors puisqu’on est parti dans les interdictions (et si les fumeurs veulent mourir c’est leur choix)commençont par celle-ci.
    Et puis tant qu’à faire, il faut interdire dès à présent toutes les machines qui consomment du pétrole, du charbon, et autres énergies fossiles, véritable poison chimique et politiques de notre planète.
    Voilà on s’achemine lentement vers des décisions politiques qui ne se contentent plus de gérer l’état, mais veulent aussi gérer la société.
    Ce ne sont pas ce genres de prérogatives que nous voulons attribuer au gouvernant.
    D’autre l’on fait, en allemagne entre 1933 et 1945.
    Les experts n’arrivent pas à prévoir nos crises cycliques, et même pas à infléchir les marchés mondiaux qui éliminent de la carte des millions de personnes.
    Alors je préconise, pour rester dans votre esprit, d’interdir les experts ou tout du moins les confiner dans les salons, sous les lambris, tout simplement.

  • Franck le 7 février 2011

    Bravo,
    Vous avez raison, en effet les fumeurs sont une plaie pour notre société moderne, non seulement ils grèvent les budgets de la Sécu, mais sont en plus responsables du réchauffement climatique, de la guerre en Irak, de la pauvreté dans le monde, et n’oublions pas… de la dérive des continents…
    Si vous arrivez à faire interdire le tabac,les chômeurs auront un job tout trouvé, contrebandier de tabac. Je suis surpris qu’un homme aussi avisé que vous, ne puisse pas avoir retenu la leçon de la période de prohibition aux USA.

  • leakim d. le 7 février 2011

    pour ne plus mourir, arrêtons nous de vivre.

  • gauthier michel le 7 février 2011

    …merci pour votre courage Monsieur (je suis médecin)continuez.. continuez S’il vous plaît;
    M.G

  • Drouvroy le 7 février 2011

    Re bonjour,

    Y a un truc qu’il faudrait interdire car il nous pourrit la vie, c’est la dette publique, peut être que vous avez des solutions moi j’ai un début de solution divisons par 2 les salaires des politicards et tous les satellites qui gravitent autour de cette planète obscure.

  • Bruno Marseille le 7 février 2011

    Bravo,
    Mediator : peut être 2000 morts au total
    Tabac : plusieurs dizaine de milliers de morts/an

    Réponse de belsha le

    C’est vrai, et tant qu’on y est:

    Vie: 540 000 morts par an, rien qu’en France !

    Et c’est sûr, vos dizaines de milliers de morts du tabac, s’ils cessaient de fumer, deviendrait immortels! Un grand pas en avant pour l’humanité !

  • inconnu le 7 février 2011

    Je constate (ce qui ne m’étonne pas )que le profil psychologique des personnes qui font des commentaires négatifs sur cette initiative de Mr Attali est très particulier =regardez les fumeurs (euses) dans la rue et vous comprendrez écoutez aussi leur voix….etc..etc.

    Réponse de Fred le

    Vous avez raison « inconnu » du lundi, nous sommes particulièrements déviants. Nous, vos contradicteurs loyaux et légitimes, sommes épouvantables de lâcheté, de cynisme et de cruauté. Nous nous promenons très souvent dans la rue un couteau entre les dents, un flingue dans le caleçon, prêts à en découdre, avec une singulière envie de vous étriper et de noyer vos femmes et vos enfants. On est comme ça, on n’y peut rien. Un fumeur est un tueur, c’est connu, tenez-le vous pour dit.

  • hugo le 7 février 2011

    allez papy je connais un très bon établissement gériatrique faudrait y songer sérieusement !!! n’hésitez pas a m’en demander l’adresse

  • André-MichelR le 7 février 2011

    Je suis d’accord avec vous, Monsieur Attali !
    On interdit aussi les armes et les guerres et toutes les personnes qui font de la politique. On bannit même la politique, on interdit les frontières, les religions… Les voitures aussi… Enfin, vous comprenez l’esprit du propos.
    Ah oui, faut interdire l’alcool aussi.
    En quoi êtes-vous légitime à interdire ceci plutôt que cela!
    Pensez plutôt créer un lobby pour proscrire tous produits toxiques dans les cigarettes, que ça fume « bô-bio » quoi. Salutations.

  • Marrida le 7 février 2011

    Que ne faudra t il pas sacrifier à la déesse de l’économie et à ses grands prêtres. Personnellement je proposerai que l’on encourage le tabac pour les plus de 65 ans, les gains seraient encore plus patents pour la société avec moins de retraites à payer

  • Bruno Marseille le 7 février 2011

    Bravo
    mediator : peut être 2000 morts au total
    Tabac : plusieurs dizaine de milliers de morts par an

    Réponse de belsha le

    Sauf que les victimes du Mediator n’étaient nullement conscient du danger. Les fumeurs, en revanche, étaient parfaitement conscients des risques qu’ils prenaient.

    Merci d’avoir autant de respect pour le libre-arbitre, la responsabilité individuelle.

    Et j’ai oublié: jamais personne n’a pris de Médiator pour l’immense plaisir que cela lui procurait. Moi j’en ressent à chaque cigarette que je fume.

    Merci pour le souci que vous vous faites pour mon bien-être, pardon, je voulais dire ma santé et longévité, car les deux ne riment pas forcément. Le seul hic; je ne vous ai jamais demandé cela. Je vous laisse vivre comme bon vous l’entendez, ayez la courtoisie de faire de même avec moi.

  • JeeP le 7 février 2011

    Ne serait-il pas plus pertinent de ne plus rembourser les pathologies liées au tabagisme (et aux autres drogues, alcool compris) ?
    Pourquoi la collectivité doit elle prendre en charge une prise de risque individuelle ?
    Le système bonus-malus dans l’assurance automobile fonctionne bien sans que personne y trouve à redire à part les mauvais conducteurs.

    Réponse de Aurélien le

    D’autant plus qu’il est extrêmement facile de savoir si une personne est tabagique chronique.
    Redirigeons ces économies sur la recherche et autres secteurs bien en peine en ce moment.

  • Montréalais le 7 février 2011

    Pourriez-vous nous présenter une solution au sujet des personnes fumeurs de passage en France (conférenciers, hommes d’affaires,…)?

  • satori le 7 février 2011

    La cigarette ne peut être retirée du marché car elle rapporte aux états des fortunes, grâce aux taxes, de plus, les états font des économies non négligeable en matière de soins, à cause d’une mortalité prématurée.
    Vous voyez, ceux qui gouvernent un pays, se moquent éperdument du peuple.

  • chouper le 7 février 2011

    Bonsoir,

    Mais qui etes-vous donc pour vouloir cela ?
    Qui etes-vous pour vouloir m’imposer d’arreter de fumer ?
    Je supporte bien vos anneries ,je n’en demande pas pour autant que vous disparaissiez …
    Alors de grace ,epargnez nous vos pitreries et laissez nous le droit de faire ce que nous voulons !!!
    Rendez-vous plutot utile en reflechissant un peu a la facon de sortir mon pays du marasme economique dans lequel vos amis de tous bords l’a plongé !!!

  • Noël Bylo le 7 février 2011

    Et une de plus. Une bourde du sieur Attali, qui en prenant de l’âge, s’avère de plus en plus extrémiste dans ses propos. Quand je pense aux barricades, à mai 68, aux berlinades, les babines m’en tombent. Interdire! Le tabac, les bonbons, les sucettes… et j’en passe. Soit, le petit Jacques est tombé dans la marmite du totalitarisme, soit il est dans une secte (style Moon), soit il est devenu musulman.
    On sait que l’Islam défend à ses ouailles de fumer une cigarette, mais tolère bien le haschish. Alors un petit joint, Jacques? En souvenir du bon vieux temps, là-bas, au pays
    du miel et des mendiants.

    Moi, je cois que vous avez besoin de faire votre intéressant. Une façon indirecte de relancer vos lecteurs, qui n’ont plus le coeur de vous lire, depuis qu’en France tout est interdit, justement.

    Réponse de Neda DENYS le

    Vous vous délectez de vos propos infâmants qui ne font rire que vous. Mais il serait temps que la majorité silencieuse contre le tabac devienne enfin agissante.

  • Raphael le 7 février 2011

    La mort, tue également. Doit-on la supprimer ?

  • bob le 7 février 2011

    comment peut on faire un parallele entre un médicament (qui est, par conséquent, censé soigner) dont les gens ignoraient totalement la nocivité et la cigarette, qui est consommée en connaissant parfaitement les risques?

    Si monsieur Attali voulait parler de la cigarette, qu’il en parle, mais pas besoin de chercher un parallele avec l’actualité aussi tiré par les cheveux…

  • mara le 7 février 2011

    Comment tenir des propos aussi durs contre les gens les plus faibles exposés au chômage , à la difficulié de vivre etc.Les fumeurs sont montrés du doigt comme les chomeurs;
    Laissez les vivre

  • anath le 7 février 2011

    Votre prose est tellement belle que l’on dirait celle du génial physicien Frédéric Lefebvre qui nous prouve sans cesse que :

    « Dans toute relation cause-conséquence, il suffit d’intervenir sur la conséquence en la masquant ou en l’interdisant pour que la cause disparaisse. »

    « Les jeunes fument de plus en plus », j’ai envie de vous demander pourquoi ! Quand vous aurez répondu à cette question et trouvé les moyens d’y remédier, alors les jeunes n’auront plus envie de fumer.

  • JCMinster le 7 février 2011

    Monsieur Attali,
    la fin de votre article prend l’allure d’un défi aux futurs présidentiables.
    Mais, n’avez-vous pas été le conseiller éminent de présidents de la république?
    Avez-vous employé le même ton quand vous étiez en tête-à-tête avec eux?
    Avez-vous posé la question, et que vous ont-ils répondu sur ce sujet?
    Au plaisir de vous lire…

  • luis le 7 février 2011

    Quand ils sont venus interdire la clope, je me suis dit:
    Je ne fume pas, il n’y a pas de quoi s’inquiéter…

    Quand ils sont venus interdire l’alcool, je me suis dit:
    Je ne bois pas, il n’y a pas de quoi s’inquiéter…

    Sans doute vous savez comme ça finit M. Attali.

    Il y a 60 ans, presque jour par jour, une bonne avertissait déjà un autre professeur <>

    Pourquoi ne pas commencer par interdire les politiciens, surtout s’ils sont aussi des économistes, comme produit dont la nocivité est avérée (guerres, famine, génocides, démocides, oppression, répression, pollution, désastres écologiques/industriels, et un long etcétera) ?

  • belsha le 7 février 2011

    « C’est aujourd’hui un combat d’évidence. »

    Il fut un temps qu’on combattait pour la liberté.

    Aujourd’hui on combat pour l’interdit.

    Quelle tristesse! Vous n’avez pas honte, M. Attali?

  • Caton le 7 février 2011

    Voilà une sortie démagogique qui buzz sa pub pour pas cher. Bien joué.

  • alain le 7 février 2011

    je fume depuis 40 ans 1 paquet par jour
    prix d’un paquet de cigarette 6 euros

    dépense totale 40*365*6= 87600 euros

    j’ai payé d’avance mon cancer à venir
    je sais de quoi je vais mourir

    Pas vous!!!!!!!!!!!!!

    Réponse de Aurélien le

    Le prix du paquet en 1980 était d’environ 10francs, 3,20€ en 2002 …
    Le cout moyen annuel d’un traitement pour le cancer du poumon oscille entre 20.000 et 27.000€

    A ce prix la il faut mourir vite pour guérir vite.

    Réponse de alain le

    40 ans * 365 jours * 20 cigarettes = 292000 cigarettes

    1 cigarette = 5 minutes de plaisir

    soit 292000*5 = 1460000 minutes de plaisir

    soit à raison de 16 heures par jours de vie éveillée =>> 1520 jours de plaisir total donc 1520/365 environ 4ans

    les avez-vous eu dans votre vie???? Pas sur !!!!!! en plus maladie et mort assuré et les deux sans frais

    que du bonheur !!!!!!!!!!!

  • «Le tabac, une drogue qu’il faut interdire» | Le Figaro | Actualités des Journaux le 7 février 2011

    [...] pire que le Mediator: le tabac», écrit Jacques Attali sur son blog, où il préconise tout simplement d’interdire «la production, la distribution et la [...]

  • Quentin le 7 février 2011

    Bonjour,

    Vous signalez que la consommation de tabac augmente : « Les jeunes fument de plus en plus : en France, 25% de la population fume ; et les ventes de cigarettes ont progressé de 2,6% en 2009 par rapport à 2008. »

    A partir de ce constat, vous déduisez la solution : interdire le tabac.

    Certes. Mais cette solution que je ne condamne pas fait l’impasse sur la racine du problème. Et lorsque l’intention est de résoudre un problème, ne doit-on pas s’attaquer à cette racine ? Comme le recommandait Alain : « Cherchez l’épingle. »

    Alors, selon vous, comment se fait-il que la consommation de tabac augmente ? Pourquoi consomme-t-on excessivement d’alcool et de drogues ?

    Les causes sont peut-être sociales… Etrangement, les pauvres et les travailleurs sous pression consommeraient plus de tabac que les riches. Mon hypothèse serait, grosso modo, celle-ci : la société a les fumeurs qu’elle mérite.

  • Rollin’ le 7 février 2011

    La vieillesse est dangereuse : 100% létale, et en plus elle rend con.

    Mister A. mange diététique, ne baise plus, est saoul d’une gorgée de vin, et est partisan d’un gouvernement mondial ainsi que de l’euthanasie active.
    Payons-lui un voyage sans retour vers Sirius.

  • Rubikon le 7 février 2011

    Puisqu’un long discours vaut mieux qu’une phrase concise, voici une réponse à Jacques Attali :

    http://rubikon.fr/index.php?post/2011/02/07/En-2012%2C-le-tabac-interdit-et-p%C3%A9nalis%C3%A9

  • Jacques Attali, à consommer sans modération (en ce moment) | Le Mal Pensant le 7 février 2011

    [...] voici maintenant proposer l'interdiction du tabac. Je vois tout de suite les uns et les autres hurler au scandale. La prohibition, ca n'a jamais [...]

  • FABRICE le 7 février 2011

    S’il fallait interdire la connerie, vous seriez en première position.

    Réponse de FABRICE le

    … Sieur ATTALI ainsi que votre ami Sarkozy et un grand nombre de vos ami(e)s politique de tous bords.

  • JP Beaucher le 7 février 2011

    J’approuve. A ceci près que la prohibition aux Etats Unis n’a pas donné les résultats escomptés… En outre, les drogues non légales n’en font pas moins l’objet d’un commerce très actif.

  • cadon le 7 février 2011

    Je préconise le contraire : obliger tout le ùmonde à fumer pour réduire l’espéra

  • cadon le 7 février 2011

    je préconise le contraire : obliger tout le monde à fumer pour réduire l’espérance de vie, dont la croissance trop rapide va déstabiliser gravement nos économies ! Trêve de plaisanterie,j’aimerais beaucoup que l’on arrête de vivre en noir et blanc. Soyons différents, que diable, et que chacun décide de sa vie : elle n’aura lieu qu’une fois !

  • Florence le 7 février 2011

    Incroyable cette guerre au tabac… et l’alcool ??? En plus de se tuer soi-même, tue les autres (et ce n’est pas « passif », hein, sur les routes…, rend violent, grossier et j’en passe… Ex-victime d’un mari alcoolique et fumeur, je vous assure qu’il aurait pu continuer à fumer tant qu’il voulait… s’il seulement il avait arrêté de boire !!! Oui, mais l’alcool, c’est mieux : ça rend les gens stupides, incohérents, ça les avachit, bref, on peut mieux en faire ce que l’on veut : de parfaits moutons… pas comme les fumeurs, hein… c’est sûr….
    Une vraie perte de temps, ce débat…. !!! Y a des gens qui meurent de faim, qui dorment dehors et vous parlez de tabac… quelle dérision….. :o ( Triste France…..

  • cadon le 7 février 2011

    Pour en rajouter une couche, encore plus nocif que le tabac : l’alcool. Des incompétents on voulu l’interdire aux USA ! Résultat, le royaume de la pègre … mais peut-être aimez-vous boire un petit coup de temps en temps …

  • heufheuf le 7 février 2011

    une société sans tabac, oui.
    mais présenté comme vous le faites on sent qu’il s’agit d’un refelexion/coup gueule sur le sujet.
    mais c’est un projet mondial qui se ferra d’ici plusieurs décénies.
    Mon père bien qu’atteint d’un cancer du nez à continué à fumer, et est décédé d’un infarctus à l’age de 44 ans.
    Malgré selà je suis également fumeur, donc esperance de vie limité.

    Il faudrait dans un premier temps proposer le remboursemet des patch à la nicotine avec les taxes sur l’industrie du tabac, et si l’état n’en a pas les moyen créer une taxe suplémentaire en ce sens. ameliorer également l’offre des patch en fonction des profils des fumeurs et et metre en place des centres antitabac.

    vôtre comparaison avec le médiator est pertinante (d’autant que le tabac est à la base un coupe faim), mais desintoxiquer les gens ne pourra se faire du jour au lendemain.
    le plus difficle étant également son image pour une partie de la jeunesse, et notament en association avec le canabis (nombres de jeune commencent par le cannabis).

  • Loïc M le 7 février 2011

    La seule chose véritablement nuisible en ce monde, c’est le puritanisme multiforme dont votre article effroyable mais peu surprenant, en notre époque revancharde et régressive, n’est qu’un symptôme supplémentaire. La pulsion de mort n’est certes pas dans le fait de fumer et d’ainsi sentir l’épaisseur du temps, comme tant d’artistes et écrivains indispensables l’ont fait, au mépris de leur mort éventuelle, mais dans le type de prédication moralisante radicale dont vous êtes, apparemment, le triste champion. La seule chose vraiment dangereuse pour l’humanité, ce sont les gens comme vous, Monsieur Attali. Le biopouvoir déconstruit par Michel Foucault devrait pourtant ne pas vous être étranger, vous qui autrefois pillâtes abondamment ses livres. Il ne fait aucun doute, bien sûr, que la grande majorité des français approuveront vos déclarations — haine inconsciente de la liberté ou servitude volontaire obligent — au nom, bien sûr, des pauvres millions de non-fumeurs enfumés par les fumeurs criminels. Et, bien sûr, au nom du « bien commun ». Eh bien, pour ma part, bien que je ne fume plus depuis longtemps, je préfère même le cancer au monde dont vos paroles rêvent. En toute logique, vous allez censurer ce commentaire mais, si tel n’était pas le cas, permettez-moi de conclure en vous proposant d’interdire toutes les drogues dures néfastes dont les hommes, et en particulier les grands écrivains abusent: l’alcool, le sexe, la vie…

  • Loïc M le 7 février 2011

    La seule chose véritablement nuisible en ce monde, c’est le puritanisme multiforme dont votre article effroyable mais peu surprenant, en notre époque revancharde et régressive, n’est qu’un symptôme supplémentaire. La pulsion de mort n’est certes pas dans le fait de fumer et d’ainsi sentir l’épaisseur du temps, comme tant d’artistes et écrivains indispensables l’ont fait, au mépris de leur mort éventuelle, mais dans le type de prédication moralisante radicale dont vous êtes, apparemment, le triste champion. La seule chose vraiment dangereuse pour l’humanité, ce sont les gens comme vous, Monsieur Attali. Le biopouvoir déconstruit par Michel Foucault devrait pourtant ne pas vous être étranger, vous qui autrefois pillâtes abondamment ses livres. Il ne fait aucun doute, bien sûr, que la grande majorité des français approuveront vos déclaration, servitude volontaire oblige, au nom des pauvres millions de non-fumeurs enfumés par les fumeurs criminels. Et, bien sûr, au nom du bien commun. Eh bien, pour ma part, bien que je ne fume plus depuis longtemps, je préfère même le cancer au monde dont vos paroles rêvent. En toute logique, vous allez censurer ce commentaire mais, si tel n’était pas le cas, permettez-moi de conclure en vous proposant d’interdire toutes les drogues dures néfastes dont les hommes, et en parti

  • Julian le 7 février 2011

    Je trouve ça d’une bêtise sans nom. Quel grand succès que la Prohibition des années 1930 aux Etats-Unis M.Attali … La société que vous prétendez « penser » depuis tant d’années n’est-elle pas assez triste comme ça ? Le tabac est déjà un interdit pour les adolescents par exemple, c’est pourtant à cet âge qu’ils semblent le plus tentés par la transgression, et la seule bête solution que vous opposez celà c’est d’étendre l’interdiction ? Ou comment interdire quand on n’est plus capable de réfléchir. Comment faire parler de soi quand on n’a plus rien à dire.

  • Carré le 7 février 2011

    Bonjour professeur attali .
    Jusqu’à maintenant vous m’avez fait marrer en donneur de leçons , monsieur je sais tout etc … mais là vous me faites hurler de rire ;
    Je vous propose aussi l’interdiction de l’alcool , des voitures , des avions de la bouffe trop salé , de la bouffe trop sucré bon j’arrête là …..
    Essayez de vous appliquer l’interdiction de l’ouvrir un peu ça nous fera des vacances . Je ne vous salue pas monsieur .

  • big le 7 février 2011

    Ce qu’ il faudrait surtout interdire ce sont les inepties permanentes d’ attali, toujours à côté de la plaque. Après sa sortie sur les taxis il s’ était déjà ridiculisé. Mais il ne se démonte pas ! Il recommence. Le but étant d’ infantiliser ce brave peuple français dans le but de mieux le manipuler pour lui faire avaler de bien plus grosses couleuvres. Et pourquoi ne pas interdire tout simplement aux gens de respirer, et à terme de vivre ? Le tabac, l’ alcool, le chocolat, les bonbons, etc… Ce pauvre attali ne sait décidemment vraiment plus quoi faire pour se faire mousser. A chaque jour sa connerie, voilà la devise d’ attali, piêtre personnage que l’ on oubliera vite une fois qu’ il crèvera de cigarette ou d’ autres choses. Pitoyable à l’ image du personnage qui ne marquera pas l’ histoire. ( Un non fumeur qui tient à sa liberté de faire ce qu’ il veut et entend )

  • christine le 8 février 2011

    Bonsoir Mr Attali,
    je suis une fumeuse de longue date, je ne fume pas à l’intérieur de ma maison mais dans le jardin, j’essaie de ne déranger personne en fumant et je respecte les non fumeurs. Je veux bien réduire encore la consommation de cigarettes mais je n’est pas envie d’arrêter et j’estime que les non fumeurs peuvent respecter ce fait. Si vous arrivez à faire une interdiction totale il faudra bien sur arrêter l’alcool totalement. Plus de ventes d’alcool, de vins, de champagne. Vous mème dans ce cas irez vous fournir à l’étranger en catimini pour vos diners. Bref pour faire court il y a beaucoup de choses plus importantes à faire et à interdire que de s’occuper des fumeurs.

  • Aldo le 8 février 2011

    Je ne suis plus étonné d’entendre ça et là, dans « les hauteurs », se gargariser de pseudo humanisme (argument principal: la productivité. Très noble pour un soi disant défenseur de santé publique…)les âmes les plus basses, comme celle de Mr Attali.
    Par ailleurs, 1,3 milliards de fumeurs qui consomment 5500 milliards de cigarettes par jour, ça revient à environ 4000 cigarettes par fumeurs et par jour… Épatant!

    Quand on en vient à de telles abérations, et dans le seul but de piétiner une minorité parce que le régime se complait dans un idéal hygiéniste, je ne peux m’empêcher de considérer ces gens comme les nouveaux fascistes à la mode, tout simplement, et toujours plus loin dans la bêtise.

    Réponse de Neda DENYS le

    le problème c’est que la majorité contre le tabac dont je fais partie a été bien trop longtemps silencieuse. Elle n’a pas de pouvoir sinon ça fait longtemps que le tabagisme serait un problème mineur et non pas le fléau qu’il est devenu. Vous trouvez facile de traiter les gens de fascistes quand quelque chose ne vous plaît pas. Nous ne subissons que depuis trop longtemps la dictature des fumeurs. Heureusement quelques lois ont pu restreindre votre liberté de nuire, mais hélas elles sont souvent bafouées. Le tabac est interdit dans les établissements scolaires mais certains membres du personnel trouvent des lieux pour fumer au détriment de leur rôle éducatif. Certains personnels de santé continuent de fumer et perdent toute crédibilité quand ils veulent donner des conseils de santé et d’hygiène. Le tabac est interdit dans les cafés mais certains ne se privent pas pour d’aménager des terrasses chauffées pour garder leur clientèle…

  • Jeanne le 8 février 2011

    Merci pour cette courageuse idée. J’irais plus loin. Connaissez-vous un produit qui fait dans le monde 1,2 millions de morts par an, 50 millions de blessés, pour un coût estimé à 407 milliards d’euros? L’automobile. Selon The Lancet, ce sera la première cause de mortalité en 2020. Et je ne compte pas les dégâts collatéraux: cancers, pollution, bébés asthmatiques… Quand supprime-t-on cette abomination? Trop de lobbies, et pas assez de courage politique…

  • Jobert Pierre Luc le 8 février 2011

    J’aime… Et j’en rajoute !
    Pour lutter contre la contrebande qui immanquablement va s’organiser je vous propose d’interdire aussi … les espèces sonnantes et trébuchantes, la monnaie fiduciaire. Il suffit de la remplacer par le porte-monnaie électronique installé gratuitement (ou presque) dans les téléphones mobiles de notre « génération nomade ».
    Certes il y aura des dégâts collatéraux. Sans monnaie tous les trafics deviennent repérables. Les trafiquants de drogue, d’armes, les recéleurs, donc les cambrioleurs, les braqueurs, les voleurs à l’arraché, les pickpockets, les trafiquants d’animaux morts ou vivants, protégés ou non, les racketteurs, les proxénètes, les jeux clandestins, les esclavagistes qui exploitent les travailleurs clandestins (j’en passe et des meilleurs), vont se retrouver au chômage non indemnisé !
    La vie des gangsters en cavale et le financement des terroristes corse, basques, islamistes ou autres seront plus compliqués
    Par contre, un certain nombre de nos concitoyens, vont s’en porter mieux, et vont gagner plus, sans travailler plus. Ce qui aura des répercutions positives pour les finances publiques et les organismes sociaux. Les quelques 10 ou 13 milliards d’euros de taxes perdus par la disparition de la vente du tabac seront largement compensés. Le solde de la balance sera positif d’autant, si ce n’est du double ou plus encore.
    La technologie d’aujourd’hui le permet. La volonté politique peut le faire, et même le faire sournoisement, sans le dire, en favorisant la mise en place d’un coût d’usage très faible pour les utilisateurs, particuliers et professionnels, et, en réduisant de plus en plus la masse de monnaie fiduciaire en circulation, jusqu’à sa disparition.
    Qu’est-ce qui cloche dans mes arguments ? Ha oui, j’oubliais que la classe politique n’est pas prête à couper l’arbre dont elle savoure les fruits !

    Une petite idée provocatrice pour faire des économies afin de compenser le manque à gagner dû à la disparition des taxes sur le tabac.
    Elle me vient un peu de G. Clémenceau qui a dit en substance que les fonctionnaires sont comme les livres sur une étagère. Plus ils sont haut placés, moins ils servent !
    Puisque vous avez l’oreille du Président, suggérez-lui cette méthode des « 20/80 » : Virer 80% des 20% des fonctionnaires et assimilés, les mieux payés. Non seulement l’Etat va faire de substantielles économies, mais nos administrations fonctionneront beaucoup mieux. Les fonctionnaires restant n’auront plus à servir cette hiérarchie inutile, selon G. Clémenceau, et ainsi s’occuperont d’avantage des administrés. Ce pourquoi ils sont payés.
    J’ai encore oublié quelque chose ? Hé oui, les politique et les fonctionnaires visés sortent des mêmes écoles …
    Voilà de bonnes idées pour unir la classe politique en un front uni, droite et gauche solidaire, unanimement contre soi.

  • Originalcrew le 8 février 2011

    J’ai souvent manifesté bien des signes de respect à votre égard et ce lors de nombre de discussions Monsieur Attali. J’osais vous dépeindre comme un homme de réflexion, de compromis, animé par la seule et indéfectible recherche du consensus national et du débat républicain. Je crois, et je vous le dis avec force et sincérité, que vous auriez du faire l’économie d’une sortie aussi extrême et autoritaire. Si fumer, comme toute activité d’ailleurs, est bien à l’origine de l’enrichissement de quelques compagnies, si la cigarette est effectivement source de maladies et/ou de décès, fumer est aussi une habitude, un geste parfois revendiqué et apprécié par nos concitoyens. Fumer peut-être, au delà de l’addiction, le simple fruit d’un choix personnel, symbole d’identité, de liberté et de conscience personnelle. Votre proposition est scandaleuse et frappera, soyez-en certain, les commerces de proximités et établissements frontaliers avant de frapper les compagnies productrices. Votre proposition finira par accentuer le triste essor du trafic souterrain, déjà largement croissant du fait de la hausse brutale des prix du tabac. Votre calcul est faux et mènera nombre de classes moyennes basses vers de fatales difficultés. Je ne peux qu’espérer que la raison vous regagne, sur ce sujet du moins. Cordialement.

  • Jesse Darvas le 8 février 2011

    il y a une très grande différence entre le Mediator et le tabac: le premier prétendait être un médicament; le second est explicitement vendu comme un poison (« fumer tue » est-il écrit sur les paquets…)
    Dans le premier cas, les patients peuvent légitimement s’estimer trompés. Dans le second, ils n’ont à s’en prendre qu’à eux-mêmes s’ils développent un cancer: ils ont été prévenus!

    Imaginez qu’il ait été écrit sur le Mediator: « ce médicament peut avoir des effets mortels et son efficacité n’est de toute façon pas prouvée ». Il ne s’en serait pas vendu beaucoup…

    Les mesures déjà prises (interdiction dans les lieux publics) protègent les non fumeurs du tabagisme passif. Inutile d’aller plus loin.. ou alors il faudrait aussi interdire l’alcool, qui tue probablement autant que le tabac, et surtout plus jeune! (les victimes du cancer du poumon ont rarement moins de 40 ans, ceux des accidents de la route causés par l’alcoolisme sont souvent plus jeunes…)

    Et pourquoi pas interdire aussi le sexe non protégé, puisque le Sida tue…

    Les adultes doivent prendre leurs responsabilités: que l’Etat protège les uns des nuisances des autres, c’est justifié. Qu’il cherche à empêcher les auto-destructeurs de s’auto-détruire, et il outrepasse son rôle.

    Réponse de Jesse Darvas le

    Pour compléter: plutôt que de compter le « nombre de morts » en donnant le même poids à un vieillard de 85 ans expirant du cancer du poumon et à un enfant de 5 ans tué par son père alcoolique, pourquoi ne pas compter en « années de vies perdues » (à partir de l’espérance de vie à l’âge atteint par la victime).
    On aurait une vision plus objective de la réalité des tragédies.

  • Eddy le 8 février 2011

    la différence entre le tabac et un médicament c’est justement que le médicament a pour but premier de nous soigner. Alors oui, le tabac est nocif, oui, le tabac est inutile, oui le tabac rend dépendant! Mais le problème du Médiator est autre chose. Des entreprises pharmaceutiques et des experts ont décidé de mettre en vente des produits (en l’occurrence un produit pour soigner!) qui empoisonne! l’effet est plus qu’inversé, non?!

    Alors oui, fumer est dangereux pour la santé, au même titre que l’alcool! mais l’interdire revient à la prohibition des années 20! Il y aura toujours des fumeurs, et toujours quelqu’un pour en vendre… mais à quelle prit!!! comme la fermeture des maison closes n’a pas mis fin à la prostitution, comme la prohibition n’a pas mis fin à l’alcoolisme aux USA et comme Adopi n’a pas mis fin aux échanges de données sur le net, une interdiction ne résoudra en rien le problème!!!

    et n’en déplaise au bien pensant des nouveaux comités de salut public, j’ai encore le droit de disposer de mon corps… si on me retire se droit, alors bientôt nous remettrons en cause l’IVG, et pourquoi pas faire payer une amende aux famille de suicidés qui ont eu l’audace de décider de détruire leur vie!!!!

  • Chiu le 8 février 2011

    Un article d’une rare bêtise. Pensez-vous être à ce point plus intelligent que le reste de l’humanité pour proclamer des conclusions aussi péremptoires sur un sujet aussi complexe à la suite d’un article de 50 lignes?!

    Félicitations pour 5500 milliards de cigarettes fumées par jour soit plus de 4000 cigarettes. Vous nous prouvez à tous avoir un bon sens des grandeurs et des priorités.

  • Eric le 8 février 2011

    c’est prémonitoire, je suis persuadé que d’ici quelques décennies on interdira le tabac et l’alcool, et ce sera pour le bien de tous.
    Ici en France, on rigole, mais c’est juste parce qu’on se croit plus malins que les autres, il faut pas oublier qu’on est un des derniers pays occidentaux ou l’on fume autant.

    Réponse de John le

    Pour ce qui est de l’alcool, pas de pbs, dans peu de temps, tu seras Muslim! pour le tabac, ça je sais pas! mais bon, avec un peu de chance, tu auras gain de cause très bientôt sur ces 2 points! A moins que d’ici là, on se bouge un peu le cul pour sauver encore ce qui peut l’être et virer à grand coup de pompe des extrémistes comme toi de notre cher pays, la République Bananière de France

    Réponse de Neda DENYS le

    Voilà un exemple de propos bêtement haineux. Il serait temps que la grande majorité silencieuse contre le tabac dont je fais partie agisse. Elle n’a pas de pouvoir sinon le tabagisme serait un problème mineur et non pas le fléau qu’il est devenu. Nous ne subissons que depuis trop longtemps la dictature des fumeurs. Heureusement quelques lois ont pu restreindre leur liberté de nuire, mais hélas elles sont souvent bafouées. Le tabac est interdit dans les établissements scolaires mais certains membres du personnel trouvent des lieux pour fumer au détriment de leur rôle éducatif. Certains personnels de santé continuent de fumer et perdent toute crédibilité quand ils veulent donner des conseils de santé et d’hygiène. Le tabac est interdit dans les cafés mais certains ne se privent pas pour aménager des terrasses chauffées pour garder leur clientèle…

  • mardon le 8 février 2011

    je tenais mr attali pour quelqu un d intelligent.sortir un tel raisonnement est aux confins de la debilite. bonne retraite

  • Lucky Strike le 8 février 2011

    Très juste monsieur Attali…un combat digne de « Mein kampf »du petit moustachu.Chapeau pour votre article,je comprends de mieux en mieux l’adage de Mélanchon « qu’ils s’en aillent tous ».

  • Lucky Strike le 8 février 2011

    L’hygiénisme c’est un moralisme discret mais bien présent, qui tend à amalgamer corps humain et fléaux sociaux, sur l’alcool, le tabac, le poids. Le gros, le fumeur, le buveur, seraient décadents, ringardisés, et réussirait moins bien professionnellement. On le culpabilise : à sa faiblesse de caractère, est opposé l’idéologie de l’effort et de la volonté à coup de sport et de minceur.L’idéal hygiéniste est un monde pur, aseptisé, propre, sain de corps et d’esprit, en bref un monde sans vices, c’est-à-dire un monde de pur cauchemar, parfaitement invivable, où il n’est plus besoin d’avoir la peste pour être traité comme un pestiféré. Regardez le sort des pauvres fumeurs américains. Mais déjà en France, on ne fume plus de cigarettes mais des « nuit gravement » ; on ne mange plus de sandwichs mais du cholestérol et des graisses sur-saturées ; on ne boit plus d’alcool, on se prépare une cirrhose ; on ne baise plus, on joue stupidement avec sa vie…il est aussi à noter que l’hygiénisme est le cousin germain de l’eugénisme si cher aux nazis.

  • ALAIN S le 8 février 2011

    Oui, ancien fumeur, c’est en sentant le tabac sur mon fils lorsqu’il avait 14 ans que cela m’a interpellé. J’avais aussi dans mon équipe un fumeur avec le cancer de la gorge à 45 ans. Je me suis arrété et me suis mis à la course à pied jusqu’à effectuer 10 ans après des ultra trail (>100 km de montagne).
    Mais mon fils fume à 26 ans, et je me sens quelque part responsable. Je parle, je prouve, j’éévoque le gain goût, olfactif, économique…etc mais rien n’y fait. La tentation est grande, les substances de dépendance dans les cigarettes aussi.
    Oui donc pour
    1) Augmenter le tarif, en renforçant le contrôle de contrebande.
    2) Interdire les substances de dépendances, et condamner les fabricants et importateurs.
    3) Restreindre les espaces fumeurs.
    Et là on rentre dans le débat de « liberté » mais j’aime respirer sans odeur de tabac et j’aime surtout mon fils pour le garder le plus longtemps en vie.

  • LIAUZU le 8 février 2011

    salut jacques
    pourquoi ceux qui fument ? et ceux qui boivent , ceux qui mangent trop de sucre, ceux qui mangent trop gras , etc etc pour finir ceux qui ne pensent pas comme toi , on disait et sans doute que tu l as oublie il est interdit d interdire ,
    pour finir puisque tu lances des anathemes interdis ce qui lisent trop surtout tes imbecilites
    a plus et sans rancune

    Réponse de Patrick Bardon le

    Si si, avec rancune! je pense à tous ceux qui sont morts au nom des libertés! donc avec beaucoup de rancune

  • gaia93 le 8 février 2011

    d’accord avec tout ça, sauf que faut interdire alcool, drogues de toutes, polluants et mal bouffe, sortent du territoire et trouver aux revendeurs de tous ces produits un job, sinon vive l’augmentation encore du chômage! Les français ne sont pas prêt aux changements, ils se pleingnent mais lorsque l’on propose de la nouveauté ils ralent!! Appliquer des lois ne demander pas toujours ou tester le peuple car il n’est jamais d’accord à 100% et ne lesera pas dans cette mentalité à l’ancienne….Mais Jacques à raison de « proposer » il faut bien que quelqu’un le fasse!

  • Force pas tranquille le 8 février 2011

    Un Pape de la force tranquille c’est difficile à recycler. L’ego en prend un coup. Le Pape se sent dépassé alors il mord, donne des coups : internet la plus belle saloperie que l’humanité ait inventé. (Mais… vous avez un blog monsieur Attali, Hum … Hum …) Il se rend compte qu’il créé du « Buzz » négatif alors il se lance dans une autre provoc’ (puisque c’est sa raison d’être) : le tabac est une saloperie. Bien … et 2 et 2 font … 4 !
    Nous attendons avec impatience que Notre Pape de la force tranquille mène une charge salvatrice contre les industries pharmaceutiques.
    Vous avez beaucoup de retard M. Attali.

    Réponse de Force pas tranquille le

    Errare humanum est, je ne persévérerais donc pas mais présente mes excuses. Je m’suis gouré.

  • Le blog de Tibert le chat » Blog Archive » Prohibition piègàc’ le 8 février 2011

    [...] dans les années 1919-1933, et dans la même logique anti-drogue, monsieur Attali, Jacques, dans sa dernière livraison bloguière (blogueuse ? bloguale ? ) plaide ardemment pour l’interdiction pure et simple du [...]

  • Hervé le 8 février 2011

    Avec l’argent récupé auprès des fumeurs taxés un maximum, l’état, s’il allait au bout de sa logique devrait rembourser intégralement les cures de désintoxication engagés par les fumeurs.
    Il accorde, avec largesse, 50 Euros par an pour une cure qui coûte 430 Euros en ce qui concerne le Champix.
    Quant à l’interdiction totale du tabac, c’est encore une hérésie de technocrate.

  • Slocin le 8 février 2011

    « 5500 milliards de cigarettes sont fumées chaque jour. » Plus donc que le total des ventes de cigarettes annuel par l’ensemble des producteurs de Tabac.

  • Tancrède le 8 février 2011

    Je ne fume pas. Je ne commente pas non plus les articles sur Internet. Mais j’ai trouvé votre proposition tellement bête qu’il me fallait vous le dire.

    Réponse de Patrick Bardon le

    Et c’est rien de le dire! Bête, moi j’aurai dit autre chose!

  • lucenet le 8 février 2011

    Prise de position courageuse et intelligente.

  • sophie le 8 février 2011

    très bonne suggestion, ca évitera un bon nombre de cancers qui représente d’abord au mieux un désarroi moral important pour les malades (qui en décèdent encore souvent)et leur famille , de plus les dépenses de la sécurité sociale seraient mieux contenues puisque cette maladie est prise en charge à 100%. Je constate également que beaucoup de parisiens fument dans la rue, ce qui dégarde en core plus la qualité de ‘lair qu’on respire surtout quand on est dnas le sillage d’un fumeur !
    Je suis à 100% contre la cigarette, merci!

  • Hideo le 8 février 2011

    Vous y allez trop fort

    Ce qu’il faut c’est faire plus de contrôles pour la vente de tabac aux mineurs

    les flics mettent bien des PV à tout le monde, envoyez donc un flic passer 30min en douce dans chaque tabac pour contrôler l’age de certains acheteurs qui paraissent trop jeunes, et verbalisez le vendeur sans pitié

    Et après 18 ans, instaurer une carte « fumeur » qui autorise une personne a fumer tant qu’elle veut, mais en échange renonce à ses droits de sécurité sociale concernant les maladies liées au tabac.

    Ben oui, t’as fumé, t’es malade, c’est pas aux autres de payer tes séances de chimio et médicaments

  • Space le 8 février 2011

    bravo Monsieur.

  • anygold le 8 février 2011

    Mardi 8 février 2011

    Bonjour à tous,

    Tout à fait d’accord avec J. Attali pour qu’à terme, la jeunesse cesse d’imiter leurs aînés et le cercle serait alors bouclés. Tant que des parents allumeront des cigarettes sous les yeux de leurs enfants, rien ne cessera durablement…

    Il faut donc, à mon avis, expliquer aux parents actuels combien le geste d’allumer une cigarette peut inciter dans un avenir proche, leurs progénitures à les imiter et surtout que de nos jours la dépense de la sécurité sociale liée à la consommation excessive de tabac atteint le montant des recettes que rapportent le tabac à l’Etat.

    Maintenant, imposer purement et simplement une interdiction serait à mon sens une erreur d’appréciation… Bien cordialement à toutes, à tous, Anygold

  • jcm le 8 février 2011

    Changer la vie des autres pour défendre sa vie à soi n’est pas un argument d’aventurier , c’est un argument frileux au pire, habilement récupéré au mieux.
    Que les Etats ou les industriels y trouvent leur compte ne me fait ni chaud ni froid : on retrouve simplement le fait du puissant qui autorise ici ce qu’il peut interdire là. Il y a contradiction et injustice à autoriser ou non sur le seul critère de la force . Mais là n’est pourtant pas l’essentiel : j’ai suffisemment lu Ja

  • jcm le 8 février 2011

    « Changer la vie des autres est important pour soi » :

    Est-on sûr que ce slogan très hautement individualiste est ici bien utilisé ?
    Jacques Attali essaye de redonner le goût à la politique en titillant l’individualisme via une mesure d’interdiction collective…L’art de retourner l’obsession de l’ordre collectif au profit de l’individu : le but final reste bien le soucis de soi, et je ne peux qu’approuver.
    Dénoncer au passage l’injustice et l’hypocrisie du puissant ( l’Etat, ou les Industriels ) qui autorise ici ce qu’on interdit là, c’est sans trop de risque, et il vaut mieux surfer avec la vague de la haine des puissants,… tant qu’elle n’atteint pas les élites dirons-nous.
    Parce que maintenant j’affirme la rupture avec Jacques Attali : le soucis de soi dépasse largement l’approche médicale qui gèrerait la vie sur le seul critère de sa durée. L’individualisme parfois se défend en se mettant en cause. Plutôt mort que Rouge ou qu’autre chose d’insupportable ( Bleu pourquoi pas ). Le droit au suicide est une forme de choix inaliénable et réellement libre parfois. Son interdiction par l’Eglise doit être reconsidérée. Sur la base de quels principes , individualistes ou anti-individualistes , peut-on dire ce qui est bon ou non pour un individu en influant de façon impérative sur sa seule santé, voire sur sa vie, en lui refusant d’en disposer ?. Le droit à fumer pour soi semble décidément suffisemment irrévocable pour que je m’aventure à soutenir Jacques Attali sur son terrain nouveau. Interdire la consommation du tabac, qui est une mort incertaine et lente, me semble aussi irréaliste en pratique que discutable au regard de la défense du but ultime de l’humanité selon Jacques Attali : le soucis de soi. Il existe une humanité bien plus ambitieuse qui veut fumer comme un pompier et guérir le cancer qui en résulte. Il importe peu que ce choix soit ou ne soit pas réaliste immédiatement . Le principe de plaisir et de maitrise de la nature est celui qui guide l’humanité, et le moyen « interdiction du tabac » relève de la petite tactique de diversion collectiviste dans une stratégie tout à fait contraire.

  • simonetti le 8 février 2011

    je suis un buraliste,je me permet de vous proposer quelque chose de plus réfléchit: autorisons la vente de dérivatif nicotinique dans les bureaux de tabac et installons un rembousement de ceux-ci.
    nous gardons le libre arbitre,et nous pourions diminuer le nombre de fumer sans faire une interdiction , dite totalitaire.

  • rafounet le 8 février 2011

    pour une belle connerie, cette proposition est une belle connerie !

    mais nous sommes habitués…

    Réponse de Patrick Bardon le

    Justement, marre de l’habitude! Il faut stopper ces dictateurs! tous autant qu’ils sont

    Réponse de rafounet le

    tu as raison ! il faut interdire ces dictateurs qui veulent nous interdire de fumer plus de 3 cigarettes par jour, de boire du vin plus d’un 1/4 par repas, de rouler en voiture à plus de 45 km/h, de baiser sans capote, etc…

  • Theveste le 8 février 2011

    Monsieur,
    Je vous salut bien bas et vous remercie de cette idée que j’approuve et a laquelle je pensais depuis des années.
    Supprimer la distribution et la fabrication du tabac en France est la meilleure idée a poursuivre et imposer.
    Le tabac fait des ravages au point de vue santé des personnes et ne fait qu’enrichir des firmes dont les patrons ne pensent qu’à une chose leur bénéfice. quel est notre bénéfice à nous en tant qu’individu. que veut une mère pour son enfant sinon la SANTE et la santé avec le tabac est bien compromise.
    j’ai un enfant asthmatique et pour comble il s’est mis a fumer pour faire comme les copains. Mon angoisse est extrême et je maudis chaque jour toutes ces sociétés de tabac, leurs distributeurs.

    sous le prétexte de liberté, on nous tue a petit feu…..

    SI LE TABAC N’ETAIT PAS DISTRIBUER EN FRANCE.. LES GENS PASSERAIENT A AUTRE CHOSE, le sport par exemple et d’autres activité.

    Mon fils de 15 ans en achète facilement n’importe où: les buralistes, les petites boutiques d’alimentation, les boîtes de nuits.

    Dans les livres sacrés, fumer est interdit par DIEU.

    JE SUIS AVEC VOUS DE TOUT COEUR et s’il faut militer, je vous suis jusqu’au bout du monde pour qu’on arrête de nous tuer en nous vendant la mort en paquet, sous forme de cigarette ou médicaments.

    Je n’ai lu aucun de vos livres, mais j’ai la même pensée que vous sur tous les sujets que vous abordés.

    QUE DIEU VOUS PROTEGE ET NE LACHEZ PAS PRISE S’IL VOUS PLAIT.

    Réponse de belsha le

    Oui Madame, dans « les livres sacrés, fumer est interdit par Dieu » Le sexe avant le mariage, l’adultère, l’homosexualité et souvent même les boissons alcoolique sont tous aussi interdit par « Dieu ».

    Madame, il existe de beau et magnifiques pays où on tue par lapidation les couples adultérins, on y pend les homosexuels, et on condamne les buveurs à des coups de fouet. Je vous souhaite de tout mon coeur d’aller émigrer dans un pareil pays, et j’espère surtout que vous allez amener Monsieur Attali avec vous! Vous pourriez alors y interdire le tabac! Amputer les doigts des fumeurs serait un bonne punition, non? Et peut-être même pourriez vous y faire un peu de sport avec Jacques !

    Mais par pitié, laissez les personnes un peu plus évolués, capables de prendre leur propres décisions et responsabilité vivre en paix et en liberté, même s’ils risquent leur vie ou leur santé!

  • cdc le 8 février 2011

    Mais bien sûr, il faut interdire le tabac; Et l’alcool aussi, ça va de soi. Et les acides gras saturés. Et obliger les gens à consommer 5 portions de fruits par jour. Et tant qu’on y est, discrètement se débarrasser des fumeurs invétérés et des alcooliques irrécupérables.
    On comprend pourquoi les rapports Attali finissent toujours à la poubelle… un tel farceur n’a évidemment aucune crédibilité !

    Réponse de revolté le

    de toute facon ,nous sommes nés pour mourrir !
    bien content pour ceux qui ne fument pas ,ils n’auront jamais de cancer !hihihi !
    ils ne parle ni des pesticides ni de la merde cachée qu’on nous fait avaler a longueur d’année !
    ce type est en mal de publicité ! apres avoir fait la girouette pour ne pas dire la carpette a miterrand ,le revoilou a refaire la carpette a la bande a sarko ! le tabac est un monopole d’etat ,il a juste oublié de le dire !certes le tabac tue mais la connerie aussi ! ces politicards d’un autre siecle n’ont plus rien a foutre sur la scene publique ! les atteintes aux libertés s’empilent ! en bonne santé pourquoi faire ? nous exploiter jusqu’a 80 ans ,nous pressurer jusqu’a la derniere goutte ? sait il au moins ce qu’est une clé a molette ! marre des intellos donneurs de lecon !j’appelle pas ca un farceur mais un emmerdeur !c’est ces gens la qui ciutent chers a la nation ! y en a neaucoup trop !!!

    Réponse de rafounet le

    attali est un staliniste ou un stalinien ou un maoiste ? va savoir…
    il a gardé son col mao dans le cerveau, c’est un signe !

  • d.gauchy, Lyon… » le 8 février 2011

    Bienvenus dans un monde parfait où plus personne ne meurt du tabac ni d’autres choses d’ailleurs…
    Merci à Jacques Attali, ce monument du prêt-à-penser pour sa contribution au mieux être d’une Humanité en marche vers l’éternité dont W.Allen nous disait avec esprit « c’est long, surtout vers la fin

  • fanchb le 8 février 2011

    Tout à fait d’accord.

    Mais je trouve dommage que vous n’alliez pas plus loin.

    Il faut aussi interdire dans le désordre :

    - l’alcool, car cela provoque des décès.
    - La voiture
    - certains programmes TV
    - toutes les industries dangereuses
    - l’électricité et la bougie, ca provoque des accidents
    - la malbouffe
    - et malheureusement, vous-même de vous exprimé, car à un moment les idées fumeuses ca suffit…

  • gouverneur54 le 8 février 2011

    Encore une (idéé d’) interdiction de plus ! ! !
    Assez ! ! ! Laissez le choix aux gens ! ! !
    Nous nous dirigeons de plus en plus vers un régime totalitaire ! ! !
    Le candidat aux présidentielle qui aura cette intention n’aura pas mon vote…
    PS : je suis non-fumeur

    Réponse de Neda DENYS le

    Laisser le choix aux gens ? Et à quand la fin de ce spectacle affligeant de ces mères qui fument en direction des poumons de leurs jeunes enfants ? Ces petits êtres ont-ils décidé de leur sort ? C’est trop facile de se voiler la face en se persuadant que cela ne nous concerne pas.

  • Thomas le 8 février 2011

    Cher Jacques,
    Le problème est le même avec toutes les drogues qu’elles soient « dures » ou « douces »: la prohibition ne règle en rien les problèmes liés à la consommation. Plutôt que d’interdire purement et simplement la production et la distribution de tabac, mieux vaudrait, toujours plus de prévention et d’information. La prohibition coûterait très cher, car dans votre billet, si vous admettez une perte de revenus pour les états qui lèvent des taxes importantes sur le tabac, vous oubliez de prendre en compte les frais colossaux que la lutte contre la contrebande engendrerait. Plutôt que la prohibition, légalisons les drogues et encadrons leurs consommations (prévention, soins, information).

  • roatta le 8 février 2011

    combien de personnes l’alcool tue dans le monde chaque année? et l’automobile?
    vous n’empêcherez jamais un fumeur de fumer, n’importe quel médecin vous le dira..alors prohibition? vous savez ce qu’il en fut aux states dans le domaine de l’alcool
    ps: quel candidat sera assez stupide pour vous suivre et perdre 20% de voix?
    je crois quand dans votre raisonnement vous avez simplement oublié les fumeurs qui d’habitude restent silencieux, mais là ,la coupe est pleine

  • fk622 le 8 février 2011

    Des commentaires ont étét censurés et ont purement et simplment disparu…

    Celui-ci ne va pas rester non plus (on parie ? ) mais je le redis : l’équation « tabac = fumer des cigarettes » n’a rien d’automatique.
    il existe bien d’autres modes de consommation moins addictifs et beaucoup moins dangereux.
    Mais une bonne polarisation binaire ça n’a pas de prix quand il s’agit de faire du spectacle, n’est ce pas ?

  • John123 le 8 février 2011

    C’est ta connerie qu’il faudrait interdire, pov tâche!

  • mkris le 8 février 2011

    moi c est votre connerie personnelement qui me tue!!!! Interdisez aussi l alcool y aura moins de pochards même au gouvernement…

  • Bazil le 8 février 2011

    C’est bien d’y penser enfin. C’est amusant de lire que personne n’avait pu envisager cela alors qu’une simple peluche avait soulevé cette énormité il y a bientôt 3 ans !
    http://blog-bazil.grenierajouets.fr/index.php?post/Et-le-principe-de-precaution

  • liberte le 8 février 2011

    interdire les cons de ta race tu y a pense?

  • PierreEmmanuel le 8 février 2011

    Je suis fumeur.. et je suis d’accord!

    Réponse de belsha le

    Si vous n’avez pas la force de volonté pour arrêter de fumer de votre propre gré, je vous plains sincérement, mais pourquoi voulez vous tyranniser toues les autres fumeurs qui adorent fumer et n’ont pas la moindre envie d’arrêter, tout en étant conscient des risques qu’ils prennent?

  • PierreEmmanuel le 8 février 2011

    Commencez par interdire de fumer dans la rue, comme à Hong Kong et Singapour.. Ca ferait fortement baisser la consommation dans un premier temps.

  • Nasser le 8 février 2011

    A l’attention de monsieur ATTALI et de tous ces partisans.
    Nous vous avons bien compris afin de régler votre problème nous nous engageons à vous trouvez une ile déserte où vous et vos amis pourront vous re créer votre monde afin que nous, citoyens nortmaux puissions vivre notre vie.
    Bien à vous, merci de nous laisser notre reste de liberté individuelle.

  • PASGUI-correctif le 8 février 2011

    5500 Milliards par jour, ça fait en gros 900 cigarettes par jour par terrien.

    Ça serait pas 5500 Millions, ou 5,5 Milliards ???

  • Franck Ridel le 8 février 2011

    Tout simplement d’accord, à 200%

    Réponse de belsha le

    Le problème, c’est qu’un interdit ne touche pas seulement ceux qui sont d’accord, mais aussi ceux qui sont contre… Et ce n’est pas parce que vous dites à « 200% » que votre opinion compte pour deux, que vous pouvez imposer vos choix de vies à ceux dont les choix et valeurs sont contraires.

  • Marc Ridelle le 8 février 2011

    Vous avez tout à fait raison! J’ai moi-même arrêté de fumer il y a plusieurs années, sans autre qu’aide qu’un profond dégoût pour cette auto-destruction systématique. Vous parlez du Mediator. Je prendrai pour exemple l’héroïne, qui est interdite, à juste titre, mais qui tue environ mille fois moins que le tabac. Nous avons été manipulés pendant des décennies par la publicité directe et indirecte sur le tabac (la cigarette du mourant sur le champ de bataille, la dernière cigarette du condamné, etc.) On sait aujourd’hui que ce produit n’a aucune vertu, mais est extrêmement dangereux. Vend-on de la dioxine dans les supermarchés? Stop au tabac!

    Réponse de belsha le

    Personne ne prend de plaisir en sniffant de la dioxine. Voilà pourquoi elle n’est pas vendue dans les supermarchés.

    Et l’héroïne tuerait encore beaucoup moins si elle n’était pas interdite.

    Réponse de FTJA le

    + 1000

  • Fredo le 8 février 2011

    Faut interdire l’alcool aussi, le plastique, les voitures, les usines, le bois compensé, les ordinateurs pour écrire moins de conneries surtout. Prenez un lexomil, le tube doit être sur le devant de votre veste que vous avez retourné depuis longtemps !
    Coluche doit bien se marrer en vous lisant !
    Il a honte pour vous mais il se marre doucement pour pas vous réveillez…

  • Wanner le 8 février 2011

    Et quid d’un soupcon d’egalité dans ce debat.

    Ok aujourd’hui on pointe la tabac, mais si on voulait vraiment prendre ce plis, pourquoi ne pas interdire l’alcool, pour les memes raisons ?

    Et la bizarrement en France ca fait moins rire..

    Les Usa ont recement « prouvés » que la fellation etait cancerigene…
    On peut se dire, comme pour le reste que « ca sert a rien » la fellation dans le processus procreatif, on a qu’a l’interdire !

    On oublie juste un detail..dans tout ca.

    Le plaisir.

    Alors ok, le plaisir ca sert a rien, on a qu’a l’interdire aussi en fait.

    Monde de merde.

  • norbert lucas le 8 février 2011

    J’ai lu avec attention votre article

    faire connaitre les dangers du tabac est une nécessité à la fois morale et de santé publique
    combattre le tabagisme passif par la législation et la règlementation était une nécessité pour le respect d’autrui, de sa santé voire de sa vie

    mais!….de grâce une fois ces préalables garantis, laissons de la liberté aux gens et par commencer celle de pouvoir fumer
    avec le même raisonnement que vous utilisez nous pourrions interdire toute nourriture trop grasse, trop sucrée,trop salée mettre des amendes à toutes les personnes en surpoids (là aussi ça coute à la sécu)…et puis interdire les jeux vidéos qui finissent pour certains par des addictions….et puis interdire les sports un peu dangereux,etc, etc…je ne veux pas d’une société comme cela
    Enfin l’argument économique ne tient pas….Le tabac tue, certes mais d’abord , contrairement à l’alcoolisme ou à la drogue, il ne désocialise pas et ne coute donc pas en terme de couts collatéraux (comme les accidents dus à l’état alcoolique, l’impossibilité de travailler , les dégats sur l’entourage)
    et puis l’économie brute étant par nature cynique, je suis loin d’être persuadé que les problèmes de santé dûs au tabac coutent si cher à la société….pour les comptes de l’Etat et de la sécu, certes les soins du tabagique coutent cher….mais nous finirons tous par mourir et cela aura u toujours un cout ….. mourir d’un cancer du colon ou de la prostate à 85 ans coutera aussi cher que de mourir d’un cancer du poumon à 65 ans…les dégats du tabac apparaissent en moyenne relativement jeune mais apres la période « productive économiquement » et donc pour les retaites mieux vaut pour la société un tabagique décédant à 65 ans que la même personne décédant à 85 d’une affection qui aura de toute maniere couté aussi cher (statistiquement)

    tres cordialement

    Réponse de belsha le

    Vous vous trompez sur deux points:

    « Combattre le tabagisme passif » n’a jamais été une nécessité pour « la santé et le respect d’autrui ». C’était une fabrication à base de superchéries pseudo-scientifiques bancales dont l’unique but était de culpabiliser les fumeurs et de les exclure de l’espace public. Et la preuve, c’est que les revendications des anti-fumeurs deviennent de plus en plus radicales: interdire de fumer en plein air, dans le domicile privé, et maintenant interdire le tabac tout court — revendications qui n’ont plus rien à voir avec un quelconque danger possible hypothétique pour les non-fumeurs, aussi minuscule soit-il. Le roi est nu!

    Puis, vous écrivez: le tabagisme ne désocialise pas. Mais justement, tout à été fait pour le « désocialiser » !!!! Et maintenant on nous dit qu’il ne faut pas employer les fumeurs (ça se passe déjà aux Etats Unis), parce qu’ils sont pas assez productifs puisqu’ils prennent des pauses cigarettes…. Cette une prohécie autoréalisatrice.

  • Marc Ridelle le 8 février 2011

    Vous parlez du médiator. Je prendrai pour exemple l’héroïne, qui est interdite, à juste titre, mais qui tue environ mille fois moins que le tabac. Nous avons été manipulés pendant des décennies par la publicité directe et indirecte sur le tabac (la cigarette du mourant sur le champ de bataille, celle du condamné, etc.). La réalité est la suivante : la cigarette n’a aucune vertu, elle est exclusivement nuisible. Vend-on de la dioxine dans les supermarchés? J’ai arrêté de fumer depuis plusieurs années grâce à la seule motivation que me procurait le dégoût de moi-même, de cette dépendance absurde et sale. Soyons cohérents. Il faut interdire le tabac.

  • bzh29 le 8 février 2011

    Monsieur Attali, vous faîtes l’apologie de la prohibition ! MAIS n’avez rien fait contre ce méfait lorsque vous occupiez des missions à l’Elysée.
    et après vous ferez quoi ? interdire l’alcool, la viande rouge, l’automobile, etc …

  • Jo le 8 février 2011

    POURQUOI INTERDIR LE TABAC ???? QUE CEUX QUI NE VEULLENT PAS FUMER NE FUME PAS !!!! CHAQUE FUMEUR QUI MEURT A CAUSE DU TABAC EST RESPONSABLE DE SA PROPRE MORT !!!! ON NE FORCE PERSONNE A FUMER….

  • Patrick Bardon le 8 février 2011

    Monsieur,

    Je suis né en France, de parents Français, d’arrières grand-parents Français etc, etc…

    Tous ont combattu pour la même chose: la liberté!
    Ne nous obligez pas à recommencer! Si le choix de mon voisin est celui de fumer, alors je le respecte! Concentrez vous plutôt sur les vrais problèmes de fond: La sécurité sociale et ses dérives. Fouillez un peu, mais fouillez vraiment et vous comprendrez alors pourquoi la France est un pays si prisé! Et pendant que vous y êtes, faites fabriquer des voitures dont la vitesse max n’excède pas les 130 Km/h, faites interdire tous les restaurants Mal-Bouffe…
    Du grand n’importe quoi!!!!

    Si vous voulez faire quelque chose de concret pour notre pays, pendant qu’il en est encore temps, réformez vite et intelligemment la Sécurité Sociale! Mais de grâce, laissez nous vivre notre vie! Elle est déjà suffisamment merdique comme ça!

  • Arthur_Michel le 8 février 2011

    T’es pénible Jacques…tu ne veux pas te trouver un vrai boulot?

    Réponse de Patrick Bardon le

    Grave! Je vais rester poli

  • J3B le 8 février 2011

    Il faut éduquer. rechercher les raisons de celui qui fume, qui boit plus que de raison. C’est l’excès qui est dangereux.
    La suppression du tabac entraînerait les utilisateurs vers d’autres drogues.
    Interdire n’est jamais bon : ce ne me semble pas être une proposition digne de notre siècle.
    Il va falloir que ceux qui pensent pour nous, qui nous gouvernent, prennent sérieusement les problèmes en mains, en visionnaire…

  • Genre le 8 février 2011

    Interdire le tabac ?
    Mais vous êtes complètement fou !

    Avez vous d’autre idées totalitaire de la sorte ????

    Une telle proposition m’écœure

  • franckprovost le coiffeur des stars. le 8 février 2011

    et voilà. encore un connard à qui on a qu’une envie… c’est de dire… : »ta gueule, attali. » putain d’extremiste.

  • franckprovost le coiffeur des stars. le 8 février 2011

    encore une fois.. qu’une seule envie :  » ta gueule attali ».

    extremiste. liberticide. sait même pas compter c’t'andouille. laisse nous tranquille. ou alors.. supprimons toutes sources dangereuse : le tabac…, l’alcool, les religions, les gouvernement, le capitalisme, les cons….

    Réponse de Michel Michel le

    1- Interdire le tabac
    2- Interdire l’alcool
    3- Interdire le sexe n’ayant pas pour but de procréer
    4- Interdire les religions
    5- Interdire les aliments trop gras et/ou trop sucrés
    6- Interdire l’obésité
    7- Interdire l’anorexie
    8- Interdire tous les véhicules polluants
    9- Interdire tous les véhicules pouvant rouler à plus de 130 km/h
    10- Interdire de posséder, fabriquer et vendre une arme
    11- Interdire de blesser, offenser ou agresser autrui
    12- Interdire la mendicité
    13- Interdire de polluer
    14- Interdire le profit
    15- Interdire la convoitise
    16- Interdire…

    D’autres idées? A ce rythme là on sera assez nombreux sur Terre pour se faire la courte-échelle jusqu’à la lune !
    Comme disait Jean : « Quand on mettra les cons sur orbites et ben t’auras fini de tourner »
    A bon entendeur
    Salut!

    Réponse de francois le

    interdire JA de dire et d’écrire des conneries

  • Libre Arbitre le 8 février 2011

    Bonjour Mr Jacques Attali,

    Vous suivant et vous approuvant depuis de nombreuses années, je suis très étonné de votre manque de lucidité au sujet de l’interdiction du tabac. En effet si vous interdisez ce produit vous aller déplacer le problème et créer un vide. Comme la nature a horreur du vite ce manque sera vite compenser grâce à des trafics en tous genres.

    Si vous souhaitez «VRAIMENT» stopper le tabagisme et non pas comme je le pense faire un « buzz » il existe une solution toute simple et qui me parait évidente :

    « COMMENCEZ PAR INTERDIRE AUX FABRICANTS DE METTRE DANS LE TABAC DES PRODUITS QUI CREENT LA DEPENDANCE ».

    Cette solution est pleine de bon sens vous ne croyez pas ? C’est en s’attaquant aux CAUSES et non aux effets que vous pourrez aider les malades dépendent de ce produit. Merci pour votre réponse.

  • Thierry Oulières le 8 février 2011

    C’est le même Attali qui proposait récemment au gouvernement, sans le moindre état d’âme, de supprimer le 100% pour certaines maladies de longue durée ?
    Mr Attali, votre surmenage vous fait dire le pire et le meilleur ; votre pire fait peur !

    Réponse de rafounet le

    en l’occurrence il avait raison, si tu choisis de fumer, ou de boire de l’alcool, ou de baiser sans capote, c’est normal que tu crèves, pas besoin que la collectivité soigne les maladies que tu t’es créées en toute conscience.
    ce qui n’est pas logique, c’est qu’il veuille interdire aux gens de crever tranquillement.
    à un moment faut être cohérent.

    Réponse de Thierry Oulières le

    « C’est normal que tu crèves » : comment pouvez-vous cracher des horreurs pareilles !

  • Yann le 8 février 2011

    Moi, je dis « Stop aux fast food ». C’est franchement mauvais pour la santé et ça ne sert à rien. Et aussi « Stop aux fleurs ». Quand on voit ce que ça coute, l’espace utilisé pour rien plutôt que de développer les industrie vivrière pour nourrir le Tiers-Monde, alors que ça ne sert strictement à rien. Il faut aussi interdire le rock. Vous avez vu le mal que cela cause à la jeunesse, alors que c’est complètement inutile (et que c’est une musique de barbare en plus).

    Stop au plaisir, en fait, parce que le plaisir, tout le monde le sait, ça coute, c’est souvent nocif, et le plaisir, ça ne sert à rien.

    Réponse de Thierry Oulières le

    Bien dit !

  • TABAC PLUS le 8 février 2011

    ATTALI,
    qui es-tu pour demander l’interdiction du tabac ?
    Si tu avais du cran, tu te présenterais à un mandat national…..
    Car moi, je demande l’interdiction des profiteurs
    de ta race, dont les financiers pillent la république,la planète et ce n’es pas un vain mot!Alors dégage et laisse nous cet espace de liberté qui nous reste…..
    JMB

  • Guillaume le 8 février 2011

    Il faut surtout ne pas oublier que les cancers du fumeur sont bien distincts des autres qui, entre parenthèses, sont dûs à l’accroissement alarmant de la radioactivité dans l’air ces 50 dernières années (centrales, exploitation uranium, essais…). Quand on sait que l’OMS et l’AIEA se sont arrangées pour ne pas incriminier le nucléaire dans les études sur le cancer, cela nous prouve que toutes ces études sont inutiles!
    http://www.noslibertes.org/doc/tract/FumerTue.pdf
    Les fumeurs diminuent mais les cancers augmentent! Et bien évidemment il faut condamner les comportements individuels! Quelle classe et quelle intelligence!
    Bravo à vous cher Monsieur, vous collez parfaitement au décor d’une France décadente s’écartant de ses valeurs fondamentales! Rien d’étonnant cependant!

  • rafounet le 8 février 2011

    hihi… j’attends avec impatience l’intervention du modérateur de ce forum.

    tous ces commentaires plus débiles les uns que les autres, y compris les miens, tout comme le message qui les a initié, devraient être effacés rapidement.
    mais bon… c’est le charme du web, on se défoule… y compris attali…

  • zinformateur le 8 février 2011

    Vous laissez écrire est nuisible pour la santé intellectuel de l’état et des citoyens pourtant on vous interdits pas…

    poussons votre logique jusqu’au bout, interdire le sel, c’est dangereux pour la vue, le sucre ça coûte cher et les gens devrait assumer les factures du dentiste, le parfum dangereux pour les sinus et beaucoup de personne sont indisposer par l’odeur, une taxe sur la quantité d’excrément par habitant, taxe sur la coupe des cheveux, taxe flottante selon la pollution en ville afin que les personnes qui y réside puissent payer moins cher de leurs poches les dégâts sur leurs santé (bah oui on décide d’y vivre on assume) taxe plus importante sur les dérivés du pétrole car forcément cancérigène, taxe sur la longévité de la vie, plus tu vis plus tu paye (ne me remerciez pas)

    heureusement qu’il n’y a pas de taxe sur la connerie, vous serriez ruiner…

  • Cleme le 8 février 2011

    Je suis surprise de voir et lire tant de commentaires ! Et parfois si virulents!
    Je pense effectivement, comme beaucoup d’entre vous, que l’interdiction n’a absolument aucune valeur, et ne crée que plus de frustration, d’hypocrisie ect…
    Il me semble que ce qu’il manque à notre société c’est du courage, et de la confiance. Le courage d’être autonome, la confiance en l’individu de décider ce qu’il y a de meilleur pour lui même. De prendre la décision par soi même d’être libre et heureux (se). J’ai 29 ans, j’ai fumé pendant 14 ans…je savais pertinemment que je ruinais ma santé, mon portefeuille et nourrissait un gouvernement toujours plus avide..mais c’est en lisant, apprenant, étudiant mon propre fonctionnement, mon attitude face au tabac (et autres formes de dépendances) qu’à un moment donné j’ai comprit que c’etait à moi de décider d’être maitre de ma vie, qu’il ne dépendait que de moi, d’apporter ce qu’il y a de meilleur pour moi et pour mon environnement…je croyais être dépendante mais cette notion de dépendance ne réside que dans notre seul esprit bien trop souvent…ce qu’il faudrait apprendre, apporter au peuple, c’est qu’il peut absolument décidé par lui même du sens qu’il veut donner à sa vie…ce n’est pas en lui faisant la leçon…en lui faisant des reproches, mais en lui expliquant avec délicatesse et persévérance, que sa vie est pprécieuse, que son opinion à du sens,que…

    Merci.

  • Mustapha A. le 8 février 2011

    Faut-il être à ce point désorienté pour invoquer la liberté individuelle au sujet d’une drogue ? Le consensus qui existe chez les médecins addictologues présentant le tabac comme l’une des drogues les plus addictives, c’est à dire qui aliène le plus, devrait éclairer nos responsables politiques. À défaut, un simple échange avec un dépendant qui souhaite s’en sortir est d’une vérité éclatante. Le tabac est une drogue. Chaque élu peut en faire l’expérience dans son entourage ou parmi ses concitoyens, ceux dont il est censé défendre les intérêts fondamentaux. La loi interdit à la vente nombre poisons rapides. Elle pourrait, si elle était guidée par le courage, interdire ce poison à action lente.
    Mustapha

    Réponse de belsha le

    Le consensus qui existe chez les addictologues, c’est surtout que la prohibition est la pire des solutions.

  • Jean Nicot le 8 février 2011

    Bien pire que le tabac: le youpin

  • steph le 8 février 2011

    ARRETEZ d’emmerder les fumeurs !!!!!!!!!!!!! Nous ne sommes pas des enfants. Nous savons très bien que c’est dangereux mais comme bien d’autre chose(nourriture pourrie que l’on achète et qui n »est pas interdite, alcool qui ne donne pas de maladie peut être ?????? la pollution qui rend les gens de plus en plus allergiques et asthmatiques….) Fichez la paix aux gens et laissez les dans le libre choix de leur vie.

    Réponse de francois le

    pourquoi JA n’irait pas voir ailleurs si nous y sommes, il nous pollue l’air, et d’autre pays ont peut être besoin de lui, de ses grandes idées

    Réponse de Neda DENYS le

    C’est trop simple de s’en prendre à M. Attali. Il y a une majorité silencieuse qui souhaite qu’on en finisse avec les méfaits du tabac. Et qui apprécie de pouvoir respirer dans les lieux publics et sur les lieux de travail. Et qui attend justement que les pouvoirs publics aillent encore plus loin.

  • Erwan le 8 février 2011

    étrange comme les réactions négatives peuvent être aussi agressives et insultantes. On voit bien qu’il s’agit là d’un tabou qui se résumerait par « Touche pas à ma cigarette! ». Un tabou savamment entretenu par les lobbies. Le fait de commencer son article par le scandale du Médiator n’est pas anodin car dans le cas des médicament les lobbies ne sont pas non plus étrangers.
    http://www.erwanlevexier.net/post/2011/02/08/Jacques-Attali-et-le-lobby-du-tabac

    Réponse de belsha le

    L’aggressivité et l’insulte, c’est de vouloir interdire à des millions un mode de vie et un plaisir quotidien. Normal que cela provoque une aggressivbité encore plus grande.

    Je suppose que vous aussi avez un petit plaisir dans votre vie. Que penseriez-vous si je me décidais de vous l’interdire, juste comme ça?

    Réponse de Erwan le

    Là n’est pas le problème. Vous avez mal lu mon billet…
    Jamais le tabac ne sera supprimé et ce n’est pas parce que Jacques Attali a lancé cette idée qu’elle sera suivie (ou alors il aurait du le faire depuis 30 ans!)
    A ceux qui parlent de « totalitarisme » je signale qu’en démocratie on échange sur des idées avec des personnes d’opinions souvent opposées. Quand on débat entre personnes toutes du même avis là on peut commencer à se poser des questions…
    Ce que je retiens de tout ce buzz (peut-être parce que je le savais depuis bien longtemps) c’est que l’on exploite et l’on entretien l’addiction des fumeurs tout en jouant les hypocrites en déclarant préserver leur liberté…
    Que l’Etat préserve le mode de vie et le plaisir quotidien d’un grand nombre de personnes en permettant la vente de produits toxiques, OK. Mais ce n’est pas cohérent avec le principe de précaution utilisé à tort et à travers. Jacques Attali n’a fait qu’aller jusqu’au bout d’une logique qui est tout sauf logique.

    Réponse de belsha le

    Peut-être ne comprenez-vous pas l’immense colère sourde qui grogne chez les fumeurs depuis l’interdiction de fumer dans les lieux public. Il s’y sont pliés comme une bande d’écoliers niais et soumis, mais peut-être finissent-il d’avoir marre d’être repoussés sur les trottoirs par -15° . Et en lisant ce genre de poste, ils commencent peut-être à se rendre compte que la supercherie du « tabagisme passif » n’était qu’un prétexte habile pour préparer à bien pire…

    Réponse de Serge Rivron le

    Aller au bout d’une logique délétère, sauf si c’est par ironie pour en montrer l’absurdité, ne fait pas de cette logique un bien pour l’humanité.
    http://srivron.free.fr/comfumertue.html

    Réponse de Erwan le

    @belsha
    C’est sans espoir, vous n’avez pas lu mon billet sur mon blog? Vous ne faites que réagir en fonction de votre petit plaisir quotidien comme vous dites sans voir la question dans son ensemble alors que ce « plaisir » est une supercherie entretenue par une industrie qui se moque bien de votre bonheur. Tant que vous continuerez à consommer dans ce sens, les prix augmenteront et vous aurez encore moins de lieux libres pour fumer… car vous les faites gagner sur les deux tableaux, ils continuent à en vendre et à toucher des taxes tout en se donnant bonne conscience d’avoir agi contre ce fléau. La pire chose qui puisse arriver aux autorités qui font des campagnes anti-tabac c’est que les fumeurs arrêtent d’être accro à la cigarette. Mais à voir la plupart des réactions à l’article d’Attali c’est pas demain la veille et les vaches à lait vont continuer à se faire traire ;-)

    Réponse de belsha le

    Monsieur Erwan,

    Vous avez tout à fait le droit de trouver que mon plaisir de fumer est une « superchérie ». Je suis certain que je trouverais nombreux de vos propres plaisirs des « superchéries ». Mais jamais j’oserai vous les interdire, n’y même y penser… voilà la différence.

    Quand à cette rengaine du « lobby du tabac », « l’industrie qui entretient l’industrie », elle est simplement ridicule.

    J’ai une amie qui a commençé à fumer à 35 ans, et qui m’a dit que jusqu’à ce jour elle avait l’impression que quelque chose lui avait toujours manqué dans sa vie sans savoir quoi: elle l’a su en allumant sa première clope. Oui, oui, c’est une victime de l’industrie….

    Réponse de Erwan le

    @belsha mais arrêtez bon sang d’opposer vos petits plaisirs aux « miens ». Vous ne savez même pas si je suis fumeur ou non. cela rend le débat totalement stérile et ridicule. Il ne s’agit pas de votre nombril ni du mien mais de santé publique!
    Désolé pour ma rengaine mais j’ai juste 30 ans de recul qui me permet de savoir de quoi je parle autant dans le domaine de l’industrie, de l’information que du markéting et je connais bien les rouages du système.
    L’exemple de votre amie qui avait l’impression que quelque chose lui manquait en découvrant la cigarette là, ça se passe de commentaire…
    Vous êtes « libre » d’être prisonnier volontaire d’une drogue légale… Alors laissez aux autres leur liberté de penser ce qu’ils veulent. Et ne vous inquiétez pas il s’agit seulement d’une idée de Jacques Attali même pas d’un embryon de projet de loi dont worry be happy ;-)

    Réponse de belsha le

    Je leur laisse penser tout ce qu’ils veulent. Mais il ne s’agit pas juste d’une idée, l’interdiction a déjà commencé il y a plusieurs années: plus de wagon fumeur dans les trains, plus de bars fumeurs, plus de salles fumeurs dans les entreprises, etc etc Et ça continue, de pire en pire.

  • eric le 8 février 2011

    Pas bete mais moi qui et fumeur je connais bien les risque du tabac quand au médiator on ne connaisais pas les risque réelle alor Mr Attali les Francais en on déja bien raz le bol de se gouvernement de bon a rien dsl mais obligé de le dire je pense que si cette loi devait passé je croie que les francais iront dans la rue pour manisfesté car vous touché a notre liberté individuelle a tous

    Réponse de Neda DENYS le

    Pas sûr ! Il y a une majorité silencieuse qui souhaite qu’on en finisse avec les méfaits du tabac. Et qui apprécie de pouvoir respirer dans les lieux publics et sur les lieux de travail. Et qui attend justement que les pouvoirs publics aillent encore plus loin.

    Réponse de belsha le

    Il y a aussi une « majorité silencieuse » pour le retablissement de la peine de mort, pour l’expulsion des immigrés peut-être, pour l’interdiction de l’homosexualité pourquoi pas…

    En Egypte, 82% sont pour la lapidation des femmes…

    Mais fort heureusement, la démocratie n’est pas la dictature de la majorité, elle n’est pas l’opression d’une minorité par la majorité. La majorité a le droit de statuer sur ce qui la concerne elle, en tant que majorité, mais pas du tout de réglementer la vie d’une minorité qui ne la concerne pas de la moindre façon.

    Réponse de Neda DENYS le

    oui, la majorité a le droit de statuer sur ce qui la concerne, en effet, c’est-à-dire un meilleur vivre ensemble. Les méfaits du tabac nous concernent tous, y compris les fumeurs.

    Réponse de Neda DENYS le

    De plus, il serait temps que la grande majorité silencieuse contre le tabac dont je fais partie agisse. Elle n’a pas encore de pouvoir sinon le tabagisme serait un problème mineur et non pas le fléau qu’il est devenu. Nous ne subissons que depuis trop longtemps la dictature des fumeurs.

  • Michel le 8 février 2011

    Bravo à toi « Jack Don Quichotte »…mais voilà encore un combat perdu d’avance! Trop d’intérêts en jeu du côté des vendeurs mais aussi des acheteurs et de « toux » les profiteurs!! Et pourquoi ne pas entamer le même combat avec l’alcool et la malbouffe en général qui nous tuent à petit feu.Bon courage!

  • Olivier le 8 février 2011

    Bonjour Monsieur,
    Sur le fond, je suis d’accord avec vous. Par contre, étant fumeur, il serait judicieux d’accompagner, de prévoir un traitement adapté, pour tous ceux qui veulent arrêter de fumer !!! Et tout cela, bien entendu, gratuitement, car je vous rappelle quand même, qu’un traitement anti-tabac est très honereux. Renseignez-vous.
    Cordialement.

    Réponse de belsha le

    A part être « très honereux » comme vous les dites si bien, les « traitements anti-tabac » sont surtout connu (de nombreuses études le prouvent) pour ne pas marcher sur le long terme, contrairement à la volonté décidée (‘lenvie, et oui!) d’arrêter tout seul comme un grand sans aucune aide extérieure !

    Si vous n’avez pas la volonté, ni l’envie réelle, d’arrêter, peut-être il est temps de vous vouer que vous AIMER fumer! Et oui, est-ce si honteux! Et d’arrêter à maman-Etat de faire à votre place ce que vous n’êtes pas cabables de faire.

    Réponse de Olivier le

    Très facile d’avoir ce genre de raisonnement, je pense que vous devez, sans aucuns doutes, être non-fumeur. Pour votre gouverne, dans certains ou beaucoup de cas, il ne suffit pas d’avoir seulement envie, ou d’avoir seulement la volonté pour arrêter de fumer. Mais ça, c’est quelque chose que vous ne pouvez-pas comprendre.

    Ah, autre chose, votre morale, gardez la pour vous !!!!!

    Bien cordialement.

    Réponse de belsha le

    Non, je suis un fumeur passionné et qui s’assume: j’aime, j’adore ça. Le jour où je n’aimerais plus, j’arrêterais. Mais ça sera quand MOI en aurai envie, et non pas quand M. Attali, M. Bertrand, M.Bachelot, M. Dautzenberg, Khomenei ou Hitler l’auront décidé à ma place.

    C’est difficile à comprendre ?

  • Aidons le fumeux Jacques Attali « SITAmnesty le 8 février 2011

    [...] ailleurs, Jacques Attali préconise sur son blog (extraits) d’interdire la production, la distribution et la consommation de tabac, estimant que [...]

  • jean claude le 8 février 2011

    pour notre bien-être et notre santé,on devrait tout supprimer;tabac,alcool beurre,sucres,voitures….trop c’est trop!
    vous voulez faire de nous des clones, des robots bien dociles avec une pensée unique dictée par des technocrates complétement déconnectés de la réalité?
    on se croirait dans un très mauvais film de science fiction où nos dirigeants nous imposeraient le bonheur tel qu’ils le perçoivent,interdiction de fumer(même dans les parcs maintenant!) car ça me fait tousser,interdiction de rouler en voiture car le beau-père de ma belle-soeur a eu un accident..mon voisin était alcoolique donc interdisons le vin,je suis allé chez le dentiste pour soigner une carie donc interdisons les bonbons…etc.etc
    on vous demande de gérer au mieux les problèmes inhérents à notre siècle et non pas de faire notre bonheur à tout prix.
    Que comptez vous faire pour éradiquer la bêtise de certains, nous mettre sous tranquillisants ou nous implanter une puce dans le cerveau?
    Ah cette élection présidentielle nous promet décidemment de grands moments!

  • godot le 8 février 2011

    fermez votre grande gueule mr attali ; vous ex soit disant gauchiste et a droite maintenant : comme beaucoup mangez a tous les rateliers ! vous etes ni plus ni moins qu un dictateur ! mefiez vous ! surtout a pondre des conneries

    Réponse de Neda DENYS le

    Je le répète encore et encore :C’est trop simple d’insulter M. Attali par ces propos d’une grande bassesse. Il y a une majorité silencieuse qui souhaite qu’on en finisse avec les méfaits du tabac. Et qui apprécie de pouvoir respirer dans les lieux publics et sur les lieux de travail. Et qui attend justement que les pouvoirs publics aillent encore plus loin.

  • Christiophe le 8 février 2011

    Interdire le tabac d’un coup serait une souffrance terrible pour bon nombre de fumeurs, il serait plus sage de les aider en leur proposant des cigarettes moins nocives et provoquant moins d’accoutumance, cela doit être possible de les fabriquer, il y a déjà les cigarettes électroniques, mais on ne les trouve ni dans les bureaux de tabac, ni dans les pharmacies. Il est préférable d’encourager à l’arrêt plutôt que d’interdire, voir, de pénaliser des gens qui en somme ne sont que des malades

  • estelle le 8 février 2011

    en aucun cas le tabac n’est un médicament, comparaison absurde même si les méfaits du tabac sont connus, je ne vois pas en quoi l’état aurait le droit ou le devoir de prendre des mesures aussi drastiques… surtout que les taxes sur le tabac derrière tout ça leur sont bien utiles, et l’excuse de la dangerosité du tabac ne prend pas, l’argent rapporte point final… depuis quand l’état doit-il nous interdire ce qu’il nous ‘offre’ dps des années…

  • Yohan le 8 février 2011

    Oui je trouve que c’est juste.

  • Yohan le 8 février 2011

    Je trouve que ce serai juste

  • jeanluc nieto le 8 février 2011

    Merci d’apporter votre talent et votre renom

    a l’anthologie du crétinisme et de l’interdit.

    les maitres a penser de votre espèce sont aussi

    cancérigènes que la clope. je suggere aux

    rédacteurs du dictionnaire de la bêtise de ne

    pas vous oublier lors de l’actualisation de leur

    ouvrage.

    Un non fumeur non totalitaire!

  • belsha le 8 février 2011

    Monsieur Attali: la musique aussi est « inutile », comme vous le dites du tabac. Que penseriez-vous si on vous l’interdisait?

    Plusieurs chefs d’orchestre sont morts sur le pupitre, le prélude de « Tristan et Isolde » notamment a causé 3 morts subites de chefs par infarctus (lisez musique et médecine de Patrick l’Echevin, il y a de nombreux autres instruments de musique très dangereux pour la santé, notamment l’hautbois, la trompette etc) . Je pense qu’on aurait une très bonne raison de vous interdire de faire le chef d’orchestre.

    Pour le moment, il vaut peut-être mieux contrer vos propos par la moquerie, la dérision. Mais plus tard, un soulèvement violent sera peut être nécessaire.

    L’Etat n’a pas plus le droit d’imposer par la contrainte la « santé » à ces citoyens, qu’il n’a le droit de les contraindre à la « pureté morale » ou à la « pureté raciale. Sur ce point, rien, mais absolument rien, ne vous distingue d’un taliban ou d’un nazi. Vous avez choisi votre camp, nous avons choisi le notre. Je pense que le réveil pour vous et vous semblables un de ses quatre matins va être brutal.

    Réponse de power pourfendeur le

    Quand on légifère, c’est au nom de l’intérêt général, d’où se tire la force obligatoire de la loi.

    Exemple : elle vous contraint bien à boucler votre ceinture de sécurité, ce qui, autrefois, paru liberticide à bien des habitués de la conduite.

    Au nom de l’intérêt général, il peut être donc tout à fait envisageable d’interdire la commercialisation du tabac. Ensuite, la question de la pénalisation de sa consommation en serait une autre.

    Réponse de belsha le

    C’est aussi au nom de « l’intérêt général » que les islamistes interdisent et punissent de mort l’adultère.

    C’est aussi au nom de « l »intérêt général » que Hitler assassina 6 millions de juifs, de tziganes, d’homosexuels.

    Dans tous ces cas, « l’intérêt général » est l’intérêt imaginaire de la majorité contre une minorité, qui ne lui nuit de la moindre façon.

    L »‘intérêt » principal, c’est de trouver un bouc émissaire, une ventilation pour la haine, la frustration, le ressentiment, le sentiment d’impuissance. Exploiter politiquement ces passions tristes a un nom: le fachisme.

    Et encore, un mari cocu peut trouver qu’on lui a fait du tort. En quoi fumer fait-il du tort à ceux qui ne fument pas? (et surtout si ce n’est pas au même endroit)

    Réponse de Neda DENYS le

    l’ennui c’est quand c’est au même endroit !

  • CphilD le 8 février 2011

    STOP aux interdis !
    Ce n’est quand même pas nous ,les fumeurs qui sommes les coupables .
    Fumer c’est aussi notre plaisir ,un besoin ,une culture ancestrale ,parfois une communion…
    Il faut simplement aller chercher les coupables là ou ils sont et tout le monde le sait;ensuite il faut exiger le retrait des substances toxiques incorporées aux différant tabac .Le Problème c’est qu’il n’y aurai plus de raison pour le surtaxer .
    Je suis étoné que Mr Attali ne connaisse cette simple évidence ou plutôt perdrai son temps à se sujet si ce n’était q’une provoque markerting …C.Phil.D.

  • franckprovost le coiffeur des stars. le 8 février 2011

    extremiste.

  • power pourfendeur le 8 février 2011

    « le bilan, même économique, serait évidemment positif »

    A combien ce chiffre ce « évidemment » ? Peut-on même l’estimer ? Notamment du point de vue du non fumeur, dont j’estime particulièrement injuste qu’il doive payer les soins médicaux d’un tabagique : à combien peut-on estimer le coût de l’irresponsabilité ?

    Cependant, que la disparition de l’image du fumeur invétéré tournant à 2 paquets de cigarettes par jour fasse consensus, je veux bien le croire. Mais pour ma part, je n’imagine pas celle du fumeur occasionnel tirant un plaisir indiscutable de la saveur d’un bon cigare ou d’une bonne pipe.

    Enfin et bien que n’ayant aucune connaissance en chimie, ne serait-il pas possible de distinguer entre le tabac, naturel, et les divers addictifs, ceux-là, répréhensibles, qu’on lui ajoute artificiellement, introduisant une sorte de réglementation sur la qualité dudit produit ? Cela aurait-il au moins un sens ?

  • One state to rules them all le 8 février 2011

    J’ai adoré le passage où l’on apprend que les humains fument plus de 1000 cigarettes par jour, merci Mr Attali ! Sans vous on s’ennuierait, on pourrait interdire l’alcool aussi et le remplacer par des doses d’Attali, fou rire assuré !

    Sinon plus sérieusement interdisons, la liberté ça ne sert à rien, ils se prennent pour qui ces humains ? Qu’ils fassent ce qu’on leur dit, qu’est ce que c’est que cette manie de s’amuser ? Tous ces gens qui meurent, c’est affreusement anxiogène pour nous, les super-hommes, grand penseur de la société et planificateur de celle-ci, nous qui taillons l’homme nouveau, qui a fait abstraction de ses bas instincts sexuels et placer un esprit sain dans un corps sain.

    Poussons la réflexion, les couteaux tuent, ça ne sert à rien (mangeons des légumes mous), idem pour les fourchettes. Donnons des gélules à manger à ces petits humains.

  • Diagoras le 8 février 2011

    Cet artile est partial, philosophiquement insoutenable, fallatieux et mu par une optique venale.

    Cet article de monsieur Attali completement partial: On pourrait dire la meme chose de l’alcool du cafe et meme du the. On pourrait egalement dire la meme chose des nourritures trop grasses (interdisons les hamburgers). Certe, a chaque fois il faudrait pondre de nouveaux chiffres (discutables) mais les substance chimiques dangereuses sont legion et cet article est partial dans le sens ou il s’attauque a un sujet polemique parce qu’il est polemique. Mr. Attali aurait largement pu utiliser une argumentatio similaire pour l’alcool par exemple. Maia ce serait beaucoup moins vendeur aupres des bien pensants… Ce texte est donc partial car il fait volontairement ou pas abstraction du « probleme » dans son ensemble pour se focaliser uniquement sur ce qui est vendeur.

    Ce qui transparait ici, c’est aussi le mepris avec lequel Mr Attali considere l’individu. Ce n’est guere surprenant venant d’un socialiste, mais la, il atteint des sommets. Mr. Attali veut rendre les gens heureux par la force. C’est ca qui est surprenant. Le tabac n’est pas quelque chose qu’on inflige a autrui, surtout depuis l’interdiction de fumer dans les lieux publics. Des lors il devient assez etrange de considerer que les citoyens sont suffisement intelligents pour voter et choisir leur president et leurs lois, mais pas pour decider pour eux ce qu’ils veulent faire de leur propre corps. L’argument de Mr. Attali est bien sur « oui mais la secu? Ce n’est pas un choix individuel et responsable puisque la collectivite paye! » C’est ca qui est surprenant: La secu justifie elle qu’on mete en prison des gens parce qu’ils font usage personnel de leur propre corps qui ne correspond pas aux caons de l’epoque, alors qu’ils n’imposent rien a personne? Attali nous repondra qu’ils imposent aux non fumeurs de payer. Tres bien mais cet argument est discutable. On pourrait commencer par faire remarquer qu’on paye pour le foie des buveurs sans que ca choque, les exemples de choix de vie ayant un impact sur la sante sont legion, et pourtant Mr. Attali ne retient que la cigarette… Par ailleurs, la secu doit ele etre un despotisme? Pourquoi des lors ne pas permettre aux citoyen de sortir du systeme de securite sociale pour se tourner vers des assurances privees qui accepteront de prendre ce risque en charge? Laisser les fumeurs choisir entre securite sociale et tabac! Mais non la liberte individuelle ne fait pas partie du vocabulaire de Mr. Attali. Il pense franchement faire partie de ceux qui savent ce qui est bon pour autrui au point de pouvoir l’imposer par la force et la menace de la prison. C’est philosophiquement atroce. Le reponse d’Attali « Oui mais si c’est une decision democratique? ». La democratie, ne justifie pas tout. La democratie ne donne pas la legitimite de persecuter son prochain, et ne legitime pas les sevices pour le bien de la victime.

    Par ailleurs il y a dans ce texte des arguments fallacieux. Quand il nous dit qu’il y aurait du marche noir « pour un temps » il ment ou il est d’une naivete qui confine a la stupidite. A t’on jamais reussi a se debarasser du marche noir d’une quelconque drogue prohibee? Jamais! Le cannabis, la cocaine l’heroine les champignns halicinogenes le LSD etc… sont encore dans nos rues. Si on prend l’exemple du Cannabis, En France, on a essaye de l’interdire depuis 1916 (decision prise en plein guerre mondiale, autant dire qu’il s’agissait d’une decision hautemnt democratique…). Attali oublie aussi qu’interdire le tabac n’est pas une operation si rentable que ca: Les licenses des buralistes se retrouveraient avoir une valeur de 0EUR alors qu’elles ont ete aquises a prix d’or aupres du gouvernement. Mr Attali parle d’arguments financiers mais c’est grotesque. Si on interdit le tabac, il faudra lutter contre le tabac, et ni les policier ni les gardiens de prison ne travaillent gratuitement. Mr Attali parle aussi des pauses cigarettes que les entreprises « doivent » accorder a leurs employes… Mensonge! Les entreprises ne sont nullement tenues d’accorder des pauses cigarettes a leurs employes. C’est juste un mensonge, que Mr Attali excusera en disant que c’est une facon de parler. Toujours est il que l’emploi du verbe « devoir » laisse franchement planer le doute.

    En ce qui concerne l’optique venale de cet article. Mr Attali nous fait pleurer avec des millions de morts, mais le point fort de son argumentatio c’est surtout l’argent. Les millions de morts n’ont pas ete assassines, ou affames: Ils ont choisi de prendre un risque et on perdu. L’argument fort, c’est l’argent! C’est le fait que les uns payent pour les choix des autres. C’est la soi disante perte de productivite due a la cigarette, c’est les frais de sante gigantesques… Tout d’abord ca en dit long ce qui meut Monsieur Attali. Mais c’est egalement revellateur de ce qui justifie l’utilisation des armes (Interdiction implique menace d’intervention policiere et d’emprisonnement). En effet, pour quelques dollars de plus Mr. Attali veut changer de paisibles fumeurs en delinquants et autres gangsters. I veut troubler la paix et la quietude de certain au nom de l’argent. C’est tres grave.

    Enfin je tiens a preciser que c’est le genre de raisonnement qui a conduit a la prohibition actuelle des drogues avec les effets que l’on connait: Sponsoring des drug lords, cout exhobitants de lutte contre le trafic, police envahissante pour les fouilles etc… et… proliferation de la drogue, nottement aupres de mineurs parce que les dealers ne demandent pas de piece d’identite aux achteurs. C’est sans parler des drogues frelattees qui tuent encore plus, et de la criminaite que ca engendre puisque les dealer ne sont pas proteges par la loi. Ce texte est caracterisitque de la politique de pompier-pyromane (on cree un probleme ce qui justifie qu’on taxe encore un peu plus pour le resoudre) du socialisme en general (ca va du NPA au FN en passant par le PS et l’UMP) et d’Attali en particulier. En clair, ca ne peut convaincre que les gens manipulables et irreflechis. Autant dire la majorite. Attali aura gain de cause: Au fur et a mesure que nos etats glissent vers la dictature, ce genre de mesures s’imposent. Attali est un petit despote qui pave l’enfer francais de ses bonnes intention.

    « L’Etat est le plus froid de tous les monstres froids, et le froid mensonge qui sort de sa bouche c’est: Moi Etat, je suis le peuple » Nietzsche

    P.S: La premiere tentative d’interdiction du tabac a eu lieu en Allemagne nazie sur l’initiative d’Hitler, un grand National socialiste. L’argumentation d’alors etait un quasi copier colle de l’article de Mr. Attali. Comme quoi il n’a rien pondu de nouveau et comme quoi son socialisne et son etatisme n’ont sur certains point, pas grand chse a envoer au national socialisme.

    Réponse de power pourfendeur le

    L’argument financier de M.Attali n’est pas absurde : le bilan économique fait partie intégrante de la définition de l’intérêt général (on l’utilise fort bien pour le calcul de l’âge de départ obligatoire à la retraite). Et du point de vue moral, la liberté n’est pas celle de faire n’importe quoi donc l’argument des pro-tabacs est parfaitement discutable.

    Je pense d’autre part que vous avez tort sur la question des drogues et, par delà, dans votre manque de foi en la possibilité pour la société d’évoluer en un sens plus positif, par les mentalités (éducation, campagnes de prévention etc).

    Maintenant, là où je vous rejoins, un peu :
    1. Que M.Attali invente des chiffres pour étayer son argumentation, c’est bien possible.
    2. Si la sécurité sociale était privatisée (donc si nous étions dans un contexte plus libéral), si le non fumeur n’avait pas à payer pour la liberté du fumeur, celle-ci serait plus facilement défendable.
    3. La pénalisation des fumeurs (ce que semble vouloir M.Attali me paraît contre productive et d’un coût trop élevé pour ses avantages.

    Réponse de belsha le

    Si, la liberté c’est justement aussi la liberté de faire « n’importe quoi », à condition qu’elle ne nuise pas à celle d’autrui de faire « n’importe quoi ». Car qui serait habilité pour décider de ce qui est « n’importe quoi » ou  » au contraire « moral », comme vous le dites? La Bible, le Coran, l’OMS? La liberté, c’est justement que c’est à chaque individu lui-même de decider ce qui est valable pour lui et de ne pas l’imposer à autrui.

    C’est srole à quel point votre argumentation ressemble à celle des islamistes: ils prétendent aussi défendre la liberté, mais pas de faire n’importe quoi! La constitution de la Malaysie, par exemple, prétend garantir la liberté religieuse. Mais même pas 1% de nombreuses demandes d’excommunication de l’Islam sont accordés. Les tribunal religieux répondent que la liberté religieuse ne signifie évidemment pas de « faire n’importe quoi », par exemple changer de religion ou s’en débarasser tout court.

    Réponse de power pourfendeur le

    Comme vous avez répondu deux fois à mes posts, je vais ici grouper ma réponse :

    1. Il est regrettable que vous percutiez le point godwin à chacune de vos intervention par une assimilation systématique de tout et n’importe quoi avec « Hitler » ou les « islamistes ». Car, précisément, l’intérêt général tel que conçu en démocratie n’a pas grand chose à voir avec celui d’un régime autocratique ou d’un régime théocratique.

    Parce que justement, en démocratie, le principe de l’intérêt général, c’est de peser entre des opinions comme les vôtres et d’autres comme les miennes. La fiction tient en ce qu’en notre âme et conscience, cette opinion n’exprime pas un intérêt particulier mais ce que nous estimons être le meilleur pour tous. Je peux m’appuyer sur des arguments bibliques comme sur les écrits de Cioran ou ma propre vision des choses extirpée ex nihilo, cela n’a aucune importance tant que je parviens à convaincre une majorité.

    Je précise aussi que la notion d’excommunication n’a pas cours dans l’Islam…

    2. Définir la liberté comme absolue « à condition qu’elle ne nuise pas à autrui » est merveilleux quand on le prononce, mais plus délicat quand on doit définir où commence la nuisance à autrui. C’est donc à la loi de définir, de façon fluctuante, cette limite. Un cas d’école : la question de la censure et du contenu interdit aux mineurs. Dans le cas du tabac, on peut en voir au moins 2 :
    1. Vu notre système de santé, le coût pour le non fumeur.
    2. Considérant l’objective nocivité du tabac sur la santé, le mauvais exemple de celui qui fume sur celui qui ne fume pas.

    On peut tout aussi bien estimer que l’essentiel tiendrait dans l’interdiction de la commercialisation du tabac, sans qu’il soit nécessairement besoin de pénaliser les fumeurs eux-mêmes, deux choses fondamentalement différentes.

    Réponse de belsha le

    C’est devenu la mode d’invoquer le « Point Godwin » à chaque fois qu’on critique les dérives totalitaires de nos sociétés qui se prétendent libérales, et c’est un peu facile pour faire taire les dissidents. Il n’y a pourtant aucune différence entre la proposée interdiction du tabac par M. Attali et l’interdiction de l’alcool ou de l’adultère dans l’Islam: ce sont juste les textes sacrés qui ne sont pas les mêmes. Le contenu change, la forme reste la même. C’est à chaque fois l’Etat qui prétend savoir ce qui est bon pour l’individu afin de lui l’imposer par la force.

    La démocratie n’est justement pas la tyrannie de la majorité. Une majorité de non-fumeurs n’a aussi peu le droit d’interdire à une minorité de fumer, qu’une majorité d’hétérosexuels aurait le droit d’interdire à une minorité d’être homosexuel. Comme je l’ai remarquée plus bas, d’après un récent sondage 82% des egyptiens sont en faveur de la lapidation des femmes adultères. Mais ce n’est pas pour autant que la majorité puritaine a le droit d’imposer par sa force sa pruderie à une minorité qui a décidé de vivre une vie sexuelle plus aventureuse et épanouie. Pour le tabac, c’est exactement la même chose, au poil près.

    Quand au procés démocratique de « peser les opinions » pour déterminer « l’intérêt général », faites-moi doucement rire ! A quel moment cela a-t-il eu lieu pour l’interdiction de fumer dans les café-restaurants? Que 80% des français et 60% des fumeurs aient envie d’aller dans des café sans fumée, c’est très bien, qu’on leur donne 80% de cafés dans fumée! Mais cela ne leur donne pas le moindre droit d’interdire à ne serait-ce qu’1% de la population de fréquenter ou de travailler dans des bars enfumés, si c’est comme cela qu’ils trouvent leur bonheur.

    Quand à vos prétendus nuisances:
    1.) Il a été prouvé que les fumeurs coûtent en réalité moins cher à la collectivité que les non-fumeurs.
    2.) Quand au « mauvais exemple »… je sens que je vais ressortir le point Godwin (on pend aussi les homosexuels parce qu’ils donnent le « mauvais exemple »). C’est tout évidemment à chacun de déterminer ce qui est le « bon » ou le « mauvais » exemple pour lui. Ce qui est « bon » pour vous ne l’est peut-être pas pour moi, et vice versa. C’est à chacun de le trouver pour lui-même, et non pas à l’Etat de l’imposer à tous.

    Réponse de belsha le

    Ah j’ai oublié une chose:

    Vous dites l’essentiel serait « d’interdire la commercialisation sans pénaliser les fumeurs ».

    Mais en interdisant la commercialisation vous pénalisez les fumeurs!

  • Serge Rivron le 8 février 2011

    C’est vrai que si l’on supprimait la consommation de tabac, il y aurait 1 milliard de nouveaux immortels à la fin du 21e siècle… Diable, mais comment avais-je pu n’y pas songer, cher Jacques !

  • Jean-Benoît le 8 février 2011

    Enfin quelqu’un qui fait preuve de courage sur le scandale du tabac !

    Mais il faudrait aller plus loin et interdire la production, la distribution et la consommation de tous les alcools, dont la nocivité est tout autant avérée.

    Il faut aussi interdire la « mal bouffe », et rendre obligatoire la consommation quotidienne de cinq fruits et légumes.

    Rendons obligatoire au moins une activité sportive pour chaque habitant, avec une pratique quotidienne : pourquoi ne pas proposer aux gendarmes ou aux policiers d’organiser chaque matin vers 6h des séances de course à pied dans tous les quartiers des villes, des villages et des campagnes ?

    Soyons plus audacieux ! Généralisons les contrôles médicaux pour tous les citoyens, à raison d’une visite chez le médecin chaque semaine, pour s’assurer que chacun respecte ces règles.

    Mettons en place des visites de vétérinaires chez les particuliers pour vérifier que l’on respecte bien le régime alimentaire imposé ainsi que les règles d’hygiène.

    La voilà notre société idéale !

    Réponse de Perrette Pierre le

    Excellent ! ;)

  • Serge Rivron le 8 février 2011

    N’y aurait-il pas une petite contradiction, là :
    1/ « La consommation de ce produit entraine d’immenses dépenses de santé et réduit partout la productivité des entreprises »
    2/ »Mais on ne l’interdit pas. Pourquoi ? Parce qu’il rapporte beaucoup d’argent aux Etats. En France, il a rapporté en 2009, 10 milliards d’euros de taxe et 3 milliards de TVA. »

    et pour finir un peu de lecture :
    http://srivron.free.fr/comfumertue.html

  • Diagoras le 8 février 2011

    Je cite cet article pour demontrer a quel point il est mensonger: A debut d troisieme paragraphe, Mr Attali dit:

    « 5500 milliards de cigarettes sont fumées chaque jour. »

    5500 miliards de cigarettes, ca fait (en divisant par 20) 275 milliards de paquets. Avec une population de 6,5 milliards d’habitants, ca nous fait une consommation moyenne par habitant de plus de 42 paquets par jours. Ca inclues les nouveaux nes, les non fumeurs etc… Ce chiffre est a l’evidence completement faux et incoherent. Ce genre de mensonge ne surprend guere de la part de Mr. Attali, habitue a faire mentir les chiffres.

  • giraud le 8 février 2011

    la cigarette tue , pas le tabac se sont les produits toxiques que l’on met a l’interieur depuis plus de 40 ans, comme dans la malbouffe que nous mangeons,avant d’interdire purifions un peu plus les produits que l’ont nous vends a bon entendeur.

  • POULAIN Jean le 8 février 2011

    Le tabac est une saloperie.

    On doit l’éliminer avant qu’il ne fasse encore des millions de morts !

    Réponse de Serge Rivron le

    Oui Jean, c’est tout à fait ça, tuons les fumeurs avant que le tabac ne les emporte !

  • yves deligne le 8 février 2011

    Puisque vous êtes plein d’enthousiasme, Jacques Atali, à l’idée de faire épargner aux contribuables le coût de la prise en charge des dégâts que cause le tabac sur la plan de la santé publique, pourquoi ne pas pousser le raisonnement un peu plus loin et demander que l’Etat prohibe complètement l’alcool, ce produit hautement toxique qui cause des ravages bien plus importants que ne le fait le tabac ? Dans une prochain billet, peut-être… le temps de faire fonctionner la calculette…

  • Kenshiro le 8 février 2011

    Interdire le tabac pour nous permettre de vivre plus vieux et donc de travailler encore plus longtemps? bravo quel riche idée mr l’economiste.

  • CD le 8 février 2011

    Faire une large consultation nationale.
    Je suis fumeur et je suis pour cette mesure.
    Bravo

    Réponse de belsha le

    Vous avez une drole d’idée de la démocratie. 82% des Egyptiens sont pour la lapidation des femmes adultères. La démocratie n’est justement pas la dictature de la majorité.

    Que vous ayez envie d’arrêter de fumer, c’est bien pour vous. Que vous ayez besoin que l’Etat vous contraigne de le faire, c’est tout de même assez triste. Mais que vous voulez imposer votre propore volonté impuissante à tous ceux qui n’ont pas la moindre envie d’arrêter, c’est tout simplement inaaceptable. Vote popuplaire, ou non. Comme en Egypte.

    Réponse de power pourfendeur le

    Vous mélangez tout : la dictature de la majorité, c’est :
    - 1. L’absence de toute recherche de consensus avec les arguments de la minorité. Cependant, il arrive que les arguments soient par trop incompatibles.
    - 2. Surtout, l’utilisation du fait majoritaire au détriment de la minorité. Par exemple, si une majorité décide de discriminer une minorité.

    C’est amusant, vous focalisez sur les islamistes (décidément une lubie) mais vous ne tiquez pas quand j’ai par exemple évoqué le port obligatoire de la ceinture, qui devrait pourtant bien plus vous concerner quand bien même vous auriez de la famille au Caire.

    Réponse de belsha le

    D’un point de vue philosophico-juridique, l’obligation du port de la ceinture est effectivement contestable. Mais j’avoue que mettre ou ne pas mettre la ceinture ne change pas grand chose dans ma vie; je ne me sens pas privé d’un grand plaisir ou de moments essentiels en mettant la ceinture.

    Comme je l’ai déjà dit, dans le cas de l’interdiction de fumer dans les lieux publics, pas le moindre consensus a été recherché, et c’était tout à fait délibéré. Sinon, il existerait une minorité de « bars fumeurs » des « salles fumeurs » etc. Au lieu de cela, on a opté pour la solution la plus radicale, suivant à la lettre près les « recommendations » du lobby pharmaceutique.

    Réponse de belsha le

    l’islamise est une lubie tout simplement parce que c’est la forme de totalitarisme la plus répandue aujourd’hui.

    Réponse de belsha le

    L’islamisme n’est pas seulement la forme la plus répandue de totalitarisme, c’est aussi la forme la plus extrême, la plus dangereuse. Ni Hitler, ni Staline, ni Mao ont voulu interdire de boire de l’alcool ou de tromper sa femme ou son mari (même si la Chine maoïste était très prude). Et parmi aux, seul Hitler a essayé d’interdire le tabac…. Nous voilà revenu au point de départ, la boucle est bouclé.

    Réponse de power pourfendeur le

    l’interdiction de fumer dans les lieux publics, c’est la liberté, pour le non fumeur, de ne pas subir le tabac du fumeur.
    Cela me paraît beaucoup moins contestable que l’interdiction pure et simple du tabac.

    Réponse de belsha le

    La liberté  » pour le non-fumeur de ne pas subir le tabac du fumeur », c’est la liberté de choisir un café non-fumeur — c’est vrai qu’il n’y en avait pas assez avant. Mais elle devrait en toute logique s’accompagner de la liberté du fumeur de choisir un café fumeur, et de ne pas subir les odeurs de transpiration et de moraline hygiéniste aigrie des non-fumeurs.

  • Perrette Pierre le 8 février 2011

    Monsieur Attali,

    malgré tout le respect que je porte à votre intelligence et votre parcours…j’espère que l’objet du débat n’est pas seulement une opération de buzz médiatique et que vous faîtes simplement une fausse note dans votre approche.

    Dénoncer l’hypocrisie étatique est une bonne chose : contrôler la production et la diffusion d’un produit qu’on diffame par ailleurs est une contradiction malsaine.
    Faire de la commercialisation dudit produit une niche fiscale conséquente est tout bonnement pervers.

    Cela étant dit, deux choses m’apparaissent plus inquiétantes encore que ce constat : L’une, c’est cette façon franco-française de décréter une hiérarchie entre les produits mortels et addictifs, non pas en fonction des morts et des séquelles qu’ils engendrent mais en fonction de la puissance des lobbys et de la sacrosainte antériorité culturelle du produit. Je veux parler bien évidemment de l’alcool mais cela vaut autant pour les médicaments. En effet, aujourd’hui en France, avoir des problèmes d’alcool est une pathologie; être fumeur est une faute en soi. La tabac est devenu le défouloir social de tout un pays au détriment des fumeurs qui pourtant se plient successivement à toutes les nouvelles règles une à une. Je vous pose la question, au nom de quoi une telle différence de traitement entre les consommateurs de produits addictifs légaux ? Pourquoi un tel acharnement ?

    L’autre chose est : vous prônez pour neutraliser l’hypocrisie étatique, une interdiction totale, en d’autres termes, un retour à la prohibition. Sachant les effets pervers de marché noir qui en découleront (absence de contrôle de qualité, inflation, répression policière, etc..), le peu d’efficacité qu’a démontré la prohibition aux états unis, ne pensez vous pas que vous ne ferez que pénaliser les vrais fumeurs qui de toutes les façons continueront de fumer ainsi que tous les contribuables qui ne fument pas et qui devront par de nouvelles taxes universelles compenser ce déficit fiscal ? car l’état ne fera pas l’impasse sur ces pertes, ne soyons pas aveugles…

    J’aimerais conclure, ne voulant pas m’éterniser, par une réflexion populaire :
    en ces temps de crise, laissez nous les seuls petits plaisirs qui nous restent et prônez plutôt un accès plus libre à ces plaisirs qui aident à faire passer la pilule de la crise. Faîtes payer aux fumeurs les coûts de la sécurité sociale pour le cancer du poumon, ceci ne me dérange pas « qui casse, paye ». Mais laissez nous le droit de décider de nos vies comme de nos morts.

    Lisant régulièrement vos éditos dans l’Express, je me suis laissé dire que vous étiez le premier défenseur du peuple que les états infantilisent. Voilà encore une belle contradiction, c’est les enfants qu’on prive et dont on confisque les jouets. Vous n’allez pas dans le sens de vos propres propos.

    Bien à vous.

  • famille86 le 8 février 2011

    Bonjour,

    je suis pour , mon conjoint et moi sommes fumeurs et avons bien du mal à arreter. Nous ne nous droguons pas: nous ne savons meme pas ou les gens achete de la drogue et c’est interdit. Si fumer est interdit ,je serai bien obligé d’arreter!!!et peut etre que quand on est dependant on a besoin d’etre infantilisé et obligé.

    Réponse de Perrette Pierre le

    Bonjour, il existe des coachs pour cela si vous avez besoin de paternalisme. Ca créera de l’emploi qui plus est, mais tout le monde ne souhaite pas être traité comme un enfant. Pensez-y.

    Réponse de godot le

    vous ne fumez certainement pas monsieur attali donc ce n est pas le tabac qui vous a rendu impuissant car vous devez etre impuissant ! vous vous vengez sur autre chose ! pourquoi ne pas interdire de baiser de boire un verre etc …. si quelque chose ne tourne plus rond dans votre tete ou ailleurs lolllll supprimez – vous mais n emmerdez pas les autres

    Réponse de Neda DENYS le

    C’est trop simple d’insulter M. Attali par ces propos d’une grande bassesse. Il y a une majorité silencieuse qui souhaite qu’on en finisse avec les méfaits du tabac. Et qui apprécie de pouvoir respirer dans les lieux publics et sur les lieux de travail. Et qui attend justement que les pouvoirs publics aillent encore plus loin.

    Réponse de pascal le

    Etant moi meme fumeur ,je me suis toujours demandé pourquoi ne pas interdire les adjuvants qui entre dans la composition du tabac ,souvenez vous de la pub avec tous les produits chimiques, car ce sont bien les produits rajoutés qui entrainent les cancers.
    Je voyage beaucoup aux 4 coins du monde, et je suis etonné de voir de vieux indiens en pleine forme qui fument toute la journée , mais il ne fument pas des guauloises ceux la.
    Oui les maladies issues du tabac sont bien dues a ce que nos industriels rajoutent.
    Avez vous déja fumé du tabac non traité ???c’est introuvable sauf si ça pousse dans votre jardin mais ça c’est interdit….le monopole d ‘état ça s ‘appelle

    Réponse de belsha le

    Essayez la marque « American Spirit », 100% sans additifs.

    Réponse de pascal le

    D’ailleurs je vais dire comme Emille Zola

    J accuse le gouvernement et les industriels de complicité de genocide par empoisonnement

  • THIERRY le 8 février 2011

    Je soutiens totalement Monsieur Attali dans cette proposition. Les débitants de tabac sont des marchands de poison.

    Réponse de belsha le

    Oui, mais que voulez-vous, il y a des gens qui aiment s’empoisonner, c’est leur problème, ni le votre ou celui de M. Attali

  • Un passant le 8 février 2011

    L’écriture de n’importe quoi dans un blog public est reconnue extrêmement nocive.

    L’auteur ci-dessus ou des commentateurs « interdictionneurs » auront, je n’en doute pas, des solutions contre cette dérive dangereuse.

    Une interdiction définitive ?

    Un permis à points que débite chaque bourde affichée ?

    Un permis temporaire non renouvelé à partir d’une certaine fortune ?

    Ce ne sont que des pistes…

  • Fabrice Le Marrec le 8 février 2011

    Bravo pour avoir osé proférer une évidence qui s’imposera un jour ou l’autre.

    On interdit des produits 100 fois moins nocifs que le tabac et on laisse ce POISON en vente libre parce qu’il rapporte du fric.

    Réfléchissons 2 secondes, on sortirais un produit aussi dangereux en 2011, toutes les institutions de santé feraient front, cela ne passerais même pas le 1er contrôle…

    Créez donc un groupe facebook ou une initiative collective permettant aux gens d’adhérer à votre démarche, et faisons pression pour véhiculer cette idée.

    Réponse de Ltalpha le

    Selon Bercy, les taxes sur le tabac ont rapporté 9,9 milliards d’euros aux caisses de l’Etat en 2009. Somme à laquelle il faut ajouter 2,4 milliards au titre de la TVA. En 2010, le produit de ces taxes devrait dépasser pour la première fois les 10 milliards d’euros.

    Mise à part la supresion de nombreux emplois dans le monde avec la proposition de notre économiste, j’aimerais bien savoir ou il trouvera les 10 Milliards manquant?

    L’industrie du Tabac est intouchable, le lobby en jeux sont trop important.
    De plus la question ne se pose pas, si on fume c’est un choix dont on connait les conséquences. Ce qui est plus grave est de prendre un médicaments et d’en mourir par la suite.

    Continuons sur cette lancé despotique: interdisons l’alcool, les voitures oui car le savez-vous: Les accidents de la route tuent 1,3 million de personnes dans le monde chaque année, et en blessent 40 fois plus. L’alcoolisme a causé environ 1 800 000 morts dans le monde vers 2004.

    Sources: Le figaro, O.M.S.

  • ollivier le 8 février 2011

    vous prenez les buralistes pour des abrutis? et le sel ,il tue 40000 personnes par an et personne ne fait rien , et alors les gens qui fument jusqu’à l’ age de 90 ans meurent du tabac… monsieur ATTALI VOUS NE CONNAISSEZ RIEN A LA VIE.

  • Veillard Gérard le 8 février 2011

    Mal-être et addiction
    La consommation de tabac est une composante du problème plus général de l’addiction (alcool, drogue, jeux, …). L’addiction désigne l’asservissement d’un sujet à une substance ou une activité dont il a contracté l’habitude par un usage plus ou moins répété, une addiction excessive conduisant à la toxicomanie qui engendre un état de dépendance psychique et/ou physique.
    Pourquoi un être humain s’asservit-il de cette façon ? Que se passe-t-il s’il s’arrête ?
    A la première question on peut répondre qu’une personne « pas très bien dans sa tête ou dans son corps » peut trouver une compensation agréable dans une addiction qui lui fait oublier son mal-être. (Naturellement dans nos sociétés les motifs d’un mal-être sont variés et innombrables).
    Quand à la deuxième question deux situations sont possibles : Soit (rarement) la cause du mal-être a disparu, et l’arrêt est plutôt facile. Soit (plus fréquemment) la cause du mal-être est toujours là, mais la personne veut s’arrêter (par peur d’un cancer par ex). Alors pour s’arrêter elle compense et se retrouve dans une autre addiction, très souvent « une mal-bouffe ». Beaucoup d’anciens fumeurs … grossissent !
    L’interdiction d’une substance ou d’une activité entraînant une addiction est donc très difficile car les sujets « addicts » chercheront une autre addiction qui leur permettra de supporter leur mal-être au moins tant que celui-ci ne sera pas réglé.
    Le bénéfice attendu d’une interdiction risque donc d’être très faible, voire nul, d’autant plus que dans nos démocraties nous n’aimons pas les mesures autoritaires.
    Pour que l’interdiction d’un produit soit efficace il faudrait parallèlement supprimer les causes de mal-être à l’origine de sa consommation. Pas facile.
    Gérard Veillard

  • César le 8 février 2011

    Je passe sur le coté fondamentalement liberticide de votre proposition pour souligner un problème de logique élémentaire. Je vous cite :

    « La consommation de ce produit entraine d’immenses dépenses de santé et réduit partout la productivité des entreprises qui doivent laisser à leurs employés des pauses pour s’empoisonner en toute légalité. »

    (je profite de l’occasion pour souligner que ces « pauses suicide » comme vous êtes à deux doigts de les appeller, en permettant aux employés de se décontracter et de faire une vraie pause, aurait plutôt tendance à augmenter leurs productivité qu’à la réduire ..)

    Mais enfin quoi qu’il en soit, comment faites vous coincider le scandale des dépenses de santé avec :

    « En France, il a rapporté en 2009, 10 milliards d’euros de taxe et 3 milliards de TVA. On prétend en réduire l’usage par la hausse des prix. Hypocrisie : la hausse des prix ne fait qu’augmenter les profits des compagnies et les revenus des Etats »

    … Argent que l’état devrait logiquement utiliser pour la santé. Les dépenses de santé liées au tabacs dépassent elles vraiment les 13 Milliards par an ? Permettez moi d’en douter (si c’est le cas, je serais fortement intéressé par une source officielle me donnant tort.

    Cordialement,

    César

  • Nicolas B. le 8 février 2011

    Selon les chiffres que M. Attali annonce, en moyenne un fumeur grille 4230 cigarettes par jour (et je fais grâce des décimales)…. Je pense que les fumeurs doivent être très riches et ne font rien d’autre de leur journée! Si les chiffres sont aussi sérieux que les idées exposées ici, je pense que ce n’est même pas la peine de lire!

  • Marc le 8 février 2011

    Et la connerie ils vont l’interdire ?
    Entre la suppression du tabac et une taxe supplémentaire sur chaque paquet !
    Les fumeurs vont être la vache a lait pendant combien de temps ?
    Vous n’êtes pas capable de supprimer la drogue, et vous voulez vous en prendre aux classes moyennes ou il y a le plus de fumeur !

  • Orban le 8 février 2011

    Fumeur acharné depuis 40 ans et convaincu de la nécessité d’arrêter , je pense que cette idée est excellente sinon la seule pour stopper le tabagisme.
    L’hypocrisie des états par rapport à ce que cela rapporte à leurs finances est incroyable.
    Ceci dit , si arrêter de fumer était si facile , tous le monde aurait déjà cesser de fumer !!!!

    Réponse de belsha le

    Et non, certains n’ont aucune envie d’arrêter de fumer, car ils aiment ça. Ne prêtez pas vos propres désirs aux autres (mais je pense que si c’était un réel désir vous auriez réussi à le faire).

    Et je vous garantis, plus on voudra contraindre les gens d’arrêter, moins ils le voudront! Ca finit par devenir une question d’honneur, de respect de soi, de dignité de ne pas se laisser infantiliser par de doctes pontifiants qui veulent décider à notre place comment nous devons vivre.

  • david le 8 février 2011

    Va te faire foutre

  • PUB le 8 février 2011

    Qui vous a demandé votre avis ? Vous vous sentez inutile ? Vous avez un livre qui va sortir et besoin d’un coup de pub ?
    Des choses plus importantes se passent en ce moment-même, votre nuage de fumée est bien plus toxique !

    Réponse de Neda DENYS le

    C’est trop facile de s’en prendre à M. Attali. Il y a une majorité silencieuse qui souhaite qu’on en finisse avec les méfaits du tabac. Et qui apprécie de pouvoir respirer dans les lieux publics et sur les lieux de travail. Et qui attend justement que les pouvoirs publics aillent encore plus loin.

  • michel le 8 février 2011

    Monsieur Attali , vous avez tout compris , interdisez le tabac et l’on va voir revenir a grands pas la prohibition comme fut un certain temps aux etats unis .
    quel combat la que vous aurez !!!!!

  • marie le 8 février 2011

    et la champa gne

  • Cyril le 8 février 2011

    Excellente idée monsieur Attali, bravo!

  • Didier BLUM le 8 février 2011

    Je suis complètement d’accord avec le principe. Mais nous avons aussi l’exemple de la prohibition de l’alcool en son temps aux EU.
    Par ailleurs, sais t on ce que fumer coûte aux organisme sociaux?

  • Elboz le 8 février 2011

    Mais quelle grosse connerie !!!

    Prendriez-vous les Francais pour des Débiles ?

    Et l’alcool ? Avant non !?

    La réponse par la prohibition est une idée rétrograde, digne des américains de bas QI.

    Ce n’est pas le tabac, qui est dangereux, c’est sa manipulation via je « JUS ».

    Quand on ne connait pas un sujet, on commence par se documenter.

    LAMENTABLE !

  • Drouvroy le 8 février 2011

    La déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1793 modifia cette définition par : « La liberté est le pouvoir qui appartient à l’homme de faire tout ce qui ne nuit pas aux droits d’autrui ; elle a pour principe la nature ; pour règle la justice ; pour sauvegarde la loi ; sa limite morale est dans cette maxime : Ne fais pas à un autre ce que tu ne veux pas qu’il te soit fait ». « Vivre libre ou mourir » fut une grande devise républicaine.

    Le cancer du poumon et le tabac il faudra aussi éradiquer le radon et l’amiante et il en reste un max dans notre environnement si ce n’est que l’amiante que l’on mettait dans les plaquettes de frein et ca fait un moment qu’on en mange dans toutes les couches de la société il est clair que les riches ne vivent pas dans des habitats à basse de fibro-ciments.

    Juxtaposés les cartes sociales et maladies et vous comprendrez beaucoup de choses.

    Niveau saloperie c’est tous les jours qu’on en mange

  • antoine86 le 8 février 2011

    Bonsoir,
    Le tabac fait peut être beaucoup de morts chaque année. Mais dans le même registre, on pourrait se soucier des dégâts que cause le cancer et la mal-nutrition. Il faudrait donc interdire les OGMs, produits phytosanitaires et restaurations rapides, les centrales nucléaires aussi. Si vous vous intéressez donc autant à la santé des citoyens, posez- vous toutes les questions possibles sans en oublier aucune.

  • Guilhem le 8 février 2011

    Bonsoir,
    cette proposition est choquante!
    Encore un interdit qui ôte une nouvelle fois le libre arbitre de chacun.
    Fumer est certes mauvais pour la santé, mais il procure du plaisir à nombres d’entre nous.
    Devons nous alors supprimer tous les plaisirs dont leurs abus sont dangereux pour la santé.
    Outre l’aspect financier, qui pour ma part est secondaire, je souhaite mettre l’accent sur cette dérive de la vie a tout prix.
    On nous bassine avec marché-bouger plus; manger sain. et tout ce tsoin tsoin. Mais bon sang, a force d’essayer de nous aider a vivre vieux; on nous empêche de vivre heureux.

    Je suis fumeur. Oui je tousse, oui je sais que j’augmente le risque d’avoir un cancer du poumon. Mais je suis un fumeur heureux.

    J’espère de tout coeur que votre influence ne permettra pas de porter ce débat sur la place public. Je serai le premier a manifester pour arrêter cette dérive totalitaire voilée par des valeurs dites bonnes.

    Cependant, je vous remercie pour votre blog qui est toujours bien intéressant.

    Bonne soirée.

    Guilhem

  • FKT le 8 février 2011

    Elle est pour quand l’analyse similaire sur la vente d’alcool et les jeux et paris? En attendant je dis bravo pour cet article.

  • Droopy60 le 8 février 2011

    Super connard n’est pas que au SAV des Emissions de C+ !
    Et Super connard de C+ est marrant, lui !

  • Evelyne Dubuis le 8 février 2011

    A quand l’interdiction de péter dans la rue ? Et de dire des conneries ? Une taxe sur la connerie, ça ça rapporterait.
    Il faudrait peut être en France interdire d’abord le pinard. Ca rapporte à qui ? et le coca, ça rapporte à qui ? enfin tout ce qui peut ressembler à une petite soupape de décompression.
    Déjà que les Français sont les plus pessimistes du monde, où va-t-on ?
    Il faudrait aussi supprimer les vieux cons qui ont la prétention de réformer le monde.
    Moi je suis vieille, je fume et j’emmerde la marée-chaussée mais au moins je laisse la place aux jeunes qui ont envie de bosser, de réformer la société qui devrait être maintenant la leur.
    Moi je profite le temps qu’il m’est encore donné et j’espère ne pas finir comme un légume dans un mouroir.
    Le tabac, c’est tout bénef pour la société. Vaut mieux mourir à 60 ans, ou même avant, d’un bon cancer même soigné pendant 6 mois que de croupir des années aux frais de la jeunesse.

  • lescaille jean claude le 8 février 2011

    bonsoir,
    Vous avez parfaitement raison monsieur Attali et je suis fumeur depuis 41 ans 2 paquets jour !!! le drame est que c’ est l’ état qui m’ a incité a fumer lorsque a 17 ans j’ ai effecué mon service militaire avec les troupes qui étaient presque offertes pour nous apporter la dépendance de cette saleté avant je n’ avais jamais touché une cigarette!!!
    je pense que ce même état doit des comptes a nos générations et souvent j’ au voulu le poursuivre en justice mais faute de moyens …. si un jour j’ ai l’ opportunité je fonce avec un grand plaisir contre cet assassin public. Si vous avez dans vos relations un conseil voulant défendre cette cause vous pouvez me contacter et ce sera un début
    bien cordialement et merci de votre intervention

    Réponse de belsha le

    Vous fumez 2 paquets par jour depuis 41 ans?

    Mais pourquoi serait-ce un drame?

    Vous êtes mort? Déjà? Une jambe amputé? Vous êtes hospitalisé avec une moitié de poumon en moins?

    Vous semblez plutôt en bonne santé (peut-être je me trompe) ! Pourquoi ne vous félicitez pas d’avoir une santé aussi robuste et d’avoir pu fumer 2 paquets par jour pendant 41 ans sans conséquences graves ?

    Pourquoi ce besoin de se culpabiliser?

    Réponse de lescaille jean claude le

    certainement ne savez vous vous pas ce que sont les troupes ? les troupes étaient 2 cartouches de gauloise de trés mauvaises qualité ajoutées a la solde ( paie ) du militaire ! les classes ( entrainements ) n’ étaient certainement pas ce quelles sont maintenant et ce cadeau ( empoisonné )était généreusement offert pour remonter le moral des troupes !!!! de même que pour de nombreux combattants d’ Indochine ou de la 1ère et seconde guerre qui avaient de l’ alcool a disposition pour affronter la peur du combat et qui redevenus civils sont morts alcooliques mais de celà personne n’ en parle !!!!!!! peut être êtes vous trop jeune pour avoir connu ces moments ou alors vous êtes vous une femme qui n’ avez jamais connu l ‘incorporation militaire !!!!!
    je dis simplement que l’ état nous offrait une sorte d’ anti dépresseur tout en sachant que c’ était un poison et que redevenu civil je serai le premier consommateur généralement a vie donc trés trés rentable pour ses caisses
    je n’en fais ni une gloriole ni une quelconque culpabilité !!!!
    je confirme que seul l’état est responsable de ces morts par son appât du gain
    et je confirme également a monsieur Attali que je respecte trés fortement par ses prises de positions et son parlé juste que si il trouve un moyen pour que je puisse poursuivre l’état pour ses agissements au nom des droits de l’homme ( car il y a en quelque sorte crime crime contre l’humanité )je suis disponible pour aller dans ce sens seuls les moyens financiers et relationnels me manques pour entamer cette démarche
    au fait : quel âge avez vous ? et quelle est votre position au sujet du tabac ?

    Réponse de belsha le

    Vous voulez poursuivre le droit parce qu’il vous a donné des cigarettes. Mais en même temps, vous n’êtes pas malade, pas de cancer, pas d’infarctus, pas d’emphysème. Donc je ne vois absolument pas le tort que l’Etat vous aurait fait en vous offrant des cigarettes.

    Réponse de lescaille jean claude le

    l’ incita

    Réponse de lescaille jean claude le

    l’incitation a une dépendance en vue d’ obtenir des gains c’est quoi pour vous a l’âge de 17 ans? pourquoi défendez vous si fermement l’état ? COMMENT POUVEZ VOUS SAVOIR SI JE NE SUIS PAS MALADE OU LE SERAI DANS QUELQUES ANNEES DE CE FAIT !!!!!! répondez avant tout au quelques questions que je vous ai posé !!!

    Réponse de belsha le

    Je présumais que vous n’êtes pas malade parce que vous ne l’avais pas affirmé.

    Si vous aller tomber malade dans quelques années, personne ne peut le savoir. Et cela reste vrai que vous soyez fumeur ou pas.

    Quand à vos questions: j’ai 44 ans et je suis fumeur. Je suis surtout pour la liberté de chacun de choisir son mode de vie, quelqu’il soit.

    Réponse de phlogiston le

    Quelle fallacie dans vos propos! Meme pas la peine d’expliquer. Vous devriez avoir honte.

    Réponse de Ltalpha le

    D’un point de vue juridique vous n’obtiendrais rien du tout et cela meme avec un « bon avocat ».
    Sauf si bien évidement en plus de vous fournir les cartouche vous étiez obligé de les fumer? Il faut arreter de se cacher la vérité. La première cigarette que vous avez allumé vous à certainement fait tousser? Votre corps vous a donc montré que cela n’était pas bon pour lui mais vous avez pourtant continué.

    Par contre le plus grave et lorsque vous mangez un produit normalement comestible mais qui par la suite se révèle etre empoisonné comme le poisson. L’Etat sait que le poisson est impropre à la consommation mais ne dit rien et retarde les rapports car cela aurait de grave conséquence sur l’économie liée à la peche. Enfin vous verrais dans 5 ans et la on pourra tous faire une action collective utile.

  • Christian Paris le 8 février 2011

    Comment un penseur de votre qualité peut-il verser dans ce conformisme intellectuel?. C’est décevant…
    « L’ayatollisation » des mesures anti-tabac renforce la détermination des fumeurs à s’empoisonner. (regardez les chiffres de consommation chez les jeunes)
    La prohibition n’a jamais empêché les buveurs de boire… mais inventé des réseaux criminels parallèles..
    Assez d’interdictions, fichons la paix aux fumeurs, mais arrêtons de rembourser leur dépenses de santé.

  • PHILIPPE le 8 février 2011

    interdire la production, la distribution et la consommation de tabac, comme vous y allez !!!Vous avez besoin de faire de la « provoc » pour faire parler de vous…vous êtes en panne de notoriété ???Franchement prenez votre retraite et gardez vos idées fumeuses pour vous.Pour ma part je continuerais à faire de belles volutes bleues car je n’oublie pas que Dieu est un fumeur de havane.

  • Sapro le 8 février 2011

    Encore un coup de comm pour un homme en manque de pub, comme beaucoup en politique.

    Et surtout, encore une fois l’idée que l’état peut tout contrôler. Mais la vie de chacun est libre…

    Tout celà pour avoir non pas des gens plus sains ou heureux, mais pour prétendre que tout irai mieux, que nous serions plus productifs…
    Production, blé, pognon…

    monsieur Attali, interdisez-donc le suicide, le paludisme, le sida !! Le sexe même, certains en meurent…

    Pauvre homme…

  • zouzou le 8 février 2011

    Coluche fumait sûrement . cette attitude est fasciste , health fascism . Mon dieu
    où sont les sixties aux Us , Sf , La
    le Golden gate park , tout ceci remplacé
    par un politiquement de merde

    Réponse de zouzou le

    je voulais dire politiquement correct

    Réponse de phlogiston le

    Les sections (véritablement) non fumeur dans les sont apparus dans les restaurants aux US dans les annnees 60. Il a fallu ensuite 50 ans a la France pour rattraper ce retard. Ce n’est en RIEN incompatible avec l’esprit des sixties qui est surtout celui du respect pacifique de l’autre.

  • Londonisburning le 8 février 2011

    Cela dit, quoi de plus normal pour quelqu’un qui prônait avec fierté une cure d’austérité sans précédent sur les classes moyennes et bas salaires en pleine crise économique …

    Monsieur Attali, nouveau porte drapeau de la cause autoritaire et quasi-totalitaire, du « tout interdit », de la vie « sans défauts », avec des gens qui ne pensent que comme vous, comme l’élite politico-médiatique à laquelle vous faites partie depuis des années. Eh bien Monsieur Attali, commencez donc par vous interdire de parler, avant d’interdire nos concitoyens.

    La liberté n’a pas de prix, vive la clope !

  • PHILIPPE le 8 février 2011

    Attali c’est l’ATTILA DE LA CLOPE…HUN !!! BILOUTE!!!

  • armakon le 8 février 2011

    Bel exemple de démocratie pour un socialiste, et l’on prétend que Le Pen est d’extrême droite.
    Heureusement pour les fumeurs, l’État de gauche ou de droite, n’est pas prêt d’abandonner les recettes du tabac.
    En politique l’important est de faire parler de soi.

  • PHILIPPE le 8 février 2011

    J’ai du bon tabac dans ma tabatière
    J’ai du bon tabac, tu n’en auras pas
    J’en ai du fin et du bien râpé
    Mais ce n’est pas pour ton vilain nez
    J’ai du bon tabac dans ma tabatière
    J’ai du bon tabac, tu n’en auras pas
    J’en ai du blond, du noir et du gris
    Mais je n’en donne qu’à mes amis
    J’ai du bon tabac dans ma tabatière
    J’ai du bon tabac, tu n’en auras pas

  • patrice47 le 8 février 2011

    Monsieur Attali,

    Je prends acte de votre volonté d’interdire totalement le tabac en France mais je m’étonne cependant qu’un homme pétri de culture comme vous ne mesure pas les effets induits par une telle décision. L’exemple de la triste expérience de la « prohibition » aux Etats-Unis montre, s’il en est besoin, qu’une interdiction totale peut avoir des effets pervers largement pires que le mal que l’on veut combattre.

    D’autre part je m’étonne de la tolérance – complice? – dont vous faites preuve à l’égard de l’industrie pharmaceutique! Voilà un laboratoire qui a mis un médicament « criminel » sur le marché et qui sciemment a occulté la dangerosité de ce produit. Cela porte un nom : homicide par imprudence ! Il est peut-etre temps d’instaurer une nouvelle notion dans le droit international. Celle de crime économique contre l’humanité !

  • Trop CoolPower le 8 février 2011

    Monsieur, j’ai partagé votre article sur mon compte Facebook. Je le trouve à la fois courageux et d’une extrême naïveté – permettez ce jugement. Courageux car vous ne vous ferez pas des amis par ce plaidoyer qui touche à tant d’intérêts économiques, et à vrai dire au-delà de ceux-ci, vous balayer d’un revers trop aisé la question des emplois. Mais passons.
    Naïf car comment pouvez-vous penser, vu votre expérience et votre parcours, et faire croire même un instant à vos lecteurs que la SANTE PUBLIQUE soit une réelle préoccupation des responsables politiques. Philippe SEGUIN a écrit que la Santé avant d’être un prélèvement sur la richesse nationale était avant tout un investissement. Je crains que cette appréciation (économique) est loin d’être partagée en haut lieu; au contraire, chacun y voit une dépense immédiate qu’il faut réduire au nom d’une rigueur financière et comptable courtermiste qui ne sert que le profit de quelques uns.
    Aussi, votre article me fait penser à ces cailloux que je lançais enfant à la surface de l’étang imaginant en secret être capable de changer le monde s’ils atteignaient l’autre rive. Mes cailloux ont tous fini par tomber au fond de l’étang saumâtre. Il en sera de même de votre article courageux mais naïf. Bien à vous

  • guldur44 le 8 février 2011

    il est intéressant de constater que l’espèce humaine a perdue à ce point de dignité qu’elle laisse imaginer à des fantaisistes meilleurs mondes…???!!!l’imaginations est-elle morte suit-a la résurgence de la pensée opérativo-stratégique? ???

  • guldur44 le 8 février 2011

    fut il un terme volontaire je vous dirai m… cependant l’outrecuidance de sa volonté manifeste mérite d’être citée en exemple?!!!

  • Poney le 8 février 2011

    Pauvre con, enfoiré, enculé. Crève.

    Réponse de Poney le

    on va te fumer attali sors pas de chez toi !

    Réponse de Poney le

    t’as rien compris à la clope

    Réponse de phlogiston le

    La connerie c’est de fumer. Point barre.

  • guldur44 le 8 février 2011

    A vous tous qui êtes en train de dénigrer l’armée sachez que nous ne sommes point démunis par le rejet et le dénigrement du totalitarisme oppressant vos clans§§:-))

  • Gil le 8 février 2011

    Bravo!

    Réponse de alesan le

    Il y a 12 ans j’ai arrêté de fumer et commencé a prendre du mediator suite a un infarctus. Mes tryclicérides devaient baisser.Aucun résultat. Apres l’avoir signalé a mes médecins(cardio et général) au moins 2xan sur 10ans ,il me fut prescrit quand même.Il y a 6 mois j’ai fais un AVC.Apres avoir constaté mon mauvais état vasculaire,il a fallut que je ruse pour faire vérifier l’état de mes artères aucun de mes médecins n’en trouvaient l’utilité depuis toujours.Résultat je viens de me faire déboucher une artère dans une jambe ,et bientôt je vais être opéré d’un anévrisme dans le ventre.(j’entretien mieux ma voiture)Mon médecin ne culpabilise en rien ,car il a suivit le « protocole ».Apres plusieurs mois d’attente je vais pouvoir demander a ma cardio la vérification de l’état de mes valves suite au mediator La médiocrité généralisé de nos « élites » devient dangereuse,informez correctement les citoyens ,donnez leur le pouvoir de faire leur choix en connaissance de cause ,surtout arrêtez de vous croire supérieur car le simple bon sens est reparti dans toute la population et la bêtise également.Que les victimes puissent avoir leur chance d’éviter les crétins qui malheureusement ne sont pas sélectionnés par la sélection naturelle et prolifèrent. Le tabac ,mais surtout l’hérédité est responsable de mon état, Le système de santé en empêchant la santé préventive tuent également beaucoup,tout le monde ne peut se battre contre la connerie organisée.

  • Londonisburning le 9 février 2011

    « On remettrait en cause quelques emplois ; on encouragerait pour un temps le marché noir »

    Cette phrase dégouline tellement du libéralisme économique le plus sauvage, le plus brut et le plus dédaigneux qu’il en devient extrêmement drôle de lire vos lignes sur les méchants Etats qui font du bénef sur la vente de tabac. Continuez, si vous le voulez, de faire parler de vous de quelque manière que ce soit mais Jacque Attali avocat du « peuple trompé par l’ Etat » ( puisque c’est bien le sens de l’article ), par pitié, évitez ; C’est simplement pathétique.

    Comme le disaient nos prédécesseurs, combatifs, fiers et remplis de dignité : VIVRE LIBRE OU MOURIR !

    Réponse de phlogiston le

    Fumer n’est pas vivre libre. C’est vivre en esclave.

    Réponse de belsha le

    C’est un esclavage qu’on s’est choisi soi-même, et non pas un esclavage que l’Etat nous imposé.

  • CLB le 9 février 2011

    Monsieur,
    Et si vous laissiez vivre les gens en paix? Si vous ne fumez pas, tant mieux pour vous. Nous fumeurs, nous sommes las qu’on l’on se croie permis de décider pour les autres. Aujourd’hui, vous disposez d’autant d’espace non-fumeurs que vous souhaitez. Adulte, maître de ses décisions, je souhaite continuer à fumer indéfiniment. C’est mon choix, ma liberté. Occupez-vous donc de vous même. Par avance, merci.

    Réponse de phlogiston le

    Non, en tant que accro a une drogue, vous n’êtes pas maître de vos décisions. Votre soi-disant liberté est en fait un esclavage.

  • LAMESTA Paul le 9 février 2011

    Monsieur ATTALI, bravo pour votre courage bien que je n’ai pas toujours été d’accord avec ce que vous avez dit sur d’autres sujets. certains disent que ce que vous dites tends à priver les personnes de liberté. Or ces personnes oublient que la liberté des uns s’arrêtent la où la liberté des autres commencent. Or, quand une personne fume sur le trottoir souvent les effets de la pollution se sentent des dizaines de mètres plus loin surtout quand le vent transporte les odeurs. Alors quand il s’agit d’un groupe de fumeur en « tir groupés » s’y mettent, c’est insupportable et on est contraint de traverser un nuage de fumer toxique que je n’ai aucun moyen d’éviter. C’est là que ma liberté est atteinte. Si ces gens veulent fumer ils n’ont qu’à le faire librement chez eux sans polluer les autres sans scrupules.
    Quand ma voiture pollue je transgresse la loi qui à été faite dans l’intérêt général et donc je m’expose à des sanctions.
    BALANCE

    Réponse de belsha le

    Vous et vos semblables ont voulu priver les fumeurs du droit de fumer dans des cafés fumeurs ou des salles spécialement fumeurs. Vous avez eu gain de cause, et maintenant les fumeurs sont contraint de fumer sur le trottoir. Et vous continuez à vous plaindre.

    Je vous suggère tout simplement de changer de trottoir la prochaine fois qu’une situation aussi dramatique vous menace.

    Réponse de phlogiston le

    « et maintenant les fumeurs sont contraint de fumer sur le trottoir »
    Non, personne ne les « contraint » de fumer sur le trottoir, étant donne que fumer n’y est pas obligatoire!

  • phlogiston le 9 février 2011

    Chaque adulte qui fume porte une responsabilité énorme envers l’enfant statistique qu’il incite a fumer plus tard par effet mimétique. Rien que pour cela, il faut interdire le tabac.

    Réponse de belsha le

    envers « l’enfant staitistique », peut-être, mais pas envers l’enfant réel!

  • phlogiston le 9 février 2011

    C’est rigolo de voir les fumeurs paniquer et devenir agressifs a l’idée d’une interdiction totale de leur drogue.

    Réponse de belsha le

    Cher Phlogiston,

    Il y a peut-être aussi quelque chose que vous aimez passionnément dans votre vie, tellement que vous en êtes « accro » comme d’une drogue. J’espère pour vous que c’est le cas, de toute façon.

    Quelle gueule feriez-vous si on voulait vous l’interdire?

  • kristofol le 9 février 2011

    bravo, Jacques ! Il ne te reste plus qu’a demander la légalisation et la ritualisation des substances psychéliques , pour remplacer enfin, après 2.OOO ans, l’ersatz appellé « hostie ». Si tu veux qu’on en parle, je serais sur Bordeaux aujourd’hui mercredi . Cordialement Kristof Goliard 06 89 96 64 05

  • Jacques Attali « passé à tabac  « Action sita & Sitavirus Pandémie. le 9 février 2011

    [...] Jacques Attali ?La suite sur Par ailleurs, Jacques Attali préconise sur son blog (extraits) d’interdire la production, la distribution et la consommation de tabac, estimant que [...]

  • Laurent le 9 février 2011

    Bien pire que le tabac : vos opinions !
    On s’en tape le coquillard que le tabac tue X millions de gens chaque année ! Rien à cirer que çà coûte à l’état, aux collectivités ou a je ne sais qui d’autre. Laissez-nous vivre, nom de Dieu ! Laissez nous mourir aussi, si tel est notre choix dès lors qu’on grille un clope. Ne prenez-vous donc jamais, dans vos équations kafkaïennes, des données telles que le stress, la peur, la qualité de vie, la liberté de griller une cigarette même si cela nuit à notre santé ?
    Savez-vous combien de personnes vous allez tuer en publiant votre blog chaque jour, M. Attali ? Connaissez-vous la quantité de CO2 émise chaque fois qu’un concitoyen fait une recherche sur Google pour lire votre blog ? A vous seul, dans dix ans, vous aurez probablement contribué au décès de centaines, voire de milliers de personnes…Des personnes qui n’auront pas nécessairement pris plaisir à vous lire, mais qui auront sans doute allumé une cigarette pour se calmer, suite à vos propos !
    PS : je suis non-fumeur !

  • Jacques Attali prône l’interdiction du tabac | Libération | Actualités des Journaux le 9 février 2011

    [...] pire que le Mediator : le tabac », écrit Jacques Attali dans son blog. L’économiste et écrivain juge en effet « ahurissant » que personne [...]

  • Laurent le 9 février 2011

    Et puis c’est choquant de voir des propositions ultimes et fascistes provenir d’un individu comme vous ! Pourquoi ne pas agir en responsabilisant davantage les fumeurs : un cancer du poumon devrait être moins pris en charge dès lors qu’il est clair qu’il est dû au tabagisme : libre aux fumeurs, individuellement, de recourir à des assurances privées pour se soigner. Ca ne gêne en rien les libertés publiques, et çà met face à leur responsabilité ceux qui veulent fumer

  • Huguette Bertrand le 9 février 2011

    Je vous invite à lire cet article paru dans votre journal Le Parisien :

    http://www.leparisien.fr/societe/et-si-le-tabagisme-passif-n-etait-pas-si-grave-31-05-2010-943926.php

    Vous dites que le tabac cause 5 millions de morts par année. Je me demande à quelle source provient ce chiffre ? Si elle provient de l’O.M.S., un organisme peu fiable qui a lancé l’alerte d’une pseudo pandémie de grippe H1N1 ayant servi à enrichir l’industrie pharmaceutique.

    Dans le commentaire lu sur Libération concernant votre article ci-dessous, le dernier paragraphe vient vous dire que des lois liberticides sont infiniment plus néfastes que le tabac !

  • Milca le 9 février 2011

    Monsieur Attali, votre papier me désole.
    Je suis persuadé que vous êtes un homme intelligent, féru d’histoire. Et de ce fait vous savez donc qu’historiquement les prohibitions quelles qu’elles soient n’ont eu pour effet que d’enrichir les mafia et les trafiquants.
    C’est uniquement par l’éducation des individus que le combat contre le tabac se gagnera.
    Comparer le Médiator et le tabac relève presque de la malhonnêteté intellectuelle. Le tabac tue, tout le monde le sait c’est écrit sur les paquets, les fumeurs le consomment en toute connaissance de cause. Le Médiator tue, mais personne (ou presque) ne le savait, il était même quasiment dit qu’il devait amélioré la santé des individus le consommant.
    La différence de traitement entre le Médiator et le tabac vient du fait que le fournisseur du premier a failli à sa mission de fournir un produit testé, aux effets secondaires n’entrainant pas la mort. Pour ce qui est du tabac les producteurs n’ont faillit à aucune mission fondamentale de leur métier. Gageons même qu’ils le font plutôt très bien…

  • Dupont le 9 février 2011

    Interdiction de la vente de tabac

    = manque a gagner pour l’état (80 % de taxes) on va répercuter sur les impôts c’est pas grave….

    = fermeture d’un tres grand nombre de commerce, on va créer des nouveaux chômeurs,youpi objectif attali 15 % de chômage !!! c pas mal mais faudra les indemniser …… plus de cotisation urssaf on va creuser encore le trou de la sécu et tout et tout…. mais bon ce n’est pas grave…

    = on interdit la fabrication de cigarettes, meme effet que ci dessus…

    rien de grave dans tout ça tout va bien, en quelques années on y pensera plus… quand la baguettes coutera 4 euros, nos factures erdf gdf avoisinerons 800 euros par mois, vu que l’espérance de vie aura augmenté on prendra notre retraite non indemnisée à 85 ans, le litre de gasoil sera à 3 euros, les impôts locaux auront doublé tout comme la taxe foncière….et le salaire des français n’aura augmenté que de 1%

    c’est juste les premières choses qui me viennent à l’esprit.

    Il y aurais une chose tellement simple à faire pour éviter cela…interdire Mr attali ….

    =

  • Othmane Alaoui le 9 février 2011

    Comme toujours vous avez raison :)

  • baron le 9 février 2011

    Un autre fléaux bien plus mortel au niveau mondiale, la spéculation sur les aliments,certainement un crime contre l’humanité, Mr Attali est bien silencieux sur ce fléaux qui est plus de son domaine. Si un prix de l’Hypocrisie doit être donner, je vote pour Mr Attali.

  • Fred le 9 février 2011

    C’est un peu facile comme amalgame…

    le Médiator n’est pas un choix du consommateur !

    Et pour ce qui est des pauses au travail, elles n’ont rien à voir avec la cigarette !
    C’est la loi. Toutes les 2 heures de travail, le travailleur a le droit de souffler, et si il préfère aspirer, c’est son choix. Personnellement, je n’avale pas ; c’est peut-être pour cela que je suis chômeur en fin de droit ?

    Vous devriez songer à la retraite, et à laisser vos emplois à ceux qui n’en n’ont pas…

    Question pour un champion :
    Paye-t-on aujourd’hui les années Mitterrand ?

    Réponse de Bruno le

    Fred fait une erreur sur le droit des pauses: le droit du travail n’impose aucune pause pour une durée de travail inférieure à 6h. Pour une journée de 7 à 8h de travail avec pause de midi supérieure à 20minutes, ce qui est le cas le plus habituel, il n’y a aucune obligation de mettre en place des pauses intermédiaires toutes les 2 heures. Des pauses peuvent être prévues dans l’organisation de la journée mais elles ne comptent pas comme du travail effectif, sauf négociation particulière. Je peux témoigner que les pauses ‘cigarettes’ entrainent un accroissement exagéré et non maitrisé de la durée des pauses type ‘pause café’ tolérées dans beaucoup d’entreprises. Ce qui ne va pas sans problème d’organisation.

  • Marco le 9 février 2011

    Bien que la comparaison Mediator / Tabac ne soit pas logique par nature, l’idée de revoir la tolérance des produits en fonction de leur toxicité me semble une bonne idée.

    Je ne suis pas favorable à l’interdiction pure et simple mais il faut être logique, pourquoi laisser en vente libre des produits dangereux pour la santé et en interdire d’autres moins nocifs ?

    Une classification de la toxicité des substances comme le tabac, alcool et autres existe déjà donc ce n’est qu’une question de gros sous qui se cache derrière une masse de consommateurs mobilisé sur un faux débat,  » va t’on nous laisser notre liberté ?  »

    De fait, l’argument de la liberté et de la maturité cache le fond du sujet, la masse de profit que représente ce marché.

    Logique applicable sur d’autres registres évidemment, santé & médicaments, sécurité routière..

    Croyez en la liberté, surtout de ne cherchez pas ailleurs, ça nous aide à vendre..

  • laborie le 9 février 2011

    je suis président de l’association Haro sur le mégot.Je suis d’accord le tabac tue… Mais en attendant une utopique interdiction, combien de mégots sont jetés sur notre planète. Le fumeur ne se soucie pas de l’endroit où il jette son mégot.
    Commençons par éduquer les fumeurs!
    Je suis à votre disposition Monsieur Attali si vous voulez de plus amples informations.

  • laborie le 9 février 2011

    Je suis d’accord, le tabac tue. Mais avant une utopique interdiction, eduquons les fumeurs à ne plus jeter les mégots sur notre planète, quelque soit l’endroit où il se trouve. je suis à votre disposition Monsieur Attali.
    Jean-Claude Laborie, président de Haro sur le mégot, association qui dénonce l’incivilité de certains fumeurs

    Réponse de belsha le

    Vous nous auriez laissez des espaces fumeurs clos et il y aurait beaucoup moins de mégots dehors. On ne peut avoir le beurre et l’argent du beurre. Quand on infantilise, paternalise et opprime 25% de la population, il ne faut pas non plus s’étonner qu’il manque parfois un peu d’égards pour leurs gentils opresseurs. J’ai tendance à penser, Monsieur, que les « incivilités » ne font que commencer… J’espère en voir de bien plus belles !

    Réponse de Neda DENYS le

    et vous parliez de liberté, de démocratie, de respect ? Qui est le simple d’esprit ?

    Réponse de belsha le

    Le droit de résistance à l’oppression est inscrit dans la Constitution française, Madame.

    Que des fumeurs commettent des « incivilités » pour protester contre une oppression illégitime est donc parfaitement légitime et constitutionnel.

    Réponse de Neda DENYS le

    le fait de polluer les rues avec les mégots, vous appelez cela de la résistance ? Cela ne vous honore guère.
    Il y a des combats plus nobles.

    Réponse de belsha le

    On se défend comme un peut…

    On répond par un manque de respect et de considération par un autre…

    Puisque la collectivité ne veut pas reconnaître qu’on existe… et ben on leur fait remarquer!

    Pas très malin, c’est vrai, mais humain!

  • Chevalier G le 9 février 2011

    Un rêve pour le non fumeur que je suis: Vivre dans un monde sans tabac.
    Un monde ou l’on pourrait se prommener dans la rue sans être obligé de respirer systématiquement ce poison légal.
    J’ai une grande admiration pour M. Attali qui a le courage et la franchise de dénoncer la dérive du tabac.
    Maintenant reste à convaincre les décideurs et ces pauvres fumeurs persuadés que fumer est un choix libre et consentie de leur part, la réalité est pourtant bien différente, ce ne sont que des pantins prisonniés de leur dépendance.

    Chevalier G

    Réponse de belsha le

    Moi je rêve de vivre dans un monde sans cons. Si seulement on pouvait interdire la connerie !

    Réponse de belsha le

    Mais hélas, et fort heureusement!, l’être humain est un être complexe, chancelant, fragile. C’est à personne de décider, ni même savoir, ce qui est « con », ce qui est « bon », ce qui est « utile », nous le cherchons tous, nous nous trompons souvent, et nous avons le droit de nous tromper. Et c’est surtout cela qu’il faut préserver à tout prix. Donc, je vous laisse vivre avec votre connerie, je ne ferais pas la moindre tentative de vous l’interdire. En retour, j’attendrai de vous la même largesse d’esprit, mais je crois que c’est peine perdu. Le problème des cons, c’est qu’ils croient toujours d’avoir raison.

    Réponse de phlogiston le

    « nous nous trompons souvent,  »
    Effectivement, ceux qui fument ou parrainent une societe tabagique se trompent lourdement.

    Réponse de belsha le

    Et Phlogiston ne se trompe jamais, il a toujours raison! Voilà pourquoi il conclue ses tirades par « point barre »!

  • Charlotte le 9 février 2011

    Je trouve que vous allez beaucoup trop loin. N’oubliez pas que, malgré la dangerosité avérée de la cigarette, il s’agit d’une liberté individuelle : chacun peut décider ce qu’il fait de sa santé, a partir du moment où il est au courant des risques encourus. Ça n’était pas le cas pour le mediator.
    Voulez vous d’une société prohibitrice, comme ça l’a été dans d’autres pays ? Au delà de cette histoire de tabac, je trouve ça dramatique, plus le temps passe, plus les libertés sont réduites.
    Je vous signale, en outre, qu’il me semble que l’alcool est aussi très dangereux (peut etre même plus) pour la santé – cancer, cirrhose…- et, pour le coup, pas que pour celle des gens qui en consomment : il amène violence, des vies entières d’enfants sont détruites a cause de l’alcoolisme de leurs parents et parfois même mort quand des accidents de la route ont lieu ou que des bagarres dégénèrent. Voulez-vous m’interroge aussi ? Ah ça non, bien évidemment ! Le vin et le champagne sont de grandes traditions françaises qui rapportent énormément d’argent et font la fierté de la France ! De plus, les lobbys de ces domaines ne vous laisseraient pas faire et vous vous feriez remonter les bretelles.
    Deux poids, deux mesures. Je trouve ça assez scandaleux.

    Réponse de Charlotte le

    Je voulais écrire « voulez-vous l’interdire aussi » et non « voulez vous m’interroge aussi »… Ah le correcteur automatique de mon téléphone…

  • Jacques Attali prône l’interdiction du tabac « Claude-le-Montois le 9 février 2011

    [...] pire que le Mediator : le tabac", écrit Jacques Attali dans son blog. L’économiste et écrivain juge en effet "ahurissant" que personne ne se demande [...]

  • Soph le 9 février 2011

    On pourrait déjà interdire les additifs que les cigarettiers ajoutent au tabac pour le rendre plus addictif et qui le rendent aussi plus tératogène, comme l’ammoniaque…

    Je ne comprends pas qu’un produit qui rends plus accro que l’héroïne soit en vente libre…

  • notre cerveau a des récepteurs de nicotine le 9 février 2011

    Le Chaman sans tabac n’est plus un chaman.
    Le tabac permet aux chamans d’appeler, de convier les esprits.
    Ce qui abîme le cops ce sont les goudrons et pas la nicotine.
    Notre cerveau, depuis que l’Homme est homme contient le récepteur de la molécule de nicotine……. Mr Attali il faut absolument que vous lisiez « Le serpent cosmique » de jeremy Narby (anthropologue suisse) il vous aidera à comprendre l’utilité du tabac depuis la nuits des temps. Sans aucune prétention, aucune. Juste pour information.

  • delerce le 9 février 2011

    Il faut interdire la vente du tabac, sans se soucier du risque de la vente illégale et du trafic, car le bénéfice sera plus grand et immédiat. Il existe en effet une majorité de consommateurs honnêtes qui aimeraient volontiers arrêter et ont déjà fait plusieurs tentatives, pour qui la suppression des cigarettes règlerait le problème, à condition bien sûr qu’ils soient aidés dans leur sevrage : ces gens-là ne vont pas aller dans un autre pays s’approvisionner ou bien rechercher des revendeurs illégaux. C’est si facile d’acheter un paquet quand l’envie vous prend, même quand vous avez un patch sur vous ou des gommettes dans votre poche !

    Réponse de belsha le

    Et les consommateurs qui n’ont pas envie d’arrêter ne sont pas « honnêtes »?

    Réponse de belsha le

    C’est magnifique cette manière de penser que « tous ceux qui ne pensent pas comme moi », « tous ceux qui ne veulent pas vivre comme moi » ne sont pas « honnêtes » !

    Il est temps d’instaurer des leçons de démocratie dans nos collèges. Mais il n’y a pas le temps, il faut surtout passer son temps à les avertir du danger du tabac, du SIDA, de l’alcool, de la vitesse, des graisses, du sucre etc!

  • France le 9 février 2011

    Bien pire que le tabac : l’alcool !

    Réponse de belsha le

    Le pire avec tout cela, c’est qu’avec l’antitabagisme radical il y a les antialcoholiques qui sortent de leur tannière.

    Mais qu’avez-vous tous à vouloir réglémenter la vie des autres?

  • Schlolldu le 9 février 2011

    Bonjour

    Le tabac est une habitude très récente dans l’histoire de l’humanité dans son mode de consommation actuel (si on met à part les consommations locales ancestrales).
    Ce n’est donc pas un besoin tout à fait naturel. Il y a donc comme une ambivalence – s’il n’y en n’avait qu’une, vous me direz … – entre vouloir retrouver le sens de ce qui est naturel et se balader avec une pipe à la bouche (suivez mon regard).

    Pendant des années et des années, le risque n’était pas connu. Puis il a été nié et re-nié. Maintenant, tout le monde sait que s’injecter du tabac (un produit qui passe dans le sang c’est une injection) est non seulement nocif mais mortel. En France, le taux de mortalité lié au cancer du poumon chez la femme sera de 11,66 cas pour 100.000 en 2011, contre 10,14 en 2007. Dans la même période, le taux de mortalité lié au cancer du sein diminuera de 16,67 à 16,07 cas pour 100.000. Quelle ambivalence, là aussi, d’accepter sans problème les dépistages et mesures contre le cancer du sein, alors qu’on refuse d’admettre par ailleurs que stopper le cancer du poumon dont la mortalité va bientôt rejoindre celle du sein ne nécessiterait qu’une seule chose, ne pas aller chez le buraliste du coin ?

    Cette augmentation de la mortalité par cancer du poumon – qui n’est que l’un des cancers liés au tabac – est strictement corrélé à la consommation tabagique. Revenons aux chiffres : 11.66 pour 100 000, cela signifie, en 2011, 6996 morts liés au tabac uniquement chez les femmes et pour le seul cancer du poumon. Si on prend l’ensemble des causes de décès liés au tabac (y compris les lésions cardiaques, les autres cancers, les insuffisances respiratoires emphysémateuses), les chiffres sont tout bonnement effarants, entre 50 et 100 000 morts prématurés par an pour lesquels le tabac a joué un rôle déterminant unique ou lié à d’autres.

    Face à un tel problème, à une telle hécatombe, il est normal que la société s’interroge et interroge sérieusement ceux et celles qui défendent la pratique de ce facteur de risque pour une telle partie de la société, d’autant plus que cette pratique n’est pas vitale et est maintenant reconnue comme mortelle sans discussion aucune.

    J’ai lu plus haut que l’interdiction reviendrait à infantiliser la population. Ce qui différentie l’enfant de l’adulte, au moins en partie, c’est que celui ci reconnait le danger est est capable de se forger ses propres interdits pour l’éviter. Dans ce sens, qu’une société décide de s’interdire telle ou telle pratique car elle est reconnue comme hautement dangereuse est plutôt un signe de maturité qu’un signe d’infantilisation. L’infantilisation, c’est aussi, en passant, désigner un autre fautif potentiel pour tenter de dédouaner le premier : on parle du tabac, pas de l’alcool ni de la vitesse au volant. La faute des uns (alcool, vitesse), n’élimine pas celle des autres (tabac).

    Après, maintenant qu’on est tous d’accord j’espère que le tabac est mortel parfois à très brève échéance (les cancers inopérables à moins de 40 ans c’est toutes les semaines qu’on en découvre), et que l’objectif serait que la société s’en débarrasse définitivement, la question est de savoir comment on s’y prend pour arriver vraiment à atteindre le plus rapidement possible cet objectif sans faire semblant de le faire. Curieusement, contrairement à ce que vous pourriez penser compte tenu de ce qui est écrit plus haut, je ne suis pas partisan de l’interdiction pure et simple. D’une part parce qu’une telle pratique n’a jamais fonctionné dans le passé avec un produit addictif (et la nicotine est de loin le produit le plus addictif actuel, loin devant les drogues dites « dures » comme la cocaine ou l’héroine), et d’autre part parce que ce n’est pas le moment. Ce moment viendra lorsque la consommation sera suffisamment basse pour que l’interdiction sera naturelle et agira comme un garde fou, desfois que certains aient une nouvelle frénésie commerciale. La bonne stratégie, elle est celle qui a été pratiquée jusqu’à présent, malgré le combat incessant des compagnies tabagiques : rendre le tabac illégitime pour les jeunes. Le combat, il est à la première cigarette. Pour les anciens fumeurs – ceux qui pratiquent l’injection depuis plusieurs années – c’est déjà trop tard. S’ils arrêtent, ils ont une chance, sinon ils vont en mourir.
    Pour arriver à cela, il faut efficacement agir d’une part sur le volet « composante sociale », comme l’absence de publicité, les héros de cinéma sans clope à la bouche etc … et sur le prix : plus ce sera cher, moins les gamins simplement pourront se payer le premier paquet. Il faut y aller doucement, mais sûrement.

    L’inconvénient de cela, c’est que ça fonctionne très bien dans une population éduquée mais peu dans une population moins réceptive à ce type de raisonnement. Les gamins que l’on voit fumer le plus appartiennent à des catégories socio professionnelles peu aisées. Double peine : on a peu de moyens, on cumule les facteurs de risque, on aura moins accès aux soins de pointe. C’est en cela, peut être, que la stratégie actuelle est perfectible, il faut le reconnaitre.

    Enfin, pour terminer ce long post, il faut savoir quand même que l’image véhiculée par les pubs anti tabac sur les producteurs de cigarettes est loin d’être infondée. Ceux cis ont véhiculé mensonges et mensonges pendant des années, en toute connaissance de cause, élaboré toutes les stratégies possibles et imaginables pour que nos gamins commencent à fumer de plus en plus tôt sachant très bien que la précocité de la première cigarette est la première garantie d’un fumeur à long terme. Face à de tels prédateurs de mort, et qui en ont pleinement conscience, les laboratoires Pharmaceutiques sont de très gentils philanthropes humanistes. Alors, c’est drôle, on tape à qui mieux mieux sur le labo qui a fait Mediator – et cela n’enlève rien sur cette faute – et personne ne dit rien face aux marchands de tabac qui font, eux, des millions de morts par an dans le monde. Encore une ambivalence.

    A+

    Réponse de belsha le

    L’aspect grotesque de votre contribution apparaît déjà dans les chiffres ridicules que vous citez. Une augmentation de 10,14 à 11,66 cas sur 100 000 soit une augmentation de 0,00152% !!!! Quel drame!

    Et pour le cancer du sain, encore mieux, les progrès de la médecine l’auraient diminué de 0,0006% Quel progrès!

    C’est à POUFFER de rire…

    Réponse de Scmolldu le

    Parce que vous raisonnez en pourcentages. Notez que personne n’a dit c’est bien ou c’est pas bien. Et je vous invite à raisonner en nombre absolu. 0,00152 % signifie pour une population de 60 Millions de personnes 912 personnes de plus, soit environ trois personnes par jour qui vont d’un jour à l’autre vivre un drame épouvantable duquel très peu vont réchapper.
    Je sais pas pour vous, mais ça ne fait rire absolument personne.

    A+

    Réponse de belsha le

    La question n’est pas de raisonner en termes de pourcentage ou de nombres absolus (et en plus vous faites une erreur de calcul, il n’y a pas 60 millions de femmes en France). La question c’est de comprendre que d’un point de vue statistique, des variations aussi minimes n’ont pas la moindre signification statistique, c’est de la variation purement aléatoire, du « bruit » statistique en quelque sorte. Il est par conséquent absurde et péremptoire de prétendre que ces 456 de morts de plus ou de moins sur 30 millions seraient dues à un meilleur dépistage du cancer du sein ou une plus forte progression du tabagisme féminin. Ce sont simplement des fluctuations naturelles, aléatoires, qu’on trouve dans tout type de statistique. Je soupçonne que le seuil de signification statistique est la variabilité naturelle est en réalité encore nettement plus élevé que les chiffres que vous me citez; et si on choisirait au hasard des statistiques les plus variés — le nombre de suicides, le nombres de mentions très bien au baccalauréat, le nombre de jours pluie ou de soleil par an, le nombre d’accidents de travail – on trouvera aussi d’année en année des variations beaucoup plus fortes qui n’ont pas et n’ont pas besoin d’explication.

    Ce qui fait rire, donc, c’est cette pinaillerie et cette foi fétichiste en des chiffres dénués de la moindre signification. C’est exactement ce qu’on a fait pour « démontrer » les prétendus dangers du « tabagisme passif », sur lequel quasiment aucune étude a pu avancer des chiffres ayant une signification statistique, car les variations observées entre groupes de controle sont tellement faibles qu’il est impossible de prouver qu’elles ne soient pas l’effet du pur hasard. C’est malheuresement le cas de bien d’autres domaines de recherche en dehors du tabagisme passif.

    Réponse de Scmolldu le

    Wow. Affirmer droit dans ses bottes que l’augmentation de cancers ou leur diminution n’est dûe qu’au hasard, c’est fort. On pourrait entendre cela si cette corrélation n’était pas établie depuis des années, très forte voir quasi exclusive, et que l’augmentation « dûe au hasard » du nombre de cancers chez la femme suit parfaitement l’augmentation de consommation de cette catégorie.

    Bon, on sait comment, on sait combien, on sait quand, on sait pourquoi ce produit tue et tue en masse dès la première cigarette. On attend quoi ?

    Réponse de belsha le

    Non, je n’ai jamais prétendu que l’augmentation (ou la diminution) des cancers n’est due « qu’au » hasard. Il existe des corrélations fortes, massives: par exemple la corrélation entre tabagisme actif et cancer du poumon est écrasante. Mais elle est de plusieurs dizaines, voire centaines d’ordres de grandeur supérieure aux chiffres qui vous me citez.

    Mais une augmentation de 0,00152% ou une diminution de 0,0006% relèvent effectivement de la simple fluctuation statistique. Il y en a des bien plus fortes dans quasiment tous les domaines. Il est impossible et totalement vain de vouloir y assigner une cause — à moins que vous allez me sortir que la consommation de cigarettes chez les femmes a exactement augmenté de 0,00152% entre 2007 et 2011. Ce qui serait complètement ridicule (et improbable).

    Réponse de power pourfendeur le

    Si l’argument des « pro-tabac » se résume à « laissez-nous nous empoisonner si nous en avons envie », gageons qu’ils comptent davantage sur l’immobilisme et les lobbys que sur leur intelligence pour faire triompher leur cause.

    Parce qu’au vu de tous les défauts du tabac, tant du point de vue social, sanitaire, moral ou économique, on peut se demander quels avantages qui n’auraient pas de substitutifs on pourrait lui trouver…

    …à part un hypothétique contre-argument économique sur l’emploi et les impôts qu’il génère et éventuellement, vis à vis d’une certaine consommation, sur le bonheur et l’art de vivre qu’apporte l’arôme d’un bon tabac, non, je ne vois pas…

    Réponse de belsha le

    Et ben, le « bonheur et l’art de vivre » ne sont pas des arguments pour vous, mais l »économique, le sanitaire, le morale » si.

    Je crois que tout est dit.

    Et le plus important, le plus crucial dans ce débat ne vous vient même pas à l’esprit: la liberté, le droit de tout individu de disposer librement de son corps.

    Vraiment, le monde que vous voudriez nous préparer, pour rien au monde je voudrais y vivre. Je préfère mourrir avant d’un cancer. Je suis aussi prêt à me battre – à risquer ma vie, à tuer et à être tuer – à ce qu’une pareille société ne se réalisera JAMAIS.

    Réponse de belsha le

    … et vous continuez avec « les emplois, les impôts » etc

    Mais le fait qu’il existe une quinzaine de millions d’invidus qui fument, avec leurs raisons et leurs torts, avec leur subjectivité, leur sensibilité, leurs préférence, leurs choix, et, ben oui, leur liberté, ça ne vous vient pas à l’esprit une seule seconde.

    Réponse de phlogiston le

    Fumer n’est pas un art de vivre mais un manque total de savoir vivre, une habitude grossière et ringarde.

    Réponse de belsha le

    Ce n’est pas à la loi de définir ce qui est raffiné ou « branché », et encore moins d’interdir ce qui est ringard et grossier.

    Il y a plein de choses que je trouve ringardes et grossières: les McDo, Johnny Hallyday, Michel Sardou, Marc Levy, les 4×4, TF1, les argumets de Phlogiston… Heureusement que je n’ai pas le pouvoir de les interdire!

    Réponse de Scmolldu le

    > Je préfère mourrir avant d’un cancer.

    J’ai vu beaucoup de gens mourir de cancer, jamais vu un qui disait cela, ni à l’annonce, ni à la fin.

    La liberté individuelle élevée au rang de dogme indiscutable, avec la négation farouche de toute logique de réflexion sociétale semble en contradiction totale avec la lutte contre une société qui impose ses lois. Faire le choix conscient d’une pratique qui va impliquer des drames personnels et familiaux innombrables, des dépenses de santé qui vont appauvrir l’ensemble pour le bien apparent de quelques uns, cela n’est pas l’exemple une société libre mais celle où une minorité impose sa loi sur l’ensemble au nom de sa propre conception de la liberté individuelle. Et ceci dit, entre le non fumeur et le fumeur, qui est vraiment libre ?

    Et puis encore une fois, personne ne parle du sucre d’orge, de l’alcool, de rien d’autre que le tabac. Inutile donc d’accuser d’un soit disant complot ourdi par on ne sait quel dictature, inutile d’essayer de noyer le poisson dans l’eau.

    Réponse de belsha le

    Il a amplement été démontré que les fumeurs coûtent MOINS cher à la collectivité que les autres. Donc votre argument de la « minorité qui impose sa loi » ne tient pas.

    Les personnes que vous avez vu mourrir du cancer ne vivaient pas encore sous la menace d’une dictature hygiéniste comme le propose Attali. J’ai dit que je préférais le cancer à la dictature, et non à la vie en général.

    Quand aux drames familiaux, je n’ai pas de famille. Mais j’en ai connu des drames familiaux. Par exemple un père de deux jeunes enfants, 43 ans, mort dans un accident de plongée. Ou un autre ami un peu plus jeune porté disparu lors d’une expédition alpiniste dans l’Everest. Voulez-vous aussi interdire la plongée et l’alpinisme?

    Réponse de Scmolldu le

    Bon. Chaque fumeur coûte environ 800 € par an et par personne. Je vais fouiller pour retrouver la référence. Mais dire que les fumeurs coûtent moins cher à la collectivité que les non fumeurs est pour le coup une intoxication intellectuelle éculée et très ancienne distillée par les compagnies de tabac, elle est bien connue celle là. Ils dépensent beaucoup d’argent pour vous rassurer, vous savez…

    Personne ne parle de dictature, bien au contraire. Lorsqu’une société démocratique réfléchit sur les lois qu’elle promulgue, ce n’est pas de la dictature. Nous avons devant nous un produit physiologiquement parfaitement inutile qui cause aux environs 65000 morts prématurés par an. Un fumeur sur quatre décède avant 65 ans, un sur deux décède directement du tabac. On ne peut pas faire diversion en comparant cela avec les accidents de plongée ou d’alpinisme. Ce sont des accidents, pas des maladies auto infligées, c’est très différent.

    Nous pouvons décider que l’individualisme est un dogme, et aller jusqu’à faire assumer aux personnes elles mêmes les soins et les secours liés aux problèmes de santé. Allo, j’ai mal à la poitrine … vous fumez … oui … vous avez 30 000 € ? … non … crevez. Bon, c’est un modèle de société, il y en a comme ça par delà le monde. C’est vraiment votre choix ? Non, je suppose. Donc, l’alternative c’est de faire appel à la société. Cela revient à imposer sa propre loi de fumeur à la société entière, simplement parce que vous aurez choisi de continuer de fumer alors que vous connaissez le risque.

    A+

    Réponse de belsha le

    C’est une étude néerlandaise récente qui a montré que les fumeurs (et les obèses) coûtent moins cher en frais de santé: ils vivent un peu moins longtemps, et leur maladies sont en général rapides. Mais peu importe, vos chiffres le prouvent tout seul: vous dites qu’un fumeur coûte 800€ par an, je peux garantir que je paye très nettement plus en taxes sur le tabac par an.

    Quand à la comparaison de la plongée, de l’alpinisme et du tabagisme, elle concernait avant tout l’existence des drames familiaux. Ils me semblent pire dans le cas de ces sports, parce que la mort y peut-être beaucoup plus prématurée que c’est le cas généralement pour le tabagisme. Maintenant, concernant votre distinction entre des « accidents » et les « maladies auto-infligées », il y a dans les deux cas une prise de risque délibérée du fumeur, de l’alpiniste ou du plongeur, parce que à ses yeux l’intérêt de l’activité est supérieur au risque dont il est conscient. Certains, comme Helmut Schmidt, fument encore 2 paquets par jour à l’age de 93 ans. C’est peut-être lui « l’accident ». Ou celui qui meurt plus tôt. Cette argumentation n’a pas de sens. Ce qui compte, c’est la conscience du risque.

    Enfin, oui, je préfère une société qui me fait payer pour mes choix qu’une société qui m’interdit de choisir. Cela me paraît évident. Mais ce n’est même pas nécessaire… (entre parenthèses, ce même débat a eu lieu pour les skieurs hors-piste et les randonneurs, c’est vrai qu’il y a des irresponsables qui se baladent en basket dans le Massif des Ecrins, et se croient en sécurité parce qu’ils ont un téléphone mobile… là, ça se discute — j’ai le malheur d’accumuler toutes les tares, alipiniste, plongeur, fumeur, entre beaucoup d’autres)

    Réponse de Laogorus le

    Jacques,
    La démonstration économique est une chose, la démonstration éthique en est une autre.
    On ne peut pas obliger les gens à vivre selon une oppression particulière. Si le tabac doit disparaître de la consommation des foules, cela se fera tout seul, naturellement, informations à la clé. Pour les drogues en général, même topo. Cela fait partie intégrante du marché international tel qu’il est.
    Il est surprenant par ailleurs que dans le but de mieux contrôler l’économie mondiale, tu fasses l’impasse sur le marché gris/noir généré par les législations abusives et soi-disant « bien pensantes ».

    Réponse de PHILIPPE le

    Faire le bonheur des gens contre eux-mêmes c’est vraiment dangereux,illusoire et intolérant.C’est dans l’air du temps de vouloir tout purifier.les hommes sont là avec leurs petits ou gros défauts et il faut bien faire avec.Laissons aux gens le temps d’évoluer, de revoir leurs pratiques.Nous serons tous des anges quand nous aurons traversé le miroir.Au fait peut être que Dieu fume dans son grand fauteuil de nuages !!!

    Réponse de phlogiston le

    « et la nicotine est de loin le produit le plus addictif actuel, loin devant les drogues dites « dures » comme la cocaine ou l’héroine »
    Néanmoins, belsha est partant pour que veut que ses enfants y goûtent, soit pour les initier a l’épreuve formatrice du sevrage, soit pour les faire mourir 10 ans plus tôt, une reduction d’espérance de vie si courte qu’il n’y a pas, parait-il, de quoi en faire tout un flan.

  • phlogiston le 9 février 2011

    Que dire des 30% de femmes qui fument pendant leur grossesse? Un constat suffisant pour interdire définitivement le tabac en France.

    Réponse de belsha le

    C’est bien connu que 30% des français sont nés avec des malformations graves dues au tabagisme de leurs mères.

    La stérilisation forcée de toutes les fumeuses et tous le fumeurs serait peut-être une bonne idée. Qui sait, peut-être cette déviance est-elle héréditaire!

    Réponse de phlogiston le

    Grave de parrainer ce genre de comportement qui mène en effet a de nombreuses malformations, des morts infantiles, et une baisse de QI. Votre ignorance est a pleurer.

    Réponse de belsha le

    je connais toutes ces « études » auxquelles vous prêtez foi… Si vous aviez du temps à perdre, nous pourrions nous asseoir ensemble pour les examiner à la loupe… la meilleure, c’est la « baisse du QI »!

    Réponse de phlogiston le

    http://tabac-stop.net/grossesse.html

    Réponse de godot le

    c est leur probleme ! pas le tien ! toi tu es droit comme un i ? on nous enleve deja toutes nos libertés ;chacun fait c qu il lui plait plait plait occupe toi de ton cul !

    Réponse de phlogiston le

    « c est leur probleme !  »
    Non, c’est un problème grave pour leurs enfants, donc c’est un problème collectif.

    Réponse de belsha le

    « Un problème grave pour leurs enfants »

    Quel problème grave?

    Expliquez. Citez des sources fiables. Encore: quels problèmes « graves’ pour les enfants?

    Réponse de phlogiston le

    Les femmes enceintes qui fument font baisser le QI de leur bebe de 6 points
    http://www.bmj.com/content/330/7490/499.1.extract

    Réponse de belsha le

    Voyez ma réponse au post 321 de « Scmolldu » qui se vante d’une augmentation de 0,00152 % des cancers du poumons chez les femmes entre 2007 à 2011.

    Vous me parlez d’une diminution de « 6 points » de QI chez les enfants de fumeuses ? Mais quel abrutisssement dramatique ! Vous pensez vraiment que le QI est un test tellement fiable avec une grille tellement fine que la différence entre un QI de 156 et de 150 ait la moindre signification ? Ou entre un QI de 86 et 80? Et encore, votre article n’est pas en accès libre, l’on ne connaît donc pas la taille de l’échantillon étudié, ce qui nous épargne une crise de fou rire supplémentaire.

    C’est au contraire le ridicule de tels résultats, de tellles études, le zèle desespéré avec lequel on veut accuser le tabac d’absolument tous les torts imaginables, même si c’est avec des divergences tellement minimes qu’il est imposible de les distinguer des effets du pur hasard, des erreurs de méthodologie, des biais de sélection, des facteurs confondants, qui invite à la plus grande méfiance quant aux motivations de ces gens-là.

    J’espère que vous aussi vous vous en foutez que votre enfant ait un QI de 130 ou de 136. J’en ai fait plusieurs, et entre les différents tests il y avait aussi une variation entre dix et vingt points…

    Réponse de phlogiston le

    Vous ne connaissez de toute évidence rien ni aux statistiques, ni a la méthode scientifique. Et votre parrainage de l’enfumage des enfants est tout simplement scandaleux. Qui vous paie?

    Réponse de belsha le

    Si vous qui faites semblant de ne rien connaître à la méthode statistique. Je pourrais vous faire demain une étude qui prouve que camembert augment le QI de 6 points, alors que le Brie le diminue de 6 points.

    Je ne « parraine » pas non plus « l’enfumage » des enfants. Mais les hystéries moralisantes de tout poil m’alerte. Et je constate que durant tout le 20ème siècle un grand nombre d’enfants ont été « enfumés », et, ma foi, ils se portent plutôt bien…

    Réponse de belsha le

    Quant à la question « Qui vous paie », c’est devenu un reflex pavlovien des anti-tabac, on les endoctrine dans les séminaires à systématiquement insinuer que la moindre critique, la moindre opposition, est forcément l’oeuvre de l’industrie du tabac.

    Tout dissension éventuelle, toute critique possible – et ne serait-ce que sur des points de détail – est ainsi disqualifiée d’emblée comme un discours qui par son origine ne pourrait pas être digne d’écoute. L’anti-tabagisme et sa science deviennent ainsi un système clos, circulaire, qui s’autoalimente par ses propres conviction.

    C’est le propre même des discours totalitaires.

    Vous aurez pu soupçonner que si j’étais vraiment « payé » je tiendrai un discours un peu moins provocateur. Mais il y a d’autres discours disqualifiés d’office: par exemple ceux de dépendants chimiques incapables de raisonner avec lucidité. La boucle est ainsi bouclé, l’anti-tabagisme le plus hard et par définition le seul discours légitime possible, tous les autres émanent de sources impures, soit vénales, soit malades.

  • ROUZAUD Pierre, Tabac & Liberté le 9 février 2011

    Bravo pour cet article qui souligne une évidence que personne ne veut regarder en face. En France, 7 personnes meurent chaque heure du jour et de la nuit à cause du tabac. Nous connaissons tous des drames survenus dans nos familles ou auprès d’êtres chers à cause du tabac (jeune femme décédée d’une embolie due à l’association tabac-pilule, mère de deux enfants décédée à 41 ans d’un cancer du poumon, etc, etc). Les jeunes fument de plus en plus et les cigarettiers font des profits crapuleux. Les débitants de tabac sont à l’honneur. Le président de la Confédération des buralistes a reçu la légion d’honneur des mains du ministre du budget. C’est comme la camora, personne n’en parle et les super profits se font sur les cadavres des fumeurs décédés.
    Vous attendez la réponse des candidats à l’élection présidentielle. Nous attendons nous la réponse de ceux qui sont au pouvoir en ce moment. C’est à eux qu’il incombe d’instruire les jeunes des dangers du tabac pour prévenir le tabagisme à l’âge adulte et de donner les moyens aux adultes qui fument de se sevrer de ce produit qui tue un consommateur sur deux. Certains politiques l’ont compris. Il est des états aux Etats-Unis où les substituts nicotiniques sont donnés gratuitement. Le tabagisme est une maladie, il faut la soigner. Et c’est d’autant plus rentable que si on la guérit, on efface pratiquement toutes les pathologies liées à son intoxication. Il faut faire cesser ce « crime contre l’humanité ». Un jour, on demandera des comptes à ceux qui ont organisé ce crime, c’est inéluctable. Ce qui s’est produit pour l’affaire du sang contaminé se reproduira pour les paquets de cigarettes rendus encore plus toxiques par les manœuvres criminelles des industriels du tabac.

    Dr Pierre ROUZAUD, président de Tabac & Liberté

    Réponse de jean philippe le

    Docteur
    Les fumeurs sont conscients des risques, mais les consommateurs de 5 fruits et lemumes par jour ne le sont pas.
    L’insdustrie chimique et l’agriculture intensive fait consommer à chaque français 1.5kg de pesticide par an.
    bon appetit

  • Florence le 9 février 2011

    « La parfaite raison fuit tout extrémité
    Et veut que l’on soit sage avec sobriété… » (Molière)
    Mieux vaut « éduquer » et inciter les gens aux vertus du « juste milieu » plutôt qu’exercer un pouvoir coercitif. Avec de tels raisonnements il faudrait aussi interdire le sucre, le sel, les confiseries, les voitures, etc. bref tout ce qui peut mettre potentiellement nos vies et celles des autres en danger…

    Réponse de belsha le

    Mais ne vous inquiétez pas, ils le feront! Et bien plus encore!

  • picat le 9 février 2011

    celui qui dit ne sait pas , celui qui sait ne dis pas ……!!!!!

  • Bernard Sudan le 9 février 2011

    Réaction salutaire, juste, pertinente mais un peu tardive. En effet, Jacques Attali a côtoyé pendant de longues années les allées du pouvoir sans émettre une seule fois cette possibilité de supprimer totalement le tabac.
    Donc, il vaut mieux tard que jamais puisqu’il est le seul pour l’instant à envisager une telle perspective logique qui fait perdre du temps à l’humanité.
    Nous devrions supprimer la production et la vente de tabac mais aussi supprimer la production de médicaments inutiles et dangereux et envisager aussi de passer à la semaine de 30 heures et ensuite de 25 heures.
    J’ai étudié et publié en dermatologie une maladie de la peau, la dermite séborrhéique qui est apparue à la fin du 19ième siècle à une époque où la fumée de tabac a envahit les lieux publics.

    http://www.bernardsudan.net/post/Histoire-de-la-dermite-s%C3%A9borrh%C3%A9ique:-la-lutte-finale-!2

    Or, aucune recherche n’est engagée contre cette allergie parce qu’il y a beaucoup trop d’enjeux économiques: consultations de médecins et dermatologues avec prescriptions de crèmes corticoïdes, anti-fongiques ou anti-séborrhéiques sans résoudre l’étiologie exacte de cette réaction de la peau, sans oublier les pharmaciens qui vendent ces crèmes qui ne font que couvrir la réaction.
    Personne n’a pensé un seul instant que l’apparition de ce syndrome dermatologique pouvait être liée à l’apparition de la fumée de tabac passive dans les lieux publics.
    Un ministre russe a conseillé récemment à ses concitoyens de boire de l’alcool et à fumer beaucoup pour donner du travail aux médecins et personnels de « santé » ce qui en dit long sur l’hypocrisie du système fort bien résumée en une phrase:
    « In girum imus nocte et consumimur igni »
    « Nous tournons en rond dans la nuit et nous sommes lentement consumés par le feu ».

    Réponse de power pourfendeur le

    Les pro-tabac sont bien plus à l’aise pour trouver de douteux parallèles entre la préconisation de ce type de mesure et les dictatures d’un autre âge que pour reconnaître que sans le volontarisme étatique, bien des avancées ne se seraient sinon jamais produites, du moins, pas avec la même célérité que celle que l’on a connue. On peut citer la plupart des campagnes d’assainissement, de vaccination, l’éducation, les avancées sociales…

    Lacordaire : « entre le fort et le faible (…) c’est la liberté qui opprime et la loi qui affranchit ».

    …les lois sur la sécurité routière sont d’ailleurs un autre excellent exemple de système législatif franchement liberticide et pas toujours pour la simple raison de protéger les éventuelles victimes. L’interdiction du port d’armes en France peut aussi être regardé comme parfaitement scandaleuse. Etc.

    Les pro-tabacs font encore des comparaisons douteuses avec le soleil qui provoque bien le cancer, la voiture qui pollue, j’ai même pu lire le sel qui tue. Or, que je sache, le soleil, le sel, sont indispensables à la vie. La voiture, à tout le moins les transports motorisés ne font pas que polluer, ils sont éminemment utiles. On attend les effets positifs et exclusifs du tabac.

    Certains, un peu moins extrémistes, opposent à une interdiction, l’éducation et la sensibilisation. On leur fera remarquer que l’un n’empêche pas l’autre, au contraire : puisque dans ces campagnes on nous présente le tabac comme un poison, pourquoi ne pas y voir une préparation des esprits en vue d’une interdiction ?

    Ne leur reste donc que leur liberté et leur art de vivre…j’avoue mal saisir en quoi fumer 2 paquets de cigarettes par jour constitue un art de vivre…un bon cigare à l’occasion d’une fête, pourquoi pas, mais le tabagisme régulier et addictif, un art de vivre ?

    Alors qu’on puisse discuter des modalités d’une interdiction, pourquoi pas. Mais de son principe-même, voilà qui me paraît douteux.

    Réponse de power pourfendeur le

    NB : plusieurs l’ont signalé, je me joins à eux : quand Attali utilise l’argument de la productivité via la suppression de la pause-cigarette, de trois choses l’une : soit il s’agit d’une provocation, soit d’une parole de totale mauvaise foi, soit il est vraiment inhumain.

    Réponse de belsha le

    « On attend les effets positifs et exclusifs du tabac. »

    Je crois qu’il ne vous reste qu’une seule chose à faire si vous voulez connaître ces « effets positifs »: mettez vous à fumer!

    Réponse de phlogiston le

    C’est ce que vous recommandez a vos enfants, ou a ceux des autres?

    Réponse de power pourfendeur le

    merci phlogiston. Un peu de bon sens, ca fait du bien.

    Réponse de belsha le

    Je recommanderai à mes enfants d’expérimenter tout ce qu’ils souhaitent expérimenter, et de choisir ce qui leur convient et en quoi ils trouvent de l’épanouissement.

    Réponse de power pourfendeur le

    Faites attention, ils pourraient bien s’épanouir dans les mouvements anti-tabac les plus durs :p

    Réponse de belsha le

    Touché, power pourfendeur! Vous êtes sauvé, car au moins vous avez de l’humour!

    J’avais justement envie d’ajouter (je m’étais reconnecté à l’instant pour poster ce message):

    J’aurai surtout envie d’enfants qui ne suivront PAS mes recommendations, qui se rebelleront, qui risqueront de nouvelles manières de vivre, qui expérimenteront de nouvelles valeurs! Et si cela me chagrinera, je n’aurai qu’à me dire que je suis un vieux con!

    Mais il est vrai que je les mettrai en garde contre les dangers de la moraline, du ressentiment, du désir tyrannique de vouloir imposer ses valeurs et ses frustrations aux autres. Donc, des enfants non-fumeurs, oui bien-sûr, mais des enfants militants anti-tabacs, un peu moins. S’il y a une valeur que je voudrais leur transmettre, c’est qu’il vaut toujours mieux être POUR quelque chose que d’être CONTRE autre chose.

    Cela étant dit, je pense qu’il est inévitable qu’un adolescent expérimente la cigarette, le cannabis, la cocaïne etc etc. Et je pense que plus on voudra les empêcher de le faire, plus ils auront envie de le faire, et franchement, ils seraient des mollassons conformistes et indignes s’ils ne le faisaient pas.

    Donc oui, je prends le pari, j’accepte de mettre au monde de futurs militants anti-tabac, car je serais ainsi la preuve vivante que la tolérance, le libéralisme, l’anti-autoritarisme marchent bien mieux que la prohibition et le lavage de cerveau quotidien!

    Réponse de phlogiston le

    @belsha
    « Je recommanderai à mes enfants d’expérimenter tout ce qu’ils souhaitent expérimenter »
    Meme des substances addictives?
    Car la il ne s’agit plus d’une simple expérimentation sous libre arbitre, mais, dans le cas du tabac d’une voie sans retour dans 90% des cas. Vous ne devez pas beaucoup aimer vos enfants pour leur souhaiter ce sort.

    Réponse de belsha le

    @phlogiston

    Justement, se désaccoutumer d’une addiction est aussi une expérience extrêmement enrichissante et instructive, que oui, je souhaiterais à mes enfants. C’est une expérience dans laquelle on va à l’encontre de ses propres limites et faiblesses, peurs et manques, dans laquelle on peut donc aller à la rencontre de soi-même.

    De nombreux génies du jazz ont par exemple trouvé leur voie dans précisément cette voie-là: les exemples les plus frappants sont John Coltrane et Sonny Rollins, qui ont trouvé leur véritable style et direction en se désaccoumant – tout seul comme des grands – de la dépendance à l’héroïne. D’autres n’y ont réussi qu’à moitié – comme Miles Davis, qui s’est bien libéré de l’héroïne mais seulement pour se plonger dans des excès de cocaïne. D’autres enfin, comme Bill Evans ou Chet Baker, n’ont pas réussi à se libérer de l’emprise de l’héroïne, ce qui ne les a pas empêche de continuer à créer une musique géniale…

    J’avoue que pour ma part, je n’ai pas encore réussi de vivre jusqu’au bout cette grande expérience du sevrage – peut-être une véritable  rennaissance, qui sait — j’ai arrêté plusieurs fois pour quelques mois, désolé ça ne m’avait pas convaincu. J’arrêterais peut-être un jour, mais sûrement pas parce que M. Attali l’aura décidé à ma place!!!! Ca sera, au contaire, la meilleure raison de ne jamais le faire.

    Réponse de phlogiston le

    Justement, se désaccoutumer d’une addiction est aussi une expérience extrêmement enrichissante et instructive, que oui, je souhaiterais à mes enfants. C’est une expérience dans laquelle on va à l’encontre de ses propres limites et faiblesses, peurs et manques, dans laquelle on peut donc aller à la rencontre de soi-même.

    Autant leur filer de l’héroïne. Vous etes vraiment un type lamentable.

    Réponse de belsha le

    Je ferais évidemment tout mon possible pour qu’ils ne tombent pas dans l’héorîne – dont, par ailleurs, les effets catastrophiques sont démultipliés exponentiellement par la prohibition, justement.

    Mais une vie ne se dessine pas non plus en une ligne droite toute planifiée — il y a des revirements, des drames, des surprises, des crises, et voilà aussi son intérêt.

    Je ne souhaiterais donc pas non plus la vie sans accrocs, sans risques, sans dangers, sans aspérités, sans drames, où tout est rangé dans des petites cases, à laquelle vous et vos amis veulent nous vouer. Quitte à faire, j’aurais plus de respect pour des enfants qui expérimentent l’héroine et s’en libèrent que pour des enfants qui vivent emballés sous vide toute leur vie.

  • jean philippe le 9 février 2011

    Bonjour
    Les fumeurs connaissent les risques lies au tabagisme. je pense que des campagnes plus agressives sont necessaires surtout pour les jeunes afin de les dissuader de commencer à fumer, c’est par l’education que cela doit commancer.

    Mais un poison bien plus important est ingurgité à grand renfort de publicité tous les jours, mangez au moins 5 fruits et legumes par jour bourrés de pesticides(insecticides, fongicides, herbicides, hormones)

    Chaque français consomme 1.5kg de pesticides par an imaginez les risques de cancer liés à cette consomation aveugle.

    bon appetit ou bonne chance.

    Réponse de power pourfendeur le

    Je ne vois pas en quoi interdire le tabac empêcherait de lutter contre les pesticides, ou alors je vais vous rétorquer que lutter contre les pesticides empêche de résoudre les problèmes de malnutrition dans le monde, ce qui serait d’ailleurs déjà plus en rapport. Ne mélangez pas tout.

    Réponse de godot le

    mr attali ; une simple question ! etes vous democrate ou un dictateur ? pour moi vous etes fou ! et dangereux ! point

    Réponse de belsha le

    Qu’il soit fou n’est pas grave, qu’il rêve d’être dictateur l’est, assurément.

    Réponse de belsha le

    Franchement, arrêtez tout le temps de vouloir « lutter » contre quelque chose… Vivez! Jouissez! Créez! Allez grimper sur un arbre ou une montagne ! vous goinfrer ou vous souler la gueule ! jouez du trombone, de la harpe ou de la cornemuse ! baisez! partousez! sucez et sodomisez! écrivez un roman ou un traité théologique! dansez comme des derwish ! plantez des arbres ou construisez des tours qui montent au ciel !

    La vie est trop courte pour se demander si on va vivre 5 ans de plus ou de moins, et si on va mourrir à cause de la clope, des pesticides ou de la colère divine.

    Et surtout, cessez de juger, de reglémenter, de sermonner les autres!!!!

    Réponse de phlogiston le

    Justement c’est parce que la vie est trop courte, pour soi et ses proches,, qu’il ne faut pas la raccourcir davantage de manière bête en fumant.

    Réponse de belsha le

    Phlogiston, vous n’avez ni lu ni compris mon post. On s’en fout de comptabiliser la vie en nombre d’années perdues ou gagnées. Ce qui compte, ce qu’on en fait, ce qui compte, c’est l’intensité… la cigarette est une parmi mille manières de l’augmenter. Choisissez la votre ! C’est peut-être la prière, le jeun, la méditation, l’eau pure. Si c’est ça qui vous fait bander jouissez-en pleinement mais arrêtez de nous emmerder.

    Réponse de phlogiston le

    @belsha
    Pas facile de vivre intensément avec des tubes a oxygène dans le nez ou un poumon en moins.

    Réponse de phlogiston le

    Fumer, pas très recommandé pour un joueur de trombone, au niveau souffle.

    Réponse de belsha le

    Bof, mais vraiment bof. Je n’ai pas le temps de chercher tous les grands trombonistes fumeurs. Je me contenterai des chanteurs:

    Nat King Cole, mort d’un cancer du poumon.

    Frank Sinatra, toujours la clope au bec, mort « prématurement » à 84 ans!!

    La liste est trop longue, voilà pourquoi je m’arrête aux deux les plus grands. Je pourrais même vous citer Michel Sardou qui a peur d’arrêter de fumer par peur que cela lui casse la voix… (c’est véridique)

    Il y a aussi les chanteurs et cantatrices classiques gros fumeurs: Maria Callas, Fischer-Dieskau etc etc

    La fumée met en fait un léger voile sur la voix qui lui donne un aire « soyeux », « chatoyant » très apprécié des mélomanes!

    Réponse de belsha le

    Et à titre d’information, leurs décès:

    Kai Winding est décédé à l’age de 61 ans d’une tumeur du cerveau.

    J.J. Johnson, atteint depuis longtemps d’un cancer de la prostate, s’est suicidé par balle à l’age de 77 ans.

    Jimmy Knepper est décédé à l’age de 76 ans, après une longue bataille avec la maladie de Parkinson. (sources Wikipedia)

    Vous allez bien-sûr me dire qu’ils sont tous des victimes du tabagisme ! C’est bien connu, les tumeurs du cerveau, la prostate, le Parkinson, le suicide sont tous dû au tabac ! Et sinon, je viens à l’instant de vous fournir les éléments pour fabriquer « l’étude » permettant de le « prouver » ! Et le tabagisme passif, après 50 ans passés à travailler dans les clubs de jazz américains de 1940-1990 l’age d’or de « l’enfumage », je ne vous raconte même pas!

    Réponse de belsha le

    Et une dernière pour vous, le titre parle tout seul ! Cette fois, fumée sur le recto, trombone sur le verso:

    http://underdesign.wordpress.com/2010/03/08/curtis-fuller-smokin/

    Curtis Fuller vient d’avoir 76 ans le 15 décembre dernier. Sa femme est décédé il y a un an.

    Réponse de belsha le

    Tiens Phlogiston, j’en ai trouvé encore un:

    http://2.bp.blogspot.com/_r9BHjNdFgbI/TMRADB1HeyI/AAAAAAAAJeg/JQw-lLSBl20/s1600/Bob+Brookmeyer+1957+Brookmeyer.JPG

    C’est Bob Brookmeyer, il vient d’avoir 81 ans, et est toujours très actif, et aussi comme compositeur!

    On se marre vraiment bien avec vous!! Pour l’instant, je n’ai pas trouvé UN SEUL tromboniste qui n’ait pas été fumeur, qui n’ai pas vécu très vieux (à part la tumeur du cerveau), et qui soit décédé d’une maladie lié au tabagisme. Peut-être ont-ils arrêté de fumer dans leur viellesse,mais selon vous c’est impossible!

    Réponse de phlogiston le

    Le problème des pesticides … raison de plus pour ne abîmer sa sante davantage (et celle des autres) en fumant!
    Ou voudriez-vous nous faire croire que la cigarette est un antidote a l’empoisonnement alimentaire?

    Réponse de belsha le

    On peut aussi vivre sans angoisser à tout instant à cause des pesticides, du diesel, du tabac, de l’alcool etc etc
    Pendant ce temps là, l’espérance de vie n’a cessé d’augmenter au 20ème siècle. les peuples qui ne connaissent ni les pesticides, ni le diesel ni la production industrielle de tabac vivent en général beaucoup moins longtemps que nous…

    Réponse de phlogiston le

    vivent en général beaucoup moins longtemps que nous…
    La cigarette aidant, de plus en plus. Le tabagisme dans le Tiers Monde est un véritable fléau, qui s’entend avec le parrainage et complaisance criminelle des fumeurs des pays riches.

  • hugh le 9 février 2011

    Non-fumeur militant, je ne pense pourtant pas que la prohibition du tabac soit une mesure intelligente, ni applicable. L’échec de la prohibition de l’alcool aux États-Unis, mais aussi de nombreuses autres drogues à l’échelle mondiale le prouve. Même chez les musulmans, la prohibition de l’alcool est contournée. De plus, il y a souvent polytoxicomanie ou d’autres facteurs professionnels, culturels, sociaux, aggravants. Mieux réduire la solidarité publique à l’endroit des toxicomanes: M. ATTALI, qui a signé quelques lignes très dures pour les vieux, ne devrait pas se priver d’aborder le tabac de cette façon beaucoup moins agressive; les toxicomanes, eux, peuvent choisir d’arrêter…
    Imposer des vaccins, a fortiori à des populations importantes, souvent fragiles, est bien pire que le Médiator prescrit ou que les toxicomanies généralement choisies…

    Réponse de godot le

    et puis apres tout on s en tape de ce que vous dites monsieur attali bien que vous enervez ! dans une decenie vous n aurez laisse aucune trace de votre connerie ! les gens fumeront encore ; ne vous en deplaise ! vous cherchez un coup de pub en fait ? pauvre sire !

  • Roani le 9 février 2011

    C’est pas Jeanne Calmant qui fumait 1 cigarette et buvait un verre de porto par jour? Elle est partie rejoindre les étoiles à l’âge de 122 ans! Le manque de vrai bonheur se fait sentir et on peut vite sombrer dans une addiction avec ce quotidien de plus en plus violent, compliqué, incertain! Vivre vieux okay? Mais dans quelle conditions? retraite misérable, vivre dans des cartons à regarder passer la vie?!? Mais quelle vie propose M. Attali, pour que les gens arrêtent de fumer et cessent de s’abîmer la santé? Est-ce que la notion d’une cigarette plaisir occasionnelle vous parle? L’interdiction ne change pas le problème, elle l’amplifie. C’est se détourner de la cause et ainsi permettre le trafic. Belle ambition de vouloir tous nous sauver de la mort, mais j’ajoute que c’est surtout la connerie qui tue et est dangeureuse!

    Réponse de phlogiston le

    « Est-ce que la notion d’une cigarette plaisir occasionnelle vous parle? »

    La cigarette « occasionnelle » est un euphemisme qui mène le plus souvent a une addiction. Votre langue de bois est une propagande irresponsable envers nos enfants.

    Réponse de belsha le

    Cela est faux.

    je suis moi-même un fumeur complètement addict, je l’avoue, et j’aouterai même que cela me déplaît.

    Mais je connais énormément de gens dans mon entourage qui sont des fumeurs TRES occasionnels, même pas une cigarette par jour, allez peut-être 2 dans une grosse fête, puis plus rien.

    Réponse de phlogiston le

    Fumer dans une fête c’est enfumer les autres. Un comportement d’addict incapable de se retenir.

    Réponse de belsha le

    Ce qui me gêne dans les fêtes, se sont les donneurs de leçon.

    Vous êtes libre dans de fêtes où l’on parle que de « lutter » contre les pesticides, le diesel, le tabac, l’alcool.

    Je préfère allere dans des fêtes où on fume, piccole, danse, drague etc etc

    A chacun son truc.

  • ducon le 9 février 2011

    la france pays de liberté mes c……
    si on pouvais interdire les politiciens d’etre c..
    et le droit de respirer on ne l’interdit pas encore

  • Joseph Attila le 9 février 2011

    l’impéririe des politiques et des hauts fonctionnaires tue plus sûrement que le tabac;
    Attali: là où il passe, l’herbe (à Nicot) ne repousse pas! La connerie, en revanche…

  • Thierry Hitier le 10 février 2011

    Ah enfin qui dit tout haut ce que mon cerveau de fumeur pense depuis longtemps.
    L’interdiction du tabac est possible : la preuve: on a reussi à interdire la fabrication et la vente des cigarettes… en chocolat il ya une dizaine d’années et ça n’a emu personne.
    Triste politique ou on interdit l’ersatz du produit dangereux, mais non celui ci !

  • Melanie le 10 février 2011

    Des personnes fumeuses vivent jusqu’à 90 ans et meurent d’autres choses que du cancer ! Nous ne sommes pas égaux ! Mais la mal bouffe les produits que l’on injecte dans la nourriture, les conservateurs etc…Les intérêts économiques prônent avant la qualité …est un mal qu’il faut éradiquer et qui est dangereux pour notre santé ! La cigarette permet a certaines personnes de calmer leurs angoisses à l’époque ou nous vivons elle n’est pas pire que la pollution que nous subissons tous les jours ! Nous avons besoin de politique qui ont le sens des valeurs, qui réforme en profondeur et dans le temps pas de réforme inutile votée à la sauvette et qui ne défend pas les intérêts des copains mais ceux du peuple car un peuple peut déplacer des montagnes dans un sens positif comme dans un sens négatif selon si il est bien ou si il est mal !

  • MONSTERS le 10 février 2011

    l’interdiction me semble improbable et difficile à mettre en oeuvre sauf dans un cadre au minimum européen.
    par contre, il faut taper au portefeuille, la où ca fait mal.
    je propose donc la non prise en charge par la sécurité sociale de toutes les pathologies liées au tabac, cad que par exemple les malades clairement identifiés comme atteint d’un cancer du poumon du au tabac seront soignés mais devront payer l’intégralité des coûts engagés pour leur traitement, s’ils décèdent ce seront les héritiers, exactement comme une procédure d’indemnisation au civil.
    le but est de responsabiliser les fumeurs et de les confronter au principe de réalité pollueur/payeur : vous fumez c’est votre droit mais à vous de payer les dommages !
    une telle mesure aurait un effet immédiat sur les fumeurs et entrainerait inévitablement une baisse de la consommation.
    la sécurité sociale est bien trop gentille, elle n’a pas à financer indirectement le comportement irresponsable des fumeurs !
    cette mesure est aussi applicable à d’autres comportements insensés comme l’alcoolisme, autre fléau, et à la consommation de drogues.

    Réponse de belsha le

    oui, et proposons la même chose pour:
    les cyclistes
    les skieurs
    les plongeurs
    les parachutistes
    les grimpeurs
    les randonneurs
    les kite-surfeurs
    les motards
    les sédentaires
    les gourmands
    les buveurs
    les libertins imprudents

    qu’ils paient tous leur facture!

    etc etc

  • lydia le 10 février 2011

    je suis consternée par cette idée et je voudrais seulement demander à monsieur Attali s’il connaît la définition du mot « liberté » parce que je pense qu’on a pas la même !!
    je me demande même si ce mot « liberté » a encore sa place dans la langue française et si ce mot va bientôt disparaître du dictionnaire !
    comme vous avez bien changé monsieur Attali, lorsque vous étiez conseiller auprès du président je ne me souviens pas vous avoir entendu tenir un tel discours !
    je peux vous certifier que rien ni personne ne m’empechera de fumer et vous devrier vous en réjouir, ça rempli les caisses de l’Etat !! j’ai acheté une voiture très récemment et la eu la détestable surprise de constater qu’elle n’avait ni allume-cigare ni cendrier !!!
    mais qu’est ce que c’est que ce monde où l’on vit actuellement
    « liberté……………égalité…………..fraternité » c’est quoi déjà ??
    je souhaite bon courage aux nouvelles générations

    Réponse de belsha le

    Madame, vous n’avez pas compris:

    1.) vous êtes une dangereuse addict, dont la dépendance chimique au tabac empêche l’exercice du jugement, et donc du libre arbitre et au droit à une opinion personnelle
    2.) Vous êtes en plus une victime des manipulations centendaires de l’industrie du tabac, votre opinion, vos choix, ne vous appartiennent pas, elles ne sont que le résultat du complot de Philip Morris, Brtitish American Tobacco.

    Donc vous voyez: M. Attali connaît la définition du mot liberté, mais bien évidemment, elle ne s’applique UNIQUEMENT aux non-fumeurs, et certainement pas à vous ni à moi. Reste à débattre maintenant si nous sommes au moins des êtres humains… Et qui seront les prochains à qui ont refusera le droit à la liberté.

  • Tophe le 10 février 2011

    Et alors c’est notre santé,notre vie de quoi ce mêle t’il.Si vous vous soucié de notre santé faite la chasse aux usines qui balancent leurs merde dans l’air ou dans l’eau!!!Une chose est claire c’est moi qui déciderai d’arrêter et non vos stupides loi.A quand une politique plus jeune et moins conne…

    Réponse de Neda DENYS le

    Et à quand la fin de ce spectacle affligeant de ces mères qui fument en direction des poumons de leurs jeunes enfants ? Ces petits êtres ont-ils décidé de leur sort ? C’est trop facile de se voiler la face en se persuadant que cela ne nous concerne pas. Idem pour la pollution par les usines mais c’est un autre débat.

  • pastel7 le 10 février 2011

    Et si les chiffres des morts par particules fines en France étaient publiés?
    La recherche en responsabilité devrait investiguer l’action de chaque député et sénateur de ces 30 dernières années puisque ce sont eux qui ont choisi le diesel pour nous en faisant que son prix soit inférieur à celui de l’essence.
    Allez, ça pourrait faire un super buzz.
    Meilleures pensées.

    Réponse de phlogiston le

    Tout a fait. Il faut combattre le tabac ET le diesel.

    Réponse de Schlolldu le

    C’est marrant comme tous les débats sur le tabac finissent invariablement par des échanges faisant passer les fumeurs comme les champions de la liberté et ceux qui contestent cette dépendance comme des odieux dictateurs.

    Encore une fois, on ne parle pas du diesel (je l’avais jamais vu, celle là), de l’alcool, de la vitesse, de la randonnée etc … Chacune de ces activité pose peut être des problèmes, j’en sais rien, mais ce n’est pas le problème. On parle du tabac.

    Le tabac, on va le rappeler, c’est 65 000 morts prématurées par an en France dont l’extrême majorité est parfaitement évitable simplement en se soustrayant au tabac. C’est une chance inouïe, il y a peu d’exemple aussi simple que celui là.

    Le tabac dans sa forme létale de masse a débarqué en France pendant la dernière guerre. On ne parle pas d’un problème ancien, culturel, ancré dans nos habitudes. On parle d’un truc totalement artificiel qui n’a physiologiquement aucun intérêt, intellectuellement aucun apport, physiquement aucun avantage. Tous les fumeurs le savent.

    Quand à la liberté, ça m’a toujours fait bien rigoler de m’entendre donner des leçons de liberté par des fumeurs capables de délaisser femme et enfants le dimanche matin pour faire vingt bornes vers le buraliste juste parce qu’il n’y avait plus de clope à la maison, ou d’être tellement dépendant qu’ils sont capables de rester à la porte du resto par moins cinq en dessous de zéro juste pour s’injecter sa dose pendant que le reste des personnes les regardent d’un air ahuri avant de revenir et de déranger tout le monde pour s’assoir … Quel esclavagisme ! Et ça donne des leçons de liberté ? Non, merci.

    Réponse de belsha le

    Schlolldu,

    Vous confondez totalement ce qu’en philosophie on appelle la liberté intérieure – la liberté de la volonté ou le libre-arbitre, le fait de maîtriser ses décisions et de savoir s’y tenir – et la liberté extérieure, la liberté politique ou la liberté d’agir – le fait de ne pas être entravé dans ses actes par autrui. Il est certainement vrai que la dépendance au tabac entrave la liberté intérieure – mais seulement sur ce point précis, et non pas sur les autres comme c’est le cas avec d’autres drogues. Mais la liberté intérieure n’est tout simplement pas l’objet de la politique — des religions, des philosophies etc peut-être. La politique n’a pas à « forcer les gens d’être libre » sur ce point là. La liberté intérieure est une affaire purement privée, intérieure, justement. Et nous sommes tous dépendant de la quelque chose – ne serait-ce que de l’amour, du sexe, pour d’autres du sport, de l’argent etc etc. Il y a peut-être des fumeurs qui délaissent femmes et enfants pour achêter des cigarettes, mais certainement autant de non-fumeurs qui les délaissent pour voir leur maîtresse… Mais ce n’est pas à l’Etat d’interdire le sexe parce qu’il rend dépendant…. du moins j’espère que vous pensez comme moi !

    Cette confusion est tellement fréquente qu’on se demande si les français ont eu des cours de philosophie au lycée… Mais le problème revient toujours au même : la confusion entre ce qui relève de la sphère publique, politique et de la sphère privée, intime.

    Réponse de power pourfendeur le

    la vente et les effets du tabac relèvent de la sphère publique. Seule sa consommation, et encore vu les comportements d’addiction, relève de la sphère privée.

    Réponse de belsha le

    c’est peut-être vrai, mais n’a strictement rien à avoir avec l’argument concernant la liberté.

    Réponse de power pourfendeur le

    « Le problème revient toujours au même : la confusion entre ce qui relève de la sphère publique, politique et de la sphère privée, intime. »

    Si vous ne vous relisez pas vous-même…rassurez-vous, interdire le tabac n’empêchera pas les gens d’être malheureux. Il les empêchera simplement de l’être pour une mauvaise raison de plus. En d’autres termes, il n’entravera pas du tout votre liberté intérieure, mais au contraire, votre liberté que vous appelez extérieure, celle d’aller acheter un paquet de clopes au détriment de votre santé.

    Avec l’argument libertaire des pro-tabacs, on devrait pouvoir vendre des capsules de cyanure dans la rue, après tout, cela ne nuirait absolument pas à ceux désirant ne pas les consommer.

    Réponse de belsha le

    Si on vendait des capsules de cyanure dans la rue, seuls des gens voulant immédiatement se suicider, et qui sont absolument certain de leur décision, les achêteraient. A l’heure actuelle, ils ont d’autres moyens pour le faire. Ca ne changerait donc strictement rien, ni pour ceux qui les consomment, ni pour ceux qui ne les consomment pas.

    Les gens achêtent du tabac, en revanche, pour le plaisir qu’il procure. Ils sont tout à fait conscient que s’ils continuent il réduisent leur espérance de vie en moyenne de 5 à 10 ans. Mais ils estiment que le plaisir immédiat ou les 30, 40 ou 50 années avant de développer vaut largement les années de viellesse auxquelles ils échappent. Ils savent même que peut-être ils auront moins de chance et qu’ils mourront plus tôt.

    Les deux cas n’ont donc strictement rien à avoir – sauf que dans les deux cas il s’agit de produits dont les achêteurs connaissent les conséquences et qu’ils ont de – bonnes ou mauvaises – raisons d’achêter. Donc tout le contraire du Mediator, cela dit en passant.

    Réponse de Schlolldu le

    Encore une fois, qu’un groupe d’être humains formant une société réfléchisse sur une décision collective visant à faire en sorte de supprimer un fléau universel, cela n’a rien d’une dictature ni d’une suppression de liberté. Et d’ailleurs, en la matière ce n’est pas du domaine privé : le lit d’hôpital qu’occupe le fumeur, un autre ne l’occupe pas qui devra faire parfois plusieurs dizaines de kilomètres pour en avoir un, l’argent que donne le fumeur à la British Tobacco qui va directement dans les campagnes de publicité masquées pour faire en sorte que des gamins de dix ans commencent à fumer, ce n’est pas du domaine privé, c’est du crime organisé. Vous ne le savez peut être pas, au moins je l’espère, mais votre liberté individuelle empiète grandement sur la liberté collective des autres.

    Il n’est nul besoin d’interdire. Comme écrit plus haut, cela n’a jamais fonctionné avec un produit tellement addictif – encore une fois la nicotine est nettement plus addictive que toutes les autres drogues – et ce n’est pas le moment.

    Que tout le monde soit d’accord pour dire que le tabac est inutile, létal en masse et rapidement, que son industrie a prouvé son cynisme ultime, et que le monde serait meilleur sans cette honte, ce serait déjà bien.

    Au fond d’eux mêmes, tous les fumeurs le savent et le disent d’ailleurs, au delà des bravades de comptoir. Alors, pourquoi ne pas dire que fumer n’est pas un crime, que ceux qui fument ne sont pas des criminels, que ce sont des personnes qu’il faudra aider le moment venu à arrêter, et que pendant ce temps le combat est de faire en sorte que les enfants ne commencent pas, en rendant de plus en plus difficile l’approvisionnement pour que dans un avenir de vingt ans on arrive effectivement et tout naturellement à une humanité sans tabac ? A ce moment, il sera temps d’interdire, non pas aux fumeurs de fumer, mais aux commerciaux de recommencer leur livraisons. Parce que ces industries seront toujours prêtes, en toute connaissance de cause, à recommencer à distribuer la mort pourvu qu’elle leur rapporte.

    Réponse de belsha le

    « Que tout le monde soit d’accord pour dire que le tabac est inutile, létal en masse …. »

    Et ben non, Monsieur ! Et fort heureusement, dans la vie, tout le monde n’est pas d’accord. Et surtout quand on écrit de pareilles âneries.

    D’abord, le tabac n’est pas « inutile »…. il procure du PLAISIR – combien de fois faut-il le répéter –, peut-être de la consolation, de la stimulation et mille choses, à ceux qui le fument. Mais on a bien compris, vous n’en avez strictement rien à faire, de ces gens-là.

    Ensuite, je me permet de répondre à un de vos posts beaucoup plus hauts, vous y écriviez: » Le tabac tue en masse et dés la première cigarette ». » Si tel était le cas, vous seriez un homme heureux, comblé, il n’y aurait plus un seul fumeur sur terre! Le tabac tue en moyenne après 40 ou 50 années de tabagisme, il réduit l’espérance de vie de 5 à 10 ans en moyenne. Donc pas de quoi faire tout un flan, c’est un choix PARFAITEMENT ASSUME par les fumeurs. Vous aussi allez mourrir, 5 années plus tard, soyez en fier. Je vous propose de vous suicider tout de suite: il faut interdire la vie, parce qu’elle aussi, elle « tue en masse », même en absence « d’une première cigarette ».

    Réponse de phlogiston le

    @beslha
    1)Non, le tabac ne procure aucun plaisir. Juste l’assouvissement d’un manque artificiellement crée. La même genre de plaisir que l’on éprouve en arrêtant de se taper les doigts avec un marteau.
    2)Une réduction de vie de 5 a 10 ans est énorme, et non pas « pas de quoi faire tout un flan ».
    Les tristes et irresponsables propos que vous récitez sont clairement dictés par le lobby du tabac.

    Réponse de belsha le

    1.) Je fume, vous ne fumez pas, je suis peut-être un peu plus habilité de ce que sont les plaisirs du tabac, non? De même, je n’irai pas expliquer à un homosexuel ce que sont les plaisirs de la sodomie passive, ni à un religieux ce que sont les plaisirs de la prière, puisque je n’en ai pas la moindre idée, et je m’en tape, en plus!
    1.) bis La vie entre 70 et 75 ans, ou entre 65 et 75 ans ne m’intéresse pas particulièrement. Peut-être j’ai tort, mais ce n’est pas votre problème. Peut-être effectivement les choses les plus fabuleuses et inespérées de la vie vont m’arriver juste au moment ou le tabac commencera de me tuer. That’s life!
    2.) Je vous laisse à vos convictions paranoïaques. Bien facile de croire que si quelqu’un n’est pas d’accord avec vous, c’est parce qu’il est victime d’un lobby. Je pourrais dire la même chose de vous, et immensément plus. Le lobby pharmaceutique et ses sbires et 10 000 fois plus actif dans les médias que le « lobby du tabac ».

    Réponse de phlogiston le

    C’est bizarre, je ne connais aucun propriétaire de voiture propre (hybride essence ou électrique) qui fume. Cohérence oblige,
    Les conducteurs de vielles voitures diesel pourries bien polluantes sont par contre souvent des fumeurs.

    Réponse de belsha le

    Je vais vous suprendre: il existe même des fumeurs qui n’ont pas de voiture du tout!

    Réponse de Scmolldu le

    Le tabac tue bien plus tôt, de multiples manières. Parfois seul, parfois, quand c’est nécessaire, accompagné d’un peu de cholestérol ou de diabète. Alors, tout le monde regarde ces deux là, complices, et jette un voile pudique sur le vrai criminel, parce qu’il est sensé faire plaisir, qu’il a les moyens de se cacher … et qu’il rapporte de l’argent. Il ne fait aucun plaisir, il remplit simplement des récepteurs à la nicotine. Une fois ceux-cis remplis, votre vie n’a pas avancé d’un poil, amoureusement, intellectuellement, culturellement. Par contre, une partie de votre cerveau ne va plus être préoccupé que d’une seule chose, remplir les récepteurs à nouveau. Et c’est tellement sûr qu’on en a fait une industrie. Et le pire, c’est que c’est sûr même une fois que vous aurez arrêté, même depuis longtemps. La particularité de la dépendance à la nicotine, c’est l’effet mémoire dans le cerveau qui est définitif, à contrario d’autres addictions dites dures.
    40 à 50 années de tabac ? Il faut remettre les pendules à l’heure. Le décollage des néoplasies de toutes sortes se fait bien avant, aux alentours de 20 à 25 années. Vous avez commencé le tabac à 18 ans, comme beaucoup, vous toussez à 42 ou 43 ans : vous retiendrez toute l’attention du pneumologue.
    On commence à en repérer de façon significative à moins de 40 ans. 36, 38 ans, pas rare.
    L’infarctus à moins de 50 ans, c’est l’habitude, aussi. Pas normal.
    La réalité, c’est celle là. Et il y en a d’autres. Il y a ces familles et ces amis qui accompagnent le jeune père de famille qui meurt. Il y a cette mère qui se demande pourquoi elle va enterrer son fils. Il y a cette jeune mère de famille qui accompagne son mari, la quarantaine heureuse, qui a simplement mal à l’épaule mais malheureusement c’est une fracture de l’omoplate sur une métastase, six, sept mois au mieux. Ces trois là je les ai vus, je leur ai parlé.
    Faites un petit tour dans les hôpitaux, vous allez en croiser des dizaines et des dizaines. On ne parle pas d’unités, on parle de dizaines de milliers. Ce n’est pas de l’émotion à bon compte, c’est une réalité pluri quotidienne.

    Après, les discours fumeux (sic) de philosophie de bistrot, ça passe. Le pinaillage des chiffres, on évite. On se fait beaucoup plus petit devant un monstre pareil.

    Notre combat, ce n’est ni de vous obliger de vous arrêter, ni de vous empêcher de fumer. Il est de faire en sorte que ceux qui naissent en ce moment ne commencent pas, effectivement en combattant au départ et autant de temps qu’il le faudra toutes les dialectiques fumeuses (sic) philosophico-dudule, les chiffres bidons, les arguments violents, tous soigneusement étudiés dans les cabinets conseils des marchands de tabac pour préserver leur lucrative industrie pour rassurer faussement les fumeurs et qu’ils trouvent les arguments pour les défendre à leur place.

    Vous, en tant que personne, n’êtes pas en cause. Vous avez peut être choisi votre destin, c’est possible, même si je doute qu’au premier paquet toute la réalité de la dépendance et des dégâts ne soit pas vraiment présent à l’esprit, et qu’après c’est trop tard dans la plupart des cas et la dépendance biologique est déjà installée. Ce n’est pas votre faute, ce n’est pas une accusation ni une remise en cause. C’est simplement la manière dont cela se passe. Notre travail, c’est de faire en sorte que notre discours soit plus fort que le vôtre envers les enfants de 5 ans. Notre ennemi, ce n’est pas vous, les fumeurs, mais les compagnies de tabac qui inondent de leurs arguments pour recruter. Donc, laissez nous faire. Vous pouvez continuer à fumer tranquille, mais ne vous faites pas les porte parole d’industriels qui n’ont absolument rien à faire de votre liberté, de votre vie ou de vos motivations profondes.

    Réponse de belsha le

    D’abord, votre argument selon laquelle le tabac ne procure pas de plaisir mais seulement la satisfaction passagère d’un manque par dépendance à la nicotine, est faux. Si tel était le cas, on deviendrait accro au machage de nicorette ou aux pilulles de nicotine, on trouverait autant de plaisir à se faire des injections intraveneuses de nicotine que de fumer une cigarette, un cigare ou une pipe. Mais cela n’est pas le cas. Il y a donc un plaisir spécifique dans l’acte d’inhaler de la fumée, qui n’a rien à avoir avec l’action chimique de la nicotine.

    Ensuite, je n’en doute pas qu’en se baladant dans un hôpital, l’on voie des souffrances abjectes, des destins brisés, des tragédies familiales. Mais on en voit tout autant, sinon plus, qui ne sont pas liés au tabac.

    Quand à votre projet de vacciner définitivement les « futures générations » contre le tabac, bonne chance! J’ai commencé à fumer à l’age de 13 ans, dans un pensionnat où la cigarette était strictement interdit, et où le dimanche ‘on nous montré des films avec des amputés, de poumons cramés, toutes le horreurs que vous décrivez. Les présentateurs étaient tellement sentencieux et condescendants ( du genre Dautzenberg) que nous savions deux choses: 1.) pour rien au monde nous aurions voulu ressembler à ces gens là 2.) s’ils mettaient tellement d’empressement à nous avertir contre quelque chose, c’est que ça devait être très, très bon, et qu’il fallait l’essayer à tout prix! Vous n’êtes vraiment pas très psychologues, chers antitabacologues!

    Quand à « l’inondation » des arguments des industriels du tabac, arrêtez cette rengaine d’il y a un autre temps. C’était peut-être vrai dans les années 70, aujourd’hui les industriels se font tout petit, leur discours est censuré de toute façon, ils approuvent même les politiques oppressives… En revanche, nous sommes inondés quotidiennement par l’idéologie hygiéniste des anti-tabacs, qui, justement, plus elle hurle fort, donne de moins en moins envie d’arrêter. Et tout cela pourrait vous jouer de drôle de tours – et à la santé public aussi – parce qu’à force d’avertissements de plus en plus alarmistes, ils deviennent de moins en moins crédibles, et les gens arrêtent tout simplement de vous écouter et de vous prendre au sérieux, oubliant ainsi les dangers bien réels du tabac. Qui trop hurle au loup….

    Réponse de Schlolldu le

    Vous dites : « Si tel était le cas, on deviendrait accro au machage de nicorette ou aux pilulles de nicotine, on trouverait autant de plaisir à se faire des injections intraveneuses de nicotine que de fumer une cigarette, un cigare ou une pipe. Mais cela n’est pas le cas. »

    Si, justement. Il se trouve que la voie inhalée est, de toutes les autres voies, celle pharmacologiquement la plus rapide et efficace pour faire arriver un produit au cerveau, même devant l’injection intra veineuse. Un produit inhalé passe immédiatement dans le système artériel (c’est la vocation de l’oxygène..). Pour être plus précis, l’inhalation provoque un pic artériel de nicotine, toutes les autres voies doivent déjà passer par le système veineux. Le pic artériel, immédiatement cérébral, de l’inhalation est de sept secondes environ contre une vingtaine pour l’injection intra veineuse, et plusieurs minutes pour les autres voies. C’est donc, de toutes les autres voies commercialisables – et elles ont existé et existent encore – celle qui a reçu la promotion la plus importante parce que la concentration maximale de nicotine efficace est atteinte. Le tabac à prisé a existé, le tabac à chiquer aussi. Seulement voilà : la dépendance n’était pas aussi bien assurée car seule une partie minime du produit arrive effectivement au cerveau, et beaucoup plus lentement. Adieu le « shoot » du petit matin. Je vous ferais remarquer aussi que des dépendants à la gomme de nicotine existent, il y en a même dans les centres de désintoxication…. La nicotine est extrêmement puissante.

    Les drames liés à la nicotine ont une particularité : ils sont tous très facilement évitables. Ce n’est pas le cas de la plupart des autres maladies ou accidents.

    L’objectif n’est ni d’être condescendants ni oppressif, l’objectif est de rendre le tabac socialement inacceptable. C’est de dire à ces jeunes des choses très objectives et réelles : le tabac sent (très) mauvais, le tabac rend les dents jaunes, il donne une haleine de chacal déhydraté, le teint gris jaune, bref, le tabac c’est objectivement ridicule. Il oblige celui qui fume à s’isoler tout seul avec lui même pour qu’il évite d’intoxiquer les autres (manquerait plus que ça), il l’oblige à déranger tout le monde pour aller satisfaire son petit besoin à la porte du bistrot. Et on en passe et des meilleures. Bref, il rend l’être Humain esclave et dégradé.

    Réponse de belsha le

    Juste une remarque:

    L’époque où l’on a vu la plus grande diminution du nombre des fumeurs, les années 70-80, était une époque où il n’existait aucune politique répressive contre le tabac. Les gens s’informaient tout seul, et décidaient ne plus vouloir s’exposer aux risques de santé que le tabagisme entraînaient.

    Par contre, comme le fait remarquer J.Attali, depuis qu’il existe en France des politiques repressives dures – interdiction de fumer dans les lieux public, cours de lycées, restaurants, cafés, bars – le nombre de fumeurs augmente, et notamment chez les jeunes.

    Cherchez l’erreur…

    Réponse de belsha le

    Et vous voyez bien que vos tentatives de « désocialisation », de « ridiculisation » des fumeurs face aux jeunes, ne marchent pas du tout. Rien que cela:

    « Il oblige celui qui fume à s’isoler tout seul avec lui même pour qu’il évite d’intoxiquer les autres (manquerait plus que ça), il l’oblige à déranger tout le monde pour aller satisfaire son petit besoin à la porte du bistrot. »

    Vous êtes-vous déjà baladé le soir dans une rue branchée parisienne (ou d’une autre ville)?

    Vous voyez des bars… vides, et des trottoirs…. pleins, et ce même par -15°

    Réponse de Schlolldu le

    « L’époque où l’on a vu la plus grande diminution du nombre des fumeurs, les années 70-80″

    Vous avez vu ça où ?
    La seule réalité de cette époque là, c’est la baisse des ventes de la SEITA, productrice de tabac brun et cigarettes sans filtres, au bénéfice de l’importation massive de cigarettes anglaises et américaines. Par contre, la vente, elle, n’a jamais aussi bien fonctionné.
    Je vous recommande le livre « Le tabac en France de 1940 à nos jours, histoire d’un marché », qui vous éclairera d’ailleurs sur le cynisme effrayant des vendeurs.
    Pour les jeunes, ce ne sont pas tous les jeunes. Nous voyons maintenant des classes de première avec moins de deux fumeurs par classe, ce qui était impensable il y a dix ans. Les effets ne seront pas visibles avant quelques années.

    Personne ne veut ridiculiser le fumeur, désocialiser le fumeur. Il faut ridiculiser le tabac et désocialiser le tabac. Vous ne vous réduisez pas à une cigarette, quand même ?

    Réponse de belsha le

    Le premier lien que j’ai trouvé:
    http://www.infoplease.com/ipa/A0762370.html

    Voys voyez que le gros de la diminution du tabagisme a lieu entre 1965 (42.4% de fumeurs) à 1990 à 1990 (25.5%). Le rythme décélère nettement avec la mise en place des lois anti-tabac et stagne ces dernières années.

    Quand je parlais de « désocialiser et ridiculiser » le fumeur, je je faisais que vous citer vous-même: « Bref, il rend l’être Humain esclave et dégradé. »

    Même si d’après vous, ce n’est pas la faute du fumeur, vous écrivez quand même que le fumeur est un « être esclave et degradé ». CQFD

    Et là, j’insiste, je maintiendrai toujours: ce qui est vraiment dégradant, c’est de traiter les autres ainsi.

  • Vincent Le Moigne le 10 février 2011

    Tout à fait d’accord avec ce type de raisonnement.
    Le tabac n’est tout simplement que de l’argent et du travail qui part en fumée. Et il faut voir dans quelles conditions exercent les souvent jeunes adolescents qui doivent cultiver le tabac: complètement intoxiqués par les produits chimiques qu’ils versent dessus pour sa culture.

    Bien évidemment, une suppression de la vente du tabac entraînera immanquablement une protestation des buraliste. Je propose qu’on leur transfert en compensation la vente des alcools forts (disons > à 15 degrés) que l’on interdirait en grande surface. On pourrait ainsi contrôler l’âge des acheteurs et diminuer la consommation de cette autre poison pour les cellules qu’est la molécule d’éthanol.
    En choisissant les alcools forts, on ne pénaliserait pas non plus les viticulteurs français.

    Réponse de belsha le

    Et les 15 millions des fumeurs ne protersteront pas du tout??????

    Ce sont seulement les buralistes qui comptent?

  • Neda DENYS le 10 février 2011

    Dans les offres d’emploi, un des critères requis serait d’être non-fumeur.

    Réponse de PHILIPPE le

    ça serait un comble que Jacques Attila se fasse tailler des pipes ou glouglouter le havane!!!

    Réponse de Neda DENYS le

    ?

    Réponse de PHILIPPE le

    Je veux simplement dire que ce « purificateur », cet inquisiteur d’Attali a peut être des vices cachés bien pires que celui de fumer.A quand une police des alcôves, des foyers pour voir les déviances et les sanctionner comme il se doit.Derrière cet image de moralisateur de cet oiseau triste et gris je pressent le pire.

    Réponse de Neda DENYS le

    Cela vous arrange de vous en prendre, avec bassesse, à un seul homme. Mais il y a toute une majorité silencieuse qui n’attend que des lois plus fermes pour un meilleur vivre ensemble dans l’espace public. Vos histoires d’alcôve ne font rire que vous. Et ne vous honorent pas.
    Pourquoi le discours des fumeurs dans ce blog est-il souvent si vil ?

  • marie rose le 10 février 2011

    La lecture des propos de M Attali et des nombreux commentaires qui y font suite me plonge dans l’effroi : autant d’intégrisme, d’intolérance de la part de certains pour un sujet qui n’en vaut même pas la peine.

    Cessons de vouloir à tout prix allonger l’espérance de vie !! ce qui compte, ce n’est pas de vivre longtemps mais de vivre dignement, intensément.

    en fait je me contenterai de citer Flaubert avant d’aller me fumer une bonne petite cigarette…

    « Les imbéciles vous disent toujours : « singulier plaisir ! tout s’en va en fumée. » Comme si tout ce qu’il y a de plus beau ne s’en allait pas en fumée ! et la gloire ? et l’amour ? et les rêves où vont-ils mes amis ? dites-moi donc si les plus beaux spasmes des adolescents, si les plus larges baisers des italiennes, si les plus grands coups d’épée des héros ont laissé autre chose dans le monde que n’en a laissé ma dernière pipe. »

    Réponse de belsha le

    Merci!

    Réponse de phlogiston le

    -Fumer n’a rien de digne, c’est plutot moche et stupide.
    - Fumer n’a aucun rapport avec vivre intensément. Quelles fables ridicules inventez-vous pour justifier votre addiction!
    -Votre « petite » cigarette n’est pas petite, mais normale, c’est a dire dangereuse et nuisible a 100%.

    Réponse de belsha le

    Si vous aviez un peu plus de modestie, vous avoueriez que c’est simplement un affaire de goût… Et des goûts et des couleurs, on ne dispute pas! (et on légifère encore moins)

    Réponse de phlogiston le

    Pourquoi défendez vous le tabagisme bec et ongles jusqu’au point de vouloir que les générations futures s’y mettent aussi (derrière des arguments fatalistes éculés). C’est pour vous sentir moins seul dans votre addiction et vous déculpabiliser?

    Réponse de phlogiston le

    Ce n’est 0as une question de goût mais d’addiction.

    Réponse de belsha le

    mais arrêtez, Monsieur Phlogiston,

    Je ne « je ne défend pas le tabagisme bec et ongles », je défend le droit de l’individu de se déterminer lui-même

    Je ne voudrais encore moins « que les générations futures s’y mettent aussi », je souhaiterais simplement qu’on les laisse tranquilles,, qu’on cesse de leur faire la morale, qu’on leur laisse faire leur propres expériences, découvertes et erreurs aussi.

    Je n’aime pas les bonimenteurs, les moralisateurs, les censeurs. Je ne crois pas en « l’ingénérie sociale », l’être humain se rebiffe quand on veut trop le changer.

    Et je pense que les dégâts d’une prohibition seraient infiniment plus graves que les dégats du tabac, et ne serait-ce que le précédent que cela établirait en tant que violation profonde des principes même d’une société libérale. Quand je vois certains ici parler aussi de l’alcool, j’ai froid au dos.

    Réponse de phlogiston le

    « je ne voudrais encore moins “que les générations futures s’y mettent aussi”, je souhaiterais simplement qu’on les laisse tranquilles, »
    Mais c’est vous qui ne les laissez pas tranquilles! En montrant le mauvais exemple. En parrainant, vous et vos complices fumeurs, le tabac qui garde ainsi une présence majeure au sein de la société.

    Réponse de belsha le

    Mais arrêtez de paniquer, Phlogiston.

    Regardez les statistiques par tranche d’age du tabagisme, et ça se vérifié par l’expérience:

    A 20 ans, presque tout le monde fume.
    A l’approche de la trentaine, beaucoup arrêtent.
    A la venue du premier enfant, encore plus arrêtent.
    A l’approche de la cinquantaine, la majorité a arrêté.
    Et dans les fumeurs de plus de cinquante ans, je connais un cas tragique (cancer à 50 ans), et les autres ont vécu jusqu’à 78, 85 et 93 ans, tout en fumant. Le tabac, c’est dangereux, c’est un risque, mais la plupart, l’assument plutôt bien.

    Réponse de phlogiston le

    « A 20 ans, presque tout le monde fume ».
    Mensonge.
    Il s’agit de 25-30%. Ceux qui resteront fumeurs toute leur vie, car ayant commencé jeunes, souvent sans conscience véritable des risques pour leur santé, mais surtout du risque a 100% d’addiction immédiate. Votre propagande comme quoi tout le mode DOIT fumer au départ par une quelconque fatalité, pour s’arrêter facilement par la suite est tout simplement immonde. Et arrêtez de prendre les gens pour des cons, vous avez bel et bien un discours lobbyiste, dans toute son hypocrisie fallacieuse. Des gens comme vous sont un véritable danger pour les enfant.

    Réponse de phlogiston le

    « Le tabac, c’est dangereux, c’est un risque, mais la plupart, l’assument plutôt bien. »
    50% en meurent, connard.

  • Neda DENYS le 11 février 2011

    Avant de parler d’interdiction, il serait bien d’encourager les gens et les jeunes en particulier en favorisant l’embauche des non-fumeurs : c’est une mesure réalisable.

    Réponse de marie rose le

    Vous ne devez pas vous rendre compte de ce que vous dites… C’est pas possible autrement… Ou c’était ironique peut-être?

    Refuser d’embaucher un fumeur? c’est comme refuser d’embaucher un homosexuel, un noir, un moche ou que sais-je encore… c’est de la DISCRIMINATION et ce serait carrément dégueulasse…

    Réponse de Neda DENYS le

    quand on embauche un chauffeur de bus par exemple, on s’attend à ce qu’il ne soit pas alcoolique : est-ce de la discrimination ?

    Réponse de belsha le

    Vous confondez tout, mais apparemment vous êtes un peu faible d’esprit.

    On peut très bien embaucher un alcoolique comme chauffeur de bus, à condition qu’il ne boive qu’après ses heures de travail. Certainement beaucoup le sont, mais tant qu’ils ne sont pas ivres en conduisant, cela ne pose aucun problème.

    Inversement, un non-alcoolique buveur très occasionnel serait un danger public si les rares fois où il buvait c’était justement au moment de conduire son bus.

    C’est qu’évidemment la consommation d’alcool l’empêche de correctement faire son travail.

    Mais, jusqu’à preuve du contraire, le fait de fumer n’a jamais empêché quelqu’un d’être très efficace dans son travail. Fumer crée peut-être une dépendance, mais n’affecte pas les capacités cognitives de l’individu.

    Réponse de belsha le

    Ca ce passe déjà aux USA.

    Et ils vont vous dire qu’un noir, un homosexuel ou un moche n’y est pour rien d’être noir, homosexuel ou moche, mais que le fumeur est coupable d’être fumeur.

    Voilà le monde dans lequel on vit, c’est à peine croyable, mais c’est vrai, et tout est partie pour que cela s’empire encor.

    Réponse de Scmolldu le

    Les assureurs, qui n’ont aucune autre idéologie que le risque, vont régler le problème.
    Un fumeur, c’est des épisodes de bronchites à répétition, c’est une maladie cardio vasculaire quasi certaine, donc un certain nombre de jours d’arrêt de travail et donc d’indemnités à payer, dont la particularité est qu’ils sont très simplement évitables. Et une perte sèche pour l’employeur qui aura investi dans la formation et le travail d’un employé qui par choix personnel décide que son assureur ou son employeur va payer les conséquences d’une décision d’auto destruction. Rien à voir avec la discrimination envers une caractéristique d’un individu. Le tabagisme n’est pas une caractéristique humaine, philosophique ou religieuse, ou un handicap.
    Il y a comme un paradoxe de dire d’un côté « je prend des risques et j’assume, foutez moi la paix », et crier au loup quand il faut assumer réellement c’est à dire se retrouver en face des conséquences de son geste.

    Réponse de belsha le

    Chiche! On fait le pari des assureurs !

    Vous racontez strictement n’importe quoi. Je fume depuis trente ans, sur les 800€ que je suis censé coûter par an à la sécurité sociale, ils payent 40€ par an pour un détartrage annuel chez le dentiste, c’est tout. Pas de bronchite, ni occasionnelle ni à répétition. Et, oui j’avais oublié, 2 semaines d’arrêt de travail pour dépression après le décès de mon père (non-fumeur mais grand alcoolique, décédé à 82 ans faute d’avoir fait une coloscopie à temps). Pas de grippe, de rhume non plus. Je n’ai jamais observé, ni dans mon entourage, que les fumeurs soient plus souvent arrêté, je vois plutôt le contraire.

    Et pour vous calmer un peu, et vous donner une idée des véritables tragédies de la vie: un ami très gros fumeur, 2 à 3 paquets par jour, ayant essayé plusieurs fois d’arrêter sans succès, découvre à cinquante deux ans qu’il ést atteint d’une sclérose en plaques (pathologie sans le moindre rapport avec le tabagisme, d’origine probablement virale). Et oui, il côute et coûtera très cher à la collectivité. Et heureusement qu’il lui reste la cigarette !

    Réponse de phlogiston le

    Les fumeurs étant une source de « third-hand » smoke, c’est tout a fait justifie dans certains cas.

    Réponse de belsha le

    Curieux: vous n’avez pas du tout peur de vous laisser « enfumer » par la pseudo-science la plus fumiste et douteuse!

  • françois le 11 février 2011

    Je suis d’accord avec vous sur le tabac et j’y ajouterais l’alcool également.
    Bien sûr une interdiction pure et simple du jour au lendemain n’est pas envisageable comme l’ont signalé certain en faisant le parallèle avec la période de la prohibition.
    Cependant des solutions progressives me semblent parfaitement envisageables, tout d’abord en réduisant le nombre de points de vente, ensuite en abaissant d’année en année le niveau de nicotine autorisé. Il serait également envisageable de repousser chaque année de un an l’âge de l’interdiction de vente et d’achat, 18 an la première année, 19 la suivante et ainsi de suite…
    Rien n’est réellement impossible quand la volonté est là, cependant il faut aussi compter avec le lobby des buralistes très puissant politiquement, on l’a vu pour ce qui concernait le respect de la France de ses obligations de libre circulation du tabac au sein de l’UE.

    Votre article a le mérite de lancer le débat, et c’est déjà une excellente chose car il faut du temps à ce type d’idée pour faire son chemin au sein de la population.

  • Elisabeth RUIS le 11 février 2011

    Même presque pas lu !

    Suspendue l’intox sur les tabous, tabac et médicament, Jungle du Commerce, à coup sûr !

    Qu’est-ce qu’ils vont bien pouvoir nous sortir comme autres produits, ces Aliens de l’économie (?).

    Me taire ? TU PLAISANTES !

    100 000 euros pour un cœur tout neuf, pour vivre 5 ans de plus,… Et Consommer !!!

    « Félicitations, vous avez gagné le droit de vous payer les droits de vivre et/ou de mourir » !

    Sympa non ?

    Elisabeth RUIS

  • FOURNIER le 11 février 2011

    Bonjour,

    Jusqu’en mars 1988, j’étais un gros fumeur ( 3 paquets de Gauloises par jour !).

    J’étais mal, finissant par cracher du sang), je rendais malheureux mon entourage, je dépensais une fortune…

    J’avais vu que la SEITA avait vendu des Gauloises dénicotinisées… puis avait cessé cette vente : la nicotine était un adductif.

    J’avais entendu que les cigarettiers retiraient la nicotine du tabac pour la réinjecter afin de suivre les inscriptions du paquet.

    J’avais entendu un cigarettier dire qu’il ne fumait pas et laissait le tabagisme aux « vieux » et aux « idiots ».

    J’avais entendu dire qu’on mourait plus tôt si l’on fumait.

    Je voulais donner le bon exemple à mon fils.

    Pour toutes ces raisons, j’ai voulu à 2 reprises ESSAYER d’arrêter… et, à chaque fois, j’ai rechuté !

    Alors, pour la troisième fois, je me suis mis devant mon miroir. J’ai interpellé le personnage qui était devant moi ( mon « eidolon », en grec) et l’ai insulté en lui disant qu’il n’en avait pas ( de la volonté, bien sûr !).
    Il m’a répondu que je n’avais à m’en prendre qu’à moi-même, ajoutant que , plutôt que d’ESSAYER d’arrêter, je ferais mieux de DECIDER d’arrêter en prenant cet engagement devant moi-même.

    JE LE FIS.

    Deux semaines plus tard, mon père m’offrait deux cartouches de cigarettes.

    Deux semaines après, je lui offrais les deux cartouches en le REMERCIANT car sa « provocation » avait eu raison de mes dernières « faiblesses ».

    Je ne fume plus depuis 23 ans… j’ai pu utiliser l’argent ainsi épargné à construire une maison en Crète où je compte vivre longtemps.

    Michel FOURNIER ( Gortyne-Crète)

    Réponse de Neda Denys le

    Magnifique !

    Réponse de belsha le

    Ce témoignage est surtout magnifique parce qu’il montre que l’arrêt du tabac relève d’un cheminent personnel, que chacun doit faire pour lui-même, ou pas…

    Réponse de phlogiston le

    Morale: encore plus simple de ne pas commencer.

    Réponse de belsha le

    Il faut faire des erreurs pour apprendre de ses erreurs…

    Réponse de phlogiston le

    « Il faut faire des erreurs pour apprendre de ses erreurs… »
    Ridicule! Il existe aussi l’éducation, mais c’est hors de votre portée.

    Réponse de belsha le

    Ah…. vous faites des progrès, vous parliez de prohibition, mais maintenant vous parlez d’éducation ! Un terrain d’entente paraît enfin possible…

  • Neda Denys le 11 février 2011

    Dans le cadre de l’emploi, on s’attend à ce que les nouveaux embauchés ne soient ni drogués ni alcooliques implicitement. Pourquoi ne pas souhaiter explicitement qu’ils soient non-fumeurs également, du moins dans le temps de leur travail ? Il est odieux de voir tant d’employés en pause cigarette dans la rue devant les magasins, banques ou autre.

    Réponse de belsha le

    Non, qu’un employé soit drogué ou alcoolique en dehors de ses heures de travail, et par ailleurs, qu’il soit homosexuel, masochiste, fétichiste, catholique intégriste, écolo, d’extrême gauche, islamiste, scientologue, skieur, surfeur, collectionneur de timbres, épiliptique etc etc, ne conerne d’aucune façon l’employeur et NE DOIT PAS entre en compte dans l’embauche ou non du candidat.

    Réponse de Neda DENYS le

    les effets de la drogue, de l’alcool ou du tabac s’estompent-ils à heures précises ?

    Réponse de belsha le

    Le tabac n’a pas d’effets néfastes sur les capacités cognitives et la motricité des sujets, il ne rentre donc pas en compte.

    Les effets de l’alcohol et des drogues douces affectant ses capacités s’estompent en général après une bonne nuit de sommeil… comme chacun le sait.

    Réponse de Neda DENYS le

    Quand le tabac n’était pas encore interdit sur les lieux de travail, j’étais incommodée par mes collègues fumeurs. Cette loi c’était une vraie bouée de secours.
    Maintenant certains vont fumer dehors mais ils sont tout imprégnés de cette mauvaise odeur qu’ils se plaisent à répandre. Et ils ne songent guère aux asmathiques.

    Réponse de Schlolldu le

    Ca se discute. Fumer est un acte d’auto destruction à l’origine volontaire d’arrêts maladie par exemple. Alors, on pourra arguer que la cousine du vélo à Jules a fumé jusqu’à 99 ans sans tousser, bien sûr, mais les faits restent les faits et sont indiscutables : un fumeur est un malade (grave) en puissance et rapidement, par un choix délibéré et personnel, et ce sera pour l’employeur et la société un manque à combler. Cela n’a rien à voir avec une conviction personnelle philosophique, religieuse, une habitude sexuelle ou autre caractéristique humaine. C’est une dépendance pharmacologique mortelle, rien de plus, ce n’est pas un choix de vie ni de société.
    Les effets de la nicotine disparaissent très vite (deux ou trois heures), ce qui est d’ailleurs le support de la dépendance, les dégâts mettent plus de temps à disparaitre (quelques mois pour le système artériel, plusieurs années voir jamais on n’a pas encore assez de recul) pour le système pulmonaire. Un emphysème pulmonaire post tabagique est fixé à vie, il ne régressera jamais. A noter que la nicotine est l’agent de dépendance, les produits criminels sont ceux du tabac lui même et des produits ajoutés pour aider encore plus l’efficacité pharmacologique de la nicotine (une histoire de ph et de finesse des particules). Les effets de l’alcool s’estompent plus lentement, par contre les dégâts sont réversibles dans une certaine mesure.

  • candide le 11 février 2011

    Stade de France 9 fevrier 2011: j’etais entouré d’une demi-douzaine de fumeurs (jeunes) qui m’ont empoisonné la soirée… en toute légalité. Seule un interdiction pure et simple de cette drogue absurde peut resoudre une telle situation. Qu’en pensent les fumeurs « intelligents »?

    Réponse de phlogiston le

    On peut déjà commencer par interdire le tabac dans les stades. Il n’y a aucune raison qu’un spectateur de foot n’aie pas le même privilège qu’un spectateur d’opéra: assister au spectacle sans se faire enfumer.

  • Neda DENYS le 11 février 2011

    A quand la fin de ce spectacle affligeant de ces mères qui fument en direction des poumons de leurs jeunes enfants ? Ces petits êtres ont-ils décidé de leur sort ? C’est trop facile de se voiler la face en se persuadant que cela ne nous concerne pas.

    Réponse de phlogiston le

    Et, pire, que dire des 30% de femmes qui fument durant leur grossesse?

  • Neda DENYS le 12 février 2011

    Il serait temps que la grande majorité silencieuse contre le tabac dont je fais partie agisse. Elle n’a pas de pouvoir sinon le tabagisme serait un problème mineur et non pas le fléau qu’il est devenu. Nous ne subissons que depuis trop longtemps la dictature des fumeurs. Heureusement quelques lois ont pu restreindre leur liberté de nuire, mais hélas elles sont souvent bafouées. Le tabac est interdit dans les établissements scolaires mais certains membres du personnel trouvent des lieux pour fumer au détriment de leur rôle éducatif. Certains personnels de santé continuent de fumer et perdent toute crédibilité quand ils veulent donner des conseils de santé et d’hygiène. Le tabac est interdit dans les cafés mais certains ne se privent pas pour aménager des terrasses chauffées pour garder leur clientèle…

  • Matt le 12 février 2011

    Bonjour,
    plutot que d’interdire le tabac, ne pourrait on pas reflechir a un moyen pour que les fumeurs ou alcooliques subvetionnent eux même les traitements de leurs futurs cancer ?

    Réponse de Schlolldu le

    Pas du tout.

    Ce réflexe est d’ailleurs en concordance avec les théories de certains fumeurs, loin d’être majoritaires, selon lesquelles fumer est un acte de liberté individuelle sacralisé, que le fumeur est le seul à avoir le droit de discuter avec lui même et à assumer les conséquences de son geste. « Moi, moi-je avec moi même ». Le sommet d’une société ultra individualiste, pendant idéologique de la pensée économique ultra libérale. Le plus fort individu gagne et impose sa loi.
    Effectivement, quand on suit ce raisonnement, on peut imaginer que la société se dégage de tout investissement et laisse au fumeur le soin d’assumer ses actes, par le biais par exemple d’une assurance personnelle qu’il contracterait pour couvrir ce risque.

    Il se trouve qu’en France, nous avons construit un modèle un peu différent, qui s’appelle la solidarité. La solidarité n’est pas « je cotise donc j’ai droit » mais « je cotise donc les autres ont droit ». Les autres pouvant être la génération actuelle comme les générations futures. Mais il y a une contrainte à ce système, qui bénéficie à tous et toutes : la société dans son ensemble a nécessairement un droit de regard sur la conduite sanitaire de la population, sinon bien sûr, il y en aura qui bénéficieront plus que d’autres. C’est cela que refusent une partie des fumeurs, et qu’il faudra bien qu’ils acceptent. La solidarité en matière sanitaire s’accompagne nécessairement d’une politique de santé publique, qui est forcément invasive sur la conduite sanitaire des individus (sinon la santé publique revient à compter les morts).

    Parce que l’autre système, on le connait bien, c’est celui des assurances privées qui a cours dans de nombreux pays comme en Amérique du Nord. Chacun couvre ses risques, ceux cis sont calculés par les assurances. Après plus de 70 ans de fonctionnement de la sorte, les USA se réveillent avec une gueule de bois à la mesure du désastre : des taux de mortalité infantile dans certains états supérieurs à la plupart des pays africains, des épidémies monstres, le besoin de faire appel à des ONG internationales pour régler des problèmes sanitaires basiques à la lisières de leurs villes. Cela est su, mais caché par une Médecine de pointe remarquable, réservée à une élite fortunée. En résumé, le sommet de l’inégalité et de l’échec sanitaire, sans pour autant être rentable d’ailleurs. Obama tente de faire machine arrière toute en faisant la réforme de la santé. Et nous, nous allons faire le contraire ?

    C’est en cela que ce débat est important, au delà de la question précise qu’il pose. Dans une période où la branche maladie de la sécurité sociale ne pourra plus couvrir indéfiniment les risques évitables, ce qu’elle a fait jusqu’à présent en maintenant une fausse idée que tout est possible partout, il va falloir choisir le modèle : ou on continue sur un modèle de solidarité et à ce moment là il faut accepter que les comportements sanitaires changent, ou on change de modèle, on laisse faire « les expériences individuelles » et on livre aux générations futures un monde profondément inégalitaire et injuste, où les plus riches pourront fumer tranquilles, et les plus pauvres mourir sans être soignés. C’est ça, le débat.

    Réponse de belsha le

    Pour que vaille votre argument, il faudrait encore que les fumeurs coûtent vraiment plus cher à la sécurité sociale que les autres, ce qui est loin d’être établie : certains prétendent l’exact contraire.

    Et la « prime fumeur » que vous trouveriez injuste et inégalitaire si les fumeurs devraient la payer à leur assurance privée, ils la payent déjà, sous forme de taxes exorbitants sur chaque paquet de cigarette…

    Réponse de Schlolldu le

    « Pour que vaille votre argument, il faudrait encore que les fumeurs coûtent vraiment plus cher »

    Cela coûterait 1 euro ce serait déjà trop. Car à la différence des autres maladies, cet euro est très facilement évitable et l’apport du tabac à la société est nul. L’accidentologie coûte cher, mais l’apport de la voiture à la société en facilitant les déplacement est non contestable, donc la société se doit d’absorber le risque, sauf bien sûr si s’y ajoute un autre strictement lié au comportement individuel comme l’alcool ou la vitesse excessive. S’y ajoute le risque décelé de la pollution, qui réactive le débat d’ailleurs.

    Elle est bien maigre, la prime fumeur … si d’aventure cette prime arrive, vous n’avez aucune idée du coût qu’elle aurait vraiment. Sincèrement, je ne le vous souhaite pas.

    Réponse de belsha le

    Vous faites deux suppositions qui ne vont pas de soi:
    1.) D’abord, vous insistez encore que « l’apport à la société du tabac est nul ». Mais qu’en savez-vous? Par définition, seul un fumeur peut savoir ce qui lui apporte le tabac, et pour chacun entre eux, l’apport est peut-être différent. De la même façon, je ne peux pas savoir ce « qu’apporte » le yoga ou le saut en bungee à ses pratiquants, puisque je ne les pratique pas. Je pourrai tout aussi bien argumenter, contrairement à vous, que la voiture, du moins personnelle, n’apporte strictement rien à la société — les transports en commun oui, les taxis, pourquoi pas, les services d’urgences, les voitures postales dans les régions rurales, mais pourquoi les individus auraient-ils besoin d’une voiture alors qu’il existe des transports en commun? Mais certains aiment conduire et y trouvent une jouissance, ou simplement apprécient une indépendance qui n’est pas non plus nécessaire. Le notion d’utilité, « d’apport » est une notion très relative, subjective.

    2.) Quand vous dites que « 1 € » c’est déjà trop, vous ne prenez pas en compte que la prohibition pourrait entraîner des effets collateraux considérables: report vers d’autres substances addictives, aggressivité, émeutes, violences quotidiennes, prolifération de conduites auto-destructrices et de prise de risque excessives, surconsommation de sychotropes, dépression, binge-drinking. Regardes les conduites de risque exagérés de certains adolescents, souvent sous forme de défis – saut des hauteurs, s’allonger sur le rail d’un train – et les comportement auto-destructeurs – scarifications, auto-mutiliations, comas ethyliques. Il y a peut-être un besoin humain de la prise de risque, de l’auto destruction, justement par besoin de sentir une vie plus intense, face au danger. Le tabac, d’une certaine manière, est un palliatif relativement benign face à ses tendances.

    Ce qui est costernant chez les anti-tabac, c’est que même quand ils ne sont pas pas franchement fachistoïdes commes Attali, ils sont impregnés d’une vision niaise, médiocre, mesquine de la vie humaine: en somme, une vision comptable, ou l’intérêt d’une vie se calcule en nombre d’années vécus, et la force d’une société en millions d’euro économisé à la secu ou rapporté aux impôts…

  • JD67 le 12 février 2011

    Pour ma part, ce qu’il faut c’est, non pas interdire le tabac, mais interdire de le fumer.

    Lorsque NICOT est venu apporter son tabac (Un mot en ac, c’est un produit indien caraibe comme hamac), et sa plante américaine l’herbe à Nicot contenant de la nicotine elle a été proposée au ROI. D’où la fondation de la Régie pour sa vente qui rapporte moins de taxes que ce que le tabac fumé fait perdre en dépenses à l’Assurance Maladie.

    Catherine de Médicis, régente et régnante, a été immédiatement séduite par cette plante exotique. Pourquoi ? Parce que sa tisane, oui je dis bien la tisane de ce tabac, pouvait prévenir les migraines.

    Or tous ses fils et elle-même souffraient de migraines épouvantables mais ses fils c’est qu’ils étaient sous arsenic.

    Et, de nos jours les tisaniers des DOM-TOM utilisent encore la plante et les cousines de cette plante comme tisanes contre le mal de tête, c’est dire que c’est une bonne affaire !

    La nicotine a été ainsi utilisée longtemps comme un médicament, par exemple dans les migraines que n’ont jamais les fumeurs et comme vasodilatateur dans les artérites dues au tabac.

    Les autopsies existent depuis Léonard de Vinci. A cette époque, il n’y avait pas de cancer du poumon, avant que le tabac ne passe des tisanes aux cigarettes.

    Là où les alizés apportent du bon air marin non pollué ou dépolluant, il y a autant de cancers des voies aériennes et urinaires chez les fumeurs qu’en métropole sans oublier les affections cardio-vasculaires qui tuent à peit feu.

    En conclusion, les goudrons sont dangereux de toutes sortes surtout si on les respire.

    La nicotine est, par contre, un bon stimulant cérébral HENRI LABORIT en convenait, mais il faut faire comme avant du temps de NICOT ou comme les suédois de nos jours : prendre en tisanes. Résultats : aucun problème éconoique pour les agriculteurs du tabac, moins de cancers et de dépenses à l’Assurance Maladie.

    Saviez pas hein !

    Réponse de Schlolldu le

    Pour la migraine, il y a quand même beaucoup mieux avec la caféine et l’aspirine (pris ensemble c’est excellent).
    Mais bon, c’est pas drôle la nicotine en tisane, ça va pas donner une aussi forte dépendance qu’en fumée, personne ne fera de l’argent avec ça. Aucune chance.

    Réponse de JD67 le

    Bien entendu que pour la migraine, il y a quand même beaucoup mieux avec d’autres et avec la caféine (autre addiction avec celles du thé et du chocolat) et l’aspirine entre autres (pris ensemble c’est excellent) de nos jours.

    Je ne faisais allusion dans cet exposé qu’au temps de l’introduction en tisanes amères de l’herbe à NICOT et aux pratiques actuelles des tisaniers et autres guérisseurs ainsi qu’aux décisions de prendre du tabac purgé de ses nitrosamines.

    Oui, ce n’est pas drôle la nicotine en tisanes ou en infusions sauf après extraction des amines oncogènes et avec des additifs édulcorants tout de même.

    Restent plus onéreux : les chewing-gums, la cigarette électronique, les patchs.

    L’addiction est presque aussi forte à la nicotine mais, reste le geste de mettre une sucette dans sa bouche devant les autres que cette addiction tient encore.

    C’est l’Assurance Maladie qui en verra le bénéfice ultérieur quant à la REGIE OK elle ne fera plus autant d’argent qu’auparavant ; mais qui sait ?

    A l’avenir le tabac sera toujours cultivé vendu et l’extraction et la purification de la nicotine, plein de gens feront de l’argent avec cette reconversion.

  • Silane le 12 février 2011

    La question de l’interdiction du tabac mérite d’être posée ne serait-ce que pour les gains considérables en terme de santé publique qui en résulteraient.

    Seulement cette interrogation en appelle d’autre car si on doit faire disparaitre le tabac alors que doit-on penser de l’alcool par exemple? Doit-on éradiquer systématiquement toute substance plus ou moins nocive malgré la satisfaction qu’on peut en tirer?

    En fait, la véritable question qu’il faut se poser c’est : l’état doit-il (et dans quelle mesure) imposer un idéal de vie saine dans un soucis d’efficience de l’individu dans la société (l’homme en bonne santé coûte peu et travail mieux)?

    Par ailleurs je trouve la comparaison du tabac avec le médiator vraiment pertinente et met en lumière notre curieux rapport avec le tabac. Si demain votre médecin vous prescrit du médiator vous allez le traiter d’assassin, en revanche si un « ami » vous propose votre première cigarette… Pourtant les effet à long terme sont semble-t-il aussi graves et connus de tous…

    Réponse de belsha le

    Mais non, aucun ami va vous proposer une cigarette en vous disant « tu verras, c’est super bon pour ta santé, ça va guerir ton, rhume, infarctus, migraine, peu importe. Chacun sait que le tabac est dangereux, chacun le consomme donc en connaissance des risques qu’il implique. De la même manière, chacun est conscient, lorsqu’il commence à faire du parachutisme ou de la plongée, que cela comporte des risques.

    Réponse de Silane le

    C’est bien pour cela que je dis que nous avons un rapport particulier avec le tabac car le médiator a lui au moins le mérite d’avoir un effet bénéfique dans son domaine !

    Pourtant les gens ne demandent pas qu’ils soit à nouveau autorisé simplement parce qu’ils sont conscients des risques.

    Réponse de phlogiston le

    « chacun le consomme donc en connaissance des risques qu’il implique »
    Même les enfants de 13, 14 ans?
    Ceux que vous êtes bien contents d’accrocher pour de bon, pour augmenter vos ventes de tabac.

    Réponse de belsha le

    J’ai fait partie de ses enfants de 13 ans. Je n’ai pas été accroché par « vous », mais au contraire, dans un pensionnat où le tabac était strictement interdit, et où l’on nous sermonnait tous les dimanches qu’il ne fallait surtout pas commencer de fumer, diaporamas de victimes du tabac à l’appui. Mais nous, on ne voulait surtout pas ressembler à ces gentils inquisiteurs, on voulait être rebelles, ressembler plus à Jimi Hendrix, Sid Viicious, Sly Stone, Jim Morrison ou Charlie Parker (je laisse le choix quant aux goûts musicaux…) plutôt qu’aux Bertrand Dautzenberg ou Gérard Audureau de l’époque, et par ailleurs, essayer absolument tout qui était interdit…

    C’est pourquoi je pense que les politiques prohibitionnistes sont voués à l’échec, comme l’ont déjà montré les politiques en place. Les politiques actuelles, d’interdiction dans les lieux publiques, ont déjà réveillé l’adolescent pubertaire en moi à un point parfois insupportable (comme vous aviez pu constater dans certains de me posts un peu excessifs…)…. Laissez-nous, s’il vous plaît, le choix de nous arrêter par nous-mêmes, dans notre propre intérêt, en fonction de nos propres réflexions, au rythme de notre propre processus de maturation….

    Réponse de phlogiston le

    « et par ailleurs, essayer absolument tout qui était interdit… »
    c’est peut-etre votre cas, mais ne prenez pas les autres pour des imbéciles incapables de raisonner sauf par mimétisme et esprit de contrariété.

    Réponse de belsha le

    Ce que je voulais dire, c’est que : plus il y a d’interdits, plus il y a d’envies de transgression. C’est peut-être imbécile, mais c’est humain.

    Donc prenez-en acte!

    Réponse de belsha le

    Et je rajouterai: sacré paradoxie, car si vous vouliez vraiment opter pour la prohibition, c’est à force de penser que les « autres » sont des « imbéciles incapables de raisonner sauf par mimétisme et esprit de contrariété »…. Mais s’ils en sont capables autrement, la simple « éducation » suffira, et même, les esprits pathologiquement « contrariens » comme le mien auront peut-être une chance de « raisonner » au lieu de s’opposer bêtement aux interdits !

    Réponse de phlogiston le

    @belsha
    « Ce que je voulais dire, c’est que : plus il y a d’interdits, plus il y a d’envies de transgression. C’est peut-être imbécile, mais c’est humain. »
    C’est surtout faux.
    Par exemple la loi sur le port de la ceinture de sécurité vous donne envie de ne pas la mettre?

    Réponse de belsha le

    Non, on s’en fout de porter la ceinture ou pas, ça nous laisse complètement indifférent, on l’ met donc pour éviter l’amende.

    Il n’y a évidemment aucun intérêt ou avantage intrinsèque dans le fait de conduire sans ceinture. On ne dit pas : ah, j’ai roulé sur une magnifique route de montagne, mais ça aurait été tellement mieux sans ceinture!

    Donc comparison sans intérêt.

    Comparaison plus pertinente: la Holllande, où la consommation et le commerce du cannabis est autorisé, connaît une consommation de cannabis nettement inférieure à la France, qui a l’une des législations les plus dures du monde.

    Réponse de JD67 le

    Vous ajoutez à juste titre la question de l’alcool, mais votre intervention élargit le débat à toutes les addictions aux substances, non seulement légales comme le tabac, l’alcool quoique toxiques, mais aussi aux addictions illégales comme celles aux opiacés, à la cocaïne, la morphine, la codéine.

    Plus encore aux addictions avec substances non dangereuses comme la caféine, la théophylline, la théobromine (le chocolat) et aussi celles aux épices et au gingembre, sans encore compter les boulimies.

    Restent l’immense problème des mauvaises habitudes dénommées à tort, selon moi, des addictions sans substances comme celles que traite le Professeur Vénisse Directeur du Pôle universitaire d’addictologie et de psychiatrie du Centre hospitalier universitaire (CHU) de Nantes.

    Les addictions aux substances dangereuses se divisent, d’une part en addictions aux drogues, et d’autre part en deux addictions celle illégales par accès ou abus à des médicaments, (Artane Rivotril).

    S’y ajouteraient les conduites excessives aux jeux de hasard, l’addiction (sic) à Internet, l’addiction au porno, et on pourrait continuer avec le voyeurisme, l’exhibitionnisme, le sadomasochisme etc. etc.

    Qui ont ainsi été rapprochées par certains médecins des addictions aux substances.

    Est-il justifié de les dénommer ainsi addictions alors que le corps n’est pas concerné ne donnant lieu à aucune prise de sang, à aucune mesure dans l’urine, à aucune substitution ? Les substances des addictions vraies produisent ce qu’il est convenu de dénommer ‘le manque’ avec des signes spécifiques et corporels du manque.

    Certains ont, trop vite à mon goût, déduits que le manque était un manque d’amour, un manque d’argent, un manque de respect, que sais-je ?

    Alors que ce n’est que le manque de la possibilité de s’incorporer une substance, le sédatif n’étant qu’un vague substitut de la substance. Existe-t-il un manque avec des signes cliniques dans l’addiction aux jeux de casino ?

    Est-elle, en ces cas, capable, comme les toxicomanes, de délinquance, voire de tuer pour se procurer une entrée au casino ou son accès au cybercafé ? Ces personnes atteintes de conduite excessives ou impulsives ont-elles comme les toxicomanes un accès facile à d’autres addictions si mon met de coté le tabac qui hantait tous les casinos ?

    Est-il justifié de les hospitaliser ou de les voir en consultations dans des lieux communs où ils peuvent échanger des pratiques ; ce qui a fait apparaître les addictions à plusieurs substances ?

    Le danger de voir ces personnes se contaminer les unes les autres me semble trop grand.

    Quels sont, en dehors des aveux subjectifs des personnes qui se disent atteintes de conduites excessives, des moyens de vérifier la situation de façon objective ? On peut mesurer l’alcoolémie, les opiacés dans les urines, doser les médicaments ; mais que peut-on faire pour passer des déclarations aux preuves ?

    Quels sont les points cliniques qui rassemblent sous un ensemble identique des comportements aussi différents que les conduites excessives au jeu, les besoins d’aller sur les réseaux sociaux, l’impulsion de regarder du porno, les achats impulsifs en cas de soucis conjugaux ?

  • guieba le 13 février 2011

    suite a une agression.le 9 02 2011.le tabac tu ……les maghrébins aussi, vous faite quoi .moi ..ayant pris note des menaces je pense refumer

  • Mader agnes le 13 février 2011

    Monsieur Attali bonjour , oui, vous avez raison , le tabac est un fléau meurtrier ,mais à la différence d’ un médicament , chaque fumeur sait qu’ il absorbe un poison ( il y a bien assez de campagnes d’ information ! ) , il porte donc à 100% seul sa responsabilité . Au sujet des médicaments on fait croire au consommateur que cela lui fait du bien , on avertit rarement des effets secondaires ( meurtriers donc dans certains cas).En plus , chaque fumeur finance par l’ énorme taxe lui -même sa consommation ,plus les frais de son éventuel cancer des poumons , alors que les médicaments sont en partie remboursés . Interdire le tabac ? on connait l’ exemple de la prohibition aux états unis dans les années 50 .
    Votre article provocateur m’ amuse ,mais restons dans l’idée de la liberté et de la responsabilité individuelle . Bien cordialement à vous .Agnes Mader

    Réponse de Silane le

    C’est amusant aussi de constater que beaucoup de gens sont contre une interdiction du tabac au nom de la liberté.

    Etes vous bien conscient que le tabac engendre un état de dépendance qui altère votre libre arbitre de manière extrêmement insidieuse et fais de vous ni plus ni moins un esclave consentant?

    Je ne comprends pas pour ma part comment on peut d’une part se dire défenseur des libertés et ne pas avoir en horreur ce genre de substance addictive.

    Si le fait de connaitre le risque justifie qu’un produit puisse être librement commercialisé alors exigeons la remise en circulation du médiator (puisque maintenant ca y est tout le monde sait que ça peut tuer) et aussi de toutes les drogues tant qu’a faire…

    Réponse de belsha le

    Apprenez à distinguer la liberté intérieure, le libre-arbitre, et la libert extérieure, la liberté politique. Certe, la dependance tabagique peut réduire mon libre-arbitre, ma liberté intérieure, mais ce n’est pas pour cela que l’Etat doive restreindre ma liberté extérieure, de justement donner libre cours à cette addiction, si je l’ai ainsi choisi.

    Réponse de Scmolldu le

    Le tabac n’est rien d’autre qu’une industrie dont l’objectif est de rendre dépendant les individus dès l’âge de 12 à 13 ans, et bien plus tôt dans les pays du tiers monde. Cette industrie n’a rien à faire de votre liberté ou de votre santé. Elle connait parfaitement les modes de dépendances, sait exactement avec quels mélanges (ammoniac, dérivés de cyanures etc etc..) les maîtriser afin que vous fumiez très précisément ce qu’ils ont envie que vous fumiez, et impose ensuite à la société de réparer les dégâts qu’elle a d’abord nié alors qu’elle en savait tous les détails. Et vous voulez que la société, c’est à dire les personnes qui vous entourent, ne dise rien ?

    Que vous le vouliez ou non, le tabac est réellement et objectivement un fléau collectif à partir du moment où il est commercialisé, et où sa promotion est faite notamment envers les plus jeunes.

    Que la société – je fais la distinction entre société et Etat – se penche sur ce problème et décide qu’une société sans tabac est un objectif à atteindre serait une bonne chose. Cela n’implique pas forcément dans un premier temps l’interdiction de fumer, mais l’impliquera lorsque ce sera nécessaire.

    Réponse de phlogiston le

    Bref ils veulent la liberté de devenir esclaves.

    Réponse de phlogiston le

    « le tabac est un fléau meurtrier ,mais à la différence d’ un médicament , chaque fumeur sait qu’ il absorbe un poison »

    sauf ceux qui commencent ou ont commencé jeunes et qui, comme par hasard, forment le gros du bataillon de fumeurs

  • Français Le Vrai le 13 février 2011

    Eh ! Jako ! Ta gueule pov’con !

    Français Le Vrai

    Réponse de Neda DENYS le

    Cela vous amuse de vous en prendre à un homme. Mais il y a toute une majorité silencieuse qui n’attend que des mesures plus fermes contre le tabac ou du moins que les lois actuelles soient respectées. Car elles sont bafouées ou détournées (petites virées en Andorre ou ailleurs pour se procurer son poison à moindre coût…)

  • Valentin le 13 février 2011

    L’interdiction de la vente, production et consommation est une idée certes louable mais qui montre ses limites. En effet je suis non fumeur et je n’aimerai pas si j’étais fumeur l’interdiction de la consommation de tabac. En effet le tabac tue mais aujourd’hui qui ne le sais pas ? N’avons nous pas déjà pas trop de normes dans notre société ? Même si ce la pourrait sauver des vies, je verrai une atteinte a une de mes liberté, celle de la gestion de ma santé. Si on doit arrêter la production de tabac parce que c’est mauvais pour la santé, alors nous devrions interdire aussi l’alcool, les antidépresseurs, les mauvaises graisse, les concerts à cause de la musique trop forte et j’en passe… Par contre il est vrai que le tabac tue beaucoup plus qu’un attentat au son et que de plus, nocivité est contagieuse à son entourage mais je préfère crever jeune mais en ayant suivie ma propre voie que de mourir de vieillesse avec une vide maussade même si cela apparait égoïste pour les autres. Je vois une nouvelle interlative avec une modification du tabac tel qu’il est aujourd’hui et en faire un produit moins nocif et surtout moins nocif pour les autres. Mais je ne fais que de rêver… Certes il faut agir mais je n’attends pas une radicalisation comme je l’est déjà citée.

    Réponse de Kamal T. le

    Bonsoir,
    il y a 50 milliards de façons d’exprimer sa liberté de choix, on a pas attendu la cigarette pour ca. La liberté de se suicider à petit feu n’est pas une liberté à mon sens.

    Notre capacité de modération est requise à tout moment. Dans ce cas précis, toute la modération du monde ne permet pas de se protéger contre les nuisances de la cigarette.

    On peut parler du sexe des anges pendant des années, mais un bon moyen démocratique de trancher serait la tenue d’un referendum sur l’interdiction de la cigarette.

    Enfin, je connais très peu de fumeurs autour de moi qui sont heureux de fumer. Ceux qui revendiquent le plus fort ce droit à fumer sont ceux qui en tirent un profit financier.
    CDt
    Kamal T.

  • farinelo le 14 février 2011

    Monsieur Attali, vous devez savoir que la prohibition génère de la criminalité (cf. les States de 1920 à 1933). Plutôt qu’interdire le tabac, il faut autoriser toutes les drogues : ça évitera de payer des sous pour que les flics, les juges et les matons s’occupent de la répression des trafics, et le caïdat lié au trafic disparaîtra itou. En outre cela fera baisser la consommation, tant il est vrai que l’interdiction est très incitative(voir l’expérience portuguaise). Cette interdiction par vous soudainement prônée_quelle mouche vous a piqué, au fait? Venez-vous de perdre un proche à cause du tabac? De vous arrêter de fumer ?_ entraînera illico du trafic supplémentaire(ça nous manquait) et il faudra alors courir après les trafiquants de tabac en plus des autres, c’est vous qui paye? D’autre part,la planète est surpeuplée : si un être humain meurt du tabac toutes les six secondes, combien naissent dans le même laps de temps ? De grâce, laissez les gens mourir, ne les infantilisez pas plus qu’ils ne le sont déjà. Les taxes payées par les fumeurs peuvent être affectées à soigner les malades du tabac. Interdisez donc le malheur, la misère et les tremblements de terre, vous serez autant réaliste.

  • Pr David Blum (MIT, MA, USA) le 14 février 2011

    Le tabac est certes un fléau mais il en existe bien d’autres et objectivement plus sévères encore :
    Source OMS 2010 – Chiffres mondiaux en Millions (M)
    Cardiopathie coronarienne 7.20 M/an
    AVC et maladies cérébrovasculaires 5.71 M/an
    Alcool 4.50 M/an (> 560 M au XXe Siècle)
    Tabac 4.18 M/an

    Si l’on reprend vos chiffres en prévalence et incidence (1 B de décès pour le tabac en rythme annuel), il ne restera plus personne sur Terre dans deux siècles.

    Une bonne nouvelle pour la crise économique, le réchauffement climatique et votre retraite.

    A votre place, je militerais également pour l’interdiction de l’alcool, le sucre, le sel, les lipides, les protéines animales.

    Votre pensée économique est peut-être plus performante que votre pensée médicale (Cf. L’Ordre cannibale, 1975).

    Avoir un avis sur tout et surtout un avis à ses limites.

    Réponse de phlogiston le

    Au MIT, fumer est totalement passé de mode depuis 1970.

    Réponse de Schlolldu le

    Ou alors li fume autre chose, pourquoi pas. Quand on sait qu’il y a bien peu d’accidents coronariens ou vasculaires cérébraux sans tabac ou alcool (ou les deux), et que Mr Attali n’a pas écrit 1 B de décès annuels mais dans le 21eme siècle, ça laisse pantois. Avant de dire aux autres qu’ils ont des limites, il vaut mieux d’abord savoir lire et savoir de quoi on parle.

  • JD67 le 15 février 2011

    Jacques ATTALI attend des candidats aux Présidentielles des propositions concrètes pour interdire le tabac.

    Dans une démocratie, il ne faut pas attendre des candidats d’autres idées que démagogiques.

    Seuls les hommes d’Etat ont la possibilité d’agir sans tenir compte de leurs intérêts électoraux.

    Entre les prohibitionnistes qui n’y arriveront jamais quoiqu’ayant raison, et les partisans de la liberté qui devraient avoir le courage d’ouvrir un compte d’épargne santé personnel pour payer tous les soins qui vont leur couter leurs cancers, leurs insuffisances respiratoires, leurs affections cardio-vasculaires, il faudrait que nous trouvions un moyen terme acceptable par les deux parties.

    Pour ma part, ce qu’il faut je crois c’est, non pas interdire le tabac, mais interdire de le fumer.

    Arguments ? Lorsque NICOT est venu apporter son tabac (Un mot qui se termine en ac, preuve que c’est un produit indien caraïbe importé comme hamac), et qu’il a montré à la COUR sa plante américaine, l’herbe à Nicot (contenant de la nicotine), elle a été proposée au ROI et à la REGENTE.

    D’où la fondation à cette époque seulement de la Régie pour la vente des produits de cette plante médicinale qui rapporte moins de taxes de nos jours que ce que le tabac fumé fait perdre, en dépenses, à l’Assurance Maladie : 40 % des dépenses d’Assurance Maladie sont imputables à l’alcool et au tabac.

    Or, à l’époque, Catherine de Médicis, régente et régnante, a été, immédiatement, séduite par cette plante exotique. Pourquoi ? Parce que sa tisane, oui je dis bien la tisane de ce tabac, pouvait prévenir les migraines.

    Or tous ses fils, et elle-même, souffraient de migraines épouvantables. Sachez que ses fils c’est qu’ils étaient sous arsenic par elle d’ailleurs dit-on.

    Et, de nos jours les tisaniers des DOM-TOM utilisent, encore, et avec succès, la plante de tabac et les cousines de cette plante comme tisanes contre le mal de tête, c’est dire que c’est une bonne affaire : les marchés en abondent !

    Vous me direz : il y a mieux, de nos jours. D’accord mais il existe encore des gens qui refusent l’aspirine.

    La nicotine a été ainsi utilisée longtemps comme médicament, par exemple dans les migraines que n’ont jamais les fumeurs et SURTOUT comme vasodilatateur dans les artérites dues au tabac.

    Autre argument historique. Les autopsies des corps humains existent depuis Léonard de Vinci, chacun le sait. A cette époque, pour les médecins, il n’y avait pas de cancer du poumon (squhirre), avant que le tabac ne passe des tisanes aux cigarettes.

    Autre argument géographique. Là où les alizés apportent du bon air marin non pollué, il y a autant de cancers des voies aériennes et urinaires chez les fumeurs PAR EXEMPLE à NOUMEA qu’en métropole, sans oublier les affections cardio-vasculaires qui tuent à petit feu même les kanaks qui en meurent de nos jours ne fumaient pas avant 1.880.

    En conclusion, ce sont les seuls goudrons qui sont dangereux de toutes sortes surtout si on les respire.

    La nicotine est, par contre, un bon stimulant cérébral, HENRI LABORIT en convenait comme le café, comme le thé, comme le chocolat. Certes ce sont des addictions, mais toutes les addictions n’altèrent pas le corps.

    Mais au lieu de tenter une prohibition contraire à la liberté, il faut faire comme avant, du temps de NICOT ou comme de nos jours les suédois et les finlandais : prendre en tisanes de tabac avec des édulcorants ou alors de la nicotine en chewing-gum ou en patchs.

    Résultats possible : plus aucun problème économique pour les agriculteurs du tabac, et surtout beaucoup moins de cancers et de dépenses à l’Assurance Maladie.

    Je vois déjà les deux camps s’affronter au lieu de passer un bon compromis, quel malheur de ne pas s’écouter !

    C’est la paralysie pour tout candidat qui voudrait s’y attaquer !

  • Neda DENYS le 15 février 2011

    Réponse à « belsha » qui écrit le 12 février :
    « Ce qui est consternant chez les anti-tabac, c’est que même quand ils ne sont pas pas franchement fachistoïdes commes Attali, ils sont impregnés d’une vision niaise, médiocre, mesquine de la vie humaine: en somme, une vision comptable, ou l’intérêt d’une vie se calcule en nombre d’années vécus, et la force d’une société en millions d’euro économisé à la secu ou rapporté aux impôts »…
    En réponse à ce discours « fachistoïde », les non-fumeurs en ont marre de la dictature des fumeurs.
    Comme le montre la si jolie publicité : « Il est libre Max », libre de ne pas polluer son entourage, sa femme, ses enfants, ses amis. Libre de pouvoir embrasser sa femme sans devoir se désinfecter avant. Libre de participer à toutes activités sans devoir se retirer pour fumer ou pour aller chercher son poison à l’autre bout de la ville le dimanche soir quand tout est fermé. Libre de ne pas laisser ses odeurs nauséabondes dans les tissus, dans les cendriers que d’autres vont devoir nettoyer, dans ses mégots que d’autres vont devoir ramasser… En somme une vie plus écologique, plus sereine, le contraire de votre vision mesquine à vous, noircie par le goudron,imprégnée de fumée toxique……..

  • Cursoux Gérald le 15 février 2011

    La complainte du fumeur
    (à SG)

    Heureux comme cestui-là tirant sur sa clope,
    Gauloise bleue sans filtre à la fumée qui fait
    L’œil se fermer et la bouche en rictus se tordre.
    Ami fumeur passe m’en une, s’il te plait.

    Ah oui !, j’ai fumé comme si j’avais mille ans
    Ce tabac acre qui fait une belle cendre.
    Docteur, tu me l’as dit, dans un mois dans un an
    Tu vas sans pitié mon dernier poumon me prendre ;

    He !, mourir la clope au bec c’est mon dernier vœu :
    A vous frères fumeurs qui me comprenez
    Je confie ce testament pour que vous me l’allumiez
    Quand venu sera le temps de fermer les yeux.

    Vivre court vivre long, peu me chaut l’heure :
    Vivre sans tabac et mourir en bonn’ santé
    C’est mourir plus vite encore que de la tumeur
    Qu’à coup sûr ces tiges blanches vont me donner.

    Réponse de Schlolldu le

    Décidément, le tabac ne sert à rien.

    Réponse de Cursoux Gérald le

    C’est pour ça que je ne fume pas.

  • ed. le BLAIREAU le 17 février 2011

    bravo monsieur ATTALI encore une interdiction.
    j’en conclus que quelqu’un d’intelligent peut
    etre egalement un cretin qui se moque du peuple.
    il y en a marre de ces donneurs de leçons.

    Réponse de phlogiston le

    il y en a marre des fumeurs, qui jouent le rôle de vecteur de propagation de la tabagie parmi la société, en particulier chez les enfants et les adolescents.

  • Sonegeac Michel le 17 février 2011

    Bien pire que le Tabac : la Connerie.

    Réponse de phlogiston le

    Effectivement, il faut un certain niveau de connerie pour fumer.

    Réponse de Sonegeac Michel le

    Tu es sûrement un ancien fumeur.

    Réponse de Sonegeac Michel le

    Gegen die Dummheit, kdmpfen die Gôtter um sonst.

  • bruno goossens le 18 février 2011

    Et que dire de la prise en charge ( de solidarite ? ) par la societe, nos impots, des maladies directement liees a la consommation du tabac ?

  • jamin le 18 février 2011

    Bravo Mr Attali, peut-être un jour aurons-nous besoin des sols occupés par le tabac pour faire des cultures vivrières, « Ventre n’a point d’oreilles » Les mafieux du tabac seront peut-être obligés de céder aux politiques qui auront enfin pris le pouvoir.

  • DUBOIS le 18 février 2011

    Je suis fatiguée par les surenchères de nos « grands hommes » !!!!
    L’alcool, la vitesse, les sucreries, la bonne bouffe et jen passe…
    TOUT est mauvais pour la santé pris avec abus.

    Mais là où je suis déçue par votre analyse, c’est par l’absence de commentaires sur LES ADDITIFS AJOUTES AU TABAC, qui eux rendent dépendant et sont mortels.

    Peut-être pourrions nous commencer par proposer de les aux fabriquants de les supprimer?

    Plus difficile que d’imposer une loi au peuple et une interdiction de plus comme si nous étions des enfants ou des irresponsables sous tutelle, n’est-ce pas?

    Interdire le tabac n’est pas la bonne question!
    Allez-vous supprimer tous les additifs qui serait courageux voire responsable.

    Là les gens pourrait choisir de fumer ou non sans avoir à vaincre une addiction programmée, tout comme on peut boire de l’alcool de tant à autre sans forcément devenir alcolique.

    Réponse de phlogiston le

    « LES ADDITIFS AJOUTES AU TABAC, qui eux rendent dépendant et sont mortels. »
    C’est la nicotine, substance naturellement présente dans le tabac, qui rend dépendant.

  • durvin patrice le 20 février 2011

    monsieur comme notre cher disparu jean gabin disait le jour que les cons seront sur orbitte vous serai pas pres arrete de tourne
    je vous explique 1 personne comme mois qui a achete un commerce bar tabac en 2006 toute les interdictions qui se cumule a produit un reglement
    judiciare les lois sont facile a faire ou a propose les commercants derriere nom aucun moyen
    de se faire entendre des personnes comme vous
    qui gagne un salaire plus que confortable enfin
    le principal monsieur attali c est que vous
    ete bien comme tous francais de votre cathegori
    vous ne pense qu a vous meme

  • MME JUMELIN le 20 février 2011

    je suis d accord pour le nocivite du tabac mais j ai une fille et un gendre qui travaillent dans une usine de tabac a sarlat en perigord que leur proposez vous si vous voulez fermer ces usines et les planteurs vous leur donner de l argent pour qu ils ne planent plus de tabac quel avenir pour toutes ces personnes qui n ont pas 50 ans !!!!!!!!!!

  • boiron le 20 février 2011

    comment envisagez vous le sevrage des tabagiques ?
    une véritable accoutumance pharmacologique ….
    MCB

  • RAFFIN le 21 février 2011

    Merci pour cette demande de bon sens.
    Je signale que si la France était un état de droit, l’on pourrait invoquer ces lignes :
    « Article 221-5 (Code Pénal français)
    Le fait d’attenter à la vie d’autrui par l’emploi ou l’administration de substances de nature à entraîner la mort constitue un empoisonnement.
    L’empoisonnement est puni de trente ans de réclusion criminelle. »

    S’agissant d’un poison qui revendique sa nature sur l’emballage (Fumer tue), le retrait d’un tel produit devrait être un devoir humain évident…

  • Nicolas J. le 24 février 2011

    Avant toute chose, je suis médecin et non-fumeur.
    Mais je suis en totale opposition avec la proposition de Jacques Attali.
    Passons sur l’argument simple mais incontournable de l’inefficacité totale de toute prohibition tout au long de l’histoire, sur les doctrines, les valeurs des divers régimes et sociétés mettant en place ces interdits.
    Passons aussi sur l’aberration totale qu’est la mise en parallèle du Médiator et du tabac qui à elle-seule discrédite toute l’argumentaire de Jacques Attali : comparer la vente d’un médicament censé améliorer la santé des patients et la détruisant, comportant une indication complétement aberrante, trahissant la confiance du patient et du médecin prescripteur… et la vente du tabac qui n’a rien d’un produit médicamenteux, c’est comme de comparer un antirétroviral avec une théière. C’est potentiellement poétique mais ça n’a juste pas de sens.
    Passons aussi sur la pseudo-inefficacité de la hausse du prix du tabac : elle est efficace si et seulement si cette hausse dépasse un certain taux en deçà duquel effectivement elle ne sert à rien d’autre qu’à enrichir les états (d’où la dernière hausse enregistrée calculée justement pour être inefficace).
    Passons aussi sur la pseudo-inutilité des mesures de restriction de la consommation de tabac notamment dans les lieux fermés, n’importe quel non-fumeur peut en constater les bénéfices quotidiennement.
    Restent plusieurs questions de fond.
    Quelle est la légitimité d’une société, et de la médecine à travers elle, à s’immiscer dans la liberté d’un individu ? La médecine traite quand elle peut, elle soulage et doit le faire tout le temps, mais elle ne juge pas. La prévention consiste à favoriser l’émergence de comportements sains, à éviter celle de conduites à risque. En aucun cas elle ne doit aller jusqu’à empêcher ce choix.
    Un état n’a de légitimité que dans la défense des intérêts, des droits, de la sacurité, etc, des individus qui le composent contre des agressions diverses mais qu’ils ne s’infligent pas eux-mêmes. Quand un fumeur fume dans un lieu public clôt, il nuit aux autres usagers, il est donc légitime de le lui interdire, quand il fume dans un espace ouvert, il ne nuit à personne, il n’y a donc plus de légitimité.
    La question devient celle de l’industrie du tabac. Historiquement, celle-ci est effectivement condamnable puisqu’elle a longtemps caché les méfaits de sa cigarette, elle le reste dès qu’elle tente de minimiser par des pseudo-études les conséquences du tabagisme. Elle l’est au même titre que toute industrie produisant des biens de consommation dont la finalité-même induit des conséquences sanitaires. Donc l’industrie de l’alcool en général.
    Mais ces industries ne se limitent pas à la production de substance à visée psychotrope, répétons-le, ce ne sont pas des groupes pharmaceutiques distribuant des traitements allopathiques. Elles produisent, qu’on le déplore ou non, des produits « culturels » et un savoir faire artisanal. Le vin n’est pas du simple jus de raisin fermenté dont la finalité serait une boisson avec un taux d’alcool entre 10° et 20°. Certaines boissons le sont et à mon sens ne devraient pas être autorisées. Le cigare, la pipe ne sont pas de simples vecteurs de nicotine. La cigarette l’est.

    C’est pourquoi je pense que l’interdiction de la cigarette est légitime, pas celle du tabac.

  • kermaidic le 25 février 2011

    fidelelecteur de l’express ancien fumeur(jusqu’à 50cigares par jour) ayant arrêté de fumerdepuis longtemps je m’insurge contre la proposition de mr attali c’est une ineptie et la liberté qu’en fait -il ?ilest anormal de parquer les fumeurs dans certaines(zones) c’est honteux il faut être tolérant!!je sais ce dont je parle ils disposent d’eux comme ils veulent j’ai des amis fumeurs qui ont plus de 80 anset ils se portent trés bien avant de lancer de relles énormités on réfléchit :interdire vous n’avez que ce mot à la bouche vive la liberté !!tiens je vais me remettre à fumer!!